Le livre pour enfant, un paradoxe

Acheter à son enfant un magnifique livre pop-up en carton recyclé pour lui expliquer que protéger la planète est quelque chose d’important. N’est-ce pas ce qu’on imagine chaque parent faire s’il est un tant soit peu concerné par le futur de son enfant ? Et pourtant, quelle contradiction ! Ce livre, comme tous ses semblables vient de Chine, il a parcouru d’innombrables kilomètres et pour quoi faire ? Pour vous dire de sauver les abeilles et de moins prendre la voiture.

Cette surprenante contradiction a plusieurs explications logiques, mais en avoir conscience n’est pas tout. Existe-t-il des moyens de la contourner ?

Les livres pour enfants sont en réalité une très vaste catégorie, englobant entre autres les albums, les livres pop-up, les livres de bain ou encore les livres électroniques. (Je fais ici la distinction entre les e-books, les livres numériques ; et les livres électroniques, les livres physiques possédant des composants électroniques).

Les albums ne sont pas réellement concernés par cette situation. En effet, même si leurs formats sont plus variés que ceux des BDs et autres livres, ils peuvent être produits et imprimés en France.

Là où la chose devient beaucoup plus compliquée, c’est quand on est face à des livres composites ou très techniques. En effet, les livres sensoriels et les livres de bain sont faits de PVC, de mousse EVA, de fausse fourrure, et d’autres choses encore. Quand aux pop-ups, ils nécessitent des technologies de pointe pour la découpe des éléments.

Ces technologies existent, mais le marché chinois en a le monopole, notamment avec les imprimeries Wellfield. Il est pour l’heure impossible d’obtenir un tel livre sans passer par la Chine.

Le résultat de tous ces éléments sont des livres à des prix « raisonnables », certes, mais surtout des livres compliqués voire impossible à recycler et qui ont fait le tour de la planète pour arriver dans les mains de vos enfants. La fabrication de ces objets est donc un résultat direct du « m and m »(1), le « morality and money ». Où plaçons-nous la balance ? Nous voulons éduquer nos enfants, mais à quel prix ?

En France, nos savoirs faires sont différents. Nous faisons beaucoup d’albums et de beaux livres, et nos appareils de découpe servent le plus souvent à réaliser de belles cartes.

Alors que faut-il faire ? Se limiter aux albums ? Et donc renoncer aux bénéfices apportés au développement de l’enfant par ces objets ? Ou bien faut-il se pencher sur la question et chercher une manière réellement viable d’instruire nos enfants tout en protégeant la planète ?

Les seules actions existantes pour le moment sont celles de musées et bibliothèques faisant créer aux enfants leurs propre livre avec des formes et découpes simples, réalisables à la main, ou bien avec des collages de différentes matières.

On peut donc en déduire que le seul moyen de limiter l’impact de ces livres sur l’environnement est de passer par des réseaux d’occasion ou de prêt. C’est d’autant plus important car ces livres sont généralement utilisés peu de temps, les enfants grandissent vite.

Sources :

(1) muse.jhu.edu/article/250011/summary

http://fr.wellfieldprinting.com/Pop-Up-Book-Printing_c6

dergipark.org.tr/en/download/article-file/1875422



Citer ce billet
marbaut (2023, 17 janvier). Le livre pour enfant, un paradoxe. Décarboner le livre. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz4w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search