Greenwashing : vers des éditions plus vertes ou simple technique commerciale ?

image : stocklib

Le GIEC, le groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, est formel : la concentration de CO² dans l’air augmente, provoquant un dérèglement climatique. On observe donc une prise de conscience collective, qui passe par des initiatives écologiques, et le secteur du livre ne fait pas exception à la règle. Cependant, est-ce que toutes les entreprises jouent le jeu ?

Le greenwashing, qu’est-ce que c’est ?

L’écoblanchiment, terme français du greenwashing, est, selon le dictionnaire Le Robert, un « fait, pour une entreprise ou un organisme, de se donner une image responsable à l’égard de l’environnement ». Dans d’autres mots, le greenwashing sert à tromper le consommateur soucieux de l’environnement en lui faisant croire une implication écologique de la part de l’entreprise, alors que cette dernière n’a qu’un très léger impact carbone positif (voire parfois même un impact carbone négatif).

Le greenwashing, qui passe souvent par de la publicité mensongère et de faux labels, utilise souvent les mêmes règles : 

  • La couleur verte, symbole de la nature et des produits naturels
  • Les images utilisées sont regroupées autour de cette même couleur : paysage, nature, forêt, plantes, fleurs etc.
  • Le texte est également mûrement réfléchi, avec notamment l’utilisation du champ lexical de l’écologie (en exemple « naturellement vôtre »)

Le greenwashing est présent dans de nombreux secteurs : mode, industries du tabac etc. Mais est-il présent dans le secteur du livre ?

L’impact carbone des métiers de l’édition : l’exemple de Hachette livre

L’impact carbone des métiers de l’édition peut être compliqué à calculer puisque seul Hachette Livre nous transmet son bilan carbone. Premier groupe français (Hachette livre détient des maisons d’édition aussi diverses que variés, comme Hachette Jeunesse, Larousse, Hatier, Rageot, Le livre de Poche, Calmann-Lévy, etc.), Hachette Livre avait un bilan carbone de 240 kilotonnes en 2009 (pour un chiffre d’affaires d’environ 700 millions d’euros). En 2012, trois ans après ce bilan carbone, on voit déjà une baisse de 21,25%, soit un total de 189 kilotonnes. En 2015, les émissions ont également baissé de 10%, soit 169 kilotonnes.

Dans toute cette production de carbone, une grande majorité vient de la production des ouvrages : en 2015, environ 66% du bilan carbone venait de la production (soit 112 kilotonnes). Cependant, aujourd’hui, 20 à 25% des livres envoyés aux libraires sont retournés à l’éditeur. Tous ces livres ne sont pas détruits, mais la majorité de ces invendus sont envoyés au pilon, qui a un véritable coût environnemental (la production du livre, puis sa distribution, donc l’aller-retour du libraire, et finalement son trajet final vers le pilon). Cependant, on note du côté de Hachette une légère amélioration : 167 millions de livres ont été confectionnés en 2012, contre 155 millions en 2015, soit une baisse de 7%

En conclusion, nous pouvons noter une amélioration et des efforts chez Hachette livre. Cependant, la diminution de l’impact écologique sur notre planète reste faible. Il faut également rester vigilants, puisque de nombreux groupes n’ont pas transmis leurs données. 

Camille Tondeur, M1 MDLE

Sources :
Dictionnaire LE ROBERT, « écoblanchiment », URL : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/ecoblanchiment
Hachette, Notre Démarche,  URL : https://www.hachette-durable.fr/notre-demarche
NGUYEN, Marie,  C’est quoi le greenwashing, 22 septembre 2022, URL : https://www.wedressfair.fr/blog/le-greenwashing
Hachette, Bilan Carbone, URL : https://hachette.com/wp-content/uploads/2017/06/bilan-carbone.pdf

Internet et le livre d’occasion, le combo idéal pour décarboner la chaine du livre ? – L’exemple de Momox et de Gibert Joseph

