Les micro maisons d’édition ou la sortie de la surproduction littéraire

La surproduction littéraire est l’un des grands enjeux de la transition écologique et énergétique pour l’industrie du livre. La majorité des maisons d’édition ont du mal à sauter le pas pour diminuer drastiquement leur production ; certains, au contraire, proposent des modèles radicaux.

La micro maison d’édition des Véliplanchistes

Avec environ 80 000 titres imprimés chaque année, l’industrie du livre en France se porte bien – trop bien pour son bilan carbone. Le nombre de titres publiés est l’un des principaux leviers sur lesquels jouer dans le cadre de la transition écologique et énergétique du livre. Le diminuer, c’est à la fois diminuer la production – et son bilan carbone – mais aussi l’envoi au pilon. Comment, alors, arriver à raisonner cette production pour en limiter l’impact environnemental ?

Diminuer les tirages, diminuer le nombre de titres publiés annuellement, la majorité des maisons d’édition concentrent leurs efforts sur ces points, lorsqu’efforts il y a. Rien de radical : la production annuelle reste peu ou prou la même, d’année en année. Malgré tout, certaines maisons font le choix d’un engagement beaucoup plus fort : c’est le cas des éditions des Véliplanchistes.

La maison d’édition des Véliplanchistes, c’est une micro maison d’édition fonctionnant sous la forme d’une association à but non lucratif. Les bénévoles qui y travaillent publient deux à trois titres par an, avec des tirages très limités, par tranche de cent exemplaires. C’est un modèle de fonctionnement radical, privilégiant la qualité – des titres choisis, mais aussi du suivi éditorial – à la quantité.

Bien sûr, ce modèle n’est pas viable dans le cadre d’une industrie ; demander à une maison d’édition de se concentrer sur une poignée de titres tirés à cent exemplaires, c’est s’assurer qu’elle mette la clé sous la porte. Chez les Véliplanchistes, seule la forme associative et non lucrative de la maison d’édition permet ce mode de fonctionnement, hors des logiques de marché de l’industrie livresque. Mais cela ne diminue pas l’importance d’un tel modèle ; de petites maisons telles que celle des Véliplanchistes, plus libres d’innover, proposent de nouvelles manière de voir l’édition dans son ensemble. Et qui sait, les efforts fournis par cette frange de l’industrie inspireront peut-être aux autres maisons des changements plus radicaux.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE



Citer ce billet
pmlabranche (2023, 13 janvier). Les micro maisons d’édition ou la sortie de la surproduction littéraire. Décarboner le livre. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search