La rentrée littéraire fait des tonnes d’invendus

Pour les professionnels de la culture, la transition écologique n’est pas (seulement) une question de responsabilité. C’est aussi, et peut-être surtout, une démarche indispensable pour faire face aux risques à venir. Risque de pénurie de matière, d’explosion des coûts (transport, énergie), mais aussi désormais risques d’image, alors que les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux engagements des organisations et des entreprises. Après une tribune sur les impacts de la course au gigantisme des festivals, Le Monde publie un article sur le pilon lié à la rentrée littéraire et rappelle que plus de 40 000 tonnes de livres neufs sont détruits chaque année.
“Le monde de l’édition s’est construit sur une logique de surproduction avec deux objectifs : la visibilité et la réduction du coût de fabrication à l’unité.” Sans doute est-il temps de changer de modèle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fvalembois (13 septembre 2022). La rentrée littéraire fait des tonnes d’invendus. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz3k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search