L’essor des livres audios numériques, une progression écologique ?

La lecture a longtemps été une activité orale et depuis le début des années 1970 les livres audio permettent de recréer cette expérience tout en offrant une accessibilité aux non-voyants. Le livre audio se présente sous deux formes : le livre audio physique et le livre audio numérique. Le livre audio physique est généralement sous la forme d’un CD ou d’un disque vinyle vendu ou loué alors que le livre numérique prend la forme d’un fichier dématérialisé.
Largement popularisé au fil du temps, le livre audio comptabilise, en 2021, 9,9 millions d’auditeurs selon le 12e Baromètre sur les usages des livres numériques et audios.
D’après le rapport du SNE de 2022 : 15 % des Français de plus de 15 ans ont déjà écouté un livre audio physique contre seulement 12 % un livre audio numérique. Cependant, en 2021, le livre audio numérique comptabilise près de 800 000 nouveaux utilisateurs.
Les livres audio numériques comme beaucoup de formes de média numériques se présentent comme plus écologiques car ils permettent d’économiser un support physique polluant. Cependant, il est bon de se demander si les livres audio numériques apportent une réelle plus value écologique.
La production d’ un CD ou d’un vinyle ; nécessaires à la création d’un livre audio numérique, est très énergivore. Le vinyle est composé d’un matériel plastique très polluant le polymère. Et bien que les CD soient faits en polycarbonate, un plastique totalement recyclable, l’impact écologique de la création est très grand.
Il y a encore très peu de données sur l’empreinte carbone des livres numériques cependant, on peut se baser sur celle de l’écoute de la musique en streaming pour se faire un ordre d’idée. Pour la musique, ce sont les équipements d’écoute comme les smartphones et les tablettes qui contribuent à 90% des impacts environnementaux. La transmission et le stockage des données n’en représentent que 10%.
Hors de plus en plus de Français ont l’équipement nécessaire pour écouter des livres audio numériques. Selon l’Insee 77% de la population plus âgée que 15 ans possède un smartphone en 2021. Et seul 7% de la population n’a pas accès à Internet à domicile.
Cela signifie que le livre audio numérique économise l’impact écologique produit des CD ou de vinyle sans forcément porter un impact très fort, car les utilisateurs ont déjà le matériel d’écoute.
D’une autre part, le livre audio attire aussi de moins en moins de petits lecteurs et commence à intéresser les moyens et les grands lecteurs. Cela signifie que plus de livres seront consommés par les utilisateurs.
Pour produire un livre audio, on compte deux jours d’enregistrement pour six heures d’écoute soit l’équivalent d’un ouvrage de 300 pages. Si l’on prend le cas des livres audio narré par une personne et non pas par une intelligence artificielle (procédé encore largement minoritaire) il faut donc compter la mobilisation d’un studio pendant deux jours. Cela inclut la participation d’un acteur ou d’une actrice, d’un réalisateur, d’un ingénieur son et d’un directeur artistique. Il faut aussi compter, en plus de leur déplacement et de l’énergie dépensée pour l’utilisation du studio, le temps de montage.
Ce procédé porte une empreinte écologique très importante qui ne peut être rentabilisée que si le livre est écouté un nombre suffisant de fois.
Cependant, il est aussi important de mentionner que l’accès aux livres audio numérique est de plus en plus facile.
Les GAFA se sont emparées du phénomène et notamment Amazon à travers Audible. Produisant des livres audio depuis 1997, d’abord sous format physique puis sous format numérique, l’entreprise a été rachetée en 2008 par Amazon. En France, elle a connu une croissance mesurée jusqu’à devenir le premier service de livre audio numérique avec plus de 600 000 ouvrages.
On peut aussi constater un encouragement des structures d’enseignement pour tourner la jeunesse vers les livres audio numériques. Notamment noter la création de plateformes telle qu’Audible Stories qui propose du contenu pour les enfants ou les adolescents. De même le Pass Culture, dispositif mis en place par le gouvernement français pour les jeunes entre 15 ans et 18 ans, permet l’accès aux livres audio. Au travers de l’offre du Pass Culture 54% des utilisateurs entre 15-24 ans achètent des livres audio numériques.

