Salon du livre de Montreuil : les éditeurs nous parlent d’écologie

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, les journalistes de Livres Hebdo sont allés enquêter auprès des éditeurs présents. Quelles mesures en faveur de l’environnement ont-ils pris cette année ou envisagent de prendre l’année prochaine ? 

Faire face à de multiples crises 

Depuis le Covid-19, le secteur éditorial reste fragilisé par de nombreuses hausses des prix des matières premières et de l’énergie. La crise du papier (je vous enjoins à lire l’article de LivresHebdo sur la rentrée littéraire) oblige les éditeurs à penser différemment leur production et leur approvisionnement. Ce qui fait du bien à la planète !

Contourner la crise financière tout en luttant contre la pollution

Publier moins, mais augmenter le tirage 

Dans l’optique de limiter les délais de réimpression liés à la difficulté de se procurer du papier et les délais de transports, de grandes maisons d’édition agissent en adaptant leur stratégie éditoriale. Michèle Moreau prévoit pour 2023 d’augmenter le nombre d’exemplaires tirés en première impression en passant pour un livre tiré initialement à 4000 à 6000 environ. Ce pari est audacieux. 

Pour d’autres comme Hachette Romans et Flammarion Jeunesse, la stratégie est plutôt à la réduction du nombre de nouveautés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, car en 2014 Hachette Romans publiant 126 livres comparé à 2022 où ils en cataloguent seulement 70. Pour Flammarion Jeunesse, la décroissance ne fait que de commencer en baissant de 10 titres leur production comparé à l’année dernière. 

On désengorge ainsi le marché saturé de la jeunesse.

Imprimer en Europe

La seconde stratégie éditoriale mise en place permet de réduire les délais de transports et l’empreinte carbone des éditeurs jeunesse. Milan Jeunesse a fait baisser son nombre de titres imprimés en Asie de 7% depuis la crise du Covid et Auzou a augmenté de 30% la production de ses livres en Europe. Ils encouragent de plus en plus le circuit court qui est l’une des nombreuses recommandations de Shift Project pour la transition carbone. 

Cependant, il est impossible dans les conditions actuelles de relocaliser toute la production jeunesse et surtout les livres qui contiennent de l’électronique

Croissance sur le long terme 

Continuer à publier et à innover

Malgré ce contexte tendu autant économique qu’environnemental, les éditeurs jeunesse ne sont pas dans l’optique de réduire drastiquement leur production. De nouvelles collections sont en projet notamment une nommée « Ronces » chez Albin Michel qui aura la volonté d’illustrer la cohabitation de l’Homme et de la nature ou encore un album dont le titre Planète verte ? d’Eduarda Lima aux éditions À la joie de Lire que l’on sait engagées. La littérature jeunesse s’empare de ses sujets et sensibilise ses lecteurs ! 

Les éditeurs jeunesse combinent alors économie de temps, d’argent et d’empreinte carbone. 

Cléo Villebrod


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cvillebrod (21 février 2023). Salon du livre de Montreuil : les éditeurs nous parlent d’écologie. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz5r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search