Pionnier et leader : le perpétuel combat d’Hachette Livre contre la décarbonation

En prime d’être le leader des maisons d’édition française, Hachette Livre s’instaure, depuis 2009, également comme pionnier de la gestion environnementale durable. En effet, cela fait 12 ans qu’Hachette Livre a mené ses premières actions en faveur de l’environnement, ils ont su identifier et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’environ 20%. Ce qui les place en tête des maisons d’édition engagées dans la décarbonation de la chaîne du livre. 

Pour mener à bien cette volonté d’engagement dans l’écologie, le groupe n’a pas hésité à collaborer avec Carbone 4, un cabinet de conseil de référence sur les enjeux environnementaux. 

Depuis 2009, Hachette Livre a mené de nombreuses actions pour limiter leur taux de carbone tels que s’entourer de collaborateurs soucieux de l’environnement, investir dans un papier certifié, mais encore sensibiliser les acteurs du groupe à ce projet, etc. Cependant, face à l’amplification de la crise énergétique, Hachette Livre a décidé d’intensifier sa politique et le nombre d’actions mises en place afin de restreindre au mieux sa consommation d’énergie et son empreinte carbone et environnementale. 

Ainsi, d’après le communiqué de presse qu’ils ont publié le 21 décembre 2022, le groupe a instauré la « stratégie 30/30 ». 

« Stratégie 30/30 » qu’est-ce que ça signifie ? 

À travers cette stratégie, Hachette Livre cherche à s’engager davantage dans une volonté de réduction de 30% de ses émissions globales d’ici 2030 ce qui lui permettra d’accroître ses actions de décarbonation. Ce plan d’action est en corrélation avec celui mis en place par le groupe Lagardère qui repose sur une approche SBTi (Science-based targets initiative). 

            Conceptualiser en coopération avec le cabinet Carbone 4, ils ont su identifier les différentes sources d’émissions de gaz à effet de serre et par conséquent, concevoir des actions concrètes, mesurables et traçables sur plusieurs domaines de travail tels que le papier, la surfabrication, la fabrication et le travail, d’un point de vue français ou international. 

« Engagement inédit dans le monde de l’édition, de par son envergure internationale et de par sa modélisation intégrant les 3 scopes, avec un objectif de réduction de 30% des émissions liées à ses activités d’ici 2030, soit une réduction de 2,5% par an » – Communiqué de presse d’Hachette Livre. 

Avec cette stratégie, le groupe est le premier dans le monde de l’édition à proposer un plan de décarbonation audacieux basé sur des efforts de réduction de ses émissions. 

Très bien, mais qu’est-ce que les 3 scopes ? 

  • Scope 1 et 2 : émissions directes, c’est-à-dire les véhicules et bâtiments (consommation de combustibles fossiles, électricité, fuite de gaz réfrigérants, etc.). L’ensemble de ces deux scopes correspond à 3% des émissions de l’ensemble du groupe. 
  • Scope 3 : concerne la production de papier, l’impression-façonnage, le transport amont-aval et la fin de vie des produits. Celui-ci, quant à lui, renvoie à 97% des émissions du groupe. 

Hachette Livre va donc introduire de nouvelles actions dans l’objectif de réduire ses taux, notamment le taux du Scope 3 sur lequel il va se centrer. 

Cependant, en quoi cela consiste concrètement ? 

Concernant les scopes 1 et 2, Hachette Livre vise à instaurer une nouvelle politique de flotte de véhicules, un passage du fioul ou du gaz à l’électricité ou à la biomasse, à l’installation de panneaux solaires, à la formation des salariés à l’éco-conduite, à la mise en place d’un système de pilotage de l’énergie et vise à tendre vers une consommation d’énergie 100% renouvelables dès 2026. 

À propos du scope 3, Hachette Livre a décidé de s’orienter sur 4 grands axes de travail :

  • – 30% du taux de livres pilonnés (Pillon des retours ou du sur stock) ;
    • Développement des outils pour l’optimisation de la visibilité sur les stocks de l’ensemble de la chaîne ;
    • Utilisation de la data pour permettre aux éditeurs et aux équipes commerciales d’optimiser aux mieux les tirages et réduire les retours ;
  • -26% d’intensité carbone liée à la production de papier ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux dans le choix des fournisseurs de papier ;
    • Favoriser de manière systématique des papetiers les moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;
  • -18% d’intensité carbone des activités d’impression-façonnage ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux pour la sélection des imprimeurs et relieurs dans les appels d’offre ;
    • Favoriser des imprimeurs et des relieurs moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;

Sur une dimension annuelle, le groupe vise à réduire de 1% le fret amont et de 1,5% le fret aval. 

