Une BD pour revenir à l’essentiel des thématiques climatiques 

D’après le site GFK, une société de collecte et d’analyse de données allemande, le livre le plus vendu de l’année 2022 en France est une bande-dessinée. En effet, Le monde sans fin apparaît en tête des ventes avec plus de 514 000 exemplaires vendus.  Elle est née à travers une collaboration entre un illustrateur, Christophe Blain, et un expert des domaines du climat, de l’énergie et de l’environnement, Jean-Marc Jancovici. Ce dernier est notamment connu pour sa capacité à vulgariser des idées et concepts complexes liés à la thématique du réchauffement climatique. Cette bande-dessinée est un projet qui amène à une réflexion sur le climat et la transition écologique à travers les illustrations de Christophe Blain qui prolongent la vision d’un auteur engagé.  

LA NAISSANCE DU PROJET 

Cette BD est le reflet des années de travail de Jean-Marc Jancovici sur les thématiques climatiques. À l’origine de la création de l’association Shift Project mais aussi du cabinet Carbone 4 de conseil en stratégie climat, Jancovici porte de nombreuses casquettes. Il est à la fois ingénieur, enseignant, conférencier et chef d’entreprise. Membre de cinq associations différentes engagées dans la lutte contre les dérèglements climatiques, il est un des plus gros acteurs de France sur ce sujet.  

Alors que la collaboration n’était initialement pas prévue, l’illustrateur Christophe Blain contacte Jean-Marc Jancovici afin de créer une bande-dessinée autour du thème du climat. Cette association entre scientifique et artiste a permis de créer une œuvre possédant à la fois des qualités esthétiques mais également des qualités rédactionnelles. Le sujet de la transition écologique, qui peut sembler complexe au premier abord, est ici abordé avec humour à travers une discussion entre l’illustrateur et l’auteur. Cela permet à tous les publics de s’intéresser et d’en savoir plus sur les enjeux environnementaux d’aujourd’hui. 

UN SUJET SERIEUX ET CAPITAL 

À travers des sujets comme l’économie, l’écologie et la société, cette BD est le témoignage d’un regard sur le monde. Un monde basé sur une économie des énergies fossiles, que l’on pensait inépuisables. Mais il s’avère que ce mode de fonctionnement n’est plus sans conséquences pour nous mais aussi, et avant tout, pour notre planète.  

Dans un récit sur le ton de l’humour mais livrant une histoire intelligente, ces deux collaborateurs nous offrent un livre qui nous concerne tous et qui permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Cette lecture permet de se représenter les enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique. Et, plus spécifiquement pour les acteurs du monde du livre, de connaître les bases de l’idée derrière le projet de la décarbonation des produits culturels. Ce projet est né pour lutter contre cette économie qui puise dans les ressources épuisables de notre planète.  

POINTS TECHNIQUES 

Qu’est-ce que le bilan carbone ? 

Dans les années 1990 vient l’idée du bilan carbone à Jean-Marc Jancovici. Il faut savoir que l’on peut l’effectuer de manière individuelle, mais il a été créé à la base pour mesurer l’émission de Co2 d’une organisation, due à son activité. Cette méthode du bilan carbone a émergé en 2000 et était une des deux seules connues à ce moment pour traiter ce sujet, à côté du GreenHouse Gas Protocol aux États-Unis. Le cabinet Carbone 4, dont Jancovici en est le directeur, propose aujourd’hui des services à la fois de calcul de bilan carbone mais aussi de plan d’action. Le bilan carbone sert à la fois à comprendre quels secteurs d’une entreprise sont les plus polluants mais aussi les solutions à envisager pour diminuer ce taux de rejet.  

  Le Shift quoi ? 

