Les Éditions Tana et leurs engagements pour décarboner le livre

Une maison d’édition qui essaie de protéger la planète en décarbonant le livre au maximum, c’est la mission que se sont fixées les Éditions Tana, un éditeur spécialisé dans l’écologie depuis 2019.

Les Éditions Tana ont été créées en 2003 et sont rachetées par Editis en 2013. Leurs valeurs, elles les transmettent dans la publication de leurs ouvrages dont les thèmes principaux sont l’écologie, la vie pratique, la nature, mais aussi l’écoféminisme par exemple. Cette maison d’édition a aujourd’hui pour but de publier des livres qui ont un impact écologique moindre, tout en éduquant les lecteurs auxquels elle s’adresse sur les différents sujets qui lui tiennent à cœur. Pour atteindre leur quête d’un livre le plus écologique possible, Tana Éditions se concentre sur plusieurs leviers d’actions, qui concernent autant le fond, que la forme finale de l’ouvrage.

Ainsi, tous leurs ouvrages sont fabriqués et imprimés en France à partir de papier labellisé FSC (Forest Stewardship Council). Cette labellisation permet de s’assurer que les matériaux utilisés proviennent d’une forêt gérée durablement et de façon responsable. De plus, les imprimeurs qui travaillent en collaboration avec Tana Éditions sont certifiés imprimvert, c’est-à-dire qu’ils s’engagent à réduire les impacts environnementaux liés aux activités de l’imprimerie. Le circuit court est lui aussi privilégié, tous les ouvrages sont imprimés en France pour éviter les pollutions liées aux transports, qui est un secteur qui pollue énormément dans le monde de l’édition (voir billet consacré à ce sujet). Un autre aspect important sur lequel les éditions s’engagent est celui des encres : les livres sont imprimés avec des encres végétales uniquement. Et pour finir, les couvertures n’ont aucun plastique dans leur pelliculage.

Toutes ces mesures ont permis à la maison de créer un label éco responsable en 2019, mais cela leur a aussi ouvert d’autres portes : certains ouvrages ont été récompensés pour leur engagement écologique. Ainsi en 2021, deux de leurs ouvrages ont reçu un prix : Comment rester écolo sans finir dépressif remporte le Prix du livre engagé pour la planète dans la catégorie essai de Mouans Sartoux, et le livre Devenir gardien de la nature obtient le Prix du livre d’écologie de l’institut européen d’Écologie.

Enfin, leur engagement écologique se fait ressentir dès leur logo. Effectivement, le scarabée, animal sacré de l’Egypte Ancienne, est indispensable à la fertilisation des sols mais est aussi menacé d’extinction. C’est un animal à protéger, et c’est ce que les Éditions Tana essaient de faire en produisant des livres plus verts afin de préserver au mieux l’environnement.

Alexiane Blache M1 MDLE

Sources :

Les éditions Tana récompensées pour leur engagement écologique | Lisez!

Tana (editis.com)

Éditions Tana — Wikipédia (wikipedia.org)

Livre ReSisters, écrit par Jeanne Burgart-Goutal et Aurore Chapon, publié aux Editions Tana en 2021.

Des prix littéraires pour l’environnement

De nombreux livres publiés aujourd’hui ont comme sujet principal l’environnement et sa protection. Dans une volonté de les mettre en avant en les récompensant, la métropole de Lyon s’est lancée comme défi de décerner des prix pour saluer les meilleurs d’entre eux.  

Une prise de position en faveur de l’environnement

Certaines villes françaises s’engagent pour l’environnement et notamment au niveau des secteurs du livre. C’est ainsi que la Métropole de Lyon s’est associée à la Maison de l’environnement pour mettre en place différents projets, en ayant comme principal objectif de diffuser la culture environnementale et favoriser l’écocitoyenneté sur le territoire. Des actions culturelles sont encouragées pour initier dès le plus jeune âge à la transition écologique.

Pour aborder plus en détails ce qu’est la Maison de l’Environnement de Lyon, c’est une structure qui a été créée en 1994 et qui regroupe une cinquantaine d’associations et de membres qui ont comme but commun : œuvrer pour la transition écologique sur le territoire. Cette maison est un lieu central de diffusion de l’information et de rencontres pour tout ce qui concerne les enjeux environnementaux, et qui œuvre pour soutenir la transition écologique des différents acteurs qui composent le territoire : les citoyens, les entreprises…

Ainsi, de nombreux projets autour du livre et de l’écologie voient le jour grâce à la collaboration de ces deux acteurs. 

