La bibliothèque de Varennes au Québec, le pari réussi d’une consommation énergétique nulle ?

Source : https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

Les concepteurs de la bibliothèque Jacques-Lemoyne-de-Sainte-Marie de Varennes ont fait un pari qui pourrait sembler fou à plus d’un. En effet, pour ce bâtiment d’une superficie de 2230 mètres carrés sur deux étages, ils ont promis une consommation d’énergie nulle. En juin 2016, la bibliothèque obtient d’ailleurs le prix dans sa catégorie pour le volet Culture et développement décerné par le Réseau les Arts et la Ville. La structure ouverte en 2012 a respecté son but d’atteindre une consommation énergétique nulle en 2021. Sa fréquentation aurait même doublé selon le maire de la ville de Varennes.

Pour arriver à ce résultat, les concepteurs ont utilisé des matériaux à même de fournir à la bibliothèque une indépendance énergétique totale. Les gaz à effet de serre ainsi que la consommation d’eau potable ont été réduit de 40 à 50 % grâce aux choix effectués. L’ajout d’un bassin de rétention d’eau de ruissellement en surface a évité d’installer un système d’irrigation pour les espaces extérieurs et les appareils de plomberie ont été réglé à un faible débit (la robinetterie produit un litre d’eau par minute). Pour la production d’électricité, des panneaux solaires ont été installés sur le toit et fournissent une production énergétique de 120 000 Kilowattheure par an. Les 428 panneaux de 1,66 mètres carrés ont une capacité de 260 watts. Le bâtiment génère ainsi 184 Kilowattheure par mètre carré et par an. Les luminaires éclairent selon un mode horaire pensé en fonction de l’occupation et de l’ensoleillement : des détecteurs de présence et des données sur la luminosité informent le système d’éclairage grâce à une station météo sur le toit. Enfin, l’énergie thermique du sol est récupérée puis répartie dans le bâtiment avec neuf puits de 150 mètres de profondeur. Tout le potentiel de la bibliothèque n’a d’ailleurs pas été utilisé puisqu’une petite partie du toit a été recouvert de panneaux solaires. Si la totalité du toit avait été recouverte, les immeubles environnants auraient pu profiter de la chaleur et de l’électricité produites.

En parallèle de ces solutions que l’on peut qualifier d’« actives», des solutions «passives» ont été trouvé. L’érection du bâtiment dans l’axe est-ouest, la disposition des étagères perpendiculaires aux fenêtres et une fenestration adaptée au climat aident à optimiser l’ensoleillement et la ventilation naturels. Dans le même temps, l’inclinaison de la toiture à 37 degrés et exposée au sud est idéal pour l’ensoleillement. Ensuite, la diminution des places de stationnement par rapport à l’ancien site a donné lieu à la plantation de 9 arbres qui une fois mature, pourront prélever chacun jusqu’à 450 litres d’eau du sol puis la rejeter sous forme de vapeur d’eau ce qui réduit de 10 degrés la température ambiante. Les installations (panneaux photovoltaïques et autres) réchauffent également 100 % de l’air neuf grâce à la récupération de leur chaleur en hiver. Même la chaleur de l’air vicié qui est évacuée est réutilisée avec l’aide d’une roue thermique qui récupère 75 % de la chaleur. En outre, tous les revêtements (intérieurs et extérieurs) et murs sont fait en bois ce qui aide à conserver naturellement la chaleur. Enfin, il n’y a jusqu’à la profondeur du bâtiment (18,3 mètres) qui a été réfléchi pour optimiser l’éclairage naturel qui touche plus de 90 % des espaces. Les couleurs des espaces en des tons clairs et les fenêtres ouvrantes motorisées accentuent l’influence de l’éclairage naturel.