Le Shift Project a été créé en 2010. Dans l’onglet Ambition de leur site internet, on peut retrouver les termes qui le définit les mieux, à savoir un « think thank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone ». C’est un groupe de réflexion basé sur les thématiques de lutte contre le réchauffement climatique, et agissant en proposant des idées de nouveaux plans d’économie française, moins polluants et plus durables car « fondée depuis deux siècles sur l’utilisation croissante de ressources historiquement considérées comme infinies (ce qui se retrouve dans les bases de l’économie classique), notre économie bute désormais de manière répétée sur les limites physiques de la planète. »  

Cette bande-dessinée est un point clé pour comprendre les thématiques actuelles et notamment celles qui touchent le monde de l’édition. Afin de ne pas se lancer tête baissée dans la résolution des questionnements actuels, il faut d’abord comprendre quelle est l’origine des préoccupations d’aujourd’hui et comment l’on peut maintenant changer les choses. L’intention de l’auteur est de « toucher des gens qui n’ont jamais lu d’essai sur le sujet, et jamais vu une conférence ». Ce choix de représentation par la bande-dessinée permet de toucher un plus large publique et de vulgariser de manière beaucoup plus ludique qu’un livre. Ce qui peut expliquer son nombre considérable de vente. C’est aujourd’hui un sujet important dont on doit se préoccuper, et on peut se renseigner en prenant du plaisir à la lecture, sans être noyés sous des chiffres et des schémas inexpliqués. 

Rédigé par Pierre Cabanal, Lucile Barrier et Coline Robert

SOURCES 

“Meilleures ventes de livres: 2022 imprime sa marque” : https://www.gfk.com/fr/insights/meilleures-ventes-de-livre-2022-imprime-sa-marque 

Le Monde Sans Fin : https://jancovici.com/publications-et-co/livres/le-monde-sans-fin/ 

The Shift Project, “Qui sommes-nous ?” rubrique Ambition : https://theshiftproject.org/ambition/ 

Qu’est-ce qu’un bilan carbone neutre et comment l’obtenir ? : https://institut-superieur-environnement.com/blog/quest-ce-quun-bilan-carbone-neutre-et-comment-lobtenir/ 

Carbone 4, Précision et ambition climatique : https://www.carbone4.com/  

Wikipédia, Jean-Marc Jancovici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici  

Wikipédia, Christophe Blain : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Blain 

Le rôle important de l’éditeur et du choix du catalogue dans la problématique écologique de la bibliodiversité

Dans un monde confronté à des défis climatiques sans précédent, l’industrie du livre et son immense réseau de production, de distribution et de consommation, n’est pas immunisée face aux enjeux environnementaux. La chaîne du livre génère une empreinte carbone significative depuis la récolte des matières premières jusqu’à la distribution des ouvrages. L’utilisation intensive du papier, les procédés d’impression, et la logistique complexe de la distribution contribuent à cette empreinte. 

C’est au cœur de cette dynamique que l’éditeur se dresse comme un acteur central, jusqu’à devenir le catalyseur d’une transformation nécessaire au sein de l’industrie du livre. D’abord en tant que gardien de la création et du choix éditorial, mais aussi en guidant les choix de production, en favorisant l’utilisation de matériaux durables, et en encourageant des modèles de distribution respectueux de l’environnement.

Ainsi, nous allons voir que le rôle de l’éditeur peut devenir fondamental pour influencer positivement cette problématique climatique au sein de l’industrie du livre.

Être éditeur, un métier de choix

En effet, bien que les chaînes de fabrication du livre et de la distribution soient au centre des problèmes concernant l’impact écologique du monde de l’édition, l’éditeur a aussi son rôle important à jouer. Que ce soit dans sa fonction entrepreneuriale, focalisée dans la responsabilité de gestion et des conditions de production ainsi que de diffusion des ouvrages, ou bien dans sa fonction éditoriale, consacrée à la sélection des ouvrages à publier, au développement des manuscrits et à l’accompagnement des auteurs, les choix de l’éditeur seront fondamentaux dans la direction de sa maison d’édition.

Le choix du catalogue

Le choix du catalogue par un éditeur revêt une importance cruciale, agissant comme une vitrine qui reflète à la fois son identité et ses valeurs, mais également comme un moyen de propager des idées précises à ses lecteurs. En sélectionnant des auteurs et des textes à publier, l’éditeur contribue à consacrer ces auteurs tout en construisant sa propre réputation au sein du marché littéraire. Le catalogue, qui représente l’ensemble des ouvrages d’une maison d’édition, incarne cette dualité entre des valeurs économiques et culturelles. Il témoigne du parcours intellectuel, de la personnalité et des intérêts de l’éditeur, qu’ils soient artistiques, techniques, économiques ou littéraires. Ces choix esthétiques et idéologiques définissent la ligne éditoriale et impactent grandement le processus de sélection des ouvrages. 

