PAPREC : un expert de la valorisation des déchets

Est-ce que vous aussi vous triez vos déchets pour les recycler ? C’est bien vous contribuez à faire de la France une des nations hautement concernées par le recyclage !

Intéressons nosu à un acteur spécialisé dans le recyclage de déchets en France : PAPREC.

Logo de l’entreprise Paprec

Reprise en 1994 par Jean-Luc PETITHUGUENIN, l’entreprise PAPREC était à l’origine spécialisée dans le recyclage du papier et des cartons. Depuis elle ne cesse de s’agrandir et d’innover en recyclant de nouveaux matériaux : plastique, bois, papiers confidentiels… Aujourd’hui l’entreprise est portée par des valeurs humaines qui se trouvent au coeur de leurs actions comme le respect mutuel, la laïcité ou encore la diversité. Tout cela dans le but d’accélérer la transition écologique en mettant le recyclage comme enjeu stratégique de l’économie circulaire. Mais quelles sont vraiment les matériaux récupérés et recyclés par PAPREC ?

En tout, l’entreprise récupère 7 types de matériaux différents pour les recycler : le papier et le carton, les piles, le plastique, les véhicules hors d’usages, le verre, le métal et le bois. Chaque matériau peut prendre plusieurs formes possibles, mais pour tous il faut quand même qu’il soit dans un état correct pour pouvoir être recyclé. Faisons un focus sur le carton et le papier pour mieux comprendre comment ils sont recyclés.

En France, c’est à peu près 9 millions de tonnes de papiers et de cartons qui sont consommées chaque année, et parmi ces papiers/cartons certains ne peuvent pas être recyclés comme par exemple les papiers d’hygiène, le papier aluminium, les sachets de thé et filtres de café, et les emballages de papier et carton souillés par le gras ou par l’humidité. Tous les autre types de papier que nous trouvons sont donc recyclables.

PAPREC permet d’assurer le cycle de vie du papier via 7 étapes. Première étape, la collecte des papiers et des cartons, avec des petites poubelles dans des petites entreprises, ou carrément des bennes ou des presses à balles (machine qui écrase les papiers et cartons pour les compresser et en faire une sorte de balle) pour les usines de plus grande taille.

La deuxième étape consiste à trier ce qui a été récupérer, deux façons pour cela : le tri à la source qui s’effectue directement à l’usine, chez le particulier c’est le tri sélectif, ou alors dans des centres de tri. Troisième étape, la vente des papiers et des cartons à des usines qui vont les racheter pour les réduire en fibre pour fabriquer de la pâte à papier, qui est la quatrième étape. Cette fabrication consiste à suspendre les fibres c’est-à-dire dans les mélanger avec de l’eau et de les mixer pour former une pâte qui va passer à travers des tamis de plus en plus fin pour récupérer seulement la fibre de papier. En même temps a lieu le désencrage de ce qui reste du papier : l’encre est de base huileuse, donc dans de l’eau elle va flotter et sera facile à récupérer. Aujourd’hui la qualité de cette pâte de papier à base de papier recyclé peut équivaloir celle de bois mais avec des impacts environnementaux beaucoup plus faibles en énergie et en consommation d’eau. Notons que le recyclage du papier n’est pas infini, puisqu’une fibre peut être recyclée et réutilisée en moyenne 5 à 7 fois. L’étape cinq consiste en embobiner le papier, c’est-à-dire, de travailler la pâte à papier après qu’elle a été traité en la séchant (c’est cette étape qui déterminera le grammage du papier) puis en l’enroulant autour d’une bobine, à ce stade là le papier est exploitable, on a donc un produit fini. Faire du papier recyclé consomme 6 fois moins d’eau que produire un papier neuf. L’avant-dernière étape consiste à imprimer, façonner ces bobines de papiers pour en faire des objets utilisables par tout à chacun. Et enfin la dernière étape consiste à distribuer le papier pour qu’il soit utilisé puis de nouveau recyclé. Voilà le cycle de vie d’un papier. Paprec est présent à chaque étape pour accompagner les collaborateurs, mais également pour récupérer les chutes et déchets produits à chaque niveau pour pouvoir les recycler.

