L’association Savoie Récup à Chambéry

Aujourd’hui il existe de nombreuses associations qui collectent des livres pour les revendre à des prix dérisoires ou les distribuer à des collectivités qui en ont besoin dans une démarche solidaire. L’association Savoie Récup est l’une d’elle et a pour mots d’ordre l’écologie et l‘anti-gaspillage.

 L’association a pour slogan “Voici l’ère de la gratuité”. En effet, le fonctionnement de Savoie Récup est basé sur le troc. L’usager peut déposer des objets en tout genre et en récupérer d’autres gratuitement. Les gérants proposent également le service d’aller chercher les objets chez les donneurs et de livrer ceux qui en ont besoin, tout cela à vélo à l’aide d’une remorque adaptée. 

Il est même possible de publier une annonce pour son objet en commentaire sur le site de l’association pour en faire la publicité et intéresser des personnes qui en auraient besoin ( Savoie Récup – Association de récupération Chambéry | Limiter au maximum l’incinération d’objets encore en état de marche (savoie-recup.fr) ). Faire les livraisons à vélo est un choix écologique revendiqué par les fondateurs de l’association. Le déroulement de ce processus est facilité par la taille de la ville de Chambéry qui reste modeste.  Le principe de ne pas vendre les objets récoltés entre dans une démarche solidaire et lutte contre le gaspillage et la surconsommation.

Savoie Récup met depuis 2021 un accent important sur l’écologie du livre et l’accès à la culture. En effet les deux fondateurs ont installé pas moins de 25 bibliothèques libres dans la ville. Elles apparaissent pour la plupart sous forme de boîtes à livre construites avec des matériaux de récupération ou sont installées dans des locaux caritatifs ainsi que dans le local de l’association. Les éléments utilisés pour fabriquer les boîtes à livre sont cités sur leur site, il s’agit de “ Local poubelles, aires à conteneurs, abribus, cabines téléphoniques”. Elles sont aussi pensées dans une idée globale de se réapproprier l’espace urbain et de le mettre au service de la culture. Cette démarche résonne également comme un appel aux acteurs de l’attente quotidienne: professionnels médicaux, restaurateurs, salles d’attente … de prendre exemple et d’inciter à lire en installant ce genre de boîte.

Pour pousser l’idée de la lecture gratuite et la récupération des livres encore plus loin, l’association donne l’idée aux particuliers de fabriquer et installer eux-même d’autres bibliothèques libres dans la ville. Les gérants de Savoie Récup s’engagent à faire vivre par la suite ces bibliothèques grâce à plusieurs moyens:

  • Fournir une belle affiche « bibliothèque libre »
  • La référencer sur le site
  • L’alimenter en livres pour ne pas qu’elle soit vide
  • En faire la publicité

Toutes les bibliothèques construites sont référencées sur le site de l’association avec leur adresse et quelques photos et sont disponibles en permanence 24h sur 24 et 7 jours sur 7. En plus des livres il est également possible d’y déposer des revues, des journaux, des magazines et des DVD.

Marine Mercier

Quand un lecteur vend son livre

En 2017 le marché du livre d’occasion était classé par le Ministère de la culture comme une pratique minoritaire mais en développement. La vente de seconde main de particulier à particulier est malgré tout une pratique de plus en plus courante. En effet, le marché a connu une croissance suite à la crise sanitaire de 2019 à 2020.

Des plateformes diverses déjà existantes

                Vendre son livre d’occasion lorsque l’on ne connaît rien à la vente est de nos jours facilement possible. Il existe de nombreuses plateformes accessibles sur ordinateur, tablette ou mobile. Sur ces sites tels que Vinted, Le Bon coin ou Ebay, il suffit de créer un compte et de poster une annonce pour vendre son produit. Le plus difficile pour le particulier reste alors d’être visible et de rendre le livre en vente attirant pour l’acheteur. Ceux qui décident de sauter le pas et de proposer un livre à la vente sont plus d’un. Voici quelques commentaires sur le forum de Vinted : « Étant quelqu’un qui aime beaucoup lire, j’ai plein de livres que je voudrais vendre à environ 1 e l’unité. », « Ça part même plutôt bien. », « j’ai énormément de livres que je vais mettre sur Vinted ». 

