Le manga d’occasion, ce livre de luxe

Autrefois secteur de niche, le manga est aujourd’hui un acteur majeur du marché du livre en France. Une croissance soudaine ayant des répercussions sur le stock en circulation des exemplaires d’occasion, qui, lié à la popularisation des plateformes de vente en ligne, fait s’enflammer les prix lorsque la quantité est limitée.

Photographie de l'intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted
Intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted

Qui ne connaît pas les mangas de nos jours ? Depuis le confinement, son marché a doublé de valeur, une BD vendue sur deux est un manga et les éditeurs s’engagent aujourd’hui vers des plateformes légales de lecture en ligne. Une situation particulière en France qui est le deuxième marché dans le monde derrière le Japon. Malgré son importance, son impact écologique est encore assez peu évalué. On peut estimer que la bande dessinée est moins efficace que le livre traditionnel : moins d’information par page, des processus d’impression plus lourds, et une préférence pour le format série. Cependant, le manga traditionnellement en noir et blanc est ainsi peu gourmand en encre et autres processus complexes. De plus, le manga tend à être imprimé localement comme en France ou en Italie.


Cette croissance coïncide avec une multiplication des plateformes de vente d’objets d’occasion : Le Bon Coin, mais aussi Vinted, Amazon Marketplace, ou Rakuten. C’est ainsi que les particuliers peuvent s’insérer dans le marché du livre d’occasion. Un commerce a priori vertueux : le livre obtient une seconde vie et l’objet culturel s’échange à bas prix. Un manga valant 6.50€ en magasin peut se revendre 2.50€ sur Vinted. Car en effet, bien qu’initialement pensé pour le secteur du prêt-à-porter, ce site devient un plateforme majeure du manga d’occasion. Particulièrement prisé, celui-ci se promeut facilement et se vend plus vite qu’un vêtement. Une charge en moins pour les vendeurs, mais ce n’est pas tout.


Un manga d’occasion peut également être vendu à un prix plus élevé qu’à son achat initial. C’est le cas de certains ouvrages ayant plus de 5 ans, sortis du cycle d’impression mais dont l’œuvre est devenue populaire avec le temps. Un exemple parlant : les tomes du Garçon d’à côté, sorti en 2009 et adapté en animé en 2012, se vendent aujourd’hui jusqu’à 190€ l’unité chez Manga-Shop, vendeur “pro” chez Vinted. Ce n’est pas un secret pour les acheteurs (souvent amateurs) que l’œuvre est aisément trouvable dématérialisée (en streaming ou en téléchargement, sous forme de scan ou de vidéo de son adaptation animée, légale ou non). Les ventes de ces mangas surévalués sont donc provoquées par d’autres facteurs que le contenu : l’objet pour les collectionneurs et l’espérance d’une marge pour les revendeurs.


Cette inflation n’est pas réservée aux mangas “anciens”, mais également aux ouvrages dit “collectors” : des mangas spéciaux, au format de qualité, avec un contenu et des objets exclusifs, et non destinés à être réimprimés. Une mine d’or pour les vendeurs dont les pratiques s’apparentent alors à du dropshipping : achat en gros d’ouvrages neufs dans le but de générer une plus-value. Une pratique pouvant provoquer des ruptures de stock en quelques heures, permettant de revendre ces éditions spéciales au prix fort. Deux positions opposées se forment donc chez les acteurs traditionnels. Les libraires tendent à rejeter le dropshipping, perçu comme immoral car inégal et frustrant pour leurs clients non vendeurs, et les reléguant à un rôle de sous-distributeur. Pour les éditeurs, les collectors permettent de créer un engouement pour une série, et donc de pousser à l’achat : un ouvrage dont le support est plus important que le contenu ne peut pas être piraté. Cependant, la pratique est problématique : la production des goodies, impossible en France, est délocalisée en Chine ; les plateformes de l’occasion, initialement vertueuses, sont détournés en zone d’achat-revente pour spéculateurs et passionnés ; et les collectors, initialement destinés aux fans, deviennent des marchandises surconsommé par spéculation.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
tospiri (2 janvier 2023). Le manga d’occasion, ce livre de luxe. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4n


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search