À titre d’exemples concrets, les Éditions du Seuil affichent une ambition claire de publier des ouvrages qui reflètent les enjeux contemporains et le devenir du monde, avec une diversité de genres littéraires et scientifiques qui témoignent de cette vision.

De même, Actes Sud, à travers ses catégories d’ouvrages sur sa page web, met en avant quatre catégories d’ouvrages, dont une spécifique à la nature, révélant ainsi une orientation éditoriale vers des thématiques environnementales. 

Ces exemples illustrent comment les choix éditoriaux déterminent la composition du catalogue et la façon dont une maison d’édition façonne son identité et répond aux attentes de son public.

Des choix techniques au coeur de l’enjeu

Les choix techniques de production d’un livre par l’éditeur représentent également une part importante du métier, s’inscrivant alors au cœur de l’enjeu éditorial. Ces décisions, telles que la sélection du papier, le choix des encres, le format, la couverture et le mode d’impression, sont des éléments fondamentaux dans la matérialisation de la vision éditoriale. 

Un exemple concret est fourni par les Éditions La Plage, qui intègrent une démarche éthique et écologique tant dans le contenu que dans la fabrication de leurs livres. En alignement avec leur engagement, tous leurs ouvrages sont fabriqués à partir de papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement, imprimés avec des encres végétales et sans vernis chimique. L’optimisation des formats sans gaspillage de papier contribue à minimiser l’impact environnemental, tandis que le bilan carbone est maîtrisé grâce à une impression réalisée en France, dans le nord de l’Espagne et le nord de l’Italie. 

Ces choix réfléchis ne se limitent pas à des considérations écologiques, mais témoignent également d’une vision éditoriale à long terme. Les Éditions La Plage privilégient des tirages maîtrisés, évitant la mise au pilon systématique des livres non vendus.  

Avec une cohésion entre le choix du catalogue et le choix des techniques de production, la conception de livres destinés à perdurer dans leur catalogue pendant plusieurs années, voire décennies, renforce l’engagement de l’éditeur envers des publications significatives, choisies avec soin, et contribue ainsi à la durabilité tant sur le plan écologique que littéraire.

Une lueur d’espoir visible dans le monde

Les choix éditoriaux conscients et les pratiques respectueuses de l’environnement sont des moteurs puissants pour la durabilité d’une maison d’édition. Les exemples étrangers tels que Chelsea Green, Greystone Books et New Society Publishers ont tracé la voie depuis des décennies. Chelsea Green, a établi depuis 1984 un modèle solide en promouvant des publications écologiques et une action régénératrice, démontrant que la durabilité peut être une stratégie gagnante.

De même, Greystone Books a prospéré en mettant en avant des sujets naturels, scientifiques et de santé tout en réduisant son empreinte environnementale, témoignant qu’une vision à long terme n’entrave pas la réussite commerciale. Tandis que pendant plus de 40 ans, New Society Publishers a maintenu un engagement ferme envers la durabilité, intégrant des pratiques écologiques sans compromettre sa croissance.

Ces éditeurs étrangers offrent des exemples inspirants pour d’autres, illustrant que la durabilité peut aller de pair avec le succès commercial. Leur succès démontre qu’une approche responsable peut non seulement préserver la planète mais aussi assurer la pérennité de l’entreprise. Ils servent de modèles encourageants pour les maisons d’édition aspirant à intégrer des pratiques durables, soulignant ainsi que la transition vers une industrie du livre respectueuse de l’environnement est non seulement souhaitable, mais tout à fait réalisable.

Rédigé par Pierre Cabanal, Lucile Barrier et Coline Robert

Liens

Bibliographie

Poirier, P., & Genêt, P. 2014. Chapitre 1. La fonction éditoriale et ses défis. In Vitali-Rosati, M., & Sinatra, M. E. (Eds.), Pratiques de l’édition numérique. Presses de l’Université de Montréal. doi :10.4000/books.pum.312

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search