Les raisons de vente sont variées, ce sont des livres non-lus, pas aimés par le vendeur, qui encombrent… Les plateformes de ventes citées dans cet article ne sont pas spécialisées dans le livre. Elles ont cependant l’avantage de proposer, à l’image de Vinted, un service n’incluant aucun frais supplémentaire pour le vendeur. Elles essayent cependant de se préciser en créant des rubriques tel que :

·         Littérature et fiction (Vinted)

·         Non-fiction (Vinted et Le Bon coin)

·         Enfants et jeunes adultes (Vinted)

·         Jeunesse (Le Bon coin)

·         Manuels (Le Bon coin)

Ce classement va jusqu’aux sous-catégories pour la plateforme Vinted (littérature classique, bandes-dessinées, humour, cuisine…)

Des enjeux écologiques ou économiques ?

                Il peut paraître difficile de vendre ces vieux livres inutilisés lorsque l’on sait que seulement 20% de consommateurs du livre achète du livre d’occasion (Ministère de la culture, 2017). Le prix du livre d’occasion reste cependant libre contrairement au livre neuf, nous pourrions alors parler de tendance pour le fixer. Donner un chiffre sur son ouvrage résulte alors de « l’acceptable » pour de l’occasion et ainsi permet de s’aligner au marché. Le plus souvent le prix varie de 1 à 5 euros pour un livre au format poche et de 5 à 10 pour un livre en grand format. Au regard du peu de gain que rapporte la vente d’un livre, la raison avancée par les particuliers est alors écologique. 

Selon une enquête d’Actualitté, ils affirment « offrir une seconde vie et faire un geste pour la planète ».  Il paraît tout de suite moins anodin lorsque l’on prend connaissance du gaspillage des livres non vendus. En effet les chiffres des livres finissant au pilon font peur, ce serait 1 livre sur 4 soit environ 140 millions de livres qui seraient détruits chaque année en France. Nous pouvons aussi nous demander combien de livres finissent à la poubelle, jetés par des particuliers? Cependant ce chiffre serait difficile à obtenir si ce n’est impossible.

Au vu de ces chiffres élevés: Est-ce que le marché de l’occasion serait une solution pour ralentir la surproduction de l’industrie du livre? (lien article sur le livre d’occasion) Ce serait sans doute une tournure dans laquelle le lecteur obtiendrait un plus gros rôle dans la chaîne du livre si le marché venait à se développer davantage. Mais quel impact cela aurait-il compte tenu de l’absence de plus value que le livre d’occasion manque d’apporter aux acteurs produisant le livre?

Marine Mercier

La caserne de Latour-Maubourg à Valence, la culture au centre de la Ville.

Le 26 Janvier 2021 a été inaugurée à Valence la Médiathèque F. Mitterrand à Latour-Maubourg en plein centre de la ville. Depuis, les bibliothécaires redoublent d’inventivité pour faire vivre et partager la culture.

Construite en 1876 pour héberger le 5ème régiment à cheval, la caserne de Latour-Maubourg à Valence a aujourd’hui un visage entièrement différent. Construite en forme de U, le bâtiment central où logeaient les soldats est devenu la médiathèque. Les écuries présentes de chaque côté sont devenues la bibliothèque universitaire, un pôle santé, des locaux pour la radio ou bien encore un auditorium rattaché à l’université ce trouvant en face, à la place des anciens manèges.

La médiathèque profite donc d’un bâtiment grand et prestigieux, mais pas seulement. En effet, son placement en plein centre lui permet de toucher une grande partie de la population. Elle reste également assez proche du conservatoire et du musée de la ville.

L’ouverture de cette médiathèque s’est cependant faite au détriment d’autre bibliothèques de quartiers, peut-être plus proches de leurs habitants. C’est le cas de la bibliothèque du conservatoire, située au rez-de-chaussée du bâtiment et au pied des immeubles du quartiers. Avant ça fermeture, cette bibliothèque était fortement fréquentée par les familles et les élèves. L’ancienne médiathèque située place Charles-Huguenel a également été fermée car vieille, trop petite et mal située malgré sa présence toujours en centre-ville.

La nouvelle médiathèque s’étends donc, après un chantier de rénovation de grande ampleur, sur près de 4000 m2, répartis sur trois niveaux, chacun ayant une fonction différente. Le rez-de-chaussée est dédié à l’accueil et au partage, on y trouve notamment une salle d’exposition, des sièges et des canapés ou encore des distributeurs, mais aussi un auditorium et des salles pour différentes activités comme la salle de la cabane.

En montant dans les étages, on s’aperçoit que les espaces sont répartis par niveaux sonores. Les espaces jeunesse et la musique se trouvent au premier, tandis que les salles de travail, les documentaires ou encore les romans se trouvent au dernier étage.

Cette organisation permet de rencontrer les attentes d’un public large et varié.

