Décarboner la presse et l’édition

Projet de recherche-action dans le cadre du PIA4 “Initiatives Vertes pour la Culture” – 2022 – 2025

Les professionnels de l’édition et de la chaîne du livre sont de plus en plus nombreux à vouloir s’engager dans une démarche de transition écologique.

Pour autant, il n’existe pas à ce jour  :

  • de formation aux enjeux énergie-climat pour la chaîne du livre,
  • d’évaluation indépendante et fiable de l’impact de réduction des émissions pour les leviers d’action qui sont parfois évoqués (impression à la demande, par exemple).

Le bureau des acclimatations et l’Université Grenoble – Alpes, Master Métiers du livre, se sont associés pour piloter le projet « Décarboner la presse et l’édition » financé par la Caisse des Dépôts, dans le cadre du Plan d’Investissement pour l’Avenir – PIA4.

Les autres partenaires du projet sont le groupe Bayard, L’Ecole des Loisirs, et The Shift Project.

Ce projet de recherche-action vise deux objectifs : 

former les professionnels de la chaîne du livre pour faire émerger de nouvelles compétences en lien avec les enjeux environnementaux, 

documenter les leviers d’action et les stratégies de décarbonation, en réalisant le bilan carbone des nouveaux services, processus, solutions qui émergent actuellement, et en menant des expérimentations sur le terrain.

Plusieurs thématiques font l’objet de recherches :

  • Impression à la demande et tirage court
  • Économie de la fonctionnalité appliquée au livre
  • Relocalisation de l’impression tout-carton
  • Librairie : sensibilisation des lecteurs
  • Bibliothèques : impacts des collections numériques / consommations énergétiques des bâtiments
  • Manifestations littéraires : impacts des librairies éphémères

Le travail réalisé sera partagé et documenté régulièrement sur ce Carnet.

Bibliothèques : le plan sobriété, “à la fois une opportunité et un risque”

Le site Actualité propose un entretien avec la Commission Bibliothèque Verte de l’Association des Bibliothécaires de France, autour des enjeux énergie-climat pour les Bibliothèques.

Lire l’article complet sur le site Actualitté.

La rentrée littéraire fait des tonnes d’invendus

Pour les professionnels de la culture, la transition écologique n’est pas (seulement) une question de responsabilité. C’est aussi, et peut-être surtout, une démarche indispensable pour faire face aux risques à venir. Risque de pénurie de matière, d’explosion des coûts (transport, énergie), mais aussi désormais risques d’image, alors que les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux engagements des organisations et des entreprises. Après une tribune sur les impacts de la course au gigantisme des festivals, Le Monde publie un article sur le pilon lié à la rentrée littéraire et rappelle que plus de 40 000 tonnes de livres neufs sont détruits chaque année.
“Le monde de l’édition s’est construit sur une logique de surproduction avec deux objectifs : la visibilité et la réduction du coût de fabrication à l’unité.” Sans doute est-il temps de changer de modèle.

Tensions sur le papier de la rentrée littéraire

 

 

Depuis janvier 2021, les prix du papier se sont envolés. “Les coûts de cette industrie très énergivore – pour évaporer 95 % d’eau – sont directement corrélés aux prix du gaz et de l’électricité, qui flambent depuis le début de la guerre en Ukraine. De plus, la hausse, là encore vertigineuse, des coûts des transports maritimes, très utilisés dans l’industrie papetière, affecte le secteur.”

Lire l’article complet dans Le Monde.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search