La maison du Souffle d’Or : un modèle à ses dépens ?

La maison d’édition gapençaise du Souffle d’Or est aujourd’hui un modèle de logique éditoriale. Elle publie des livres pratiques, des essais, des ouvrages axés sur le bien-être et a fortiori sur la question écologique, tout en participant à des actions collectives engagées. Mais la maison indépendante se heurte aux limites de son combat dans un contexte économique profitable aux grandes structures. Son modèle ne correspondrait-il pas à celui des indépendants faisant face aux grands groupes de l’édition ?

Le Souffle d’Or fondé en 1983 par Yves Michel propose dans son catalogue des titres liés aux sciences humaines, aux jeux ou encore à la musique, et a développé ces dernières années le rayon du développement personnel. Il s’agit d’une maison qui se veut “indépendante de tout groupe financier et de tout groupe de pensée”. Cet acteur soutenu par la région Provence Alpes Côte d’Azur, par La Poste, par la ville de Gap et par d’autres partenaires des environs reste une société locale composée de 8 salariés dévoués à une charte éditoriale ouverte et non dogmatique pour le bien des lecteurs.

Yves Michel fonde également sa maison d’édition en 1999, portant son même nom, et y soumet des publications axées sur l’étude de la société civile et des mouvements d’actions que nous pouvons mener, pour penser un monde meilleur.

“L’art d’oser publier ceux qui osent écrire pour ceux qui osent lire !”

Yves Michel

Ces maisons “modèles”, déjà porteuses de valeurs et de projets, continuent de réfléchir à l’amélioration du monde de demain. La question écologique n’échappe pas à la règle, et Le Souffle d’Or et Yves Michel rejoignent en 2010 un collectif d’éditeurs monté pour ce combat : les éditions écolo-compatibles voient le jour. Avec six autres maisons d’éditions comme La Salamandre, Pour Penser ou encore Plume de Carotte, elles échangent sur leurs pratiques et proposent une charte écologique tous les ans. Aussi ces maisons s’engagent et ont monté jusqu’à présent quatre grands principes :

  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur des papiers recyclés ou labellisés.
  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 600 km de leurs lieux de stockage.
  • Donner, à des associations ou à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie.
  • Contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Seulement, Le Souffle d’Or rencontre depuis peu des difficultés financières, et respecter ces conditions établies par le collectif devient plus un risque qu’un défi. Alors que ce combat s’inscrit dans le domaine de publication que la maison d’édition a toujours défendu, celui-ci semble rencontrer ses limites dans le secteur actuel de l’édition, qui voit s’opposer économiquement les maisons indépendantes aux grands groupes. Comment subsister sans perdre sa ligne éditoriale, son essence, dans un tel contexte ?

Le magazine Actualités a dédié ce 29 novembre dernier un article au Souffle d’Or pour faire part de leur situation, en dévoilant leur campagne de financement participatif devant assurer leurs prochaines parutions de 2023 : “les revenus récoltés permettront de payer la fabrication des livres des deux marques de la maison, maintenir les salaires des huit personnes qui oeuvrent à faire vivre la structure, mais également de rémunérer les illustratrices et illustrateurs, les imprimeries et les autrices et auteurs pour leurs droits”.

Ce cas spécial du Souffle d’Or et d’Yves Michel n’est pas un cas isolé. Face à des crises répétitives concernant les coûts élevés du papier, des transports ou encore des frais énergétiques, les structures indépendantes peinent à se maintenir. Les dons de partenaires ou de particuliers peuvent faire toute la différence en permettant la survie de ces groupes.

BELLIER Emma, M1 MDLE

Sources :


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ebellier (15 décembre 2022). La maison du Souffle d’Or : un modèle à ses dépens ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search