L’un des plus gros succès de la médiathèque reste cependant ses « Rendez-vous à la Cabane » où chacun peut choisir de présenter et animer un atelier sur le sujet de son choix. Ces rendez-vous n’ont pas lieux tous les mois et dépendent entierement du bon voulloir de chacun.

La médiathèque a également mis en place des dispositifs d’apprentissage, que ce soit pour apprendre à lire ou pour apprendre à utiliser un ordinateur. En effet, comme de plus en plus de chose se font par l’informatique, il a été décidé de mettre en place des services d’aide pour ceux en ayant besoin.

Bibliographie :

Site de la Ville :

https://www.valence.fr/fr/re-decouvrir-la-ville/ville-d-histoire-s/histoire/la-caserne-latour-maubourg.html

Site des Médiathèques de l’agglomération :

https://mediatheques.valenceromansagglo.fr/bib/en-lire-plus/id/4

Dossier de Presse concernant l’ouverture, les travaux et le projet.

Le livre pour enfant, un paradoxe

Acheter à son enfant un magnifique livre pop-up en carton recyclé pour lui expliquer que protéger la planète est quelque chose d’important. N’est-ce pas ce qu’on imagine chaque parent faire s’il est un tant soit peu concerné par le futur de son enfant ? Et pourtant, quelle contradiction ! Ce livre, comme tous ses semblables vient de Chine, il a parcouru d’innombrables kilomètres et pour quoi faire ? Pour vous dire de sauver les abeilles et de moins prendre la voiture.

Cette surprenante contradiction a plusieurs explications logiques, mais en avoir conscience n’est pas tout. Existe-t-il des moyens de la contourner ?

Les livres pour enfants sont en réalité une très vaste catégorie, englobant entre autres les albums, les livres pop-up, les livres de bain ou encore les livres électroniques. (Je fais ici la distinction entre les e-books, les livres numériques ; et les livres électroniques, les livres physiques possédant des composants électroniques).

Les albums ne sont pas réellement concernés par cette situation. En effet, même si leurs formats sont plus variés que ceux des BDs et autres livres, ils peuvent être produits et imprimés en France.

Là où la chose devient beaucoup plus compliquée, c’est quand on est face à des livres composites ou très techniques. En effet, les livres sensoriels et les livres de bain sont faits de PVC, de mousse EVA, de fausse fourrure, et d’autres choses encore. Quand aux pop-ups, ils nécessitent des technologies de pointe pour la découpe des éléments.

Ces technologies existent, mais le marché chinois en a le monopole, notamment avec les imprimeries Wellfield. Il est pour l’heure impossible d’obtenir un tel livre sans passer par la Chine.

Le résultat de tous ces éléments sont des livres à des prix « raisonnables », certes, mais surtout des livres compliqués voire impossible à recycler et qui ont fait le tour de la planète pour arriver dans les mains de vos enfants. La fabrication de ces objets est donc un résultat direct du « m and m »(1), le « morality and money ». Où plaçons-nous la balance ? Nous voulons éduquer nos enfants, mais à quel prix ?

En France, nos savoirs faires sont différents. Nous faisons beaucoup d’albums et de beaux livres, et nos appareils de découpe servent le plus souvent à réaliser de belles cartes.

Alors que faut-il faire ? Se limiter aux albums ? Et donc renoncer aux bénéfices apportés au développement de l’enfant par ces objets ? Ou bien faut-il se pencher sur la question et chercher une manière réellement viable d’instruire nos enfants tout en protégeant la planète ?

Les seules actions existantes pour le moment sont celles de musées et bibliothèques faisant créer aux enfants leurs propre livre avec des formes et découpes simples, réalisables à la main, ou bien avec des collages de différentes matières.

On peut donc en déduire que le seul moyen de limiter l’impact de ces livres sur l’environnement est de passer par des réseaux d’occasion ou de prêt. C’est d’autant plus important car ces livres sont généralement utilisés peu de temps, les enfants grandissent vite.

Sources :

(1) muse.jhu.edu/article/250011/summary

http://fr.wellfieldprinting.com/Pop-Up-Book-Printing_c6

dergipark.org.tr/en/download/article-file/1875422

LIVRE PAPIER OU LIVRE NUMERIQUE : EXISTE-T-IL DEJA UN LIVRE DURABLE ?

La technologie est-elle encore une réponse viable aux enjeux environnementaux ? Dans la chaîne du livre, la question se pose entre livre papier et livre numérique. Instinctivement, le livre papier apparaît plus polluant ; il amène avec lui tout l’imaginaire de la production du papier et de la déforestation qu’elle entraîne. Mais peut-on faire confiance à notre instinct ? Essayons de comparer le bilan carbone d’une liseuse et d’un livre papier.