  • Essayer de remplacer le fret aérien par du fret maritime ou routier 
    • Challenger les fournisseurs pour optimiser leurs livraisons 
    • Réduire les volumes de produits 
    • Identifier les produits qui pourraient être fabriqués localement 
    • Inclure les performances environnementales dans les appels à projets 
    • Grouper les livraisons à l’international 

Avec cette « stratégie 30/30 », le groupe Hachette Livre s’impose indéniablement comme le leader environnemental des maisons d’éditions avec des actions diverses et variées de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Dans une vision plus globale du projet, le groupe cherche également à associer ses collaborateurs à cette initiative, à travers la mise en place de green week, d’éco conception, ou encore d’éco-challenge. De plus, la sensibilisation prend une grande place dans leur projet de décarbonation, pour cela, chaque nouvel acteur de l’entreprise suivra une formation de sensibilisation aux enjeux environnementaux. Par conséquent, Hachette Livre consacre une grande partie de leur réflexion autour des questions environnementales. Ils sont continuellement à la recherche de nouvelles innovations afin de décarboner au mieux leurs ouvrages et leur groupe. 

Camille Gibaudan, MDLE 

Source :

RSE

Le pouvoir des actions est la force de l’humanité : agir ensemble pour l’écologie

Des livres plus durables tel est l’ambition d’un grand nombre de maisons d’édition. En effet, depuis quelques années, les enjeux environnementaux occupent une grande place au sein des questions sociétales. 

Néanmoins, même si œuvrer pour la préservation de la planète est un projet important, beaucoup de plus petites structures s’interrogent sur leurs moyens :

« À notre échelle que pouvons-nous faire ? »

Voici les différentes pratiques mises en place par quatre maisons d’éditions (La Cabane Bleue, IGB Édition, Tana Édition et Maison Eliza) qui s’engagent à plein temps dans le respect de l’environnement. 

IGB Édition

Ainsi, La Cabane Bleue, IGB Édition, Tana Édition et Maison Eliza s’engagent à :

  • Imprimer au sein d’un circuit-court leurs ouvrages.
  • Concevoir leurs livres auprès d’imprimeurs labellisés Imprim’Vert, label qui s’applique à la réduction de son impact écologique par le biais de plusieurs procédés tels que l’optimisation de leur transport et l’utilisation d’encre végétale. 
Tana Édition

Seulement La Cabane Bleue, Maison Eliza, Tana Édition utilisent du papier certifiés PEFC ou FSC dans la confection de leurs ouvrages. C’est-à-dire l’utilisation de fibre de bois provenant de forêt européenne gérée de manière responsable et durable, ou lors de la collecte des déchets de scierie. De plus, ces labels cherchent à améliorer le traitement des rejets, mais encore à interdir l’utilisation de pesticides et à favoriser la réduction de produits phytosanitaires ou d’arbres venant de milieu naturel. 

La Cabane Bleue et Tana Édition étant les maisons d’éditions qui possèdent le plus de moyens, ce sont les seules des quatre présentées ci-dessous à ne pas mettre de plastique dans le pelliculage de leur couverture. 

Maison Eliza

Cependant, IGB Édition et Maison Eliza ont trouvé une alternative pour s’impliquer davantage dans ses questions environnementales. En effet, ils collaborent auprès d’organismes et d’associations, comme J’agis pour les forêts et ReforestAction, pour la préservation des forêts, en affirmant que pour un arbre abattu dans le cadre de leurs ouvrages, un arbre sera replanté. 

La Cabane Bleue

Toutefois, nous savons que le surstockage de livre, le pilonnage et l’utilisation importante d’énergie dans la production de livre représente une part majeure du taux de carbonisation dans les secteurs du métier du livre et de l’édition. Cependant, dans les maisons d’éditions présentées ici, seule La Cabane Bleue a précisé imprimer par lot et en petite quantité afin de contrer ces problèmes. 

Ainsi, le mot d’ordre principale de ses maisons d’éditions reste de produire un livre vert aussi bien dans son contenu que dans sa production. 

De ce fait, pour que les choses changent, chaque petit pas est primordial. Même si pour beaucoup contribuer au respect de l’environnement à moindre coût n’est pas réellement un facteur de décarbonation, c’est en s’améliorant un peu plus chaque année que les maisons d’éditions inciteront les métiers de la chaîne du livre à continuer leur lutte. 

