La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ?

Le problème des retours

L’un des problèmes majeurs dans l’industrie du livre, c’est celui des invendus, ces livres retournés à l’éditeur via le diffuseur, pour la grande majorité pilonnés (détruits) dans un souci d’économies. En effet, afin de permettre aux libraires de prendre des risques dans leurs commandes de livres et ainsi de garantir une diversité littéraire (autrement appelée bibliodiversité), la France a opté pour ce système de retour. Si celui-ci a ses avantages, que dire de ses inconvénients ? A la charge des libraires et des éditeurs, seuls les diffuseurs s’en tirent gagnants économiquement. Mais surtout se pose la question de l’écologie : multiplier les transports avec des véhicules polluants pour des livres qui seront détruits par la suite semble assez inutile.

La source du problème : la surproduction

On peut se demander pourquoi il y a autant de retours. Ne peut-on pas produire moins de livres ? C’est sûrement ce qu’il faudrait faire, en effet, mais pas facile : une fois publiés, les livres répondent à la demande. Les éditeurs comme les libraires ne peuvent se permettre d’arrêter la production d’un best-seller. De plus, lors de l’impression initiale, chaque éditeur imprime suffisamment pour pouvoir rentabiliser les coûts de production de l’ouvrage, dans l’espoir que ces livres soient vendus. C’est bien là le problème du monde du livre : les succès sont souvent imprévisibles et il faut prendre des risques si l’on ne veut pas tomber dans un schéma d’industrialisation toujours plus intensive du livre, avec des lectures toutes similaires les unes aux autres.

Des solutions possibles

  • Le retour des libraires-imprimeurs : afin d’éliminer le transport et la surproduction. Les libraires pourraient ainsi imprimer les livres « à la demande », à condition que ceux-ci soient tous dans un format classique, ce qui imposent des contraintes éditoriales.
  • Abolir le système des retours : cela ferait porter la responsabilité des ventes sur les libraires. Mais se pose donc la question de la diversité littéraire sur les étagères des librairies. Et que faire alors des diffuseurs ?
  • Faire une « trêve littéraire » : c’est-à-dire arrêter de recevoir des nouveautés pendant un moment afin de laisser plus de temps aux livres déjà sortis, de leur donner une meilleure chance au succès.

La « trêve littéraire », qu’est-ce que c’est et pourquoi ?

Janvier 2024, aucun livre ne paraîtra chez les éditions Tripode. Les livres prévus ce mois-ci sont repoussés à une date ultérieure. L’occasion pour la maison d’édition de faire le point sur « le rythme de nos métiers » et sur « un risque de surchauffe ». En effet, le rythme de publication de nouveautés s’est intensifié ces dernières années, avec une hausse de 37% des titres édités entre 2011 et 2022. Les éditions Tripode, dépassés par le succès de certains de leurs auteurs, ont souhaité prendre le temps, un mois pour se permettre de travailler sur d’autres projets et d’approfondir ceux en cours ; en clair de briser cette cadence effrénée vers toujours plus de nouveautés. L’Association pour l’écologie du livre soutient cette reprise en main du temps de travail et encourage également les libraires à prendre une pause dans le « travail des offices », c’est-à-dire le travail fait en amont de la vente avec les diffuseurs ; et ainsi à refuser les nouveautés pendant un temps. Nous assistons ainsi à une remise en question de cette recherche constante du nouveau best-seller, du nouveau prix Goncourt ou Femina ou autre ; en bref du nouveau succès qui renflouera les caisses. Et si on se contentait de plusieurs bons livres, bien travaillés et originaux, plutôt que d’une sélection de gros succès ?

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Tiniscopa, A. (2023, août 30). « Le Tripode fait une « trêve littéraire » en janvier 2024 ». Livres Hebdo. https://www.livreshebdo.fr/article/le-tripode-fait-une-treve-litteraire-en-janvier-2024

« Vente de livres : prix de vente, droit de retour, label ». (2023, 7 octobre). Entreprendre Service-Public.fr. https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F22713

Lecture écoresponsable : enquête auprès des librairies grenobloises

Face au numérique, la tendance est de penser le papier comme l’alternative la plus écologique. Si cela a sa part de vérité, le livre papier est-il réellement écologique ? Depuis la création de papier jusqu’à la vente du livre fini, les pratiques polluantes sont nombreuses. Nous sommes allés dans les librairies de la métropole grenobloise afin d’observer leurs pratiques, écoresponsables ou non, et de se demander si, et comment, il serait possible de faire mieux.

