Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

La politique de retours : Une aberration écologique

 Dans une industrie qui présente toujours plus de livres chaque année, on peut se demander comment font les librairies pour effectuer leur sélection de titres. La proposition exponentielle d’ouvrage augmente drastiquement les risques pour un libraire de se tromper et de manquer les intérêts de son public. Mais que faire, en cas d’erreur, de son stock d’invendus ?  

Une pratique commune à toutes les librairies quelle que soit leur taille est la politique de retour. Il s’agit d’un point essentiel dans l’activité d’une librairie. Mais derrière des apparences séduisantes sur le plan économique, on trouve également un enjeu écologique préoccupant. 

Lors de sa création, la politique des retour est perçue comme avantageuse pour l’économie d’une librairie. Cela permet des prises de risques pour diversifier la proposition littéraire sans crainte que cela encombre l’espace si les espérances de ventes ne sont pas atteintes. De plus, renvoyer les livres invendus permet de gagner de la place pour les titres qui se vendent le mieux. Le consommateur y trouve également son compte en pouvant retourner un livre sans motif valable. 

Un impact écologique à tous les niveaux 

Cependant, avec la crise écologique, la politique des retour dévoile un sérieux impact environnemental. Cela se ressent surtout au niveau d’une logistique importante déployée pour chaque livre retourné au distributeur. En premier lieu, les transports nécessaires pour retourner les livres augmentent de manière significative le bilan carbone d’une librairie. Le taux de retour d’une librairie indépendante, en 2022, équivaut à 20%. Bien que ce chiffre stagne depuis des années, il reste néanmoins trop élevé si l’on prend en compte son coût en transport mais aussi à la production de déchets que cela implique. Retourner des livres c’est aussi les emballer de nouveau dans des emballages plastiques et des cartons. Cette utilisation massive d’emballages supplémentaires dégrade l’environnement et accélère l’épuisement de ressource naturelle même en cas d’utilisation d’emballage éco-responsable.

Un autre impact écologique des retours est également ce que deviennent les livres retournés. On estime que le taux de pilon moyen est de 59% des retours. Il s’agit de livres neufs dont plus de la moitié sont donc détruits. Détruire des livres neufs en grande quantité est un indicateur d’une surconsommation et d’une surproduction évidente. Afin de pallier d’éventuels retours, les librairies commandent des quantités d’ouvrage plus importantes que nécessaires. Ces commandes trop volumineuses encouragent la surproduction qui gaspille ainsi le papier, l’énergie et les ressources nécessaires à la fabrication. Il en résulte un cercle vicieux où le fruit de la surproduction finit détruit, ce qui amplifie là aussi la production de déchets. 

Que faire ? 

Afin de réduire le gaspillage et l’empreinte carbone du secteur du livre, il est important de diminuer drastiquement les retours. Tous les acteurs du livre ont un rôle à jouer et il existe des solutions qui pourraient aider à amorcer une transition vers la suppression de la politique des retours. Les libraires sont encouragés à évaluer avec plus de justesse les habitudes de consommation de sa clientèle afin de procéder à un réassort de la librairie plus fidèle aux ventes qu’il va réaliser. Donner une seconde vie au livre pourrait être une solution envisageable. Les libraires pourraient adhérer à des programmes visant à rendre plus accessible culture, en donnant par exemple les invendus à des associations caritatives. Changer les habitudes de consommation passe également par une sensibilisation. Il faut encourager la réflexion avant l’achat plutôt que de se reposer sur la solution qu’offrent les retours.

Afin de décarboner l’industrie littéraire, commencer par repenser la question des retours est primordial, notamment face à l’enjeu écologique actuel. La politique des retours n’est plus le reflet des préoccupations actuelles. Malgré les avantages qu’elle a à offrir, elle soulève désormais bien plus de problèmes. La solution pourrait pourtant se trouver au sein de chaque acteur du livre, éditeur, libraire et même consommateur. Il faut encourager les actions de mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement et repenser sa manière de consommer. La politique de retour est un point d’entrée vers une industrie du livre plus éthique et écoresponsable mais chaque petit geste vert que peut offrir une librairie est à encourager. 

Juliette Loriot, Annouck Belaid M1 Métiers du livre et de l’édition

Sources

Étude : Chez les libraires, Les éternels retours, 2023. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/114158/librairie/etude-chez-les-libraires-les-eternels-retours

Les retours en librairie, 2023. Syndicat de la librairie française. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://guide.syndicat-librairie.fr/economie-et-gestion/les-retours-en-librairie

L’Observatoire de la librairie, Etude sur les retours, Octobre 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search