Les choses bougent mais est-ce réellement assez ?

Et vous, connaissez-vous d’autres pratiques écologiques que les maisons d’éditions pourraient explorer ? N’hésitez pas à nous les faire parvenir. 

Camille Gibaudan, MDLE

Certifié ISO 14 001, qu’est-ce que cela veut dire pour l’empreinte carbone ?  

Logo de la norme ISO 14 001

La certification ISO 14 001 comme démarche d’engagement pour l’environnement ? Le papier, les encres, le pelliculage, etc., ne sont pas les seuls procédés à être améliorables dans le cadre de la lutte contre la décarbonation. En effet, la gestion des infrastructures par les entreprises joue un rôle majeur sur leur impact environnemental. Ainsi, la mise en place d’actions quotidiennes sont requises pour réduire et préserver l’environnement.

L’objectif fixé par la norme ISO 14 001 est de rendre les acteurs éco-responsables.

De cette façon de nombreux imprimeurs sont certifiés ISO 14 001, mais qu’est-ce que cela signifie réellement pour leur empreinte carbone ? 
La certification ISO 14 001 a été créée par l’organisation internationale de normalisation. Cette certification concerne l’engagement environnemental des infrastructures, et donc permet aux entreprises de pouvoir attester d’une gestion efficace et écologique.  Par conséquent, de par cette norme, les imprimeurs peuvent lier les enjeux environnementaux et leurs obligations. 

Comment l’obtenir ? 

Afin d’acquérir cette certification, plusieurs actions sont requises pour témoigner de bâtiments respectueux de l’environnement. Son obtention dure environ trois ans, sous forme d’audits, un organisme va vérifier la conformité de l’organisation et le bon respect de ces critères. Pour cela, de nombreux aspects sont examinés tels que la communication, la gestion des déchets, etc. 
La norme cherche à répondre à un principe de perfectionnement, c’est-à-dire qu’un suivi des entreprises certifiées est nécessaire. Le contrôle régulier des industries permet de garantir à l’organisme agréé que les actions mises en place dans les différentes infrastructures leur permettent de préserver la certification. 

Les grands principes de la norme ISO 14 001 

La roue de Deming

Cette norme repose sur la roue de Deming, c’est-à-dire sur le concept d’amélioration continue. Ce principe se fractionne en quatre grandes parties : 

  • Planifier 
  • Faire 
  • Réagir
  • Vérifier 

Ainsi, pour l’obtenir, c’est très simple, les imprimeurs doivent répondre à un certain nombre de critères tels que : 

  • L’état des lieux des processus et des activités de l’entreprise et leur impact sur l’environnement ;
  • La mise en place d’une politique environnementale qui définit les objectifs de l’entreprise ;
  • La planification qui cadre le plan d’action de l’entreprise pour satisfaire sa politique environnementale ;
  • La mise en œuvre des actions planifiées ;
  • Les contrôles et actions permettant de mesurer la réalisation des actions et le bon fonctionnement du système de management environnemental.

Et les résultats ? 

Être certifié ISO 14 001 permet aux imprimeurs, à leurs infrastructures et aux entreprises en général, de faire des économies de coûts sur du moyen et long terme à travers des procédés de gestion immuables et durables. Mais également de montrer à leurs partenaires qu’ils prennent en compte les questions environnementales. 

Par quels procédés ? 

Voici une petite liste non exhaustive de moyens à mettre en place dans le cadre de l’obtention de la certification ISO 14 001 : 

  • Amélioration de la gestion énergétique : ampoule à basse consommation énergétique, etc.
  • Un meilleur traitement des déchets : tri sélectif, etc. 
  • Choix de papier recyclé ou éco-responsable, pouvant être certifié PEFC ou FSC. 

Pour aller plus loin : 

Il y a quelques semaines, nous nous sommes rendus au sein de l’imprimerie Deux ponts manufacture d’histoire, celle-ci est la première imprimerie française à être certifiée ISO 14001 depuis 2004. De plus, c’est également une des premières entreprises à obtenir en 2016 la mise à niveau 2015 de la certification ISO 14001. 
Cet exemple montre qu’il est possible de conserver cette norme durant plusieurs années à travers des actions durables de préservation de la planète. 
Ainsi, la norme ISO 14 001 permet aux imprimeurs et aux infrastructures de réellement s’engager pour l’environnement sur du long terme à travers plusieurs petites ou grandes actions selon leurs moyens. En effet, les coûts énergétiques que nécessitent les métiers du livre sont importants, et la certification ISO 14 001 a pour objectif de pousser les différents métiers du livre à s’engager dans cette lutte en devenant acteurs et écoresponsables de leurs structures et de leurs ressources. 