Le concept de la bibliothèque a été porté par le Réseau de recherche sur les bâtiments solaires, proposé à l’État par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), et finalement, financé par le gouvernement fédéral. Le projet d’un budget de 9,2 millions d’euros a pu voir le jour grâce aux subventions de 6,8 millions d’euros et aux dons. Il fait partie d’un programme plus général : le Réseau stratégique du CRSNG sur les bâtiments intelligents à consommation énergétique nette nulle (BICENN) qui regroupe 29 chercheuses et chercheurs et des partenaires gouvernementaux et industriels. Parmi ces chercheurs, le professeur Andreas Athienitis qui a dirigé le groupe à l’origine du projet. Un avantage certain de ce type de construction est qu’ils ne sont pas dépendants du réseau électrique de la ville ou des conditions climatiques. Ils sont à même de produire de l’énergie sans aide et alimenter le réseau si ce dernier connaît une panne. Dans les conditions actuelles d’incertitude énergétique liée aux guerres mais également au changement climatique, ces projets visent à se multiplier pour d’autres bâtiments canadiens.

Le chercheur Andreas Athienitis, a d’ailleurs expérimenté personnellement ce pari de consommation énergétique nulle puisque sa propre maison a été construite pour atteindre cet objectif. Qu’attendons-nous donc pour élargir ces projets d’avenir à nos bâtiments de proximité puis à nos propres habitations, cette fois ci en France ?

Sources (sites internet):

https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

https://www.concordia.ca/fr/nouvelle-generation/villes/recherche/consommation-energetique-nette-nulle-pour-la-bibliotheque-de-varennes.html

https://rematek-energie.com/portfolio/installation-dun-systeme-photovoltaique-bibliotheque-netzero-de-varennes/

Gibert Joseph, bref historique d’une librairie engagée dans la vente d’occasion

Source: https://horaires.lefigaro.fr/38000/Grenoble/Gibert-Joseph-Grenoble-4-rue-Beranger,187842.html#
La devanture de la librairie Gibert Joseph dans l’hyper centre de Grenoble, près de la place Victor Hugo. On peut y voir un des slogans du magasin : « vous cherchez des livres ? Nous aussi !!! ». Cela traduit la volonté de la boutique de faire naître un besoin commun entre le futur acheteur de livre et le vendeur : celui de trouver des livres. Les livres d’occasion ont ainsi une place d’honneur dans les rayonnages même s’ils coexistent avec des livre neufs. Les ventes d’occasion représentent 30% du chiffre d’affaires de la librairie en 2016.

L’origine de la librairie Gibert Joseph remonte à la fin du XIX siècle. C’est en 1886 que Joseph Gibert, alors professeur de lettres classiques au Collège Saint-Michel à Saint Etienne, prend la décision d’aller à Paris pour y fonder quatre boîtes de bouquiniste. Ces quatre commerces fondateurs sont alors situés en face de Notre Dame sur le parapet du quai Saint-Michel en plein centre de Paris. En 1888, il crée sa première « véritable » librairie, toujours sur le quai Saint Michel et se spécialise dans le commerce du livre scolaire d’occasion. Le choix de l’ouvrage d’occasion fait ainsi partie de l’idée originelle du professeur Joseph Gibert. Ce choix du livre scolaire est aussi pertinent au vu du contexte car les lois de Jules Ferry rendant l’école primaire gratuite et obligatoire datent de seulement cinq ans, en 1882-1883. Le public scolaire s’est ainsi massifié à la fin du XIX ème siècle ce qui constitue des acheteurs potentiels pour la librairie. Les lois Ferry ont surtout permis de permettre aux femmes et à certaines régions telles que la Bretagne de rattraper leur retard dans l’alphabétisation (en 1911, 96 % des 20-24 ans étaient alphabétisés contre 70 % hommes et 66 % de femmes en 1875). C’est d’ailleurs grâce à cette clientèle scolaire que le nom Gibert devient un acteur connu dans le monde du livre. C’est en 1929 que la société va connaître sa première évolution : elle est scindée entre les deux fils du fondateur. Le premier donne son nom à sa boutique : « Gibert Joseph », tandis que le deuxième garde le premier site de la librairie et lui donne le nom de « Gibert Jeune ».

