Le papier dans un enjeu de renouveau

Le matériau papier présente les qualités d’une énergie durable, bien que malmené par l’opinion publique qui s’empare de la question écologique. Le marché du livre, en pleine mutation, voit ses professionnels innover pour maintenir la ressource papier. Mais les innovations des secteurs de fabrication ne sont-elles pas à surveiller ?

Les idées reçues sur le papier sont multiples et nuisent aux métiers qui le manipulent : “il détruit la forêt, l’industrie papetière est responsable de la déforestation” ou encore “il a une empreinte carbone conséquente, son bilan carbone est plus énergivore que ceux des produits électroniques”. Or contrairement à la première industrie responsable de la déforestation, l’agriculture, l’industrie papetière gère ses ressources avec des forêts certifiées qui de surcroît gagnent du terrain. En 10 ans, la forêt française a gagné 500 000 ha quand la consommation du matériau augmentait de 1,3% par an et de 20% pour les papiers à usage graphique. Ces forêts gérées de manière durable permettent de replanter 3 arbres sur 4 pour chaque arbre coupé.

Énergie durable par excellence, le papier rentre dans un cercle vertueux en réduisant son empreinte carbone. Aujourd’hui, un e-book a un bilan carbone 250 fois plus élevé qu’un livre traditionnel et il y a plus de documents numériques produits par jour que de documents à base de papier. Mais le bouleversement de l’impression numérique n’est rien à côté des innovations prévues : l’impression graphique numérique est “boostée par l’apparition de nouveaux types d’encres et de toners” bénéfiques à l’activité, mais pas à la planète.

Entre intérêts financiers et lutte pour la décarbonation du livre, les professionnels de l’imprimerie et de la fabrication choisissent leur camp en ayant l’avenir de leur secteur d’activité et de notre monde en tête. Jérôme Grassin et Jacques Sturm décrivent des nouveaux procédés de fabrication de pâte à papier dans leur article “Regards sur cet inconnu, le papier” dans la revue La Jaune et la Rouge : leur propre revue change d’allure avec un nouveau procédé de fabrication grâce à des interfaces chimiques et technologiques, et non plus traditionnelles.

“ce n’est donc pas un phénomène d’accrochage mécanique des fibres entre elles, mais la force de liaison chimique interfibre qui procure au papier cette étonnante résistance.”

Le matériau papier qui existe depuis des siècles semble se réinventer aujourd’hui et demain, en vue des avancées des secteurs professionnels qui l’utilisent. Des problématiques le concernant, comme la surproduction ou l’exploitation abusive, sont tout de même combattues, et notamment par les acteurs des métiers du livre. Avec leurs propres moyens, ils participent à une décarbonation du livre, comme en témoignent les fabricants.

Emma Bellier, M1 MDLE

Sources


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ebellier (7 novembre 2022). Le papier dans un enjeu de renouveau. Décarboner le livre. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qz3v


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search