La bibliothèque de Varennes au Québec, le pari réussi d’une consommation énergétique nulle ?

Source : https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

Les concepteurs de la bibliothèque Jacques-Lemoyne-de-Sainte-Marie de Varennes ont fait un pari qui pourrait sembler fou à plus d’un. En effet, pour ce bâtiment d’une superficie de 2230 mètres carrés sur deux étages, ils ont promis une consommation d’énergie nulle. En juin 2016, la bibliothèque obtient d’ailleurs le prix dans sa catégorie pour le volet Culture et développement décerné par le Réseau les Arts et la Ville. La structure ouverte en 2012 a respecté son but d’atteindre une consommation énergétique nulle en 2021. Sa fréquentation aurait même doublé selon le maire de la ville de Varennes.

Pour arriver à ce résultat, les concepteurs ont utilisé des matériaux à même de fournir à la bibliothèque une indépendance énergétique totale. Les gaz à effet de serre ainsi que la consommation d’eau potable ont été réduit de 40 à 50 % grâce aux choix effectués. L’ajout d’un bassin de rétention d’eau de ruissellement en surface a évité d’installer un système d’irrigation pour les espaces extérieurs et les appareils de plomberie ont été réglé à un faible débit (la robinetterie produit un litre d’eau par minute). Pour la production d’électricité, des panneaux solaires ont été installés sur le toit et fournissent une production énergétique de 120 000 Kilowattheure par an. Les 428 panneaux de 1,66 mètres carrés ont une capacité de 260 watts. Le bâtiment génère ainsi 184 Kilowattheure par mètre carré et par an. Les luminaires éclairent selon un mode horaire pensé en fonction de l’occupation et de l’ensoleillement : des détecteurs de présence et des données sur la luminosité informent le système d’éclairage grâce à une station météo sur le toit. Enfin, l’énergie thermique du sol est récupérée puis répartie dans le bâtiment avec neuf puits de 150 mètres de profondeur. Tout le potentiel de la bibliothèque n’a d’ailleurs pas été utilisé puisqu’une petite partie du toit a été recouvert de panneaux solaires. Si la totalité du toit avait été recouverte, les immeubles environnants auraient pu profiter de la chaleur et de l’électricité produites.

En parallèle de ces solutions que l’on peut qualifier d’« actives», des solutions «passives» ont été trouvé. L’érection du bâtiment dans l’axe est-ouest, la disposition des étagères perpendiculaires aux fenêtres et une fenestration adaptée au climat aident à optimiser l’ensoleillement et la ventilation naturels. Dans le même temps, l’inclinaison de la toiture à 37 degrés et exposée au sud est idéal pour l’ensoleillement. Ensuite, la diminution des places de stationnement par rapport à l’ancien site a donné lieu à la plantation de 9 arbres qui une fois mature, pourront prélever chacun jusqu’à 450 litres d’eau du sol puis la rejeter sous forme de vapeur d’eau ce qui réduit de 10 degrés la température ambiante. Les installations (panneaux photovoltaïques et autres) réchauffent également 100 % de l’air neuf grâce à la récupération de leur chaleur en hiver. Même la chaleur de l’air vicié qui est évacuée est réutilisée avec l’aide d’une roue thermique qui récupère 75 % de la chaleur. En outre, tous les revêtements (intérieurs et extérieurs) et murs sont fait en bois ce qui aide à conserver naturellement la chaleur. Enfin, il n’y a jusqu’à la profondeur du bâtiment (18,3 mètres) qui a été réfléchi pour optimiser l’éclairage naturel qui touche plus de 90 % des espaces. Les couleurs des espaces en des tons clairs et les fenêtres ouvrantes motorisées accentuent l’influence de l’éclairage naturel.

Le concept de la bibliothèque a été porté par le Réseau de recherche sur les bâtiments solaires, proposé à l’État par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), et finalement, financé par le gouvernement fédéral. Le projet d’un budget de 9,2 millions d’euros a pu voir le jour grâce aux subventions de 6,8 millions d’euros et aux dons. Il fait partie d’un programme plus général : le Réseau stratégique du CRSNG sur les bâtiments intelligents à consommation énergétique nette nulle (BICENN) qui regroupe 29 chercheuses et chercheurs et des partenaires gouvernementaux et industriels. Parmi ces chercheurs, le professeur Andreas Athienitis qui a dirigé le groupe à l’origine du projet. Un avantage certain de ce type de construction est qu’ils ne sont pas dépendants du réseau électrique de la ville ou des conditions climatiques. Ils sont à même de produire de l’énergie sans aide et alimenter le réseau si ce dernier connaît une panne. Dans les conditions actuelles d’incertitude énergétique liée aux guerres mais également au changement climatique, ces projets visent à se multiplier pour d’autres bâtiments canadiens.

Le chercheur Andreas Athienitis, a d’ailleurs expérimenté personnellement ce pari de consommation énergétique nulle puisque sa propre maison a été construite pour atteindre cet objectif. Qu’attendons-nous donc pour élargir ces projets d’avenir à nos bâtiments de proximité puis à nos propres habitations, cette fois ci en France ?

Sources (sites internet):

https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

https://www.concordia.ca/fr/nouvelle-generation/villes/recherche/consommation-energetique-nette-nulle-pour-la-bibliotheque-de-varennes.html

https://rematek-energie.com/portfolio/installation-dun-systeme-photovoltaique-bibliotheque-netzero-de-varennes/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mberard (21 février 2023). La bibliothèque de Varennes au Québec, le pari réussi d’une consommation énergétique nulle ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz5x


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search