Les deux enseignes vont se développer en parallèle en diversifiant leurs domaines de ventes. Ils investissent, en plus des domaines scolaires et universitaires, tout les genres classiques que l’on peut retrouver dans d’autres librairies, du roman à la bande dessinée. L’objectif de ces points de vente va aussi dans le même sens : proposer des livres neufs et d’occasion à des prix accessibles à tous. Pour pouvoir réaliser ces objectifs, des agrandissements sont nécessaires : la librairie s’agrandit le long du boulevard Saint Michel avant de se tourner vers d’autres villes telles que Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont- Ferrand, Poitiers, Dijon, Toulouse, Montpellier, Marseille, et la région parisienne. En 2001, l’offre de la Gibert Joseph se diversifie encore en ajoutant un large choix de papeterie tournée vers les loisirs créatifs et les cadeaux.
A l’orée du XXI ème siècle, il est intéressant de noter que le secteur scolaire qui constituait l’essentiel des ventes un siècle plus tôt, ne représente plus que 10 % des ventes. Aujourd’hui, la librairie est présente dans 18 villes françaises et possède 30 magasins. L’indépendance de l’enseigne reste à l’ordre du jour puisqu’elle dispose de sa propre plateforme logistique à Vitry sur Seine pour desservir l’ensemble de son réseau. Finalement, en plus de son offre papier, le magasin a une marge gamme audiovisuelle allant des CD aux DVD d’occasion.

Une des dernières évolutions de Gibert Joseph va dans le sens des changements globaux du monde du livre. L’utilisation du numérique a été optimisé et c’est pourquoi, la librairie a créé récemment un site « gibert.com » où les personnes peuvent proposer directement leurs anciens livres.

Sources :

-https://www.gibert.com/livres-4.html

-http://tpe-inegalites-ecole.e-monsite.com/pages/1-l-impact-des-lois-ferry-sur-la-massification-scolaire.html

-https://actualitte.com/article/23001/interviews/gibert-joseph-le-marche-de-l-occasion-n-est-pas-necessairement-une-manne

Les écrivains peuvent-ils défendre la cause environnementale ?

Ces deux couvertures montrent deux livres écrits au XIXème siècle et au XXIème siècle mais qui portent tous les deux une forte préoccupation environnementale. L’un est une œuvre de fiction sur un retour à la nature possible malgré une industrialisation galopante. L’autre est un travail collectif de cents experts, écrivains et scientifiques à propos de l’impact climatique en général.

Depuis quand les auteurs se soucient-ils de l’environnement ? Une origine possible est l’année 1866. C’est en effet à cette date que le mot “écologie” est utilisé pour la première fois par le biologiste allemand Ernst Haeckel dans un de ces ouvrages. Ce n’est certes pas la première fois que les écrivains se soucient de l’environnement mais c’est à partir de là qu’ils vont pouvoir le qualifier précisément à travers le terme d’écologie. On peut partir des textes de David Thoreau au milieu du XIXème siècle et aller jusqu’aux écrits actuels produits par des activistes écrivains comme Le grand livre du climat paru en octobre 2022 et dirigé par Greta Thunberg.

La littérature peut paraître inutile lorsque l’on mesure l’ampleur du défi climatique actuel. En effet, en quoi peut-elle nous aider à agir concrètement pour l’environnement ? Les écrits peuvent par nature être théoriques. Néanmoins, ils portent une représentation du monde et ont un potentiel d’influence. La lecture peut toucher, et aller jusqu’à convaincre dans certains cas. Des œuvres de fiction mais également philosophiques ont très tôt pris le parti de la cause environnementale. Elles s’interrogent sur les limites des ressources naturelles à notre disposition, par exemple l’auteur Frank Herbert dans son roman Dune publié en 1965. Il imagine une planète disposant d’une seule richesse pour laquelle les personnages vont se battre : l’épice. Un des personnages principaux du livre est d’ailleurs un écologiste admiratif de la capacité des autochtones à tirer tout ce qu’il leur faut des profondeurs du sol, notamment de l’humidité transformée en eau. Une citation de ce roman est d’ailleurs riche de sens : « La véritable richesse d’une planète est dans ses paysages, dans le rôle que nous jouons dans cette source primordiale de civilisation : l’agriculture ». Un autre roman, Ecotopia, écrit en 1975, raconte le choix radical de trois états ouest américains qui décident de faire sécession du pouvoir central pour fonder une société écologique radicale (les moteurs à explosion sont ainsi interdits et les produits manufacturés doivent être entièrement recyclables…). L’auteur Ernest Callenbach montre toutefois que ces choix se font au prix d’un repli sur soi et d’un communautarisme de mois en moins acceptable. Défendre l’environnement nécessiterait donc d’être prêt à faire d’importantes concessions comme par exemple de restreindre nos libertés individuelles et d’accepter une directive centrale forte dans toutes nos activités. Ces ouvrages posent ainsi une question centrale : jusqu’où sommes nous prêts à aller pour concrétiser nos attentes en matière d’environnement ?

