Le partage, c’est du vol ?

L’ebook et sa diffusion ont longtemps été réprimés par les éditeurs, qualifiant l’acte de partage de “piratage”. Pourtant, aujourd’hui, ces pratiques pourraient bien être essentielles afin de répondre aux nouvelles crises sociales et écologiques.

Peinture par Pyle nommée An Attack on a Galleon, 1905
Pyle, An Attack on a Galleon, 1905

“Le piratage, c’est du vol” affirmait en 2000 le clip de prévention contre le piratage créé par la Motion Picture Association of America. Neuf ans plus tard, l’État fondait l’Hadopi dont la mission était de prévenir et contrôler le téléchargement illégal, du moins en peer-to-peer. Limitée par ce dernier point et souvent moquée pour la faiblesse de ses sanctions (des lettres d’avertissements), l’Hadopi aura coûté 82 millions d’euros en dix ans pour un résultat mitigé et restera un symbole de l’impuissance des pouvoirs publics face aux pratiques numériques. 

Mais le piratage est-il du vol ? En vingt-deux ans, de nouveaux acteurs associatifs remettant en question cette affirmation ont émergé. La Quadrature du Net, par exemple, rappelle que la diffusion d’un fichier numérique ne peut être comparée au vol d’une voiture, étant donné que le fichier d’origine est intact et volontairement partagé par son utilisateur. C’est le principe d’un bien non-rival. De plus, le terme “piratage” en soi est critiquable : popularisé dans les années 80 par des lobbies d’éditeurs comme la FAST ou la MPAA afin de porter l’infamie sur le partage d’œuvre, celui-ci n’a aucune base légale contrairement à “contrefaçon” ou bien “atteinte au droit d’auteur”. Il a néanmoins contribué à créer une identité politique revendiquée, comme celle du parti Pirate fondé en réaction à la loi relative au droit d’auteur de 2006. 

Ces différents acteurs et pirates ont pour point commun le rejet de la propriété intellectuelle patrimoniale, comme la Quadrature du Net, qui milite pour la mise en place d’une caisse finançant un document non-marchand. Cette position se base sur une défiance face aux groupes éditoriaux qui empêchent l’accès libre à la connaissance dans un but lucratif. Cette dénonciation est particulièrement forte dans les milieux de la recherche, où l’on reproche à ces groupes de profiter injustement de recherches dont le financement est parfois public, et de rendre la publication et l’accès à ces études particulièrement cher, nuisant alors à la science. D’où l’émergence de bibliothèques pirates comme Library Genesis ou Sci-hub, proposant des articles et livres académiques, et dont le fonctionnement repose sur des donations. 

Du fait de la réticence des éditeurs à développer l’ebook, le domaine du livre a longtemps été peu touché par le piratage. La numérisation de livres protégé par le droit d’auteur a donc été initiée par des équipe de pirates, comme la Team AlexandriZ, un groupe s’occupant alors de la numérisation et diffusion de livres, et qui fut dissoute en 2013 suite à une action en justice du SNE et de grands groupes d’éditeurs. Afin d’empêcher la diffusion illégale d’œuvre, les éditeurs ont également conçu des systèmes de verrouillage d’ebook, appelées DRM, permettant de limiter l’exemplaire à un lecteur. Cependant, ceux-ci sont critiqués même par les acheteurs, car ils risquent de rendre inutilisable un exemplaire trop ancien et empêchent le prêt.

C’est pourtant multiplier le nombre de lecteurs par livre qui devrait être la priorité, d’un point de vue culturel mais également écologique. D’après le rapport du Shift Project, la transition écologique du monde du livre ne peut se faire seulement par une optimisation de la production, mais également par une baisse même de la production de livres physiques. En effet, environ 13% des livres sont envoyés au pilon, et leur production est délocalisée dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère. Pourtant, les lecteurs sont toujours plus soucieux de l’image écologique et sociale des entreprises, et n’ont pas d’intérêt à soutenir une entreprise productiviste, polluante et proposant des conditions de travail précaire, tout comme ils sont prêts à récompenser une maison d’édition vertueuse. La diffusion illégale d’œuvre devient alors pour les lecteurs un moyen de réappropriation des questions écologiques et sociales.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
tospiri (2 janvier 2023). Le partage, c’est du vol ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search