Du papier avec 0% d’arbre ?

Parmi les démarches cherchant à rendre l’imprimerie éco-responsables, il en existe une plutôt originale et fort ambitieuse : les papiers conçus sans arbre.  Découvrons quels sont ces curieux papiers.

Le papier Bagasse

Comme son nom l’indique, le papier Bagasse est issu de la bagasse, un sous-produit de la transformation de la canne à sucre. Habituellement enfouis ou bien brûlés (émettant donc des Gaz à Effet de Serre.), les résidus de la canne à sucre peuvent être utilisés pour la fabrication de pâte à papier et de papier entièrement recyclable. Notons qu’à Cuba, la production de papier fait avec de la bagasse existe depuis plus de trente ans.

Photo issue de l’article cité, légendée : « A Cuba, les élèves apprennent leurs leçons avec des cahiers fabriqués à partir de la canne à sucre. »

En 2014, le journaliste Georges Gauvin écrit un ensemble d’articles sur la canne à sucre, dont un qui parle de la production de papier issu de la bagasse. Dans cet article, il nous dit : « Un journaliste de Témoignages de passage à Cuba, en 1979, a fait l’inventaire des réalisations de cet institut et a noté que les enfants cubains écrivaient déjà sur du papier issu de la bagasse. Cuba en avait déjà fabriqué 85 millions de cahiers et depuis, cette industrie n’a cessé de progresser, de s’améliorer et de se diversifier. »

La papeterie Zuber Rieder propose des papiers éco-conçus à partir de bagasse. Il propose notamment des supports de communications et des packagings « respectueux de l’environnement. »

Le papier Shiro Alga Carta

Voilà un autre papier classé sans arbre. Le papier Shiro Alga Carta est fait à partir d’algues Shiro, récoltées notamment des excès de ces algues dans la lagune de Venise. Présentes depuis longtemps à la lagune de Venise, ces algues l’ont massivement infestée dans les années 1990, poussant en quantités anormales et causant une instabilité de l’écosystème. Elles ont commencé à être recueillies et l’un des solutions proposées fut de les utiliser dans la fabrication du papier. Les algues servent de substitut partiel de certains matériaux, par exemple la cellulose ou les fibres de bois. Elles sont mélangées à des fibres certifiées FSC, produites sans émission de CO2 et deviennent alors du papier !

Les quantités d’algues n’étant plus suffisante à Venise, la firme italienne Favini, qui a lancé ce papier, se tourne maintenant vers d’autres endroit pour s’approvisionner, comme la Bretagne.

Enfin, l’imprimerie Cloître, située près de Brest, est la première imprimerie française à proposer le papier Shiro Alga Carta.

Il existe ainsi plusieurs types de papier curieux car ils ne sont pas faits avec des arbres. Voici une bonne idée pour limiter (arrêter) la déforestation. Sachez qu’en Inde et qu’en Amérique du Sud, la fabrication de papier sans arbre représente près de 20% de la production de papier. Peut-être un objectif à réfléchir pour la France ?

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Les illustrations viennent du site de la Papeterie Zuber Rieder : https://www.zuberrieder.fr/fr/

Retrouvez l’article cité : https://www.temoignages.re/politique/canne-a-sucre/la-bagasse-et-la-production-de-papier,80542

L’imprimerie Villière : un imprimeur tourné au maximum vers l’environnement

Recyclage de ses déchets, Réduction de son impact environnemental, promotion d’alternatives vertes, possession de certification, utilisation d’encres végétales et bien d’autres, l’imprimerie Villière nous montre sa forte volonté écologique. Que fait précisément cette imprimerie Beaumontoise pour exprimer sa volonté d’œuvrer en faveur de l’environnement ?

villi®, ou l’imprimerie Villière, est une entreprise comptant environ quarante salariés, située à Beaumont (74160) en Haute-Savoie sur l’axe Annecy – Genève, au cœur du bassin Genevois. C’est une entreprise très engagée en faveur de l’environnement. Elle est d’abord titulaire de plusieurs certifications et labels dont Imprim’Vert (depuis 2004), ISO 14001 (depuis 2015) et PEFC et FSC (depuis 2014).

L’imprimerie lutte contre l’utilisation excessive du papier notamment en utilisant du papier recyclé et privilégie le numérique dans la mesure du possible. Elle explique son choix de papier en disant qu’on consomme 90% d’eau en moins par rapport à du papier non recyclé, que moins de 2500kWh d’énergie sont nécessaires pour du papier recyclé, ce qui est moitié moins pour le papier non recyclé et que de nombreux arbres sont sauvés par l’utilisation du papier recyclé.

Depuis 2009, l’imprimerie utilise un CTP sans chimie (Computer To Plate, c’est-à-dire la suppression de l’emploi de fixateur et révélateur au moment du développement des plaques pour l’impression offset). L’entreprise révèle alors que sur la période d’un an, elle économise 2000 litres de produits chimiques, 5400 litres d’eau et 104 heures de maintenance. Cela est possible grâce à l’utilisation de gomme arabique qui remplace les produits chimiques et qui est d’origine naturelle, provenant de la sève d’arbre de la famille des Acacias.

