La maison du Souffle d’Or : un modèle à ses dépens ?

La maison d’édition gapençaise du Souffle d’Or est aujourd’hui un modèle de logique éditoriale. Elle publie des livres pratiques, des essais, des ouvrages axés sur le bien-être et a fortiori sur la question écologique, tout en participant à des actions collectives engagées. Mais la maison indépendante se heurte aux limites de son combat dans un contexte économique profitable aux grandes structures. Son modèle ne correspondrait-il pas à celui des indépendants faisant face aux grands groupes de l’édition ?

Le Souffle d’Or fondé en 1983 par Yves Michel propose dans son catalogue des titres liés aux sciences humaines, aux jeux ou encore à la musique, et a développé ces dernières années le rayon du développement personnel. Il s’agit d’une maison qui se veut “indépendante de tout groupe financier et de tout groupe de pensée”. Cet acteur soutenu par la région Provence Alpes Côte d’Azur, par La Poste, par la ville de Gap et par d’autres partenaires des environs reste une société locale composée de 8 salariés dévoués à une charte éditoriale ouverte et non dogmatique pour le bien des lecteurs.

Yves Michel fonde également sa maison d’édition en 1999, portant son même nom, et y soumet des publications axées sur l’étude de la société civile et des mouvements d’actions que nous pouvons mener, pour penser un monde meilleur.

“L’art d’oser publier ceux qui osent écrire pour ceux qui osent lire !”

Yves Michel

Ces maisons “modèles”, déjà porteuses de valeurs et de projets, continuent de réfléchir à l’amélioration du monde de demain. La question écologique n’échappe pas à la règle, et Le Souffle d’Or et Yves Michel rejoignent en 2010 un collectif d’éditeurs monté pour ce combat : les éditions écolo-compatibles voient le jour. Avec six autres maisons d’éditions comme La Salamandre, Pour Penser ou encore Plume de Carotte, elles échangent sur leurs pratiques et proposent une charte écologique tous les ans. Aussi ces maisons s’engagent et ont monté jusqu’à présent quatre grands principes :

  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur des papiers recyclés ou labellisés.
  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 600 km de leurs lieux de stockage.
  • Donner, à des associations ou à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie.
  • Contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Seulement, Le Souffle d’Or rencontre depuis peu des difficultés financières, et respecter ces conditions établies par le collectif devient plus un risque qu’un défi. Alors que ce combat s’inscrit dans le domaine de publication que la maison d’édition a toujours défendu, celui-ci semble rencontrer ses limites dans le secteur actuel de l’édition, qui voit s’opposer économiquement les maisons indépendantes aux grands groupes. Comment subsister sans perdre sa ligne éditoriale, son essence, dans un tel contexte ?

Le magazine Actualités a dédié ce 29 novembre dernier un article au Souffle d’Or pour faire part de leur situation, en dévoilant leur campagne de financement participatif devant assurer leurs prochaines parutions de 2023 : “les revenus récoltés permettront de payer la fabrication des livres des deux marques de la maison, maintenir les salaires des huit personnes qui oeuvrent à faire vivre la structure, mais également de rémunérer les illustratrices et illustrateurs, les imprimeries et les autrices et auteurs pour leurs droits”.

Ce cas spécial du Souffle d’Or et d’Yves Michel n’est pas un cas isolé. Face à des crises répétitives concernant les coûts élevés du papier, des transports ou encore des frais énergétiques, les structures indépendantes peinent à se maintenir. Les dons de partenaires ou de particuliers peuvent faire toute la différence en permettant la survie de ces groupes.

BELLIER Emma, M1 MDLE

Sources :

Une librairie virtuelle sauve des ouvrages… et la planète!

“My Fair Book” est la nouvelle plateforme de vente qui lutte contre le gaspillage de livres. En invitant un comité de lecteurs à s’intéresser à des titres éclipsés, faute de diffusion, elle rentre dans l’économie circulaire du livre et offre une alternative à l’inéluctable pilon.

Chaque année en France, un livre papier sur quatre est détruit (25% de la production est menacée de pilon selon le rapport de 2019 de WWF France). Ces ouvrages sont pour la plupart neufs et directement remplacés par d’autres nouveautés dans un système de surproduction éditoriale. Cette dynamique du livre éphémère nuit à la bibliodiversité malgré les efforts des professionnels, ainsi qu’à l’écologie (comptons près de 700 000 arbres sacrifiés).