              Ainsi, Paprec est un acteur important en France pour la valorisation de nos déchets puisqu’ils les récoltent et les recyclent pour en faire de nouveaux produits. Cela permettant bien évidemment de réduire la production de papier neuf, et donc de réduire l’empreinte carbone de ces industries. Son action pour la transition environnementale se poursuit en soutenant et sponsorisant de nombreuses courses de bateaux comme La Solitaire du Figaro ou la Route du Rhum, dont le vainqueur de cette 12ème était sponsorisé par Paprec.


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE-IDB

La papeterie du Léman, le premier référent écologique dans le monde du papier

              À Publier (74), la Papeterie du Léman s’engage à produire une meilleure qualité de papier tout en étant plus respectueux de l’environnement.

Implantée depuis 1920 en Haute-Savoie, elle est un des principaux producteurs de papier d’impression fine.

Créée en 1920, la Papeterie du Léman (PDL) a été un des premiers producteurs mondial de papier à cigarettes. Rachetée par le groupe Bolloré elle va se diversifier dans l’impression mince pour en devenir le leader européen dans les années 2000. Aujourd’hui l’usine appartient à PVL Holdings et compte environ 250 employés, dont Jean-Pierre, un ouvrier qui a accepté de répondre à quelques une de mes questions. Employé depuis 34 ans à PDL, il a pu voir les différents changements de propriétaire, mais aussi les changements liés aux conditions environnementales. Il occupe actuellement le poste de conducteur-coordinateur de machine à papier. Cette papeterie a pour ambition d’imposer les papiers à faible grammage en alternative aux papiers d’impression conventionnels, tout en confirmant sa position de référent écologique.

              L’usine compte un total de 3 machines à papier, chacune produit des types de papier différent : du papier à cigarette sur la machine de Jean-Pierre, du papier cuisson sur une autre et pour finir de l’impression mince sur la dernière pour tout ce qui est livre religieux, éditions de luxe pour Gallimard, ou encore du papier pour les publicités ou des notices pharmaceutiques. Ce qui diffère sur chaque machine c’est le grammage du papier et la pâte à papier, sinon le procédé reste le même : « au début il y a la préparation, la trituration, après il y a l’épuration, le raffinage, l’égouttage, le pressage et le séchage et l’enroulage ». La préparation et la trituration sont deux étapes de la préparation de la pâte à papier, qui peut être de deux types : à base de bois ou à base de textile : « on les met dans un îlot avec un gros agitateur pour y défaire avec de l’eau, ils défont les balles en gros et ils y laissent pendant une bonne demi-heure ». Ensuite les autres étapes de création se font sur une seule machine :

Schéma de création du papier dans une machine.

              Depuis les années 90, PDL s’engage petit à petit à réduire son empreinte carbone : cela à commencé avec l’impression mince qui nécessite moins de matières premières, moins d’énergie et de stockage donc qui a un impact environnemental faible, puis avec l’acquisition d’abord du label FSC et ensuite PEFC en 2010. La même année il y a également eu la création d’une cellule d’éco-conception et d’un satellite PCC (Carbonate de Calcium Précipité) qui permet de remplacer le dioxyde de titane dans le blanchiment et l’opacité du papier. Deux ans après une chaudière biomasse a été créée qui permet la production de 50% des besoins en vapeur du site, ce qui évite l’émission de 11 500 tonnes de CO2 par an. Une station d’épuration permet de recycler l’eau et les vapeurs utilisées pour les réutiliser : les rejets de matières et de produits chimiques sont inférieurs de 70% aux normes locales. En étant certifié FSC et PEFC, PDL s’engage à favoriser les forêts durablement gérées, en achetant de la pâte à papier de bois faite à base de sous-produits de la forêt (déchets) tandis que les parties nobles du bois sont utilisées en menuiserie, charpenterie. La papeterie est également certifiée par des normes ISO : la 9001 pour la qualité du papier et la 14001 pour le management environnemental. Leur engagement écologique peut aussi se traduire par le tri de tous les types de déchets, qui vont ensuite être récupérés par une entreprise extérieure pour les recycler.

