Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
aboisnard (5 décembre 2023). Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz65


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search