L’entreprise recycle au maximum ses déchets et préconise l’utilisation d’encres végétales pour l’impression offset (trouvez plus d’information sur l’article consacré aux imprimeries utilisant les encres végétales). L’imprimerie a effectué son bilan carbone en 2009 qui a permis d’évaluer les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) générées et ainsi « un plan d’action a été mis en place avec comme objectif principal de faire baisser l’empreinte carbone du papier en proposant des papiers écologiques. »

L’entreprise a choisi également de rendre l’impression compensée carbone, c’est-à-dire que les émissions de GES sont calculées pour chaque travail et leur équivalent est compensé via un projet de réduction : pour 1 kilo de carbone émis par l’imprimerie, elle compense sous la forme d’une contribution financière, soit 14K€/an.

Le projet choisi par villi® est le programme d’installation de cuiseurs à bois économes (CBE) dans le nord-ouest du Bénin. Il s’agit d’une opération menée par l’association INTI et l’association Materi Pays de Loire. Il s’agit d’un projet autant écologique qu’humain, en effet le rendement des CBE permet d’espacer la fréquence des corvées de bois ou d’en alléger le volume, travail généralement réservé aux femmes et aux enfants. De plus, les populations des PMA (Pays les Moins Avancés), dont le Bénin, sont les principales victimes des effets du réchauffement climatique, comme la sécheresse et les maladies.

L’imprimerie Villière œuvre donc autant pour l’environnement et que pour l’humain, comme nous le démontrent sa politique RSE, l’intégration de la norme ISO 9001 et son projet de compensation carbone.

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Les imprimeries participant à la démarche éco-responsable des encres végétales

Nous avons vu dans un précédent article que des alternatives à l’impression existent, notamment au niveau des encres. Intéressons-nous alors aux imprimeurs qui se sont tournés vers les encres végétales afin de rendre leur démarche éco-responsable.

L’imprimerie SEPEC, comme toutes celles présentées dans cet article, est labellisée Imprim’Vert. Elle travaille à la réduction de son impact écologique, notamment par un traitement responsable des déchets, un recyclage à 100% des produits dangereux et l’utilisation d’encres végétales. Située à Péronnas (01960), dans l’Ain, l’imprimerie SEPEC s’engage à diminuer sa consommation d’énergie.   

Goubault est un imprimeur situé à La Chapelle-sur-Erdre (44240), en région Pays de la Loire. Dirigée par Dominique Goubault, c’est une imprimerie très engagée sur sa trajectoire RSE qui, pour elle, doit contenir l’humain, la production et l’environnement. Ils ont plusieurs labels et certifications comme la Certification ISO 14001 et Imprim’Vert. Et enfin, il s’agit d’un imprimeur dont 100% des encres utilisées pour l’impression offset sont végétales.

L’imprimerie du crestois est située à Crest (26401) dans la Drôme. Elle effectue plusieurs démarches écologiques dont la suppression des étapes « chimiques » (CTP) et la suppression de l’alcool Iso pour les presses ainsi que le recyclage des déchets et l’utilisation de papiers recyclés certifiés FSC. Cet imprimeur utilise également des encres végétales pour l’impression offset, donc des encres à base d’huile végétale avec 75% de matières premières renouvelables.

L’imprimerie Villière est située à Beaumont (74160) en Haute-Savoie. Dirigée par Didier Villière, elle privilégie de nombreuses alternatives vertes pour se tourner vers une impression écologique.

Cet imprimeur utilise les encres végétales Quickset de la gamme Intense TM de Sun Chemical, un producteur d’encre écologique, et il explique que « Sun Chemical fabrique des pigments organiques d’origine végétale et possède ses propres plantations de palmiers pour produire de l’huile. » On trouve des informations complémentaires sur le site de l’imprimerie de Villière, notamment en expliquant que la gamme Intense TM préconise l’utilisation de matières premières d’origine renouvelable, la faible teneur en métaux lourds et une sélection de composants liquides de très faible volatilité (COV). Le site propose de nombreux détails sur les réglementations en lien avec les encres végétales.

Plusieurs imprimeries choisissent des démarches environnementales et écologiques et quelques-unes se tournent vers les encres végétales, tenant probablement compte des précautions à prendre avec ces encres. Ces imprimeries nous expliquent sur leurs sites respectifs les intérêts à utiliser les encres végétales, on trouve notamment l’intensité élevée qui permet de réduire la consommation, le fait que ces encres sont plus facilement biodégradables et la réduction des COV (Composés Organiques Volatiles). Ainsi l’utilisation des encres végétales devient de plus en plus courante dans les imprimeries, peut-être pourrons nous les voir devenir le choix premier pour l’impression.