Peu d’études existent sur le cycle de vie du livre papier ; si l’on se base sur l’étude menée par le Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne (le BASIC), le bilan carbone du livre papier est en majorité issu de la production du papier. Le papier utilisé par l’édition française est majoritairement issu d’usines brésiliennes, aux normes environnementales bien plus souples que les normes européennes. Outre cette question des normes, la délocalisation de la production pose également le problème du transport des matériaux, qui vient alourdir le bilan carbone du papier. On a bien sûr d’autres pôles de pollution dans le cycle de vie du livre ; rien qu’à l’impression et au façonnage, l’utilisation d’encres, de pelliculages et autres produits chimiques est un casse-tête environnemental.

Côté liseuse, le bilan n’est pas plus brillant. L’utilisation de plastiques colorés non recyclables, mais surtout de terres rares, jouent contre le livre numérique. On sort du simple bilan carbone, mais la gestion des terres rares, en particulier du lithium, est un enjeu majeur tant géopolitique qu’environnemental et humain. N’oublions pas non plus les datacenters, nécessaires au stockage des e-books, mais très énergivores.

Mais finalement, peut-on réellement comparer la fabrication d’un livre papier et la fabrication d’une liseuse ? Deux études s’y sont attelées, lancées par Amazon (étude de Cleantech) et Hachette Livre (étude de Carbone 4). D’après Amazon, un livre papier produit 7,4 kg de CO2, contre 168 kg pour sa Kindle. Hachette compte pour un livre papier 1,3 kg de CO2 contre 235 kg pour une liseuse de type Sony Reader. Les résultats sont très différents ; dans le premier cas, la liseuse devient rentable écologiquement après 23 livres lus par an. Dans le deuxième cas, il faut en lire 180. Il faut peut-être rappeler que les Français lisent en moyenne 6 livres par an ; dans un cas comme dans l’autre, on est loin du compte.

L’industrie du livre, papier ou numérique, est condamnée à être polluante. Des solutions existent : le papier est encadré par des normes (PEFC, FSC), la gestion des déchets toxiques en imprimerie par le label Imprim’Vert. Ce n’est qu’un premier pas, critiqué par certains – WWF et Greenpeace remettent en cause la norme PEFC – mais annonçant une nécessaire prise de conscience et entrée en action. Du côté des liseuses, peu d’actions sont mises en place aujourd’hui. Peut être que le modèle du smartphone Fairphone, rendant possible la traçabilité des matériaux utilisés, est une piste à suivre pour le futur.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE

LES MICRO MAISONS D’EDITION OU LA SORTIE RADICALE DE LA SURPRODUCTION LITTERAIRE

La surproduction littéraire est l’un des grands enjeux de la transition écologique et énergétique pour l’industrie du livre. La majorité des maisons d’édition ont du mal à sauter le pas pour diminuer drastiquement leur production ; certains, au contraire, proposent des modèles radicaux.

La micro maison d’édition des Véliplanchistes

Avec environ 80 000 titres imprimés chaque année, l’industrie du livre en France se porte bien – trop bien pour son bilan carbone. Le nombre de titres publiés est l’un des principaux leviers sur lesquels jouer dans le cadre de la transition écologique et énergétique du livre. Le diminuer, c’est à la fois diminuer la production – et son bilan carbone – mais aussi l’envoi au pilon. Comment, alors, arriver à raisonner cette production pour en limiter l’impact environnemental ?

Diminuer les tirages, diminuer le nombre de titres publiés annuellement, la majorité des maisons d’édition concentrent leurs efforts sur ces points, lorsqu’efforts il y a. Rien de radical : la production annuelle reste peu ou prou la même, d’année en année. Malgré tout, certaines maisons font le choix d’un engagement beaucoup plus fort : c’est le cas des éditions des Véliplanchistes.

La maison d’édition des Véliplanchistes, c’est une micro maison d’édition fonctionnant sous la forme d’une association à but non lucratif. Les bénévoles qui y travaillent publient deux à trois titres par an, avec des tirages très limités, par tranche de cent exemplaires. C’est un modèle de fonctionnement radical, privilégiant la qualité – des titres choisis, mais aussi du suivi éditorial – à la quantité.

