L’engagement des libraires face à la surproduction littéraire

L’Association pour l’écologie du livre, avec le soutien de libraires, entreprend une démarche de recherche-action autour du flux de nouveautés pour réorganiser le temps de travail des libraires et limiter le mode de reproduction de masse qui a un coût environnemental élevé.

Une surpoduction littéraire

Depuis plus de vingt ans, la chaîne du livre en France a connu une forte croissance des flux de nouveautés de livres. Le nombre de titres édités est passé de 81 268 en 2011 selon les chiffres ministère de la Culture, à 111 503 en 2022 (chiffres  du SNE, Syndicat National de l’Edition), ce qui représente une hausse de 37 % en une dizaine d’années. Ainsi, on a pu observer une émergence de l’uniformisation de la culture et plus particulièrement de la création littéraire avec des reproductions de best-sellers qui encombrent de plus en plus les étals des libraires. Cette puissante accélération a un coût écologique, économique et humain. L’utilisation de ressources papier, d’eau et de pétrole, augmente, et la tension que crée ce rythme de production effréné affaiblit aussi les économies des différents métiers. La vitesse est telle que les acteurs et actrices du livre ont de moins en moins de temps pour accomplir leur travail comme ils le voudraient.  

Qu’est ce que « la trêve des nouveautés » ?

Depuis 2019, l’Association pour l’écologie du livre réunit une cinquantaine de représentants et  représentantes du secteur du livre pour partager des réflexions collectives sur les modes de fonctionnement et les pratiques de tous les maillons de la chaîne du livre. Leur approche est d’allier l’expérimentation à la collecte des résultats afin de produire de l’information et de la réflexion sur un sujet donné.

L’association a annoncé la mise en place du dispositif de recherche-action Trêves de nouveautés pour les libraires qui aura lieu de janvier à juin 2024. Les libraires prennent l’initiative de prendre des pauses dans le travail des offices avec les diffuseurs, c’est-à-dire faire une pause sur l’achat des nouveautés à paraître.  La trêve ne signifie pas que les libraires doivent boycotter certains livres, mais en refusant, même temporairement, d’acheter de nouveaux titres, l’idée est de consacrer plus de temps pour mettre en valeur et exposer les livres déjà présents dans les rayons des librairies. De plus, en réduisant le temps de travail très chronophage avec les représentants de diffusion sur des bons de commandes, les libraires pourront bénéficier de plus de temps pour sensibiliser leurs clients sur les enjeux écologiques de la production littéraire, sur les délais de livraisons mais aussi sur l’écosystème du livre en général. 

Le préjudice des retours

L’initiative de l’Association pour l’écologie du livre fait échos à un questionnement de plus en plus présent auprès des libraires : les retours des livres invendus aux diffuseurs. En effet, le taux de retour observé en librairie est élevé, autour de 18 % en 2022 selon une étude du Syndicat de la librairie française. La question des retours est devenue une préoccupation majeure des libraires, notamment parce que plus le taux de retour est important, plus le chiffre d’affaires du magasin a tendance à diminuer. Établis autrefois pour permettre aux libraires de prendre des risques en achetant des titres d’auteurs peu connus, les retours sont aujourd’hui discutés car ils représentent un temps considérable pour les libraires, et de grandes manipulations de cartons qui arrivent et repartent sans arrêt. 

Par ailleurs, les retours représentent un coût important pour l’environnement : « avec un taux de retour de 20 %, ce sont environ 6700  livres retournés, 135 cartons de retours, 3900 livres pilonnés et 6,7 tonnes d’équivalent CO2 » qui en découlent, d’après l’organisation professionnelle du SNL. 

En temporisant les achats de nouveautés, les libraires auraient ainsi plus de temps pour mieux  connaître les livres de fond, mieux les exposer et ainsi mieux les vendre. Les taux de retours en seraient ainsi réduits, limitant les dégâts économiques et écologiques qu’ils représentent. Par ailleurs, cette trêve de nouveautés permettrait d’accorder une plus grande place à des titres de niche ou à des catalogues de petites maisons d’édition qui sont régulièrement noyées dans la production de masse des grands  groupes éditoriaux, et ainsi favoriser davantage la bibliodiversité. 

Cette nouvelle manière de penser le métier de libraire permet à la fois d’améliorer leur condition de travail, l’économie des librairies mais aussi et surtout l’impact carbone de celles-ci, avec des livres vendus et non retournés. 

Les libraires ne sont pas les seuls à agir contre la surproduction littéraire, la maison d’édition Le Tripode a aussi décidé de faire une « trêve littéraire » en ne publiant aucune nouveauté en janvier 2024. Ces initiatives sont la preuve d’une prise de conscience des professionnels de l’écosystème du livre sur l’impact environnemental et social du système éditorial traditionnel. L’enjeu des différentes entreprises comme celles-ci est de tenter de bâtir une chaîne du livre écoresponsable adaptée à une société qui se veut plus écologique, par le biais d’innovations collectives et soutenables.

DE FRANCESCO Tina – M1 MDLE

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Le Livre est-il écologique ?, Association pour l’écologie du livre (Wildproject), 2019, pp-89-90


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
tdefrancesco (22 décembre 2023). L’engagement des libraires face à la surproduction littéraire. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf6c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search