POULET Laureline M1 MDLE

Sources
– « Audible (service) », [En ligne : https://en.wikipedia.org/wiki/Audible_(service)].
– « La production de livres audio » [En ligne : https://www.audible.fr/ep/espace-presse-production].
– PIERRE DUTILLEUL, « L’ÉDITION en PERSPECTIVE 2021 • 2022 Rapport d’activité du Syndicat National de l’Edition », Paris, SNE, 2022.
– PIERRE DUTILLEUL, « Les Chiffres de L’Edition, 2021-2022, Syntèse du Rapport Statistique du SNE France et International », Paris, SNE, 2022.
– SOFIA, « Baromètre Sofia/SNE/SGDL sur les usages des livres numérique et audio : les résultats de l’édition 2022 », [En ligne : https://www.la-sofia.org/barometre-sofia-sne-sgdl-sur-les-usages-des-livres-numerique-et-audio-les-resultats-de-ledition-2022/].
– VALÉRIE DUTHEY ET MAÉVA CORBEL, « L’AUDIO SEDUIT LES FRANÇAIS ET S’ANCRE DANS LEUR QUOTIDIEN », Paris, Audible, 2021, [En ligne : https://m.media-amazon.com/images/G/08/AudibleFR/fr_FR/img/site/laudio_seduit_les_francais.pdf].

Les Maisons d’éditions indépendantes : la solution au problème écologique ? L’exemple de La Mer Salée. 

Dans les dernières années, la conscience écologique des acteurs du monde du livres prend de plus en plus de place. Face au silence des grands groupes dominant le marché (seul Hachette a rendu son bilan carbone public) de plus en plus de maisons d’édition indépendantes apparaissent et proposent des modèles de production alternatifs à ceux des grandes maisons d’éditions.

La Mer Salée (Éditions La Mer Salée,) est une maison d’édition indépendante engagée écologiquement comme socialement. Fondée en 2013 par Sandrine et Yannick Roudaut, cette maison d’édition propose un modèle de chaîne de fabrication limité à peu d’ouvrage et à un rayon de cent kilomètres. Basée à Nantes, La Mer Salée publie exclusivement des livres tournés qui transmettent des messages écologiques ou sociétaux et proposent des modèles d’utopie positives.

De la sélection de l’encre à la distribution : réduire l’impact écologique des ouvrages.

La Mer Salée se base sur un modèle économique peu courant dans le monde du livre actuel : celui de se limiter à un rayon d’action très proche. La prépresse des ouvrages est assurée par une agence de Rezé : PCA CMB (PCA CMB (pca-cmb.com) , entreprise à neuf kilomètres de Nantes. Imprimé et façonné à Offset 5, une entreprise basée à La Moche Achards, les ouvrages de la Mer Salée ont un ancrage limité et n’ont pas de pelliculage. Le papier utilisé est un papier FSC issu de forêt européenne gérée durablement. L’encre est a base végétale, c’est à dire qu’elle n’est pas issue de minéraux mais d’huile végétale. D’origine allemande cette huile permet de limiter grandement les déchets volatiles et n’as pas recours à la pétrochimie.

La distribution et la diffusion de La Mer Salée sont prises en charge par Harmonia Mundi. Accompagnant plus de 110 éditeurs francophones, cette entreprise française fondée en 1959 promeut des valeurs d’indépendance et favorise la diversité dans les ouvrages.

Dire non à la surproduction.

Selon un rapport du SNE fait en 2012, 42 200 tonnes de livres publiés sont retournées au distributeurs chaque année. Hachette, la plus grande maison d’édition Française produit près de 18 000 nouveautés par an. Cette surproduction de masse est un enjeu de taille pour l’environnement et la mise en place d’un monde du livre durable.

Pour répondre à cette problématique, La Mer Salée a choisi de ne publier que cinq ouvrages par an maximum. Pourtant créée il y a huit ans, la maison d’édition ne compte que dix-sept ouvrages sur son catalogue. Cette limitation volontaire de leur champ d’action est une preuve de l’importance portée à la pertinence des œuvres.
De plus La Mer Salée s’engage à ne pas pratiquer le pilon mais recycler leur livres en les offrant à des associations et à des publics sensibles.

La Mer Salée est un exemple local d’une maison d’édition qui a réussi grâce à un modèle économique particulier à se démarquer. Cette maison d’édition appartient à plusieurs collectifs comme le collectifs d’éditeurs COLL-LiBris (Le collectif Coll.LIBRIS,), créé en 2012 et qui a pour but de promouvoir les éditeurs du Pays de la Loire par le bais de Salon et de manifestations littéraires.

Cependant leur marché limité ne fait sûrement pas de La Mer Salée un concurrent direct aux grands groupes de l’édition mais propose plutôt une méthode alternative dont ces grands groupes pourraient s’inspirer. 

POULET Laureline M1 MDLE

Sources :
Le collectif Coll.LIBRIS, des éditeurs en Pays de la Loire (coll-libris-paysdelaloire.fr)
L’association | Mobilis (mobilis-paysdelaloire.fr)
Le processus de production Prépresse – PCA CMB (pca-cmb.com)
Éditions La Mer Salée, maison d’édition locale et écologique à Nantes (lamersalee.com)
– http://harmoniamundilivre.com/
Hachette-Livre-France-Rapport_RSE_2021-2022.pdf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search