Livre papier ou livre numérique : existe-t-il déjà un livre durable ?

La technologie est-elle encore une réponse viable aux enjeux environnementaux ? Dans la chaîne du livre, la question se pose entre livre papier et livre numérique. Instinctivement, le livre papier apparaît plus polluant ; il amène avec lui tout l’imaginaire de la production du papier et de la déforestation qu’elle entraîne. Mais peut-on faire confiance à notre instinct ? Essayons de comparer le bilan carbone d’une liseuse et d’un livre papier.

Peu d’études existent sur le cycle de vie du livre papier ; si l’on se base sur l’étude menée par le Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne (le BASIC), le bilan carbone du livre papier est en majorité issu de la production du papier. Le papier utilisé par l’édition française est majoritairement issu d’usines brésiliennes, aux normes environnementales bien plus souples que les normes européennes. Outre cette question des normes, la délocalisation de la production pose également le problème du transport des matériaux, qui vient alourdir le bilan carbone du papier. On a bien sûr d’autres pôles de pollution dans le cycle de vie du livre ; rien qu’à l’impression et au façonnage, l’utilisation d’encres, de pelliculages et autres produits chimiques est un casse-tête environnemental.

Côté liseuse, le bilan n’est pas plus brillant. L’utilisation de plastiques colorés non recyclables, mais surtout de terres rares, jouent contre le livre numérique. On sort du simple bilan carbone, mais la gestion des terres rares, en particulier du lithium, est un enjeu majeur tant géopolitique qu’environnemental et humain. N’oublions pas non plus les datacenters, nécessaires au stockage des e-books, mais très énergivores.

Mais finalement, peut-on réellement comparer la fabrication d’un livre papier et la fabrication d’une liseuse ? Deux études s’y sont attelées, lancées par Amazon (étude de Cleantech) et Hachette Livre (étude de Carbone 4). D’après Amazon, un livre papier produit 7,4 kg de CO2, contre 168 kg pour sa Kindle. Hachette compte pour un livre papier 1,3 kg de CO2 contre 235 kg pour une liseuse de type Sony Reader. Les résultats sont très différents ; dans le premier cas, la liseuse devient rentable écologiquement après 23 livres lus par an. Dans le deuxième cas, il faut en lire 180. Il faut peut-être rappeler que les Français lisent en moyenne 6 livres par an ; dans un cas comme dans l’autre, on est loin du compte.

L’industrie du livre, papier ou numérique, est condamnée à être polluante. Des solutions existent : le papier est encadré par des normes (PEFC, FSC), la gestion des déchets toxiques en imprimerie par le label Imprim’Vert. Ce n’est qu’un premier pas, critiqué par certains – WWF et Greenpeace remettent en cause la norme PEFC – mais annonçant une nécessaire prise de conscience et entrée en action. Du côté des liseuses, peu d’actions sont mises en place aujourd’hui. Peut être que le modèle du smartphone Fairphone, rendant possible la traçabilité des matériaux utilisés, est une piste à suivre pour le futur.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE



Citer ce billet
pmlabranche (2023, 13 janvier). Livre papier ou livre numérique : existe-t-il déjà un livre durable ? Décarboner le livre. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4v

2 réflexions sur « Livre papier ou livre numérique : existe-t-il déjà un livre durable ? »

  1. Bonjour,
    je m’étonne de cette affirmation ” Le papier utilisé par l’édition française est majoritairement issu d’usines brésiliennes” quelle est la source ?

    J’affirme que le papier vient majoritairement des pays scandinaves, et sous règlementation européenne.

    On se reportera utilement au document du SNE (syndicat national de l’édition) : https://www.sne.fr/environnement/sept-suggestions-pour-devenir-un-editeur-eco-responsable/
    Merci,
    NP

    1. Bonjour,
      J’ai trouvé ces informations dans deux articles que je met en lien ici:
      https://blog.mbadmb.com/la-liseuse-une-alternative-plus-ecologique-que-les-livres-papier-high-tech-ou-low-tech-qui-coute-le-plus-cher-a-la-planete/
      https://reporterre.net/Livre-papier-ou-liseuse-electronique-qui-est-le-plus-ecolo#:~:text=Cependant%2C%20comme%20pour%20tous%20les,la%20taille%20de%20la%20liseuse
      Cependant après relecture, leurs informations datent d’il y a quelques années (2017 pour Reporterre). Il est possible que les chiffres aient changé depuis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search