Bien sûr, ce modèle n’est pas viable dans le cadre d’une industrie ; demander à une maison d’édition de se concentrer sur une poignée de titres tirés à cent exemplaires, c’est s’assurer qu’elle mette la clé sous la porte. Chez les Véliplanchistes, seule la forme associative et non lucrative de la maison d’édition permet ce mode de fonctionnement, hors des logiques de marché de l’industrie livresque. Mais cela ne diminue pas l’importance d’un tel modèle ; de petites maisons telles que celle des Véliplanchistes, plus libres d’innover, proposent de nouvelles manière de voir l’édition dans son ensemble. Et qui sait, les efforts fournis par cette frange de l’industrie inspireront peut-être aux autres maisons des changements plus radicaux.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE

LE PRÊT NUMERIQUE, DES CHIFFRES QUI DEVIENNENT INTERESSANTS

Alors que la plateforme québécoise pretnumerique.ca fête ses dix ans, les excellents résultats qu’elle publient mettent en lumière ces formes de prêt numérique. Retour sur ces nouvelles formes de consommation de livres.

Le prêt numérique, c’est quoi ?

Le prêt numérique en bibliothèque n’est pas une nouveauté ; la pratique se répand depuis une dizaine d’années en France. Mais concrètement, c’est quoi ? Le développement des ebooks depuis le début des années 2000 a permis l’émergence de cette pratique. Après tout pourquoi restreindre le prêt en bibliothèque au support physique alors que de nouveaux supports se démocratisent ? Le développement du format numérique, particulièrement ces dernières années avec la pandémie de Covid 19, nous force à réfléchir différemment, à nous adapter à de nouvelles pratiques de lecture, parfois à de nouveaux publics. La bibliothèque est par essence un espace primordial dans la démocratisation de la lecture : la retrouver sur le terrain de l’innovation des pratiques n’est pas étonnant.

Une question reste : comment gérer le prêt d’un objet… immatériel ? Les ebooks prêtés en bibliothèque sont chronodégradables : une fois le temps de prêt écoulé, l’accès au document n’est plus possible. Facile. Sur le papier, cette pratique n’a que des avantages pour les bibliothécaires : fini, les listes d’attente pour emprunter un livre disponible seulement en deux exemplaires ; finis aussi, les éternels retards dans le rendu des ouvrages. Nous sommes donc face à une forme avantageuse de prêt, permettant de toucher un public de plus en plus initié à la lecture numérique. Qu’en est-il concrètement sur le terrain ?

Pretnumerique.ca : « un exemple parfait d’un succès collectif de la chaîne du livre »

Jean François Cusson, directeur général de Bibliopresto (gestionnaire de la plateforme pretnumerique.ca) a en effet de quoi être ravi. Alors que le site fête ses dix ans d’existence, les résultats affichés sont plus que satisfaisants : quelques 18 millions de prêts effectués depuis sa création. C’est en effet un succès collectif, rendu possible par la participation de 188 bibliothèques sur le territoire québécois. Tout le processus de prêt est dématérialisé : les utilisateurs se connectent au site de leur bibliothèque, qui leur donne accès au catalogue de pretnumerique.ca ; là, 1,5 million de titres les attendent, prêts à l’emprunt.

Et en France ?

Le succès de cette pratique outre-Atlantique est impressionnant. Qu’en est-il chez nous ? On retrouve depuis 2012 un projet interprofessionnel, le PNB, construit entre les différents acteurs de la chaîne du livre pour proposer un catalogue numérique dans les bibliothèques. Décrié par les bibliothécaires au moment de sa mise en place, notamment à cause du coût d’achat des ressources pour les bibliothèques, le projet s’est étoffé avec les années. En 2019, 196 bibliothèques faisaient partie du réseau PNB, proposant un catalogue de 195 000 titres. Entre 2015 et 2019, 1 million de prêts ont été recensés ; on est encore loin du succès québécois. 

Une pratique plus écologique ?

Si le bénéfice d’un tel projet est indéniable du point de vue de la démocratisation du livre, on peut interroger ses éventuels bénéfices environnementaux. Des bénéfices, on peut en dénombrer quelques-uns ; pour les bibliothèques, la réduction de leur stock physique permet de réduire les opérations de « désherbage » et l’envoi de livres au pilon. Pour les utilisateurs, la mise en ligne de ces documents leur permet d’y accéder depuis n’importe où : plus besoin de se déplacer en bibliothèque, donc plus d’émission de GES par les transports.