Ainsi, la science-fiction a été très importante dans la naissance d’une pensée écologique puisque elle ouvre un champ de possibilités inédits qui font de la résolution de la crise écologique un objectif de l’écrivain. Le pouvoir de guérison de l’écriture peut se conjuguer à celui d’un rôle à jouer dans la transition écologique. Aujourd’hui, la fiction reste un genre souvent utilisé pour parler de la cause climatique. En 2011, on parle de climate fiction pour désigner les écrits fictionnels ayant pour but de « toucher un public qui ne lirait pas forcément les rapports du GIEC ou des articles scientifiques » (selon Yann Quero, auteur de deux romans de climate fiction).

Mais, les réseaux sociaux sont peut être en passe de devenir plus percutants que les livres. C’est d’ailleurs le choix de nombreux activistes tels que Camille Étienne, originaire de Peisey Nancroix en Savoie, qui utilise principalement les réseaux Tik tok et Instagram pour s’adresser à un public jeune. Elle reste toutefois convaincue par l’influence du livre puisqu’elle a participé à l’écriture d’un ouvrage 10 idées reçues sur le climat. A travers ses actes et ses écrits, la jeune femme se propose de convaincre de la pertinence du qualificatif d’urgence écologique et de la nécessité de ne « plus rien laisser passer ».

Sources :

-https://www-cairn-info.sid2nomade-1.grenet.fr/article.php?ID_ARTICLE=ESPRI_1801_0184

-https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sciences-et-ethique/science-fiction-climate-fiction-romans-penser-changement-climatique-2020-05-04-1201092529

-https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/science-fiction-dune-roman-ecologique-precurseur-93518/

-https://www.lemonde.fr/planete/video/2021/12/10/camille-etienne-quand-le-reel-devient-intolerable-il-faut-prendre-en-main-l-histoire-pour-la-devier_6105469_3244.html

L’imprimerie des Deux-Ponts à Bresson : des savoir-faire locaux tournés vers le respect de l’environnement


Source:
Compte instagram de l’imprimerie @deuxpontsmanufacture : recense tous les labels de l’entreprise et met en avant son engagement écoresponsable.

Lundi 24 octobre 2022, nous avons eu la chance de visiter l’imprimerie des Deux Ponts située à Bressons en périphérie de Grenoble. Cette entreprise familiale (aujourd’hui c’est Laurent Caillat, troisième du nom, qui est à la tête de l’imprimerie) créée en 1935 qui emploie actuellement 92 employés mêle des savoirs faire riches avec plus de 34 métiers ainsi que des préoccupations environnementales fortes. Ainsi, l’imprimerie a été une des premières à obtenir le label Imprim’Vert et à être certifiée ISO 14001 en 2004. Cette norme est une référence mondiale pour mettre en place un système de management de l’environnement : c’est un outil très efficace pour toute organisation qui souhaite limiter ses impacts sur la planète à travers la diminution de ses consommations en eaux, énergies, de ses déchets, mais également de ses émissions de gaz à effet de serre.

