Le livre d’occasion, un marché émergent

            En France, le marché du livre et de l’édition est en pleine mutation avec l’émergence du numérique. Cependant, les publications de livres papier ne semblent pas diminuer. La surproduction perdure et favorise le nombre de livres détruits. Mais que peut faire un lecteur pour ne pas encourager cette pratique ? En étant en bout de la chaine du livre, c’est lui qui décide comment il consomme. En cela, il peut se tourner vers une solution proposée par de plus en plus de structures : le livre d’occasion.

Le livre d’occasion, un enjeu économique grandissant

            Dans un marché où le prix du livre neuf de cesse d’augmenter, le lecteur doit trouver des solutions pour contourner cette difficulté. Le livre d’occasion peut être une solution car son prix n’est pas assujetti à la loi Lang de 1981 relative au prix du livre, imposant un prix unique en France. Ainsi, le lecteur peut trouver son compte dans ces prix réduits. Il s’agit là d’un livre ayant déjà été acheté et ayant déjà vécu auprès d’un particulier. C’est un réel enjeu également pour les professionnels dans la mesure où le prix est attractif et attire de nouveaux clients. Le prix étant réduit, le potentiel futur lecteur aura moins de mal à passer l’étape de l’achat et sera moins critique vis-à-vis du livre, car il n’aura pas payé de tarif d’un livre neuf.

Acheter un livre d’occasion, c’est lui donner une seconde vie

            Acheter un livre d’occasion, ce n’est pas seulement bénéficier d’un tarif réduit, mais surtout faire vivre un objet qui aurait pu être détruit s’il n’avait pas été revendu. Tout le monde est gagnant dans l’équation, puisque le vendeur, que ce soit un particulier ou un professionnel, crée du bénéfice dans cette vente, et l’acheteur l’obtient moins cher et permet la réutilisation d’un livre. Le livre lui aussi garde la vie sauve, passant de main en main. Cette solution du livre de seconde main est un enjeu écologique essentiel. En plus d’allonger la durée de vie d’un livre, il peut, dans une certaine mesure, inciter les éditeurs à réduire le rythme élevé de publication. Hypothétiquement, si cette mesure était effective, elle permettrait de diminuer le taux de retour effectué par les libraires. Il en découlerait également une forte réduction du coût du transport, qui occupe une part importante dans le budget d’une librairie, mais aussi une baisse des livres destinés au pilon : c’est « près de 165 000 livres neufs détruits chaque jour », selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), de 2021.

Une multiplication des acteurs de la vente en ligne

            On sait que les librairies indépendantes et les grandes chaînes comme Amazon, Cultura ou encore la Fnac proposent principalement des livres neufs, mais désormais aussi des livres d’occasion. Ces grandes enseignes veulent se faire une place dans un marché en plein essor. Or, ils ne sont pas les seuls puisque des sites spécialisés sur l’offre d’occasion en ligne sont déjà bien installés tels Ebay, Leboncoin, Decitre et Gibert. Mais, avec la démocratisation du numérique, de nombreux nouveaux acteurs émergent et se développent rapidement tels La bourse aux livres, Momox ou Vinted. La multiplication de ces sites de ventes d’occasion prouve qu’il y a une forte demande des lecteurs. En France, « 53% des acheteurs de livres achètent de l’occasion » (Secteur du livre).

L’occasion, une solution durable ?

            Au final, le marché du livre d’occasion répond à de nombreux enjeux, qu’ils soient économiques ou écologiques. Mais, est-ce vraiment une solution pérenne ? C’est le lecteur seul qui décide de faire cette démarche pour soutenir le livre de seconde main et ne pas consommer de livres neufs quand d’autres exemplaires sont déjà disponibles. La question principale va plus s’orienter vers les acteurs de la chaine du livre. Des solutions existent déjà et proposent de réduire la production de masse et mettre en place des « éco-gestes et des mesures de diminution des émissions basées sur les économies d’énergie » (The Shift Project). En cela, si ces mesures sont mises en place, elles pourraient diminuer considérablement les risques environnementaux et favoriser le développement durable dans le secteur du livre.

FOUQUE Clément – M1 MDLE (IDB)

Sources

The Shift Project, Décarbonons la culture !, 2021

CHABAULT Vincent, La cote internet contre le savoir-faire. La formation des prix sur le marché du livre d’occasion, 2019, p.359-375

TALBOT Louie, Vincent Chabault, Le Livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition, 2023, p.499-502

Secteur du livre, Le marché du livre ancien et d’occasion en  2023, Expodif.fr, 2023

Loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cfouque1 (19 décembre 2023). Le livre d’occasion, un marché émergent. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf5z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search