Crise du papier, le chanvre à la rescousse !

Et si le bois n’était pas l’horizon final du livre imprimé ? En plein cœur de la Creuse se dresse une ancienne ferme devenue papeterie artisanale, avec une particularité remarquable : une fabrication à base de chanvre. La petite équipe de Pasdeloup promeut la traçabilité, l’origine France et l’écologie dans toutes ses activités. Zoom sur un artisanat mêlant innovation et tradition.

L’histoire d’un papier

En 2015, Bruno et Laurence Pasdeloup, décidés à vivre de leur passion pour le papier de création, se lancent dans une entreprise bien originale. Ils s’installent initialement dans l’Ain, à Pérouges, où ils s’attellent à la fabrication de papier de lin, de chanvre, de coton… et même de cacao !

Photos de Juliette Treillet

Le couple ne provient pas d’un parcours de papetier traditionnel. Depuis ses études d’histoire de l’art, Bruno multiplie les casquettes. Tantôt comédien, tantôt écrivain, en passant par croque-mort, il décide de passer plusieurs jours dans un monastère, où il travaillait dans un moulin à papier. Amoureux du processus, il va faire le tour de France pour apprendre le savoir toujours conservé par une poignée de papetiers artisanaux. Aujourd’hui, il est en charge de la partie artisanale de son entreprise, de la transformation des fibres végétales jusqu’au lissage des feuilles.

Laurence vient d’une formation dans le tourisme et le patrimoine. Dans la papeterie, elle s’occupe d’apporter les finitions aux feuilles de son époux, et de les transformer en produits comme des marque-pages ou des carnets.

Les étapes de fabrication

Le papier est fabriqué feuille à feuille. Les matériaux de base varient selon la saison et les exigences des clients, mais leurs productions principales sont le chanvre et le lin de par leur facilité d’approvisionnement et leur fort taux de cellulose. Tout d’abord, les fibres végétales sont mélangées avec de l’eau dans une pile hollandaise, une machine permettant de brasser et de mixer la future pâte à papier. Après l’ajout d’un peu de colle, ils plongent une forme (un tamis) dans la pâte pour créer la feuille, qu’ils vont ensuite coucher, presser, sécher et lisser. Pour une feuille de papier, il faut compter une à deux semaines. Un travail fin mais long, qui garantit un papier de qualité vendu principalement à des artistes professionnels ou amateurs. Aujourd’hui, Pasdeloup fabrique 30 000 feuilles par an, dont certaines pour le monde du luxe.

Photo : papeterie Pasdeloup

Une alternative éthique et écologique

Fibres végétales, colle… 100 % des matériaux utilisés proviennent de France. La stratégie « fait-main » de Pasdeloup assure une traçabilité authentique, qu’ils partagent eux-mêmes à travers des stages et des visites de leur atelier. En rejetant l’industrialisme de la production de papier, le couple réconcilie empreinte carbone faible et amour de la matière. De plus, la papeterie s’associe à des organismes de conservation de la nature, tels que le LeafLab, qui tente de recycler les déchets végétaux par le papier. Pasdeloup fonctionne également comme laboratoire de recherche, avec notamment une collaboration avec le designer Samuel Tomatis pour fabriquer du papier à partir d’algues invasives. Leur but est de se réinventer constamment, et leurs projets ne cessent de s’agrandir.

Et le livre dans tout ça ?

Actuellement, Pasdeloup ne fabrique pas de papier pour les livres, et encore moins pour une grande production. L’artisanal a beau offrir une solution pour la décarbonation des processus de fabrication, il peine encore à s’adapter aux enjeux d’une trop grosse demande. Mais leur constante action de recherche peut laisser entrevoir de l’espoir, et leur vocation de formation pourrait servir de tremplin pour une dissémination de leurs pratiques. Avec les éditions Flammarion, ils expérimentent et fabriquent du papier spécialisé. En 2014, l’imprimeur Growing Paper fait même appel à eux pour la création d’un papier ensemencé utilisé pour des cartes ou des calendriers. Pourquoi pas des livres ?

Growing Paper, l’imprimeur qui plante des arbres

Sources :

https://www.papier-artisanal.com/

https://www.swmintl.com/expertise/innovation/leaflab

https://www.studiosamueltomatis.com/

https://www.growingpaper.fr/

Estelle WALLIS



Citer ce billet
ewallis (2023, 6 janvier). Crise du papier, le chanvre à la rescousse ! Décarboner le livre. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search