Le prêt numérique : des chiffres qui deviennent intéressants

Alors que la plateforme québécoise pretnumerique.ca fête ses dix ans, les excellents résultats qu’elle publient mettent en lumière ces formes de prêt numérique. Retour sur ces nouvelles formes de consommation de livres.

Le prêt numérique, c’est quoi ?

Le prêt numérique en bibliothèque n’est pas une nouveauté ; la pratique se répand depuis une dizaine d’années en France. Mais concrètement, c’est quoi ? Le développement des ebooks depuis le début des années 2000 a permis l’émergence de cette pratique. Après tout pourquoi restreindre le prêt en bibliothèque au support physique alors que de nouveaux supports se démocratisent ? Le développement du format numérique, particulièrement ces dernières années avec la pandémie de Covid 19, nous force à réfléchir différemment, à nous adapter à de nouvelles pratiques de lecture, parfois à de nouveaux publics. La bibliothèque est par essence un espace primordial dans la démocratisation de la lecture : la retrouver sur le terrain de l’innovation des pratiques n’est pas étonnant.

Une question reste : comment gérer le prêt d’un objet… immatériel ? Les ebooks prêtés en bibliothèque sont chronodégradables : une fois le temps de prêt écoulé, l’accès au document n’est plus possible. Facile. Sur le papier, cette pratique n’a que des avantages pour les bibliothécaires : fini, les listes d’attente pour emprunter un livre disponible seulement en deux exemplaires ; finis aussi, les éternels retards dans le rendu des ouvrages. Nous sommes donc face à une forme avantageuse de prêt, permettant de toucher un public de plus en plus initié à la lecture numérique. Qu’en est-il concrètement sur le terrain ?

Pretnumerique.ca : « un exemple parfait d’un succès collectif de la chaîne du livre »

Jean François Cusson, directeur général de Bibliopresto (gestionnaire de la plateforme pretnumerique.ca) a en effet de quoi être ravi. Alors que le site fête ses dix ans d’existence, les résultats affichés sont plus que satisfaisants : quelques 18 millions de prêts effectués depuis sa création. C’est en effet un succès collectif, rendu possible par la participation de 188 bibliothèques sur le territoire québécois. Tout le processus de prêt est dématérialisé : les utilisateurs se connectent au site de leur bibliothèque, qui leur donne accès au catalogue de pretnumerique.ca ; là, 1,5 million de titres les attendent, prêts à l’emprunt.

Et en France ?

Le succès de cette pratique outre-Atlantique est impressionnant. Qu’en est-il chez nous ? On retrouve depuis 2012 un projet interprofessionnel, PNB, construit entre les différents acteurs de la chaîne du livre pour proposer un catalogue numérique dans les bibliothèques. Décrié par les bibliothécaires au moment de sa mise en place, notamment à cause du coût d’achat des ressources pour les bibliothèques, le projet s’est étoffé avec les années. En 2019, 196 bibliothèques faisaient partie du réseau PNB, proposant un catalogue de 195 000 titres. Entre 2015 et 2019, 1 million de prêts ont été recensés ; on est encore loin du succès québécois. 

Une pratique plus écologique ?

Si le bénéfice d’un tel projet est indéniable du point de vue de la démocratisation du livre, on peut interroger ses éventuels bénéfices environnementaux. Des bénéfices, on peut en dénombrer quelques-uns ; pour les bibliothèques, la réduction de leur stock physique permet de réduire les opérations de « désherbage » et l’envoi de livres au pilon. Pour les utilisateurs, la mise en ligne de ces documents leur permet d’y accéder depuis n’importe où : plus besoin de se déplacer en bibliothèque, donc plus d’émission de GES par les transports.

On dispose malheureusement d’assez peu de documentation sur l’écologie d’une telle pratique. Si l’impact écologique du livre numérique est souvent mis en regard avec la production de liseuses, notre cas est légèrement différent. Il n’est pas nécessaire d’avoir une liseuse pour lire un ebook ; à noter également d’autres projets de bibliothèques, proposant d’emprunter des liseuses et des tablettes. Si l’impact environnemental d’une liseuse diminue en fonction du nombre d’ebooks lus, le prêt est une solution logique pour limiter cet impact au maximum. Le mieux reste, encore une fois, de produire moins et de consommer différemment.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE



Citer ce billet
pmlabranche (2023, 13 janvier). Le prêt numérique : des chiffres qui deviennent intéressants. Décarboner le livre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search