L’importance des derniers kilomètres : comment redonner de l’air à nos centres-villes ?

En France, beaucoup de municipalités choisissent de plus en plus d’interdire leur centre-ville aux véhicules polluants ou de limiter leur circulation. Il se trouve que les camions de livraison sont parmi les plus pollueurs.
En effet, on estime que les livraisons (toutes marchandises confondues) représentent 25% des déplacements carbonés dans les centres-villes, et 30% des émissions de gaz à effets de serre.
Quelles solutions peut-on envisager pour diminuer cette pollution ?

Intéressons-nous au fonctionnement des livraisons dans l’industrie du livre. Les entrepôts des plus grands distributeurs (Hachette Livre, Interforum, Sodis…) sont exclusivement situés en région parisienne. Si la librairie est en région parisienne, les livraisons se font directement du distributeur au point de vente. Si elle est en province, les commandes passent par la plateforme PRISME (située aussi en région parisienne) avant d’arriver en librairie. Il y a donc beaucoup de flux, beaucoup de kilomètres parcourus.

Agir sur les véhicules

Le problème majeur est la pollution que génèrent ces véhicules. Plusieurs solutions sont envisagées pour y remédier et certaines sont même déjà en place. En région parisienne, la livraison de nuit se généralise peu à peu. (label CERTIBRUIT) Elle permet la décongestion du trafic et la baisse des émissions de Gaz à Effet de Serre. On remplace aussi petit à petit les camions diesel par des véhicules électriques ou fonctionnant au Gaz Naturel, moins énergivore que le carburant. Le développement de la cyclo logistique (vélo cargo, triporteur, bi porteur…) est une alternative encore plus intéressante. En effet, si on prend l’exemple du vélo cargo, il a un bilan carbone de 0 (ou très faible en cas d’assistance électrique), il peut transporter de grosses charges (plusieurs centaines de kg pour certains), il est facilement maniable et circule aisément en ville. On évoque aussi la possibilité d’utiliser des tram frets qui seraient dédiés exclusivement aux livraisons et pourraient donc transporter des charges beaucoup plus lourdes.

Réduire les kilomètres

On peut agir directement sur le nombre de kilomètres parcourus. Se pose notamment la question de relocaliser les grands entrepôts des distributeurs. Si on décide d’implanter des entrepôts dans chaque grande région française, on permet de raccourcir les trajets et de dynamiser l’emploi au sein des régions en mettant fin au monopole de la région parisienne sur le secteur de la distribution. En élargissant cette relocalisation aux autres secteurs commerciaux, on peut développer la mutualisation des flux et donc un remplissage optimal des camions.


Changer nos habitudes

Enfin, il semble essentiel de se questionner sur nos habitudes de consommation : ces dernières années le recours au e-commerce a explosé et nous avons pris l’habitude d’être livré en 24 ou 48h. Le monde du livre n’y a pas échappé et ce sont les grandes entreprises qui en ont profité. Ne sommes-nous pas capables d’une forme de résilience qui profiterait à la planète, aux libraires, et à nous-mêmes ? Réapprendre à savourer le goût de l’attente d’un livre commandé, ou le goût de la surprise provoquée par la lecture d’un livre inconnu conseillé par le libraire. Des choses simples mais trop souvent oubliées dans notre société…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
binckly (26 octobre 2022). L’importance des derniers kilomètres : comment redonner de l’air à nos centres-villes ? Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz3t


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search