En France, deux livres sur dix sont achetés d’occasion et 42% des Français affirment avoir déjà acheté un livre (ou un CD/DVD) d’occasion. Le livre d’occasion est de plus en plus une aubaine pour les vendeurs : on note une marge d’au moins 50% (contre 35 à 40% pour un livre neuf). Cependant, ni l’auteur, ni la maison d’édition ne sont rémunérés pour cette vente. C’est donc un marché qui depuis plusieurs années se voit grandir, notamment grâce à internet et ses plateformes en ligne (comme Momox, Recyclivre ou la possibilité d’acheté des livres d’occasion sur des plateformes de vente de livres de neuf, comme Amazon ou encore Gibert Joseph). La vente d’occasion semble donc être la solution idéale pour limiter la production de carbone dans la chaine du livre : elle sauve des livres du pilon puisqu’on estime chaque année que 60 millions d’ouvrages sont envoyés à la poubelle et permet de limiter la surproduction de livres.

Mais acheté un livre d’occasion est-il si écologique que cela ?

Entre 2014 et 2016, on note que 50% des ventes des livres d’occasion sont effectués sur internet. C’est par exemple le cas du site Momox-Shop (https://www.momox-shop.fr/), qui vend à prix réduit des ouvrages d’occasion. Situé en Allemagne, à Leipzig, le site s’étend sur environ 60 000m², qu’il faut donc chauffer. L’entreprise s’est vu tripler son chiffre d’affaires en cinq ans (200 millions de chiffre d’affaires en 2018), ainsi qu’une montée de ses effectifs (1600 salariés en 2018, 650 en 2013). On voit donc que ce secteur du livre d’occasion a beaucoup plu dans la décennie de 2010. En France, on note un marché de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires (le deuxième plus gros marché du site), avec une augmentation de 30%. Momox-Shop réalise donc une partie de son chiffre d’affaires en France, mais il est également présent en Allemagne, lieu de sa fondation, en Autriche, en Belgique et au Royaume-Uni. Le principe est simple : la personne souhaitant vendre ses objets culturels via le site, puis il envoie ses articles. Les frais de port sont gratuits, puisque Momox les prend en charge. Ils font ensuite le trajet jusqu’en Pologne, où ils subissent un contrôle, afin d’être envoyé à Leipzig, où ils seront stockés. Finalement, quand le livre trouve acheteurs, il est renvoyé par camion en France, jusqu’au salon de son nouveau propriétaire. Le livre (ou autre objet culturel) fait donc un aller-retour en Pologne et en Allemagne que l’on peut juger inutile. De plus, ces grandes surfaces de stockages doivent être chauffées, ce qui utilise de l’électricité.

Gibert Joseph, fondé en 1886, est d’abord une librairie parisienne d’occasion. Cependant, avec l’arrivée et l’expansion d’Internet, on remarque que le groupe fonctionne plus ou moins de la même façon que Momox : on peut acheter et revendre des livres via leur site (www.gibert.com). Cependant, la marque étant française, les trajets en camion sont de plus courte distance, donc consomment moins. De plus, contrairement au site allemand, Gibert Joseph est également présent en physique, dans de nombreuses boutiques partout en France. Cela permet donc de limiter les kilomètres des camions jusqu’au lieu d’habitation mais de livrer en une seule fois à une librairie, en favorisant les commerces de proximité.  

En conclusion, l’empreinte carbone utilisé par les allers-retours en camion et les entrepôts et boutiques à chauffer ne sont pas très écologiques et ne permettent pas vraiment de décarboner la chaine du livre. Cependant, il ne faut pas oublier le bénéfice du livre d’occasion. En effet, Heiner Kroke explique que : « le bilan reste positif car on évite un cycle de fabrication complet. Chaque bouquin acheté d’occasion, c’est un livre qui ne doit pas être imprimé, et de précieuses ressources économisées ».

Tondeur Camille, M1 MDLE

Sources :
Vincent Chabault, Du livre-déchet au livre vendu, l’écologisation du marché du livre d’occasion,
Lisa Macineiras, Les livres d’occasion, bon plan pour l’environnement ? URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/livres-occasion-bon-plan-environnement-1731085.html
Pauline Houédé, L’Allemand Momox surfe sur le marché de l’occasion, 31 octobre 2019. URL : https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/lallemand-momox-surfe-sur-le-marche-de-loccasion-1144412
Gibert Joseph, Notre histoire, URL :https://www.gibert.com/notre-histoire.