Qu’est-ce que ces labels impliquent concrètement dans l’activité de l’imprimerie ? Tout d’abord, elle ne travaille qu’avec des papetiers qui gèrent d’une manière durable leurs forêts : cela est certifié par les labels PEFC (Programme des reconnaissances des certifications forestières) et FSC (Forest Stewardship Council). De même, tous les papiers non vendus sont recyclés quels que soit leur format ou leur couleurs et revendus à des entreprises locales ou traitées par ces dernières. Les eaux de pluie sont collectées depuis peu et l’hiver, la chaleur des machines est réutilisée pour chauffer les bureaux. Le label Imprim’Vert repose sur un cahier des charges fait de cinq critères : la bonne gestion des déchets à risques, la non utilisation de produit toxique, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle, et le suivi des consommations énergétiques. La Manufacture prône aussi les savoir-faire locaux et adhère à la French Fab qui a pour but de promouvoir les industries françaises innovantes à l’étranger. En 2020, l’obtention du label Print’ Ethic et le label RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour les industries graphiques garantissent l’intégration volontaire par l’imprimerie de préoccupations sociales (telles que l’égalité salariale hommes/femmes) et environnementales dans leurs activités. Une autre action, qui ne touche pas toute la production mais mérite d’être relevée, est la création d’un petit livre vert qui reprend les principales idées reçues sur le papier. Nous apprenons ainsi que le papier peut être recyclé jusqu’à sept fois ! Les avantages du papier sont rappelés : par exemple, un catalogue en ligne a cinq fois plus d’effets sur l’acidification des océans qu’un catalogue papier. Enfin, des moyens écologiques sont mis à libre disposition des salariés pour se rendre à leur travail : la manufacture prête des vélos électriques pour les trajets quotidiens.

Un autre engagement de l’entreprise est celui du pari du papier plutôt que du digital. En effet, dans une émission retransmise sur France bleue, des artisans vantent la dimension démocratique et éternelle du livre qui se prête et véhicule toutes sortes d’opinions. La structure exporte des livres, des pochettes, et même des sacs cartonnés, à des marques de luxe mondialement connues. Les savoir-faire spécialisés et uniques de l’imprimerie ont été mis en valeur à travers l’octroi par l’État en 2012 du label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant. Des savoir-faire tels que celui de couverturier, de sérigrapheur, de relieur ou de typographe doreur, qui risqueraient d’être oubliés sont encore enseignés à de jeunes ouvriers et ouvrières. Durant notre visite, nous avons pu voir en action des employés en train de poser de la dorure sur la reliure et les pages d’un futur livre d’une très grande marque. Vous pourrez peut-être bientôt le voir exposé dans un magasin de l’enseigne. Les marques haut de gamme à l’échelle nationale, européenne ou internationale sont ainsi un des débouchés principaux de l’établissement et elles valorisent le fait d’avoir un imprimeur engagé dans la cause environnementale. Aujourd’hui, à peine remise de la crise de 2008, l’entreprise doit faire face à une crise de l’industrie du papier. Mais c’est sa foi en l’avenir du papier et sa capacité à s’adapter en se tournant vers de nouveaux clients qui a permis à l’imprimerie de se relever. Pour durer, elle se tient également au courant des évolutions du papier en suivant les innovations de l’école d’ingénieur Pagora ou du Centre Technique du Papier situés sur le campus universitaire de Grenoble. Enfin, une attention particulière est donnée au recrutement comme nous l’a rappelé Madame Cécile Kebbal, directrice des ressources humaines, qui tente de faire connaître la structure par le biais des réseaux sociaux ou de son site internet. Là encore, l’enjeu écologique est mis en lumière ce qui montre que cela fait partie de l’identité de l’imprimerie.

Terminons sur cette phrase du fondateur de l’imprimerie, André Caillat, en 1935 qui prend tout son sens dans les efforts fournis par l’entreprise en matière de recyclage notamment : “Aujourd’hui, rien ne se jette, tout à une valeur”.

Sources (sites internet)

-https://www.deux-ponts.fr/fr/page-daccueil/

-https://www.boutique.afnor.org/fr-fr/norme/nf-en-iso-14001/systemes-de-management-environnemental-exigences-et-lignes-directrices-pour/fa176494/1513?pk_source=google-adwords&pk_medium=cpc&pk_campaign=ISO

-https://www.instagram.com/deuxpontsmanufacture/

-https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-manufacture-deux-ponts-en-isere-une-imprimerie-qui-fait-impression-1526316181