En réaction à ce coulage, “My Fair Book”, plateforme de vente de livres neufs en ligne, se présente comme une librairie virtuelle qui déniche des ouvrages soustraits du paysage médiatique et les revend après sélection. Les fondatrices Patricia Farnier et Julie Rovero ont ouvert le site ce 12 octobre.

Son fonctionnement repose sur le référencement des catalogues. La plateforme soumet des titres à un comité de lecture comportant journalistes, libraires ou étudiants en édition, et les écrits choisis sont ensuite répertoriés en thématiques et en genres dans l’architecture du site. D’après ses fondatrices, cette structure permettrait “d’aiguiller au mieux les lecteurs dans leurs choix de lecture, tout en offrant un nouveau coup de projecteur aux auteurs ainsi qu’aux maisons d’édition”. Ce faisant, le projet adhère à la bibliodiversité souhaitée aujourd’hui, et rentre dans une logique d’économie circulaire et vertueuse.

Ce concept est soutenu par divers partenaires comme la Bibliothèque Public d’Information et par le groupe “Les Canaux” qui le compte parmi ses lauréats 2022 au programme d’orientation des porteurs de projets à l’impact social et environnemental. Mais surtout, “My Fair Book” est membre de l’Association pour l’Écologie du Livre.

Cette librairie en ligne est un bel exemple d’action à mener contre le pilonnage au profit d’un bilan carbone optimiste pour le monde du livre. Ses fondatrices rappellent que ce gaspillage est un “véritable gâchis et une aberration économique et écologique alors même que la responsabilité est au coeur des préoccupations de tous”. En effet, il est bon de rappeler que le livre n’est pas un objet de consommation éphémère, et qu’il n’a pas de date de péremption.

Emma Bellier, M1 MDLE

Sources

Le papier dans un enjeu de renouveau

Le matériau papier présente les qualités d’une énergie durable, bien que malmené par l’opinion publique qui s’empare de la question écologique. Le marché du livre, en pleine mutation, voit ses professionnels innover pour maintenir la ressource papier. Mais les innovations des secteurs de fabrication ne sont-elles pas à surveiller ?

Les idées reçues sur le papier sont multiples et nuisent aux métiers qui le manipulent : “il détruit la forêt, l’industrie papetière est responsable de la déforestation” ou encore “il a une empreinte carbone conséquente, son bilan carbone est plus énergivore que ceux des produits électroniques”. Or contrairement à la première industrie responsable de la déforestation, l’agriculture, l’industrie papetière gère ses ressources avec des forêts certifiées qui de surcroît gagnent du terrain. En 10 ans, la forêt française a gagné 500 000 ha quand la consommation du matériau augmentait de 1,3% par an et de 20% pour les papiers à usage graphique. Ces forêts gérées de manière durable permettent de replanter 3 arbres sur 4 pour chaque arbre coupé.

Énergie durable par excellence, le papier rentre dans un cercle vertueux en réduisant son empreinte carbone. Aujourd’hui, un e-book a un bilan carbone 250 fois plus élevé qu’un livre traditionnel et il y a plus de documents numériques produits par jour que de documents à base de papier. Mais le bouleversement de l’impression numérique n’est rien à côté des innovations prévues : l’impression graphique numérique est “boostée par l’apparition de nouveaux types d’encres et de toners” bénéfiques à l’activité, mais pas à la planète.

Entre intérêts financiers et lutte pour la décarbonation du livre, les professionnels de l’imprimerie et de la fabrication choisissent leur camp en ayant l’avenir de leur secteur d’activité et de notre monde en tête. Jérôme Grassin et Jacques Sturm décrivent des nouveaux procédés de fabrication de pâte à papier dans leur article “Regards sur cet inconnu, le papier” dans la revue La Jaune et la Rouge : leur propre revue change d’allure avec un nouveau procédé de fabrication grâce à des interfaces chimiques et technologiques, et non plus traditionnelles.

“ce n’est donc pas un phénomène d’accrochage mécanique des fibres entre elles, mais la force de liaison chimique interfibre qui procure au papier cette étonnante résistance.”

Le matériau papier qui existe depuis des siècles semble se réinventer aujourd’hui et demain, en vue des avancées des secteurs professionnels qui l’utilisent. Des problématiques le concernant, comme la surproduction ou l’exploitation abusive, sont tout de même combattues, et notamment par les acteurs des métiers du livre. Avec leurs propres moyens, ils participent à une décarbonation du livre, comme en témoignent les fabricants.

Emma Bellier, M1 MDLE

Sources

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search