Les labels verts dans l’impression : un gage de sérieux et de durabilité ?

Le secteur de l’impression est touché par la création et la multiplication de labels verts. Mais à quoi correspondent ils ? Est-ce un gage de sérieux et d’engagement sur les critères environnementaux ?

Dans une volonté de rendre l’impression papier plus écologique, des organismes normalisateurs spécialisés mettent au point des certifications. Ces certifications, ou labels, peuvent être regrouper en trois domaines : l’imprimeur, le papier et la forêt.

Chez les imprimeurs les écolabels ont pour but de montrer que la fçon de faire respecte l’environnement de manière durable. On trouvera les certifications Imprim’Vert et ISO 140001 pour les plus connues, mais aussi Print’Ethic qui est spécialisé dans les industries graphiques, ou EMAS (Eco-Management and Audit Scheme) qui évalue les performance environnementales. Pour mieux comprendre comment fonctionnent ces labels, prenons l’exemple d’Imprim’Vert.

Logo Imprim'Vert

Créé en 1998 par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Loir-et-Cher et la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Centre, ce label compte aujourd’hui plus de 2 000 sites labellisés. Pour pouvoir porter ce logo, 5 critères sont à respecter : l’élimination conforme des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non-utilisation de certains produits CMR  (substances Cancérogènes, Mutagènes et toxiques pour la Reproduction), la sensibilisation environnementale et le suivi des consommations énergétiques du site. En réunissant tous ces critères, les imprimeurs certifiés doivent diminuer leur impact écologique.

Pour pouvoir imprimer, les imprimeurs ont besoin de se fournir en papier. Or pour rester dans leur ligne écologique, un imprimeur choisira de se fournir d’un papier écolabellisé, c’est-à-dire dont on connait la provenance des matières premières et la consommation d’énergie lors de la création. On peut trouver parmi ces certifications, l’écolabel européen, le plus important, ou encore le Cygne Blanc et l’Ange Bleu qui sont des labels propres à leur pays d’origine, respectivement la Suède et l’Allemagne.

logo écolabel européen

L’écolabel européen, spécialisé dans le papier imprimé est certifié par l’AFNOR (Agence Française de NORmalisation). Il a pour objectif de promouvoir une économie circulaire en générant moins de déchets et de CO2 tout en développant des produits durables, faciles à réparer et recyclables.

Le papier, élément essentiel dans l’impression, est fabriqué à base de fibre de papier qui est issue d’arbre ou de papier recyclé. Des écolabels tels que FSC (Forest StewardShip Council) et PEFC (Programme de Reconnaissances des Certificatiosn Forestières) ont été créé pour certifier de la gestion durable d’une forêt pour les générations actuelles et futures et sur la traçabilité de ses produits. La principale différence entre ces deux labels sur un produit, est que FSC certifie que ce qui a été réutilisé a été recyclé à 100% tandis que PEFC garantit que le produit est composé d’au moins 70% de matériaux recyclés. Aujourd’hui seulement 10% des forêts sont certifiées dans le monde.

log FSC

En France la certification FSC compte 68 adhérents et comptabilise 94 000 hectares de forêts certifiées. 10 principes sont à respecter pour obtenir l’écolabel autour de 3 thèmes : le respect des droits et des lois, les impacts environnementaux et la gestion des forêts. La branche française fête cette année ses 15 ans d’existence et propose une nouvelle stratégie autour de trois grands axes : le développement de cette certification, le développement de la consommation responsable et le renforcement de l’écosystème d’acteurs. Dans le but d’avoir des forêts françaises engagées dans la prévention de la biodiversité forestière et qui s’adaptent aux changements climatiques.

Les écolabels et certifications sont de plus en plus présents dans le monde de l’impression au niveau local et mondial. Ce qui traduit un gage de sérieux et d’engagement écologique de la part de tous ces acteurs. Mais est-ce suffisant pour réduire leur empreinte carbone ? Pas si sûr…


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE IDB.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
duboulozmonnet (25 octobre 2022). Les labels verts dans l’impression : un gage de sérieux et de durabilité ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz3s


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search