On dispose malheureusement d’assez peu de documentation sur l’écologie d’une telle pratique. Si l’impact écologique du livre numérique est souvent mis en regard avec la production de liseuses, notre cas est légèrement différent. Il n’est pas nécessaire d’avoir une liseuse pour lire un ebook ; à noter également d’autres projets de bibliothèques, proposant d’emprunter des liseuses et des tablettes. Si l’impact environnemental d’une liseuse diminue en fonction du nombre d’ebooks lus, le prêt est une solution logique pour limiter cet impact au maximum. Le mieux reste, encore une fois, de produire moins et de consommer différemment.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE

Wetlands, une nouvelle maison d’édition à Venise

Le marché de l’édition en Italie a connu une arrivée de nouvelles maisons d’édition indépendantes. Chacune avait une ambition particulière, avait un attachement important soit à son territoire, soit via des projets innovants. Nous allons ici nous intéresser à Wetlands, une maison d’édition créée à Venise en 2021. 

page d'accueil du site de la maison d'édition Wetlands
page d’accueil du site Wetlands

La maison d’édition Wetlands se définit comme une réflexion et une pensée “nonfictionnelle”. Elle a une nature plutôt hybride.

Wetlands est à la fois une maison d’édition qui lierait la terre et la mer avec l’avenir écologique qu’est la ville de Venise. Elle veut souligner tous les endroits clefs, naturels, majestueux mais appuyer aussi à quels points ils sont fragiles.

Son projet est axé principalement sur les thématiques de la durabilité sociale et environnementale ainsi que sur les défis de l’Anthropocènes (c’est une nouvelle époque géologique qui se caractérise par l’avènement des hommes comme principale force de changement sur Terre, surpassant les forces géophysiques). La ligne éditoriale s’articule autour du croisement entre la fiction et la nonfiction avec au cœur des ouvrages qui répondent aux questions environnementales, urbaines, sociales, anthropologiques et culturelles autour de Venise. En effet, cette ville illustre les problèmes et les solutions écologiques. Elle met en lien les perspectives internationales et locales. 

Elle publiera à partir de 2023 avec des auteurs connus à travers le monde ainsi que de nouveaux noms qui apporteront leurs connaissances sur l’écologie et les thèmes sociaux que Wetlands souhaite promouvoir. Les ouvrages seront répartis dans les trois séries proposées : Mude, Fondamenta et Barene.

Dans la série Mude, on pourra retrouver des livres qui lient Venise à d’autres villes et situations du monde.

Dans la série Fondamenta, les livres seront centrés sur Venise, son environnement, son histoire, à travers diverses perspectives originales.

Dans la série Barene, se seront des livres sur les sciences humaines de l’environnement en coopération avec l’université Ca’Foscari de Venise.

Wetlands est une maison d’édition fortement engagée sur le plan écologique et social. Elle a un projet neutre en carbone. La chaîne d’approvisionnement est locale, les livres sont composés, produits et imprimés à Venise. Le papier est éco-durable et la main-d’œuvre est locale.

Cette maison d’édition sera intéressante à suivre de près. En effet, de part son contenu en lien avec les enjeux sociaux-environnementaux importants que vit Venise du au réchauffement climatique et de part ses choix éditoriaux pertinents et innovants.

Anne Prax

Sources : 

https://wetlandsbooks.com/en/chi-siamo

https://actualitte.com/article/109336/edition/entre-philosophie-et-durabilite-les-nouvelles-maisons-d-edition-italiennes-de-2022

https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/271086-terre-climat-quest-ce-que-lanthropocene-ere-geologique

Canopée, une « naturothèque » au cœur de Paris

Lumineux, branché, vert et écologique… quel meilleur endroit pour placer une médiathèque que Canopée-La Fontaine ? Perchée au-dessus des Halles de Paris, son équipe de 23 personnes œuvre de tout cœur pour créer un espace accueillant avec l’empreinte carbone la plus faible possible. Elle mérite bien son nom aux connotations naturelles !

Source : blog Vélib Métropole

Des graines où germent les idées

De nombreuses médiathèques en France pratiquent le prêt de graines ou de boutures : ce système d’origine américaine qui permet d’apporter des semences, et de repartir avec d’autres. Cette pratique innovative permet de favoriser le jardinage personnel, la culture locale, et de décarboner l’air tout en verdissant la ville. À Canopée, ce n’est que le début des nombreuses facettes de l’engagement environnemental. Depuis son lancement en mai 2016, la grainothèque fleurit, et se transforme même en bouturothèque ! Selon le communiqué sur leur blog, « les semences constituent un patrimoine millénaire qui s’est développé par le biais du partage de graines entre paysans ». Il est donc approprié et nécessaire que les institutions de préservation du patrimoine contribuent à son développement. La médiathèque privilégie les espèces locales qui ne nécessitent pas un arrosage intensif ou l’utilisation d’engrais néfastes à la biodiversité.