Graines d’écolectures

Le projet Graines d’écolectures, anciennement appelé le Prix collégien du Livre Environnement, est né grâce au soutien de la Maison de l’environnement et de la Métropole de Lyon . Ce projet est composé de différentes étapes :

  • Tout d’abord, une sélection de livres (romans, BD, documentaires…) est présentée à des élèves de 4ème et 3ème.
  • Ils doivent les lire.
  • Puis se questionner sur les enjeux écologiques que ces livres présentent : des débats sont organisés, des activités autour des livres sont mises en place telles que des rencontres avec les auteurs, des travaux…
  • Quand tout cela a été fait et pour clôturer ce concours qui élit le coup de cœur des élèves, chaque classe participante doit présenter une réalisation : un film, une pièce de théâtre par exemple, aux autres classes de l’école.

Ainsi, cela permet aux élèves de travailler sur des problématiques environnementales, tout en découvrant de nouveaux livres, pour finalement élire leur livre préféré parmi la sélection qui leur a été proposée.

Prix lire pour agir

Le prix Lire pour agir est un prix qui voit le jour en 2022. Celui-ci est un prix de la transition écologique et récompense un livre en se basant sur trois critères principaux :

  • Sa qualité littéraire ;
  • Son engagement ;
  • Et la variété des enjeux écologiques abordés.

Pour cela, une sélection de six ouvrages parus en 2021 est effectuée, et l’élection du livre gagnant se fait grâce aux votes des internautes pour leur livre préféré. Les bibliothécaires peuvent eux-aussi participer en élisant l’ouvrage lauréat, qui aura lui aussi un prix.

Ces deux initiatives de la Maison de l’Environnement et de la Métropole de Lyon permettent de mettre en avant des livres qui font passer des messages pour l’environnement et sa protection. Tout en impliquant les citoyens, des collégiens aux adultes, et en permettant la diffusion des idées liées à la transition énergétique et à l’écocitoyenneté.

Alexiane Blache M1 MDLE

Sources : Lire pour agir : 1ère édition ! – Maison de L’Environnement (maison-environnement.fr)

Graines d’écolectures – Prix collégien du livre environnement (laclasse.com)

Projets autour du livre – Maison de L’Environnement (maison-environnement.fr)

Retour sur la conférence de Vincent Chabault

L’essor du marché du livre d’occasion, un moyen de transformer le commerce du livre et de favoriser des pratiques plus respectueuses de l’environnement ? C’est la question dont s’emparent de nombreux spécialistes. En effet, dans le cadre d’un cycle de conférences organisé tout au long de l’année par l’UFR Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université Grenoble Alpes, Vincent Chabault a été convié pour aborder la thématique du livre d’occasion le 26 octobre 2022.

Vincent Chabault est maître de conférence en sociologie, spécialisé dans le commerce de détail et de la consommation, à l’Université de Paris. Il est également chercheur au CNRS et l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le livre d’occasion : sociologie d’un commerce en transition, livre qui nous intéresse tout particulièrement et sur lequel repose la conférence.

Tout d’abord, il est important de définir ce qu’est le livre d’occasion. Celui-ci n’est pas neuf, ni soldé, ce n’est pas non plus un invendu qui sera re-commercialisé par la suite. Le livre d’occasion possède une valeur marchande dégressive, ainsi cela ne peut pas être un livre ancien ou un livre de collection, c’est-à-dire un livre convoité pour son contenu. Par conséquent, un livre d’occasion est un ouvrage qui subit un transfert de propriété.

La question est donc de savoir où se développe ce marché ? Le plus souvent, les livres d’occasions sont vendus dans des librairies ou sur des plateformes en ligne. Ils sont majoritairement exposés dans des bacs à l’extérieur des librairies, comme par exemple la librairie Boulinier à Paris, ou de manière interclassé dans les librairies Gibert Joseph. De plus, certaines plateformes en ligne en proposent à la vente comme Momox, Amazon, ou encore Leboncoin. Ces plateformes comptabilisent environ 3,5 millions d’annonces de livres d’occasions, ce qui représente 9% des ventes de ces livres.

