La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ?

Le problème des retours

L’un des problèmes majeurs dans l’industrie du livre, c’est celui des invendus, ces livres retournés à l’éditeur via le diffuseur, pour la grande majorité pilonnés (détruits) dans un souci d’économies. En effet, afin de permettre aux libraires de prendre des risques dans leurs commandes de livres et ainsi de garantir une diversité littéraire (autrement appelée bibliodiversité), la France a opté pour ce système de retour. Si celui-ci a ses avantages, que dire de ses inconvénients ? A la charge des libraires et des éditeurs, seuls les diffuseurs s’en tirent gagnants économiquement. Mais surtout se pose la question de l’écologie : multiplier les transports avec des véhicules polluants pour des livres qui seront détruits par la suite semble assez inutile.

La source du problème : la surproduction

On peut se demander pourquoi il y a autant de retours. Ne peut-on pas produire moins de livres ? C’est sûrement ce qu’il faudrait faire, en effet, mais pas facile : une fois publiés, les livres répondent à la demande. Les éditeurs comme les libraires ne peuvent se permettre d’arrêter la production d’un best-seller. De plus, lors de l’impression initiale, chaque éditeur imprime suffisamment pour pouvoir rentabiliser les coûts de production de l’ouvrage, dans l’espoir que ces livres soient vendus. C’est bien là le problème du monde du livre : les succès sont souvent imprévisibles et il faut prendre des risques si l’on ne veut pas tomber dans un schéma d’industrialisation toujours plus intensive du livre, avec des lectures toutes similaires les unes aux autres.

Des solutions possibles

  • Le retour des libraires-imprimeurs : afin d’éliminer le transport et la surproduction. Les libraires pourraient ainsi imprimer les livres « à la demande », à condition que ceux-ci soient tous dans un format classique, ce qui imposent des contraintes éditoriales.
  • Abolir le système des retours : cela ferait porter la responsabilité des ventes sur les libraires. Mais se pose donc la question de la diversité littéraire sur les étagères des librairies. Et que faire alors des diffuseurs ?
  • Faire une « trêve littéraire » : c’est-à-dire arrêter de recevoir des nouveautés pendant un moment afin de laisser plus de temps aux livres déjà sortis, de leur donner une meilleure chance au succès.

La « trêve littéraire », qu’est-ce que c’est et pourquoi ?

Janvier 2024, aucun livre ne paraîtra chez les éditions Tripode. Les livres prévus ce mois-ci sont repoussés à une date ultérieure. L’occasion pour la maison d’édition de faire le point sur « le rythme de nos métiers » et sur « un risque de surchauffe ». En effet, le rythme de publication de nouveautés s’est intensifié ces dernières années, avec une hausse de 37% des titres édités entre 2011 et 2022. Les éditions Tripode, dépassés par le succès de certains de leurs auteurs, ont souhaité prendre le temps, un mois pour se permettre de travailler sur d’autres projets et d’approfondir ceux en cours ; en clair de briser cette cadence effrénée vers toujours plus de nouveautés. L’Association pour l’écologie du livre soutient cette reprise en main du temps de travail et encourage également les libraires à prendre une pause dans le « travail des offices », c’est-à-dire le travail fait en amont de la vente avec les diffuseurs ; et ainsi à refuser les nouveautés pendant un temps. Nous assistons ainsi à une remise en question de cette recherche constante du nouveau best-seller, du nouveau prix Goncourt ou Femina ou autre ; en bref du nouveau succès qui renflouera les caisses. Et si on se contentait de plusieurs bons livres, bien travaillés et originaux, plutôt que d’une sélection de gros succès ?

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Tiniscopa, A. (2023, août 30). « Le Tripode fait une « trêve littéraire » en janvier 2024 ». Livres Hebdo. https://www.livreshebdo.fr/article/le-tripode-fait-une-treve-litteraire-en-janvier-2024

« Vente de livres : prix de vente, droit de retour, label ». (2023, 7 octobre). Entreprendre Service-Public.fr. https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F22713


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mlouedec (21 décembre 2023). La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf65


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search