La politique de retours : Une aberration écologique

 Dans une industrie qui présente toujours plus de livres chaque année, on peut se demander comment font les librairies pour effectuer leur sélection de titres. La proposition exponentielle d’ouvrage augmente drastiquement les risques pour un libraire de se tromper et de manquer les intérêts de son public. Mais que faire, en cas d’erreur, de son stock d’invendus ?  

Une pratique commune à toutes les librairies quelle que soit leur taille est la politique de retour. Il s’agit d’un point essentiel dans l’activité d’une librairie. Mais derrière des apparences séduisantes sur le plan économique, on trouve également un enjeu écologique préoccupant. 

Lors de sa création, la politique des retour est perçue comme avantageuse pour l’économie d’une librairie. Cela permet des prises de risques pour diversifier la proposition littéraire sans crainte que cela encombre l’espace si les espérances de ventes ne sont pas atteintes. De plus, renvoyer les livres invendus permet de gagner de la place pour les titres qui se vendent le mieux. Le consommateur y trouve également son compte en pouvant retourner un livre sans motif valable. 

Un impact écologique à tous les niveaux 

Cependant, avec la crise écologique, la politique des retour dévoile un sérieux impact environnemental. Cela se ressent surtout au niveau d’une logistique importante déployée pour chaque livre retourné au distributeur. En premier lieu, les transports nécessaires pour retourner les livres augmentent de manière significative le bilan carbone d’une librairie. Le taux de retour d’une librairie indépendante, en 2022, équivaut à 20%. Bien que ce chiffre stagne depuis des années, il reste néanmoins trop élevé si l’on prend en compte son coût en transport mais aussi à la production de déchets que cela implique. Retourner des livres c’est aussi les emballer de nouveau dans des emballages plastiques et des cartons. Cette utilisation massive d’emballages supplémentaires dégrade l’environnement et accélère l’épuisement de ressource naturelle même en cas d’utilisation d’emballage éco-responsable.

Un autre impact écologique des retours est également ce que deviennent les livres retournés. On estime que le taux de pilon moyen est de 59% des retours. Il s’agit de livres neufs dont plus de la moitié sont donc détruits. Détruire des livres neufs en grande quantité est un indicateur d’une surconsommation et d’une surproduction évidente. Afin de pallier d’éventuels retours, les librairies commandent des quantités d’ouvrage plus importantes que nécessaires. Ces commandes trop volumineuses encouragent la surproduction qui gaspille ainsi le papier, l’énergie et les ressources nécessaires à la fabrication. Il en résulte un cercle vicieux où le fruit de la surproduction finit détruit, ce qui amplifie là aussi la production de déchets. 

Que faire ? 

Afin de réduire le gaspillage et l’empreinte carbone du secteur du livre, il est important de diminuer drastiquement les retours. Tous les acteurs du livre ont un rôle à jouer et il existe des solutions qui pourraient aider à amorcer une transition vers la suppression de la politique des retours. Les libraires sont encouragés à évaluer avec plus de justesse les habitudes de consommation de sa clientèle afin de procéder à un réassort de la librairie plus fidèle aux ventes qu’il va réaliser. Donner une seconde vie au livre pourrait être une solution envisageable. Les libraires pourraient adhérer à des programmes visant à rendre plus accessible culture, en donnant par exemple les invendus à des associations caritatives. Changer les habitudes de consommation passe également par une sensibilisation. Il faut encourager la réflexion avant l’achat plutôt que de se reposer sur la solution qu’offrent les retours.

Afin de décarboner l’industrie littéraire, commencer par repenser la question des retours est primordial, notamment face à l’enjeu écologique actuel. La politique des retours n’est plus le reflet des préoccupations actuelles. Malgré les avantages qu’elle a à offrir, elle soulève désormais bien plus de problèmes. La solution pourrait pourtant se trouver au sein de chaque acteur du livre, éditeur, libraire et même consommateur. Il faut encourager les actions de mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement et repenser sa manière de consommer. La politique de retour est un point d’entrée vers une industrie du livre plus éthique et écoresponsable mais chaque petit geste vert que peut offrir une librairie est à encourager. 

Juliette Loriot, Annouck Belaid M1 Métiers du livre et de l’édition

Sources

Étude : Chez les libraires, Les éternels retours, 2023. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/114158/librairie/etude-chez-les-libraires-les-eternels-retours

Les retours en librairie, 2023. Syndicat de la librairie française. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://guide.syndicat-librairie.fr/economie-et-gestion/les-retours-en-librairie

L’Observatoire de la librairie, Etude sur les retours, Octobre 2023


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
jloriot (16 décembre 2023). La politique de retours : Une aberration écologique. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf5r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search