Le développement de ces plateformes, nous poussent à nous interroger sur la provenance de leurs ouvrages. Ainsi, ils sont souvent achetés à l’unité ou par lots (bibliothèque, achat mortuaire…) et remis dans un système de revente à l’unité. Les prix sont fixés à partir de critères tels que l’état du livre ou la demande. Néanmoins, ces plateformes mettent en place des stratégies commerciales pour favoriser leur ventes comme la possibilité de les acheter en lots pour avoir une réduction tarifaire ou comme exemple d’acheter quatre livres pour le prix de trois. En outre, lors de son achat, le client ne prend en charge qu’une partie des frais de port, l’idée est d’équilibrer les prix et d’ouvrir le rachat. Par conséquent, pour favoriser les ventes, il faut connaître la concurrence, pour cela nombreux sont ceux qui utilisent des algorithmes pour déterminer les prix et les ventes.

Le marché du livre d’occasion est un marché essentiel pour la circulation de la culture imprimée, mais qui reste encore méconnu. Même si nous pouvons constater un essor du marché de la seconde main, dont le livre bénéficie actuellement. Cet attrait pour la seconde main est notamment lié aux contraintes budgétaires, à la démocratisation des usages marchands via les plateformes, mais aussi aux nouvelles valeurs associées à la surconsommation.

Mais cet engouement pour le marché de l’occasion n’est pas accepté par tous les acteurs de la chaîne du livre. Comme par exemple les maisons d’éditions, mais aussi les auteurs qui remettent en cause ce mode de fonctionnement parce que la revente de ces ouvrages ne leur rapporte rien, seul le revendeur récupérera des bénéfices de la vente. Ainsi, certains éditeurs souhaiteraient qu’une taxe soit instaurée sur les plateformes de revente afin de bénéficier de l’émergence de ce commerce et des bénéfices qu’il engendre. Même si cette réflexion est contestée par les libraires qui affirment que cette revente repose seulement sur leurs capacités de vente.  

Si l’on met de côté ces aspects économiques, de nombreux avantages sont visibles grâce au développement du livre d’occasion. En effet, cela pousse à un nouveau mode de consommation, qui permet de redécouvrir des œuvres parfois oubliées ou sur lesquelles nous ne nous serions pas penché dans d’autres circonstances. C’est aussi une solution plus écologique parce qu’elle permet de lutter contre un système de surproduction, et évite à bons nombres de livres d’être détruits. De plus, les opérateurs prolongent incontestablement la vie du livre de façon rationnelle. Et pour les organisations, il y a un investissement lucratif et conforme aux nouvelles normes de consommation. 

Cette nouvelle ampleur du marché du livre d’occasion est visible grâce à ces quelques chiffres : 

  • Le livre d’occasion représente 7 milliards d’euros en 2018 ;
  • Il est à la 3ème place du marché du livre en France ;  
  • Le livre d’occasion est vendus en moyenne 4,5€ ; 
  • Deux dixième des livres sont achetés d’occasions ; 
  • 50% des livres d’occasions sont achetés sur des plateformes marchandes.

Malgré les quelques avantages que nous venons de souligner, des problèmes au sein de ce fonctionnement apparaissent : les plateformes sont très énergivores par le fait qu’elles nécessitent des livraisons individualisées ce qui entraîne des frais de livraisons importants. Ainsi, malgré le fait que le marché du livre d’occasion possède des principes écologiques primordiaux, ils font face à de nombreux problèmes logistiques qui impactent leur empreinte carbone comme par exemple, la grande nécessité d’emballage pour les colis, le transport engendré entre les différents entrepôts et les lecteurs, le stockage des livres.

Pour conclure, nous pouvons dire que le commerce des livres d’occasions correspond à des marchés informels, où les livres sont vendus en dehors des grands groupes de la chaîne du livre. Néanmoins, nous pouvons le qualifier comme étant une forme d’innovation, parce que les plateformes ou les magasins qui les vendent les récupèrent majoritairement grâce à un système de don ou de rachat à petit prix. De plus, pour le moment, le marché du livre d’occasion ne parasite pas le marché du livre neuf, peut-être même qu’ils se complètent parce que cela permet de revendre des livres qui n’avaient pas été vendus et de faire circuler la littérature d’une façon différente, tout en continuant de vendre les nouveautés des maisons d’éditions. 

Camille Gibaudan et Alexiane Blache, M1 MDLE

Les Éditions des Véliplanchistes

Les Éditions des Véliplanchistes est une maison d’édition indépendante qui a la particularité d’être une association à but non lucratif tenue par des bénévoles. Elle place  l’écologie au cœur de chaque projet éditorial.

