Le nouveau livre durable passe par la gestion des transports 

Si on parlait réchauffement climatique ? 

Dans l’imaginaire collectif, les transports ne viendraient peut être pas en premier dans le classement des causes du réchauffement climatique. Pourtant, les transports participent à hauteur de 30% aux émissions totales de CO2 en France, principale cause du réchauffement de la planète par effet de serre.

Nous avons tous et toutes en tête la loi européenne qui a tranché l’arrêt de la production de véhicules thermiques le 28 juin 2022. Les constructeurs automobiles devront passés à l’électricité ou à l’hydrogène dès 2035. Cette mesure nous pousse, nous, consommateurs à prévoir l’avenir et à s’adapter pour enclencher une transition écologique au sein de notre quotidien. 

Tous acteurs et actrices de la transition énergétique

Dans le monde de l’édition, de plus en plus de professionnel.les réalisent que leur activité à un coût environnemental fort. Le Shift Project (un Think Tank) a révélé dans un rapport qu’un tiers des 30% des émissions liées aux transports proviennent des marchandises transitantes sur le territoire national. Si les éditeurs et éditrices ne sont pas encore capables de produire en circuit court (récolte du bois, fabrication du papier et impression à moins de 2 000km), ils et elles peuvent prendre à bras-le-corps le problème des transports français et inter-régionaux. L’objectif est de concentrer les efforts sur un élément que l’on peut changer facilement et directement. 

En partant du constat que les poids-lourds ne sont pas remplaçables immédiatement (véhicules lourds et électriques pas abouties), le Shift Project proposent des mesures alternatives pour baisser les émissions de CO2 liées au transport. 

La première proposition de l’organisme est de limiter la vitesse des poids-lourds et de former les conducteurs et conductrices à l’éco-conduite. La seconde mesure toucherait l’organisation même des flux en massifiant les commandes et en remplissant les cartons. Finalement, pour limiter les émissions de CO2 dans les centre-villes, Le Shift Project proposent de développer la livraison en vélo-utilitaire.

Ces trois propositions participeraient à réduire de 10 à 15% les émissions de CO2

Nous appelons donc tous les éditeurs et toutes les éditrices à prendre contact avec leurs distributeurs pour les impliquer dans les réflexions écologiques. Pour qu’il y est du changement, tous.tes les professionnel.les doivent faire partie du projet. Le Think Tank propose des synthèses de leurs réflexions sur le monde de l’édition pour sensibiliser le plus grand nombre de professionnels et professionnelles.

Pour en savoir plus sur les recommandations du Shift Project pour le monde de l’édition, voici le rapport publié en novembre 2021 dans le cadre du plan de transformation de l’économie française : https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/11/211130-TSP-PTEF-Rapport-final-Culture-v2.pdf

Cléo Villebrod

Salon du livre de Montreuil : les éditeurs nous parlent d’écologie

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, les journalistes de Livres Hebdo sont allés enquêter auprès des éditeurs présents. Quelles mesures en faveur de l’environnement ont-ils pris cette année ou envisagent de prendre l’année prochaine ? 

Faire face à de multiples crises 

Depuis le Covid-19, le secteur éditorial reste fragilisé par de nombreuses hausses des prix des matières premières et de l’énergie. La crise du papier (je vous enjoins à lire l’article de LivresHebdo sur la rentrée littéraire) oblige les éditeurs à penser différemment leur production et leur approvisionnement. Ce qui fait du bien à la planète !

Contourner la crise financière tout en luttant contre la pollution

Publier moins, mais augmenter le tirage 

Dans l’optique de limiter les délais de réimpression liés à la difficulté de se procurer du papier et les délais de transports, de grandes maisons d’édition agissent en adaptant leur stratégie éditoriale. Michèle Moreau prévoit pour 2023 d’augmenter le nombre d’exemplaires tirés en première impression en passant pour un livre tiré initialement à 4000 à 6000 environ. Ce pari est audacieux. 

Pour d’autres comme Hachette Romans et Flammarion Jeunesse, la stratégie est plutôt à la réduction du nombre de nouveautés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, car en 2014 Hachette Romans publiant 126 livres comparé à 2022 où ils en cataloguent seulement 70. Pour Flammarion Jeunesse, la décroissance ne fait que de commencer en baissant de 10 titres leur production comparé à l’année dernière. 

On désengorge ainsi le marché saturé de la jeunesse.

Imprimer en Europe

La seconde stratégie éditoriale mise en place permet de réduire les délais de transports et l’empreinte carbone des éditeurs jeunesse. Milan Jeunesse a fait baisser son nombre de titres imprimés en Asie de 7% depuis la crise du Covid et Auzou a augmenté de 30% la production de ses livres en Europe. Ils encouragent de plus en plus le circuit court qui est l’une des nombreuses recommandations de Shift Project pour la transition carbone. 

Cependant, il est impossible dans les conditions actuelles de relocaliser toute la production jeunesse et surtout les livres qui contiennent de l’électronique

Croissance sur le long terme 

Continuer à publier et à innover

Malgré ce contexte tendu autant économique qu’environnemental, les éditeurs jeunesse ne sont pas dans l’optique de réduire drastiquement leur production. De nouvelles collections sont en projet notamment une nommée « Ronces » chez Albin Michel qui aura la volonté d’illustrer la cohabitation de l’Homme et de la nature ou encore un album dont le titre Planète verte ? d’Eduarda Lima aux éditions À la joie de Lire que l’on sait engagées. La littérature jeunesse s’empare de ses sujets et sensibilise ses lecteurs ! 

Les éditeurs jeunesse combinent alors économie de temps, d’argent et d’empreinte carbone. 

Cléo Villebrod

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search