La bouturothèque de Canopée-La Fontaine

Le B.A.-BA de la bibliothèque verte

Canouille, la mascotte de Canopée

En février 2021, Canopée publie son Guide de la bibliothèque verte, issu de la formation d’un groupe de travail avec le but de constituer un dossier complet sur l’impact et les actions environnementaux de la médiathèque. Construit sous la forme d’infographies, il est divisé en 5 parties, chacune listant les actions existantes et celles envisagées pour le futur :

1) L’environnement de travail : trajets en vélo, sobriété énergétique, optimisation et rationnement des impressions, jusqu’à la récupération du marc de café pour fertiliser les plantes… Tout est mis en œuvre pour favoriser un mode de vie sain et peu énergivore. De la responsabilité personnelle aux actions collectives, Canopée désire montrer l’exemple à tous les niveaux.

2) Circuit du document : centraux à l’activité bibliothécaire, le document et son traitement sont aussi examinés par le dossier. C’est pourquoi Canopée a renoncé à équiper leurs ouvrages à durée courte (revues, magazines…) avec des films en plastique, qui empêcheraient leur recyclage. De plus, ils réutilisent leurs puces RFID et se forment à des méthodes de réparation plus durables telles que la reliure chinoise.

3) Services aux usagers : les tests abondent pour proposer des services durables et écologiques. Ainsi, une redistribution à vélo vers d’autres bibliothèques se profile, ainsi que la présence d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) à la médiathèque.

4) Activités et évènements : la médiathèque propose de nombreuses activités de revalorisation de déchets, de recettes « anti-gaspi », ou bien de jardinage. En partenariat avec des écoles, elle fait figure de force éducative dans la lutte pour la décarbonation. Toutes ses activités sont pensées dans l’approche générant le moins de déchets possible.

5) Communication : dans une optique de formation et de préservation du papier, Canopée limite la communication papier et crée des affiches réutilisables. Dans le cas de la communication interne, elle se soucie de la taille des fichiers envoyés, ainsi que du nombre de mails, plus friands en énergie qu’on ne le pense.

Et demain ?

Grâce à toutes ces actions, la médiathèque Canopée-La Fontaine a obtenu en 2022 le prix du Meilleur projet mondial de la bibliothèque verte de la part de l’Ifla (fédération internationale des associations de bibliothécaires). Mais cela ne veut pas dire que l’effort est terminé ! L’équipe regorge d’idées pour continuer son développement écologique. Avec un objectif zéro plastique, une mutualisation des ressources auprès d’autres établissements, et l’installation de panneaux solaires, Canopée a du pain sur la planche. Leurs projets incluent des partenariats avec des associations locales, ainsi que d’assurer un SME (système de management environnemental) afin d’impliquer directement la question environnementale dans chacune de leurs décisions. Rendez-vous sur leur blog, où ils publient leurs avancées. Il y a de quoi inspirer les pairs !

Sources :

https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2022/07/26/mediatheque-la-canopee-recoit-prix-ifla-meilleur-projet-mondial

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2021/03/26/le-guide-de-la-bibliotheque-verte/

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2021/01/05/integrer-la-question-environnementale-dans-une-mediatheque-le-cas-du-systeme-de-management-environnemental/

Estelle WALLIS

La librairie est-elle écologique ?

Voilà une question intéressante. L’écologie est au cœur des débats, des interrogations dans les métiers du livre et des pensées des lecteurs.
Cette année, s’est tenue la nouvelle RNL (Rencontre Nationale des Libraires) à Anger où diverses problématiques ont été relevées par les libraires dont la question environnementale. Les libraires s’interrogent sur l’impact qu’a la chaîne du livre sur l’environnement.

Dans les librairies, certaines pratiques sont à adopter afin de réduire son impact sur l’environnement. Voici deux retours de deux librairies qui ont bien voulues répondre à quelques questions pour que l’on puisse comprendre leur intérêt sur l’écologie et découvrir leurs démarches écologiques. Je leur ai posé huit questions sur l’écologie et ses enjeux en lien avec le métier de libraire. Les grandes thématiques sont : l’emprunte carbone, les pratiques des fournisseurs et des prestataires, la sensibilisation dans les métiers du livre, les maisons d’édition écologiques, ce que la librairie entreprend et ce qu’elle compte entreprendre pour limiter l’emprunte carbone, la gestion du stock, les clients et leur engagement écologique et pour finir, la priorité selon eux à changer dans la chaîne du livre.
Ce sont deux librairies de taille différente la première est une librairie de niveau 1 et qui donc a un large rayonnement et la deuxième de niveau 2, librairie de petite ville avec un rayonnement de petits villages et de quartiers. Je tiens à remercier les libraires qui m’ont accordés de leur temps. Je garderai les librairies anonymes afin de respecter le choix des libraires.