C’est une maison qui est engagée pour la préservation de l’environnement et qui est concernée par les problématiques de la décarbonation du livre. Elle choisit de publier différemment dans une optique de respecter l’environnement, tout en continuant à faire découvrir des textes et être rentable.

Une éco-conception du livre

Les Éditions des Véliplanchistes se disent conscientes de l’impact des livres sur l’environnement, c’est pour cette raison qu’elles souhaitent produire des ouvrages qui soient le plus neutre possible d’un point de vue écologique. Cette entreprise éco-responsable met en œuvre différents moyens pour faire de l’édition un secteur respectueux de l’environnement.

Les caractéristiques de leurs livres

Cette maison d’édition a fait des choix précis dans la conception du livre dans le but de le rendre recyclable mais aussi pour éviter de gaspiller des ressources. Les couvertures de leurs ouvrages ne possèdent donc pas de rabats, et sont réalisées sans pelliculage. S’ajoute à cela une meilleure optimisation de l’espace à l’intérieur du livre et la suppression des pages blanches inutiles. Cela permet une meilleure gestion des ressources, de ne pas utiliser de matières superflues, tout en protégeant au maximum l’environnement.

La production

Les Editions des Véliplanchistes ont fait le choix de privilégier le circuit-court et la fabrication française. Tous leurs ouvrages sont fabriqués et imprimés en France, par un imprimeur labellisé imprimvert. Ce label signifie que l’imprimeur gère ses déchets dangereux de façon raisonnée (encres, plaques, eaux…), le stockage des produits liquides sensibles est sécurisé, il n’y a pas d’utilisation de produits dangereux. Cela sous-entend aussi que le personnel et la clientèle sont sensibilisés aux questions environnementales et que le site bénéficie d’un suivi de sa consommation énergétique. Mais leur engagement ne s’arrête pas là, pour ne pas tomber dans la surproduction de livre, la maison choisit d’imprimer ces ouvrages par tranche de 100 exemplaires, et de ne publier que des livres qui leur paraissent essentiels. Ainsi, les manuscrits sont sélectionnés avec beaucoup d’attention par un comité éditorial qui se pose la question : en quoi ce livre doit-il paraître ? Cela conduit les Éditions des Véliplanchistes à ne publier que deux ou trois ouvrages par an.

Éco-concevoir la vie du livre

Dans l’optique de vendre des livres éco-conçus, les Éditions des Véliplanchistes n’échappent pas à la chaîne classique des acteurs du livre. Pour le commercialiser, il faut diffuser, distribuer et communiquer autour du texte et du livre pour assurer assez de ventes et ainsi avoir une maison d’édition à but non lucratif pérenne, qui continue à diffuser de la culture.

La diffusion-distribution

La maison d’édition a fait le choix de ne pas se rattacher à un diffuseur-distributeur, les bénévoles sont donc les acteurs qui démarchent les librairies et bibliothèques pour placer leurs produits. En travaillant avec un nombre restreint de partenaires réguliers, les éditions réduisent les trajets inutiles en voiture et les plaquettes promotionnelles qui génèrent des déchets. Dans la même optique d’évitement de produire une empreinte carbone trop importante, ils ne sont pas présents en GSA ou GSS et boycottent Amazon. En s’auto diffusant, les bénévoles savent ainsi exactement combien de livres imprimés pour éviter de surproduire. Leur but est bien de construire un marché pérenne et efficace en circuit court car peu d’acteurs intermédiaires et peu de trajets des produits d’un point à un autre. En choisissant de s’auto diffuser, l’auto distribution apparaît comme une suite logique qui corrobore toutes leurs actions déjà entreprises dans le but de réduire leur impact environnemental. Les colis sont envoyés via la poste par un timbre vert qui privilégie les modes d’acheminement respectueux de l’environnement et donc :

“permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre tel que le dioxyde de carbone (CO2) de 30% par rapport à une Lettre prioritaire (timbre rouge)”

La Poste

De plus, la vente directe est fortement mise en avant sur leur site internet car leur présence en librairie est assez faible. En ne passant pas par un libraire, la remise libraire n’est pas déduite du prix de revient à l’éditeur ce qui leur permet de vivre en tant que petite maison associative et indépendante. 

