Retour sur la conférence de Vincent Chabault

L’essor du marché du livre d’occasion, un moyen de transformer le commerce du livre et de favoriser des pratiques plus respectueuses de l’environnement ? C’est la question dont s’emparent de nombreux spécialistes. En effet, dans le cadre d’un cycle de conférences organisé tout au long de l’année par l’UFR Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université Grenoble Alpes, Vincent Chabault a été convié pour aborder la thématique du livre d’occasion le 26 octobre 2022.

Vincent Chabault est maître de conférence en sociologie, spécialisé dans le commerce de détail et de la consommation, à l’Université de Paris. Il est également chercheur au CNRS et l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le livre d’occasion : sociologie d’un commerce en transition, livre qui nous intéresse tout particulièrement et sur lequel repose la conférence.

Tout d’abord, il est important de définir ce qu’est le livre d’occasion. Celui-ci n’est pas neuf, ni soldé, ce n’est pas non plus un invendu qui sera re-commercialisé par la suite. Le livre d’occasion possède une valeur marchande dégressive, ainsi cela ne peut pas être un livre ancien ou un livre de collection, c’est-à-dire un livre convoité pour son contenu. Par conséquent, un livre d’occasion est un ouvrage qui subit un transfert de propriété.

La question est donc de savoir où se développe ce marché ? Le plus souvent, les livres d’occasions sont vendus dans des librairies ou sur des plateformes en ligne. Ils sont majoritairement exposés dans des bacs à l’extérieur des librairies, comme par exemple la librairie Boulinier à Paris, ou de manière interclassé dans les librairies Gibert Joseph. De plus, certaines plateformes en ligne en proposent à la vente comme Momox, Amazon, ou encore Leboncoin. Ces plateformes comptabilisent environ 3,5 millions d’annonces de livres d’occasions, ce qui représente 9% des ventes de ces livres.

Le développement de ces plateformes, nous poussent à nous interroger sur la provenance de leurs ouvrages. Ainsi, ils sont souvent achetés à l’unité ou par lots (bibliothèque, achat mortuaire…) et remis dans un système de revente à l’unité. Les prix sont fixés à partir de critères tels que l’état du livre ou la demande. Néanmoins, ces plateformes mettent en place des stratégies commerciales pour favoriser leur ventes comme la possibilité de les acheter en lots pour avoir une réduction tarifaire ou comme exemple d’acheter quatre livres pour le prix de trois. En outre, lors de son achat, le client ne prend en charge qu’une partie des frais de port, l’idée est d’équilibrer les prix et d’ouvrir le rachat. Par conséquent, pour favoriser les ventes, il faut connaître la concurrence, pour cela nombreux sont ceux qui utilisent des algorithmes pour déterminer les prix et les ventes.

Le marché du livre d’occasion est un marché essentiel pour la circulation de la culture imprimée, mais qui reste encore méconnu. Même si nous pouvons constater un essor du marché de la seconde main, dont le livre bénéficie actuellement. Cet attrait pour la seconde main est notamment lié aux contraintes budgétaires, à la démocratisation des usages marchands via les plateformes, mais aussi aux nouvelles valeurs associées à la surconsommation.

Mais cet engouement pour le marché de l’occasion n’est pas accepté par tous les acteurs de la chaîne du livre. Comme par exemple les maisons d’éditions, mais aussi les auteurs qui remettent en cause ce mode de fonctionnement parce que la revente de ces ouvrages ne leur rapporte rien, seul le revendeur récupérera des bénéfices de la vente. Ainsi, certains éditeurs souhaiteraient qu’une taxe soit instaurée sur les plateformes de revente afin de bénéficier de l’émergence de ce commerce et des bénéfices qu’il engendre. Même si cette réflexion est contestée par les libraires qui affirment que cette revente repose seulement sur leurs capacités de vente.  

Si l’on met de côté ces aspects économiques, de nombreux avantages sont visibles grâce au développement du livre d’occasion. En effet, cela pousse à un nouveau mode de consommation, qui permet de redécouvrir des œuvres parfois oubliées ou sur lesquelles nous ne nous serions pas penché dans d’autres circonstances. C’est aussi une solution plus écologique parce qu’elle permet de lutter contre un système de surproduction, et évite à bons nombres de livres d’être détruits. De plus, les opérateurs prolongent incontestablement la vie du livre de façon rationnelle. Et pour les organisations, il y a un investissement lucratif et conforme aux nouvelles normes de consommation. 

Cette nouvelle ampleur du marché du livre d’occasion est visible grâce à ces quelques chiffres : 

  • Le livre d’occasion représente 7 milliards d’euros en 2018 ;
  • Il est à la 3ème place du marché du livre en France ;  
  • Le livre d’occasion est vendus en moyenne 4,5€ ; 
  • Deux dixième des livres sont achetés d’occasions ; 
  • 50% des livres d’occasions sont achetés sur des plateformes marchandes.

Malgré les quelques avantages que nous venons de souligner, des problèmes au sein de ce fonctionnement apparaissent : les plateformes sont très énergivores par le fait qu’elles nécessitent des livraisons individualisées ce qui entraîne des frais de livraisons importants. Ainsi, malgré le fait que le marché du livre d’occasion possède des principes écologiques primordiaux, ils font face à de nombreux problèmes logistiques qui impactent leur empreinte carbone comme par exemple, la grande nécessité d’emballage pour les colis, le transport engendré entre les différents entrepôts et les lecteurs, le stockage des livres.

Pour conclure, nous pouvons dire que le commerce des livres d’occasions correspond à des marchés informels, où les livres sont vendus en dehors des grands groupes de la chaîne du livre. Néanmoins, nous pouvons le qualifier comme étant une forme d’innovation, parce que les plateformes ou les magasins qui les vendent les récupèrent majoritairement grâce à un système de don ou de rachat à petit prix. De plus, pour le moment, le marché du livre d’occasion ne parasite pas le marché du livre neuf, peut-être même qu’ils se complètent parce que cela permet de revendre des livres qui n’avaient pas été vendus et de faire circuler la littérature d’une façon différente, tout en continuant de vendre les nouveautés des maisons d’éditions. 

Camille Gibaudan et Alexiane Blache, M1 MDLE


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ablache (21 février 2023). Retour sur la conférence de Vincent Chabault. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz5g


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search