Le numérique, une manière plus écologique de concevoir la lecture ?

Le numérique semble la solution idéale pour décarboner la chaine du livre : pas de transport entre les différents acteurs, moins de papier, donc moins d’usines et moins de production. La liseuse peut donc avoir l’air d’être le choix à faire afin d’être plus respectueux de notre planète. Mais peut-elle s’avérer être la solution ?

On observe en France une démocratisation du numérique : en 2019, 24% des Français lisent au format numérique, contre 19% en 2015. Cette augmentation du nombre de lecteurs numérique s’accroît au même niveau que le nombre de livre lus dans ce format : 4 livres numériques par an en moyenne en 2019 contre seulement 2 en 2015.

L’émission carbone d’un livre est estimée à 1,3 kilogrammes de CO² tandis que celle d’une tablette est estimée à 178 kilogrammes de CO², c’est l’équivalent de 137 livres. Autrement, une liseuse devient rentable écologiquement à partir du 138ème ouvrage. Cependant, seulement 31% des Français sont considérés comme grands lecteurs, c’est-à-dire ayant lu plus de 20 livres par an (avec une moyenne de 21 livres en 2019). Un grand lecteur mettrait donc 9 ans à amortir sa liseuse contre 30 ans pour un lecteur classique (une moyenne de 4.5 livres par an selon Hachette).  Pourtant, selon Florence Rodhain, une liseuse aurait une durée de vie de deux ans en moyenne. Il faudrait donc lire 68 livres par an pour amortir sa liseuse.

Cependant, il est également important de prendre en compte les dépenses d’énergie liée aux recharges régulières des liseuses. Cet aspect est parfois négligé dans certaines régions du monde, comme au Québec où l’hydroélectricité est une source propre. Pourtant, la pollution numérique augmente drastiquement : entre 2015 et 2020, on note un accroissement de 9% par an. Tout cela entraîne des conséquences sur la planète, notamment à cause de l’émission de gaz à effet de serre (le secteur des technologies de l’information et de la communication produit une quantité de gaz à effet de serre équivalent au secteur de l’aviation, soit 2% des émissions totales).

De plus, les ressources utilisées pour l’assemblage des liseuses sont épuisables (notamment à cause des minerais précieux et du lithium présent à l’intérieur), contrairement aux arbres, qui sont une ressource renouvelable. Nous pouvons également noter que selon l’Université des Nations Unis à Tokyo, la « fabrication d’un composant électronique pensant 2 grammes nécessite 1.2kg de combustible fossile, 72 grammes de produits chimiques et 32 litres d’eau pure ». En fin de vie, les composants d’une liseuse ne sont pas, ou très peu, recyclés (seulement 10% des déchets électroniques), contrairement au papier du livre qui peut être recyclé.  

En conclusion, nous pouvons donc affirmer qu’une liseuse réduit les émissions de CO² du marché de l’édition. Cependant, ce n’est pas une solution à long terme pour décarboner le livre puisque sa fabrication est beaucoup plus néfaste pour l’environnement que la fabrication d’un livre. Finalement, nous pouvons noter que les Français lisant uniquement au format numérique sont très faibles : ils constitueraient seulement 1% de la population. Il y aurait donc 23% de lecteur numérique qui consommeraient également des livres au format papier.

TONDEUR Camille, M1 MDLE.

Sources :
Rodhain, Florence, « Chronique 19. Il faut 30 ans pour amortir une liseuse… Le livre papier plus écologique que le livre numérique » dans La nouvelle religion du numérique, Caen : Éditions Management et Société, 2019, page 72 à 74.
Ipsos, « les Français et la lecture », Centre National du Livre, 2019, URL : https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2019-03/synthese_les_francais_et_la_lecture_2019.pdf
Sarpentier, Christine, « Une liseuse électronique, est-ce plus écologique ? », dans le blogue Chroniques de Jadis, 2019, URL : https://www.ebookine.ca/une-liseuse-electronique-est-ce-ecologique%E2%80%89/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search