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Aller vers une impression écologique ? les encres « éco-responsables » 

Avec le papier, l’encre est un des constituants principaux de la constitution d’un livre. Et malheureusement, cet élément est loin d’être écologique… Des alternatives existent cependant, mais sont-elles suffisamment éco-responsables pour s’inscrire durablement en tant que solution écologique ?

Pour bien comprendre pourquoi les alternatives se présentent comme écologiques, expliquons tout d’abord comment sont constituées les encres habituellement utilisées en imprimerie. On les appelle les encres minérales et ce sont des encres grasses. Elles sont composées de la manière suivante :

  • Environ 20% de colorants : ce qu’on appelle aussi pigments.
  • Environ 70% de véhicule : ce qui permet de transporter les colorants, de les fixer sur le support et cela peut aussi servir de vernis de finition.
  • Environ 10% d’additifs : ce qui permet d’améliorer les propriétés de l’encre, par exemple la brillance, la saturation.
  • Il peut il y avoir parfois de la résine et des solvants.

Le véhicule de l’encre minérale est le pétrole, composé d’hydrocarbures saturés d’huile minérale (MOSH) et d’hydrocarbures aromatiques d’huile minérale (MOAH).

Le principal problème de l’encre minérale se trouve dans son véhicule. En effet, l’encre, lors de la phase de séchage à températures élevées, dégage des Composants Organiques Volatiles (COV), provenant du véhicule. On peut noter des effets néfastes sur la santé qui touchent notamment les employés de l’imprimerie et cela contribue à l’augmentation de la pollution atmosphérique. De plus, le MOAH est potentiellement cancérigène, toxique et perturbateur endocrinien. On pourrait également remettre en cause le papier recyclé qui est fait à partir de papiers imprimés avec ces encres et qui pourrait donc être contaminé.

Les solutions proposées pour lutter contre ça sont les encres végétales et les encres à base d’eau. L’encre végétale a la même composition que l’encre minérale, il y a cependant une différence de véhicule.

En effet, le pétrole est remplacé par de l’huile végétale, par exemple l’huile de colza, l’huile de palme, l’huile de lin, l’huile de soja ; les deux dernières étant les plus utilisées dans le domaine de de l’imprimerie.

Les encres végétales permettraient donc de réduire les émissions de COV et elles proposeraient, pour l’imprimeur, une meilleure stabilité entre l’eau et l’encre permettant de réduire la gâche de papier et la quantité d’encre utilisée. Il y aurait alors une meilleure biodégradabilité par rapport à l’encre minérale. Ce type d’encre peut être utilisé en procédé d’impression offset, permettant d’imprimer sur des supports souples, comme les livres.

L’encre à base d’eau est composée de pigments, d’un véhicule à base d’eau, d’additifs et en plus des autres il y a de la résine et des solvants à base d’eau. Cette encre ne dégage que très peu de COV et elle permet une réduction des solvants. Le traitement des eaux usées est simplifiées avec l’utilisation de cette encre et elle est biodégradable voire compostable.

Les encres végétales et les encres à base d’eau proposent donc des solutions pour rendre l’imprimerie éco-responsable et pour limiter les dégâts fait à la planète. Néanmoins, ces encres présentent aussi des défauts ce qui rend leur utilisation compliquée. En effet, l’utilisation des encres à base d’eau produit une quantité d’eaux usées plus élevée que lors de l’utilisation d’autres encres, le séchage est bien plus lent ce qui entraîne une augmentation des coûts et des délais. Enfin, le recyclage du papier n’est pas encore adapté à ce nouveau type d’encre. Cela vaut-il vraiment le coup d’avoir une démarche écologique qui en supprime une autre ? Pour les encres végétales, le pincipal problème est la provenance des huiles. Effectivement, le traçage n’est pas garanti, les fournisseurs d’encre ne sont pas capable de donner la provenance des huiles ; elles proviennent souvent de cultures intensives non contrôlées, on pense notamment à l’huile de palme. La culture du colza implique la gestion de champs entiers non destinés à l’alimentation. Les plants peuvent être des OGM, traités avec des produits non naturels qui polluent les eaux. Enfin les cultures peuvent entrainer des déforestations et plus largement une réduction de la biodiversité.

On peut donc tout à fait se demander si l’utilisation des encres éco-responsables est une très bonne idée s’il faut remplacer un produit polluant pour un autre. Il manque à l’heure actuelle des contrôles, notamment sur la provenance de l’huile végétale pour affirmer que ces encres peuvent remplacer les encres minérales utilisées aujourd’hui. Mais n’oublions pas que les encres utilisées aujourd’hui sont loin de respecter l’environnement et qu’une solution doit être trouvée (ou améliorée en l’occurrence) !

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Les illustrations sont empruntés au site de Marie-Ange Vollard : https://www.marieange-vollard.com/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search