La liseuse est-elle écologique ?

L’ebook est aujourd’hui une alternative à l’industrie du livre imprimé. Les avantages à lire un livre numérique sont nombreux, mais qu’en est-il de son impact sur l’environnement ? 

Le cabinet français de conseil Carbone 4, spécialiste de la transition énergétique pour les entreprises, affirme qu’une liseuse a un impact carbone plus important qu’un livre papier, si le nombre de livres lus à l’année est inférieur à 80. Or, les Français lisent en moyenne 22 livres par an, selon une étude menée par le Centre National du Livre en 2023. Le livre numérique est par conséquent, trop polluant par rapport à la consommation globale des Français. 

Aussi, la fabrication d’une liseuse est très néfaste pour la planète : il faut en effet extraire des matériaux rares et non-renouvelables et les méthodes impactent fortement l’écosystème. 

Par ailleurs, le transport de ces liseuses jusqu’aux chaînes de magasins spécialisées dans la distribution d’électroménager est dans la majorité des cas préjudiciable à l’environnement : nombre de liseuses sont créées depuis la Chine, la Corée du Sud ou bien encore Taiwan. Bien que de multiples entreprises françaises ou européennes se lancent dans une production locale, elles restent minoritaires sur le marché. 

Enfin, tout support numérique (liseuse, téléphone, ordinateur portable, tablette) où l’on peut lire un livre nécessite d’être branché fréquemment pour fonctionner, impliquant une haute consommation électrique. 

Il faut aussi rappeler que la durée de vie d’une liseuse est d’environ deux ans et que les matériaux qui la constituent sont pour la plupart non-renouvelables. 

Ainsi, acquérir une liseuse est nocif pour l’environnement de par la faible utilité que l’on en fait, sa fabrication et son transport, sa consommation d’énergie et sa faible durée de vie.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Sitographie : 

Bibliographie : 

  • RODHAIN Florence, « Chronique 19. Il faut 30 ans pour amortir une liseuse… Le livre papier plus écologique que le livre numérique », dans : , La nouvelle religion du numérique. Le numérique est-il écologique , sous la direction de RODHAIN Florence. Caen, EMS Editions, « Versus », 2019, p. 72-74. URL : https://www.cairn.info/la-nouvelle-religion-du-numerique–9782376872924-page-72.htm

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nkebaili (18 décembre 2023). La liseuse est-elle écologique ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf5w


Une réflexion sur « La liseuse est-elle écologique ? »

  1. Bonjour,
    Vous avez bien raison de rappeler que les comparatifs livres-liseuses “oublient” trop souvent la forte empreinte du cycle de vie de l’objet numérique qu’est la liseuse, et qu’il ne faut pas oublier cette évidence qu’un livre papier n’a pas besoin de prise électrique et de systèmes d’affichage électroniques fonctionnels pour être lu. Dans un pays où l’électrification est présentée comme synonyme de décarbonation et donc de réponse au dérèglement climatique, on a parfois vite tendance à l’oublier.
    Il y a une bataille de chiffres entre plusieurs études quant à savoir où se situe le ratio d’empreinte liseuse-livre (càd nombre d’ebooks lus sur liseuse pour l’amortir par rapport au recours au livre papier). C’est d’autant plus important d’en être conscient que les situations concrètes recouvertes par ces deux ensembles (“les livres” / “les ebooks”) sont très variables, associées à des modèles économiques ou sociétaux parfois très différents.
    [Cf. étude Ademe nov. 2022 “Evaluation de l’impact environnemental de la digitalisation des services culturels” : “En comparaison à un scénario de lecture sur livres papier neufs (usage unique), l’impact carbone de la liseuse est amorti au bout de 50 livres lus. Si l’on considère que les livres papier sont réutilisés ou acheté d’occasion (2 utilisations), alors l’impact carbone de la liseuse est seulement amorti au bout de 100 livres lus.”]
    [Inversement l’étude Cleantech commanditée par Amazon donne des chiffres plus arrangeants en direction des liseuses.]
    Elément de réflexion qui peut être important aussi : le statut actuel de l’information et de la lecture, et ses évolutions. Le fait est qu’elles sont devenues davantage des “consommables” et que dès qu’on prend acte de ces flux à hauts degrés de péremption, cela joue en défaveur de l’impression papier (mais on parlera alors ici plutôt du monde des publications en série, des journaux… plutôt que des monographies).
    Mettre sur la table l’infobésité médiatique et la sur-publication éditoriale est important, et cela peut donner des arguments non négligeables en faveur de la lecture électronique… mais pas forcément en faveur du terminal spécifique qu’est la liseuse !
    Ce caractère très peu polyvalent de la liseuse est un autre gros problème qu’on oublie souvent de mentionner : on a imaginé une réponse (largement cadenassée technologiquement, pire encore que les smartphones… et les bibliothécaires qui ont à gérer le bestiaire de problèmes techniques associables à des Kobo, aux DRM… ou qui doivent régulièrement répondre aux usagers “non non les ebooks PNB ne sont pas accessibles sur votre Kindle”, en savent quelque chose) à un périmètre restreint de besoins, et la principale raison d’être de l’objet liseuse (en plus de créer de la captivité au bénéfice de certaines majors du numérique culturel) semble rester l’encre numérique et quelques fonctionnalités de confort de lecture sur écran, qui pourraient tout aussi bien être imaginées transposées sur des écrans “standards” (smartphones et tablettes, cf. Baobab ou Aldiko… – écrans d’ordinateurs).
    Pour terminer, il me semble que plusieurs situations, certes très minoritaires, méritent davantage l’examen quant à la pertinence d’acquérir une liseuse :
    -1° les grosses lectrices et gros lecteurs (surtout si elles et ils sont nomades),
    -2° les bibliothèques (en tant que fournisseuses d’un package liseuse+ebooks qui, comme dans bien d’autres domaines du secteur numérique aujourd’hui, représente un modèle potentiellement vertueux “d’économie de la fonctionnalité”… même si c’est au fond assez théorique, puisque ayant le malheur de dépendre et d’entrer parfois en contradiction avec un modèle bien plus large et dominant d’individualisation des achats et des usages, modèle au coeur de l’économie actuelle du secteur numérique).
    Jean-Marie (membre de la commission ABF “Bibliothèques vertes”)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search