Communication

Les Éditions des Véliplanchistes ont fait le choix de publier très peu et de publier des textes pour leur qualité artistique et engagée. Ils se désintéressent du marché du livre en niant la partie marketing poussée à l’extrême par les grands groupes éditoriaux. Laura Boisset (éditrice bénévole) nous dit même :

“Nous ne faisons pas d’études marketing sur un manuscrit pour vérifier qu’il se vende au mieux, nous publions ce qui nous paraît être une œuvre ou bien des textes aux propos forts, engagés.”

Ainsi, dans cette maison, l’ambition est de créer des livres qui durent dans le temps. Pour faire connaître leurs textes, les bénévoles animent des réseaux sociaux et tiennent au courant leur communauté via une newsletter mensuelle. Aucun PLV, ni service de presse n’est envoyé aux libraires et le texte n’est pas imprimé sur épreuve avant parution. Ainsi, on évite tout déchet papier et transport dispensable. 

Pour aller plus loin, nous pouvons exprimer quelques-unes de nos réserves qui nécessiteraient une enquête journalistique approfondie auprès des éditeurs et éditrices de la maison et de l’imprimerie. La production de la pâte à papier et du papier en lui-même est encore difficile à réguler et à tracer. Aucun label ne pointe du doigt des papiers dont la production serait réalisée en circuit court. Il serait donc intéressant pour pousser le concept de l’éco livre à son paroxysme, d’accorder un regard particulier au parcours qu’effectue le papier avant d’entrer à l’imprimerie. 

Concernant le label Imprim’vert, aucune indication n’est donnée sur la gestion des déchets papiers. Ce label encadre essentiellement les déchets dits dangereux. Il serait pertinent d’investiguer sur les presses utilisées et sur l’optimisation de la surface d’une feuille imprimable par rapport au format du livre. Cela nous donnerait donc une idée des déchets papier produits et s’ ils sont réductibles ou non. 

Cléo Villebrod et Alexiane Blache, M1 MDLE

Source : Éco-responsable : éditer autrement – Éditions des Véliplanchistes (editionsveliplanchistes.fr)

Une maison d’édition jeunesse qui s’engage pour l’environnement : le cas de La Cabane Bleue

La fabrication des livres jeunesses s’inscrit de plus en plus dans une démarche respectueuse de l’environnement et La cabane bleue fait partie de ces maisons d’édition qui s’engagent.

La mission première de cette maison d’édition est de sensibiliser les enfants à la protection de la planète, tout en fabriquant des albums jeunesses qui soient respectueux de l’environnement. Pour cela, différents leviers d’actions sont développés, et nous pouvons les classer dans trois catégories : les matériaux, les techniques de fabrication, et le transport.

En premier lieu, la Cabane bleue fait appel à un imprimeur labellisé imprimvert : celui-ci essaye de limiter au maximum son impact écologique. L’encre utilisée est uniquement végétale, le papier intérieur provient d’Europe et est certifié PEFC (Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières, pefc-france.org) ou FSC (Forest Stewardship Council (fsc.org)), ces labels assurent une gestion durable des forêts. Par ailleurs, les couvertures sont réalisées à partir d’un papier robuste, pour éviter l’utilisation du pelliculage plastique qui pollue énormément.

En second lieu, des moyens sont mis en place pour éviter la surproduction et la déperdition d’énergie ou de matière première. Ainsi, le format des albums est optimisé pour éviter des pertes de papier lors de leur fabrication. Les livres sont produits en petites quantités pour éviter les invendus et ainsi réduire le nombre de destructions. De plus, la Cabane bleue ne publie que peu de livres par an pour pouvoir les accompagner individuellement tout au long du processus éditorial et leur permettre ainsi de trouver un lecteur lors de leur publication.

Enfin, cette maison d’édition s’engage également sur le transport. En effet, nous savons que le transport est un secteur qui pollue énormément (pour plus de renseignements sur ce sujet, un billet consacré au transport a été réalisé sur ce site). Tous les livres de la Cabane Bleue sont imprimés en France et sont fabriqués à moins de 500 kilomètres de leur lieu de stockage. Le transport est optimisé au maximum et cela permet d’avoir un impact écologique moindre.

Ainsi, cette maison d’édition jeunesse a de réelles actions pour faire du livre un objet durable et éco-conçu. La préservation de l’environnement est au centre de ses préoccupations, tout comme le fait d’éduquer et de sensibiliser les jeunes lecteurs auxquels elle s’adresse sur ce sujet.

Alexiane Blache, M1 MDLE

Source : La cabane bleue | Les livres pour enfants qui chouchoutent la planète ! (editionslacabanebleue.com)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search