Les chiffres du pilon en France et certaines alternatives proposées

La mise au pilon en France

Le secteur du livre et ses acteurs sont comme beaucoup d’industries touchées par les problématiques environnementales, surtout concernant l’utilisation de ressources premières, notamment avec la pénurie de papier. C’est dans ce contexte que la pratique du pilonnage se voit pointer du doigt. En observant les chiffres du SNE, on se rend compte de l’ampleur du problème : 25 % des ouvrages produits et mis en distribution seront invendus et partiront pour la grande majorité en retour. En 2018, 46 898 tonnes de livres sont passées par ce procédé, soit 23,3 % du total des livres ayant été transportés vers les différents points de vente. Pour la même année, 28 367 tonnes seront pilonnées, soit 60,48 % des retours. De 2018 à 2020, on remarque que les pourcentages de retour et de mise au pilon subissent une chute constante, mais restent tout de même assez élevés (18,2 % de retour et 11,8 % de mise au pilon par rapport au total).

Le livre en France possède un statut particulier, une certaine aura, qui peut se constater au niveau légal avec les lois Lang et Darcos mais aussi au niveau culturel, pensé avec des normes de qualité bloquant certains changements. Selon le SNE, 100 % des livres pilonnés vont partir au recyclage. Ce papier recyclé voit une baisse de qualité après le procédé. Cette qualité moindre ne répond pas aux exigences des éditeurs qui craignent les critiques des lecteurs et redoutent en conséquence une baisse du nombre de ventes. L’achat de papier recyclé ne représente que 1 % du total en 2018, ce qui suit une baisse progressive depuis déjà plusieurs années. Pour les raisons citées plus tôt, l’acquisition de matières recyclées pour les livres n’est que de 0,3 % du total des livres fabriqués chez les éditeurs, les imprimeurs les devancent avec 3,1 % de leur achat total. Ces chiffres indiquent donc que même si la totalité des œuvres mises au pilon sont recyclées, très peu redeviendront des livres tant que la matière recyclée ne répond pas aux exigences des éditeurs, que ce soit par l’amélioration du recyclage ou l’abaissement de certains standards relatifs aux ouvrages littéraires.

Alternatives proposées

Pour un grand nombre d’acteurs du monde du livre, un tel gaspillage, mais aussi l’idée de destruction pure et simple de livres, parfois jamais lus, semble grotesque ou économiquement peu viable. Des solutions pour éviter le plus possible cette méthode ont donc vu et verront le jour.

Le numérique peut permettre de trouver comment écouler ces titres pour les éditeurs :

My fair Book travaille avec des maisons d’édition dans le but de proposer sur son site des livres délaissés toujours en commercialisation sans être sur les tables des librairies. L’objectif est d’accroître la visibilité et la durée de vie de ces œuvres en leur donnant une seconde chance. Les livres étant neufs, ils restent soumis à la loi Lang et ne sont commandés par My Fair book qu’une fois la vente effectuée pour éviter un surstockage.

Actes Sud a plusieurs fois retiré des librairies et effectué une mise en solde de livres en fin de cycle sur Vente-privée.com pour leur éviter le pilon et potentiellement leur donner une autre vie.

Des exemples d’alternatives ne sont pas qu’autour du numérique et interviennent aussi avec des solutions plus locales ou directement en point de vente :

La librairie O’merveilles propose des paquets mystères contenant trois livres présentant un intérêt littéraire, mais n’ayant pas trouvé d’acheteur. La valeur de la pochette équivaut celle du contenu et évite d’augmenter de beaucoup le nombre des retours d’œuvres tout en apportant un aspect ludique.

La maison d’édition MeMo a fait le choix du zéro pilon malgré les difficultés de gestion et les coûts que cela apporte, privilégiant le don à des associations plutôt que la destruction d’ouvrages de leur catalogue.

Les éditions Wildproject pour des soucis écologiques ont décidé de réduire le plus possible le pilon en proposant la mise en place de ventes à petit prix appelées « Sauvées du pilon ».

Pour les maisons d’édition, comme on peut le voir, ces alternatives représentent souvent un effort à la fois de gestion et financier. Le pilon est donc pour l’instant une alternative plus simple et économiquement intéressante. Même si les alternatives se développent, cet aspect peu pratique pousse des acteurs du milieu à la demande d’une réflexion et d’une refonte du système des retours et de la mise au pilon, certains proposant même l’interdiction de ce dernier si le livre est en bon état. La possibilité du pilonnage et de son recyclage total selon eux pousserait à ne pas s’inquiéter de la surproduction et de se trouver des excuses.

Bibliographie :

-Actualitté, My Fair Book : une solution écologique contre la destruction de livres, (consulté en Novembre 2023)

-Actualitté, Vendre des livres sur vente-privée, « une alternative au pilon »,(consulté en Décembre 2023)

-Fédération internationale du livre et de la lecture, Quand les pros (re)font vivre les livres, (consulté en Décembre 2023)

-Syndicat National de l’Édition, Enquête sur les tonnages de livres transportés dans l’édition : retours, pilon et recyclage (2018-2020), PDF, 10 p.

-Syndicat National de l’Édition, Les achats de papier des éditeurs de livre en France -2017-2018, PDF, 13 p.

-WWF France, Rapport vers une économie plus circulaire dans le livre, PDF, 64 p


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hchaveneau (21 décembre 2023). Les chiffres du pilon en France et certaines alternatives proposées. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf63


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search