              Les Papeteries du Léman, usine de plus d’un siècle, s’inquiète de son impact environnemental depuis plus de vingt ans et agit pour le réduire, tout en continuant de produire un papier de qualité que l’on peut utiliser tous les jours. D’après Jean-Pierre, « le papier est vivant, ce qui en fait un travail intéressant qui me plaît beaucoup », ce qui explique pourquoi il y est depuis si longtemps…


DUBOULOZ-MONNET Laurie, M1 MDLE-IDB

Les labels verts dans l’impression : un gage de sérieux et de durabilité ?

Le secteur de l’impression est touché par la création et la multiplication de labels verts. Mais à quoi correspondent ils ? Est-ce un gage de sérieux et d’engagement sur les critères environnementaux ?

Dans une volonté de rendre l’impression papier plus écologique, des organismes normalisateurs spécialisés mettent au point des certifications. Ces certifications, ou labels, peuvent être regrouper en trois domaines : l’imprimeur, le papier et la forêt.

Chez les imprimeurs les écolabels ont pour but de montrer que la fçon de faire respecte l’environnement de manière durable. On trouvera les certifications Imprim’Vert et ISO 140001 pour les plus connues, mais aussi Print’Ethic qui est spécialisé dans les industries graphiques, ou EMAS (Eco-Management and Audit Scheme) qui évalue les performance environnementales. Pour mieux comprendre comment fonctionnent ces labels, prenons l’exemple d’Imprim’Vert.

Logo Imprim'Vert

Créé en 1998 par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Loir-et-Cher et la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Centre, ce label compte aujourd’hui plus de 2 000 sites labellisés. Pour pouvoir porter ce logo, 5 critères sont à respecter : l’élimination conforme des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non-utilisation de certains produits CMR  (substances Cancérogènes, Mutagènes et toxiques pour la Reproduction), la sensibilisation environnementale et le suivi des consommations énergétiques du site. En réunissant tous ces critères, les imprimeurs certifiés doivent diminuer leur impact écologique.

Pour pouvoir imprimer, les imprimeurs ont besoin de se fournir en papier. Or pour rester dans leur ligne écologique, un imprimeur choisira de se fournir d’un papier écolabellisé, c’est-à-dire dont on connait la provenance des matières premières et la consommation d’énergie lors de la création. On peut trouver parmi ces certifications, l’écolabel européen, le plus important, ou encore le Cygne Blanc et l’Ange Bleu qui sont des labels propres à leur pays d’origine, respectivement la Suède et l’Allemagne.

logo écolabel européen

L’écolabel européen, spécialisé dans le papier imprimé est certifié par l’AFNOR (Agence Française de NORmalisation). Il a pour objectif de promouvoir une économie circulaire en générant moins de déchets et de CO2 tout en développant des produits durables, faciles à réparer et recyclables.

Le papier, élément essentiel dans l’impression, est fabriqué à base de fibre de papier qui est issue d’arbre ou de papier recyclé. Des écolabels tels que FSC (Forest StewardShip Council) et PEFC (Programme de Reconnaissances des Certificatiosn Forestières) ont été créé pour certifier de la gestion durable d’une forêt pour les générations actuelles et futures et sur la traçabilité de ses produits. La principale différence entre ces deux labels sur un produit, est que FSC certifie que ce qui a été réutilisé a été recyclé à 100% tandis que PEFC garantit que le produit est composé d’au moins 70% de matériaux recyclés. Aujourd’hui seulement 10% des forêts sont certifiées dans le monde.

log FSC

En France la certification FSC compte 68 adhérents et comptabilise 94 000 hectares de forêts certifiées. 10 principes sont à respecter pour obtenir l’écolabel autour de 3 thèmes : le respect des droits et des lois, les impacts environnementaux et la gestion des forêts. La branche française fête cette année ses 15 ans d’existence et propose une nouvelle stratégie autour de trois grands axes : le développement de cette certification, le développement de la consommation responsable et le renforcement de l’écosystème d’acteurs. Dans le but d’avoir des forêts françaises engagées dans la prévention de la biodiversité forestière et qui s’adaptent aux changements climatiques.

Les écolabels et certifications sont de plus en plus présents dans le monde de l’impression au niveau local et mondial. Ce qui traduit un gage de sérieux et d’engagement écologique de la part de tous ces acteurs. Mais est-ce suffisant pour réduire leur empreinte carbone ? Pas si sûr…


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE IDB.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search