La « trêve littéraire » des éditions Le Tripode

Le Tripode, maison d’édition fondée et dirigée par Frédéric Martin, ancien éditeur chez Viviane Hamy et fraîchement nommé au conseil d’administration de la bibliothèque public d’information, a annoncé par le biais de ses réseaux sociaux la décision de procéder à « une trêve littéraire ».

Publication Instagram de la maison d’édition Le Tripode 31/08/23

La structure parisienne, crée il y a un peu plus de 10 ans, a choisi de repousser les sorties de janvier 2024 aux mois de février et mars. Fait rare pour une maison de ce standing, présentant des chiffres de ventes importants et un catalogue prestigieux, cette initiative semble mêler volonté d’éviter une surchauffe des équipes et prise de conscience des impacts de la production éditoriale sur l’environnement et les conditions de travail des acteurs du livre. Qu’est ce qui a motivé cette initiative ? S’agit-il d’une « innovation de rupture » comme certains semblent la considérer ? Cette trêve s’inscrit-elle dans un mouvement plus vaste de reconsidération des usages industriels liés au livre ?

Une industrie en surchauffe

La logique de surproduction centrée autour de la nouveauté est une pratique assumée de l’industrie du livre. Pour les éditeurs, multiplier les publications permet d’éparpiller le risque d’échec et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. L’importance des tirages dans une dynamique de stock, et non de flux, liée au besoin de réduire les coûts à l’impression et de prendre de la place sur les tables des libraires est un autre usage répandu de ce secteur. Comme celui du cinéma ou de la musique, le monde du livre répond depuis l’après-guerre à une logique industrielle ou le système du plébiscite prime. La légitimation de marché (promotion d’un livre en exposant, ou en feignant son succès) est l’outil de marketing principal des producteurs. Paradoxalement, pour vendre un livre, il faut montrer qu’il se vend, et ainsi le distribuer partout. De ce fait, chaque année, plus de livres sont produits que consommée, et une bonne part des nouveautés, environ 60 millions d’ouvrages par an, finissent au pilon (les livres non vendus sont pour la plupart détruit et recyclé en papier toilettes et en carton qui vont servir… à transporter des livres). Des statistiques facilement accessibles sur le site du SNE (syndicat national de l’édition) permettent de se rendre compte de l’ampleur du gâchis. En 2022, 536,9 millions de livres étaient fabriqués et imprimés, et seulement 448,5 millions vendus. Malgré une baisse du nombre de livre produit comparée à une année 2021 hors norme en termes de consommation (486,1 millions d’unités vendues) et de production (554 millions d’exemplaires imprimés), les chiffres de 2022 sont en augmentation par rapport à 2019 (435,1 et 516,8) considérée par les professionnels du secteur comme la dernière année normale pré-pandémie. En 2018 et en 2019, plus de 28 000 tonnes de livres étaient pilonnés pour être recyclé, c’est à dire à peu près 14% de la production totale des ouvrages sur chacune des deux années. Une simple visite sur le site internet de grandes maisons d’éditions généraliste permet de se rendre compte de ces logiques de production jusqu’à l’épuisement. Grasset prévoit par exemple la sortie de 27 titres le mois prochain (nouveautés et réimpressions). Chez Gallimard, c’est 92 ouvrages qui verront le jour sur la seule période du mois de janvier 2024. Ainsi, en 2022, plus de 111 000 titres (nouveauté ou réimpression) ont été édités. C’est dans ce contexte que des maisons indépendantes, plus modestes et plus au fait, peut-être, des réalités du terrain, font preuve d’initiatives afin d’enrayer la machine.

Un geste en rupture

C’est par le biais d’un post Instagram que Le Tripode a annoncé sa volonté de ne pas publier de livre en janvier 2024, mois qui représente la deuxième rentrée littéraire de l’année après celle de la fin d’été. Dans une sorte de cri du cœur, la maison indique s’interroger « sur le rythme de [leurs] métiers, autrement dit le risque de surchauffe ». Contactée par mail, Aglaé de Chalus, responsable des relations médias au sein de la structure, nous a précisé les raisons d’une décision mûrement réfléchie. En premier lieu, il s’agit d’une attention portée au bien-être des libraires qui sont confrontés chaque année entre juillet et janvier à une arrivée quasi quotidienne et permanente de cartons de nouveautés. La période de janvier qui conclut ce marathon est « souvent peu appréciée » par ces derniers. L’idée est de les soulager en repoussant les publications à février et mars, périodes plus calmes. L’éditrice nous assure cependant qu’il n’existe « pas de burnout ni d’épuisement » au sein de son équipe, mais plutôt une envie de « s’offrir [du] temps pour accompagner au mieux les succès passés et les nouveautés à paraître en 2024 ». Au-delà de l’allègement de la charge des libraires, faire une pause des publications serait alors un moyen de s’organiser autrement et plus librement pour « faire les choses le mieux possible ». L’éditrice constate ainsi l’accélération des rythmes de publications et « une production de livres qui n’en finit pas de grossir ». Dans ce contexte, l’annonce des éditions Le Tripode représente une rupture avec l’industrie du livre, ses usages traditionnels, et sa quête de croissance permanente. Il paraît cependant nécessaire de mettre en perspective cette initiative avec le succès commercial de la maison et sa bonne santé financière. Aglaé De Chalus parle ainsi « d’une année [2023] exceptionnelle à tous point de vue » marqué par des succès critiques et commerciaux important, notamment l’ouvrage Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi, récompensé par le prix du livre Inter et objet d’un important succès en librairie. Le risque financier d’une telle trêve est ainsi « mesuré » et considéré par l’entreprise comme « minime comparé au temps gagné » et au renforcement de liens déjà étroits avec les libraires, premiers bénéficiaires de cette initiative. La question se pose alors quant à la faisabilité d’une telle entreprise de la part d’une maison d’édition aux finances plus modestes.

Quelques exemples de titres publiés aux éditions Le Tripode

« Reprendre la main »

Attention portée aux conditions de travail des libraires et à un meilleur accompagnement des auteurs, volonté de s’éloigner de l’engrenage toxique de la dépendance aux nouveautés et de l’accélération de la production éditoriale, amélioration et ré-humanisation de la relation libraire-éditeur : la trêve littéraire des éditions Le Tripode correspond bien à un geste politique en rupture avec le fonctionnement de l’industrie du livre. Pour autant, loin d’eux l’idée de changer les choses en profondeurs avec une simple annonce, Aglaé De Chalus précise ainsi qu’il s’agit d’un succès si l’initiative « fait réfléchir et fait parler » et affirme avoir reçu « un raz-de-marée de messages, […] tous très encourageants et positifs ». Dans un même mouvement, l’association pour l’écologie du livre appelle les libraires à opérer à une trêve des nouveautés dans un processus de recherche-action à mener entre les mois de janvier et juin 2024. Cette initiative vise à « reprendre la main sur l’offre de nos librairies dites indépendantes » et à « entamer un dialogue constructif sur ces questions de décélérations entre les différents acteurs et actrices du livre ». Ces innovations, semblables dans leur remise en question du fonctionnement d’une industrie en retard sur sa transition écologique, le sont également par l’indépendance des acteurs qui les mettent en place. Reste donc à convaincre les autres, grands groupes industriels et consommateurs en tête. Mais Aglaé de Chalus en est convaincu, « nous sommes sur la bonne voie ».

Zacharie COCO-MANTOVANI – M1 MDLE Parcours édition

Sources et liens externes :


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
zmantovani (22 décembre 2023). La « trêve littéraire » des éditions Le Tripode. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf68


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search