Du positif et du négatif

Ce qui nous a marqué de ces enquêtes, c’est qu’à vrai dire, il est compliqué de remarquer le négatif. En effet, ces aspects font tellement partie de notre quotidien, de notre « normal », que nous y serions aveugles. C’est bien là le souci de cette crise climatique, et la raison pour laquelle il paraît si difficile de se sortir de notre modèle polluant. Nous pouvons classer nos observations en trois catégories : la décoration, la vente de produits complémentaires et la gestion des livres.

Au niveau de la décoration, ce qui nous a frappés ce sont les fausses plantes, en plastique, présentes même dans les librairies autrement très écoresponsables. Si cela reste assez anecdotique, nous avons trouvé curieux leur usage répété dans presque toutes les librairies. Il ne nous semblait pas très difficile de mettre de vraies plantes ou alors de décorer autrement.

En dehors des livres, ce sont les produits complémentaires qui ont tranché sur l’aspect écologique ou non des librairies. Jeux de société, papèteries, figurines, tee-shirts et tote bags, nombreux sont ceux qui affichent leur « Made in China ». Il serait peut-être temps de passer à des alternatives locales et plus écoresponsables pour ce genre de produits.

Pour finir, attaquons-nous au cœur du métier de libraire : les livres. Tout d’abord, les livres affichant des labels écologiques tels que PEFC ne font pas toujours la majorité. De plus, peu de librairies offrent un rayon « écologie ». Les livres de ce thème ne sont donc pas vraiment mis en avant dans celles-ci. Enfin, toutes les librairies n’offrent pas de livres d’occasion, parfois uniquement des livres neufs.

Cependant, là où certains ignorent les alternatives plus éthiques, tant pour les produits vendus que pour l’agencement de leur librairie, d’autres fournissent des efforts. Des livres et produits complémentaires labellisés PEFC ou encore « Fabriqué en France » ; des cartes avec des graines à planter ; une mise en avant des livres sur le thème de l’écologie grâce à des rayons spécifiques ou encore des reventes de livres d’occasion (qui ont l’avantage d’être économiques en plus d’être écologiques), chacun y met sa patte. Pour autant, peu s’engagent réellement vers une librairie verte. Dans la très grande majorité, ce n’est qu’un premier pas dans cette direction. Ces efforts sont toutefois à saluer et à encourager.

Un bon espoir : la librairie Luna

Ouverte cette année, la librairie Luna se décrit comme une « librairie féminine et inclusive », avec un « coffee shop écoresponsable ». Et effectivement, dès l’entrée est affiché un autocollant qui indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café. Pour ce qui est de la décoration, les étagères et les meubles ont l’air soit récupérés soit construits dans des matériaux naturels, cependant nous n’avons pas pu vérifier cela lors de nos observations. Le point négatif majeur de cette librairie serait ses plantes en plastique, ce que nous avons trouvé dommage mais qui peut rester anecdotique, comme vu plus tôt.

Un rayon « écologie » est mis en avant et ce n’est pas le seul sur le sujet : il y a également un rayon « nature writing » ou encore une étagère « écologie » dans le rayon jeunesse, pour initier les enfants dès le plus jeune âge. Sur une des tables de la librairie était exposée une collection de livres « fabriqué en France ».

Enfin, la librairie vend également des cartes postales imprimées sur du papier recyclé à Grenoble, des jeux (et livres) avec le label PEFC ou encore du matériel scolaire écoresponsable, dont notamment un agenda écoconçu dont 50 centimes sont renversé à l’association WWF pour chaque achat.

Tout cela donne donc espoir pour des pratiques écoresponsables en librairie, sans pour autant être suffisant dans l’état actuel des choses. Nous ne pouvons qu’espérer une démocratisation des efforts produits dans toutes les librairies, à Grenoble et ailleurs.

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search