Camille Gibaudan, MDLE

Source : 

https://www.jpg.fr/centre-de-connaissances/dossiers/iso-14001-tout-comprendre-a-la-norme-iso-14001.html

https://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/iso14000/iso_principe.php4

Papiers PEFC ou papier FSC : l’assurance d’une meilleure empreinte carbone ?

Logo du label FSC et du label PEFC

 

Trois quarts du bilan carbone du livre : voilà ce que représente la part de la fabrication du papier dans la production d’ouvrages. Ainsi, son optimisation est un facteur important auquel les éditeurs doivent prêter attention afin de réduire leur impact environnemental, notamment par la diminution de leur taux d’émissions de carbone lié à la création du papier. 

Tout d’abord, on pourrait s’interroger sur la manière dont est fabriqué le papier. Le papier est élaboré à partir de fibre de bois -aussi appelé fibre vierge- et donc de l’exploitation de forêts, d’une importante quantité d’eau, d’énergie et enfin de produits chimiques. 

Cependant, depuis quelques années, l’Europe s’inscrit de plus en plus dans une logique écologique, notamment en favorisant l’utilisation de papier recyclé. Néanmoins, le papier recyclé agit seulement sur la biodiversité étant donné la limitation de nouvelles coupes de bois et par une moindre consommation d’eau et d’énergie. Par conséquent, le papier recyclé ne réduit pas pour autant l’émission de carbone et reste très écotoxique notamment par son processus de désencrage. De plus, celui-ci ne peut être recyclé que cinq fois tout au plus avant de perdre en qualité. 

Toutefois, l’utilisation de papier recyclé ne représente que 2% de la production de livres en France. Néanmoins, dans une démarche écologique, les éditeurs favorisent l’utilisation de papier provenant de forêts européennes ou de papier dits labellisés : les papiers PEFC ou FSC. 

Ces deux labels de certification forestière possèdent deux origines différentes : 

Le label FSC -Forest Stewardship Council- est une organisation à but non-lucratif créée en 1993 par des associations environnementales et est basé à Bonn en Allemagne. Celle-ci est soutenue par de nombreuses ONG et a certifié environ quatre-vingt-dix millions d’hectares de forêts dans le monde. Ainsi, cette labellisation permet de s’assurer que les matériaux proviennent d’une forêt gérée de manière durable et responsable. 

Le label PEFC -Programme européen de certification forestière-, a été créé par des industriels et des associations de protection de l’environnement en 1998. Ce label, quant à lui, est basé au Luxembourg et cherche à assurer que le papier a été produit à partir de pâte composée de fibre de bois provenant de forêts gérées durablement. C’est également une organisation à but non-lucratif qui regroupe environ deux cents millions d’hectares de forêt. 

Cependant, on constate que ces deux labellisations ne concernent que la gestion de forêt, c’est-à-dire la provenance des fibres de bois et non leur fabrication. 

Ainsi, les papetiers labellisés PEFC et FSC certifient utiliser des fibres de bois issus de forêts gérées de manière responsable et durable, collectent les déchets des scieries, améliorent le traitement des rejets, réduisent l’utilisation d’arbres provenant de milieu naturel, interdisent l’utilisation de pesticides et encadrent davantage l’utilisation des produits phytosanitaires. 

Finalement, ces labels permettent aux éditeurs de montrer qu’ils s’engagent peu à peu dans une démarche écologique en fonction de leurs moyens et de leurs ressources tout en s’assurant de la provenance de leurs matériaux. Qui plus est, sur la quatrième de couverture des livres, on peut constater qu’ils ne sont pas tous labellisés de la même manière. Voici les trois formes de certification que l’on retrouve majoritairement : 

  • Label 100% : le papier n’est composé que de matériaux provenant de forêts gérées durablement.
  • Label mixte : le papier est composé de matériaux certifiés et d’autres produits contrôlés.
  • Label recyclé : les matériaux forestiers que l’on retrouve dans ce produit ont été recyclés. 

Ainsi, lorsque les maisons d’édition s’interrogent sur la provenance de leurs matériaux comme cela est le cas avec les certifications forestières PEFC et FSC. Elles n’assurent pas une empreinte carbone plus faible, mais tendent à une logique écologique en préservant davantage les forêts à travers un choix plus responsable et durable.

GIBAUDAN Camille, M1 MDLE

Source : 

 

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search