La librairie de niveau 1 :
Elle ne connaît pas son emprunte carbone. La librairie ne choisit pas ses ouvrages en fonction des pratiques des fournisseurs car elle fait en fonction du contenu des ouvrages. Il n’y a pas de sensibilisation de la part des maisons d’édition pour l’écologie. Une maison d’édition que la librairie connaît est la maison d’édition Wild Project.
Ce que la librairie fait actuellement pour limiter son emprunte carbone : le tri sélectif collecté par la métropole, la réutilisation de carton, l’éclairage est au led car c’est moins énergivore, l’utilisation de sacs en papier (bien que cela ait un coût) et l’utilisation de la climatisation réversible. Pour économiser le chauffage, la porte n’est plus automatique. Lorsqu’une personne à mobilité réduite arrive, c’est un libraire qui lui ouvre. Par la suite, il y aura une voiture électrique à disposition pour la livraison. Les clients sont réceptifs car l’écologie fait partie intégrante du quotidien cependant certains paradoxes restent comme le souhait d’avoir des sacs en plastique lorsqu’il pleut. La logistique selon cette librairie est la priorité, car il y a une multiplications de cartonnage et de plastiques pour protéger les livres qui ne sont pas nécessaires.


La librairie de niveau 2 :
Elle ne connait pas son emprunte carbone. Il n’y a pas de sensibilisation de la part des maisons d’édition sur l’écologie mais la librairie, pour certaines maisons d’édition, sait s’ils tendent à être écologique et essaie de le prendre en compte pour ses choix. La librairie connaît par exemple Grenouille éditions qui est une maison d’édition jeunesse qui imprime sur du papier recyclé ou Terre vivante. Elle pense aussi aux maisons d’éditions locales car elles limitent leur emprunte carbone. De plus, pour gérer son stock, elle travaille avec minutie les offices et les nouveautés dans l’offre éditoriale pour satisfaire la demande mais aussi pour ne pas qu’il y ait trop d’ouvrages qui viennent en plus et qui ne correspondraient pas.
Actuellement, la librairie trie les cartons (en les recyclant et en les réutilisant) et les déchets. Elle a supprimé les sacs en carton, elle utilise des ampoules à basse consommation et met le chauffage au minimum. Elle va tenter également une revalorisation du carton via une association qui fait de l’art. Elle va mettre en place pour la période de Noël des emballages cadeaux en tissus (c’est une association solidaire qui fait du tissus de réemploi avec des dons de particulier). Les clients sont majoritairement réceptifs pour les emballages cadeaux réutilisables. Ils sont également réceptifs aux choix que la librairie prend sur certains ouvrages écologiques, cependant ils soulignent les différences physiques (par exemple, quand le papier est recyclé, il n’est pas lisse comme d’autres ouvrages), ils ne jugent pas le contenu mais l’aspect esthétique. Les clients sont réceptifs également car l’écologie est une thématique importante aujourd’hui. Pour finir, la librairie était partenaire de la semaine de la Science organisée par le Syndicat National de l’Edition et par le ministère de la culture, donc la mise en avant de livres scientifiques et écologiques était forte. Enfin, selon la librairie, ce qu’il faudrait changer en priorité c’est la logistique avec une multitude de cartons et de plastique.

En conclusion, nous constatons que les engagements écologiques sont pris quelque soit le niveau de la librairie. Cependant, en fonction de la taille et du secteur, la librairie peut appliquer plus ou moins d’actions écologiques. Elles souhaitent être écologiques mais, elles ne peuvent pas contrôler certains aspects qui ne dépendent pas d’elles. Certains choix écologiques demandent de l’investissement financier qu’il soit minime ou conséquent et impactent également la clientèle. La question économique des commerces que sont les librairies doit trouver un équilibre avec la question de l’écologie.

Anne Prax.

Sources :
https://actualitte.com/article/106807/tribunes/une-librairie-ecoresponsable-bonnes-pratiques-et-demarches-d-amelioration
https://www.syndicat-librairie.fr/nos-actions/les-rencontres-nationales-de-la-librairie
https://www.syndicat-librairie.fr/sites/default/files/upload/documents/04_empreinte_environnement_rnl.pdf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search