Salon du livre d’occasion 2022 de Prayssac

Chaque année, ce sont plus de 142 millions de livres neufs qui sont jetés. Ce chiffre impressionnant a de quoi faire réagir et rougir : un article du Monde du 13 septembre 2022 s’intéresse ainsi au sort des ouvrages invendus qui lors de la rentrée littéraire, sont retournés aux maisons d’édition puis sont mis au pilon pour la plupart d’entre eux. Nos habitudes de consommation doivent changer et c’est la raison pour laquelle la petite ville de Prayssac dans le Lot a accueilli, pour sa deuxième édition, le Salon du Livre ancien et d’occasion du 6 au 7 août dernier. Après la réussite du salon 2021 qui a comptabilisé plus de 1000 visites, la reconduction de cet évènement en 2022 est apparue comme une évidence. Cette année, c’est l’association Livr’Et Vous ou Garage aux livres en partenariat avec l’association Byblos qui ont organisé le rassemblement. Le bénéfice de la vente sera utilisé pour accompagner des artistes dans leurs projets culturels. Les bénéfices de l’association ont ainsi permis de financer en juillet 2020 une première exposition à l’Espace Culturel Santamaria à Prayssac.

Durant ce salon, plus de 16 000 livres ont été proposés au public à des prix allant de cinquante centimes à deux euros. Les livres mis en vente ont été offerts par de généreux donateurs. Tout le monde a normalement pu repartir avec un livre à son goût puisque de nombreux genres littéraires étaient représentés avec des bandes dessinées, des romans policiers, de la littérature classique, des livres pour enfants, des ouvrages de cuisine, et même, des livres en anglais. Des professionnels du livre ancien étaient également présents pour échanger à propos de leur activité. Cette année, le succès était encore au rendez-vous et cela a permis à l’organisation, Le Garage aux livres installée à Prayssac, de se faire connaître.

L’association Livr’Et Vous, en charge du salon, créée il y a peu (en juillet 2020), affirme d’autres objectifs qui sont en lien avec la promotion du livre d’occasion. Les bénévoles souhaitent donner l’envie d’acquérir des livres d’occasion plutôt que des livres neufs. La devise de l’association reflète d’ailleurs très bien cet engagement : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (selon une phrase du chimiste Antoine Lavoisier).

Enfin, les initiatives de salon de livres d’occasion ont fleuri un peu partout en France, comme à l’étranger. La commune de Molsheim dans le Bas-Rhin prévoit ainsi un salon du Livre ancien et d’occasion les 29 et 30 octobre prochains. A Saint- Jean Pied de Port, s’est tenue une foire du Livre le dimanche 18 septembre 2022. Bien loin de France, à Tokyo, le « Kanda Seconhand Book Festival » est une tradition automnale qui date de 1960 (cette année, il s’est déroulé fin septembre): les lecteurs peuvent se perdre dans les plus de 500 000 livres d’occasion qui leur sont proposés. Ainsi, le livre d’occasion n’a pas dit son dernier mot. Même ceux qui ne jurent que par les livres neufs finiront un jour par se laisser convaincre par ses pages, peut être racornies, mais remplies d’histoires et qui ont amené de nombreux lecteurs avant eux à rire ou à pleurer.

Sources (sites internet) :

https://www.ladepeche.fr/amp/2022/07/30/salon-du-livre-doccasion-10464244.php

https://actu.fr/occitanie/prayssac_46225/lot-2-salon-du-livre-d-occasion-les-6-et-7-aout-a-prayssac_52879710.html

https://medialot.fr/prayssac-le-2eme-salon-du-livre-doccasion-cest-ce-week-end/

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/09/13/la-rentree-litteraire-fait-des-tonnes-d-invendus_6141317_4500055.html

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://actu.fr/occitanie/prayssac_46225/lot-2-salon-du-livre-d-occasion-les-6-et-7-aout-a-prayssac_52879710.html&ved=2ahUKEwjR3-Lw0rn6AhVElxoKHTuZBI0QFnoECCwQAQ&usg=AOvVaw3asTq_d34ExxHb84IEzPg9

http://livretvous.fr/

https://www.autourdulivre.eu/manifestations/calendrier-des-march%C3%A9s-et-salons-du-livre-en-alsace/molsheim/#:~:text=Prochain%20salon%20les%2029%20et,jouer%2C%20des%20reliures…

https://en.japantravel.com/tokyo/kanda-secondhand-book-festival/69299

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search