Les Bibliothèques et la Haute Qualité Environnementale

Les bibliothèques ont aussi une empreinte écologique. Comme toute organisation, elles consomment de l’énergie pour remplir leurs missions. L’énergie, à côté des déchets et des achats de documents, représente le facteur le plus émissif dans le bilan carbone d’une bibliothèque. Par conséquent, plusieurs projets ont été pensés de façon à réduire la consommation énergétique en bibliothèque, parmi lesquels, la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE).

Ce modèle (HQE) a pour objectif à la fois de maîtriser les impacts d’un bâtiment sur l’environnement extérieur mais aussi créer un espace intérieur confortable et saint. Cette démarche (HQE) apparait donc comme une solution structurée et complète pour maîtriser l’impact environnemental des bâtiments des bibliothèques. De ce fait, un projet bibliothèque HQE a été lancé dans les années 1990 en France et depuis, plusieurs bibliothèques sont inspirées de ce modèle qui vise, entre autres, l’écoconception du bâtiment ainsi que la gestion de l’énergie.

Arrivé aux années 2000, le modèle HQE est déjà largement appliqué dans les bibliothèques et ne cesse de s’étendre en France. Parmi les premières bibliothèques qui ont doublé leurs préoccupations environnementales, la médiathèque de Mouans-Sartoux, la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire et les bibliothèques universitaires de Caen, du Havre et de Reims. Cette dernière, la bibliothèque universitaire Reims Champagne Ardenne, présente un profil environnemental ambitieux et illustre le cas d’un projet HQE satisfaisant.

D’abords, le bâtiment de cette bibliothèque a été construit avec des produits et matériaux choisis sur une base de notices détaillées prouvant leurs aptitudes à l’emploi. Par exemple, ses façades en bois bakélisé, en plus d’être faciles à entretenir, elles sont durables en offrant une bonne résistance aux intempéries et aux variations climatiques.

Du point de vue de consommation d’énergie, le fonctionnement du bâtiment a également été pensée de manière écologique. L’énergie de climatisation et de chauffage est le facteur le plus émissif en bibliothèque. En effet, ce bâtiment possède de nombreuses protections solaires intérieures et extérieures. Cela permet une bonne isolation qui crée un confort l’hiver.  Pour l’été, ce système est aussi complété par un dispositif de ventilation naturelle pour éviter le recours à la climatisation.

Pour réduire la consommation d’énergie de l’éclairage, un système de complémentarité entre lumière naturelle et lumière artificielle a été effectué dans les espaces intérieurs. Les lumières artificielles sont donc mises en place en fonction des zones et des besoins. Ce mode d’adaptation à l’utilisation effective des locaux permet de générer d’importantes économies d’énergie.

Pour conclure, il est aujourd’hui évident qu’aucun organisme n’est exclus du développement durable. Les bibliothèques, bien qu’elles ne soient pas les établissements les plus émissifs, elles adoptent, de plus en plus, des actions en lien avec l’environnement. La démarche HQE porte des leviers importants notamment sur la construction du bâtiment et la gestion d’énergie. Cependant, d’autres actions et pratiques existent, selon la taille et le type de la bibliothèque, dans la perspective du respect de la nature.

Tinhinane DJEBRA, M1 MDLE


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
tdjebra (15 décembre 2022). Les Bibliothèques et la Haute Qualité Environnementale. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search