La maison d’édition Wildproject : l’engagement pour une nouvelle chaîne du livre ?

Baptiste Lanaspeze crée en 2009 la maison d’édition indépendante Wildproject. Cette dernière souhaite aller à contre-courant d’une production éditoriale industrielle et aliénante pour la planète. Son but ? Importer et acclimater en langue française les pensées de l’écologie.

Depuis une décennie, la maison s’applique à ne publier que des ouvrages philosophiques traitant d’écologie. Elle a commencé par Printemps silencieux de Rachel Carson et Vers l’écologie profonde d’Arne Næss. Ils font partie des premiers livres qui ont lancé le mouvement écologiste dans les années 1960 et 1970 ! C’est donc un projet qui rassemble les livres fondateurs de la pensée écologiste. Depuis, la maison continue sur sa lancée. On peut le voir à travers ses collections dont l’engagement écologique est débordant : « Domaine sauvage », « Le Monde qui vient », « Tête nue » ou encore « Petite bibliothèque d’écologie populaire » pour les livres de poche.

Finalement, cette volonté écologique avant-gardiste pour l’époque, est fondamentale du projet éditorial. Pourtant, depuis quelques années, l’écologie n’est plus un sujet de niche, ni un sujet de spécialistes : elle est au cœur de notre quotidien et de nos sociétés. Aujourd’hui, la maison propose un catalogue d’une centaine de titres et a comme but l’émergence d’une édition plus durable.

En effet, la maison ne se contente pas de publier des ouvrages traitant d’écologie ; elle se donne comme objectif de créer des objets plus durables et écologiques. L’impression est au cœur de cet engagement. Les ouvrages sont d’abord imprimés sur les presses de Sepec, imprimerie située dans l’Ain qui imprime et relie tous ses ouvrages en France. Sur cette même lignée, l’imprimerie est certifiée FSC et labellisée Imprim’Vert, le papier quant à lui est certifié PEFC. Finalement une impression faite dans une gestion écologique des forêts et s’appliquant à traiter de manière responsable ses déchets. L’accumulation de ces labels signifie véritablement l’engagement de Wildproject : ils garantissent l’absence de lien à la déforestation, la réduction voire l’absence de pesticides ainsi que l’absence d’OGM. Ces efforts sont un pas énorme pour la planète.

Mais la maison ne s’arrête pas là ! En effet, le site web a entièrement été pensé et optimisé pour limiter au maximum les ressources nécessaires à son fonctionnement et à son affichage. Eh oui, aujourd’hui la communication et la médiation des maisons d’édition sur Internet est indispensable. Ici, Wildproject nous montre qu’il est aussi possible d’être responsable sur ce point ! En effet, le site reste très sobre, sans images (même pas celles de leurs publications !) pour réduire le poids des pages. Une attention est également portée sur la typographie. Chaque mois, des milliers de sessions sont ouvertes sur le site de Wildproject et à cette échelle l’économie d’énergie est fondamentale ! De même, les serveurs du site sont hébergés en France, dans une démarche Informatique durable.

Enfin, la maison d’édition fait partie de groupes engagés pour l’écologie. Par exemple, elle a participé à la création de l’Association pour l’écologie du livre en 2019, dont le but est de construire de nouvelles perspectives écologiques pour la chaîne du livre.

Finalement, Wildproject est un exemple d’une chaîne du livre innovante, plus respectueuse de l’environnement et de la planète. Une maison qui s’efforce depuis sa naissance, de renouveler cet espace de création, et qui ne cesse, année après année, de nous étonner par des engagements de plus en plus forts !

SOURCES :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 9/12/2022] : https://wildproject.org/la-maison

– Interview du fondateur de Wildproject par le CNL [consulté le 9/12/2022] : https://centrenationaldulivre.fr/actualites/baptiste-lanaspeze-directeur-des-editions-wildproject

Plume de carotte, la maison d’édition « nature » ? 

Ayant pris conscience de l’urgence énergétique dans laquelle nous vivons actuellement, de nombreuses maisons d’édition ont été créées ces dernières années pour « décarboner le livre ». L’une d’entre elles est « Plume de carotte »…

Plume de carotte est une maison d’édition créée en 2001 sous l’impulsion de Frédéric Lisak. La maison se définit avant tout comme une maison d’édition « nature », c’est-à-dire que les ouvrages traitent des liens entre les humains et la nature. Elle considère que les maisons d’éditions sont des actrices essentielles de la diffusion de la culture. Leur rôle est donc de sensibiliser leur public (grands et petits) aux problématiques énergétiques. Mais plus que d’aborder l’histoire des Arbres, des Réserves naturelles de France ou encore de l’écosystème marin, la maison s’engage écologiquement sur quatre axes.

La fabrication des ouvrages

Plume de carotte choisit d’utiliser systématiquement du papier issu de forêts gérées durablement et des encres à base d’huile végétale. Dans l’idée de réduire au maximum ses déchets, la maison n’utilise plus de pelliculage et décide de le remplacer par des vernis acryliques. Choix par ailleurs encouragé par la Charte environnementale de l’édition de livres. De même, la structure s’engage à publier un nombre restreint d’ouvrages chaque année avec un tirage moyen de 3 000 exemplaires. Finalement, une production qui sait rester à l’abri des fast food littéraires !

Le travail avec les fournisseurs

D’abord, Plume de carotte ne s’associe qu’avec des imprimeurs situés à maximum 800km de son siège éditorial. Mais plus encore, elle sélectionne avant tout des imprimeurs travaillant dans le respect de l’environnement, donc suivant notamment les normes Iso 14001 ou le label Imprim’Vert. Concernant le transport, la maison fait l’effort de ne s’engager qu’avec des transporteurs travaillant en groupage de livraison et dans le respect de l’environnement. Enfin, la maison travaille ardemment sur la maîtrise des taux de retour d’invendus, qu’elle souhaite faible.

Le travail interne au quotidien

Mais Plume de carotte s’engage également sur le plan individuel. Eh oui, le travail au sein de la maison d’édition se passe le plus possible d’outils polluants et énergivores. C’est ainsi qu’elle choisit des fournitures de bureau respectant l’environnement, et maîtrise sciemment la consommation du matériel électrique et informatique. De cette manière, elle sensibilise son personnel à un mode de vie plus durable, et a même créé un lieu de biodiversité au cœur de son siège administratif.

La sensibilisation au public

Cette sensibilisation passe d’abord par le sujet des ouvrages publiés qui traitent uniquement des liens entre humains et nature. Mais Plume de carotte met un point d’honneur à être transparente, tant avec ses lecteurs qu’avec ses associés. Le maître mot est finalement de réaliser un produit alternatif et respectueux de l’environnement !

Plume de carotte est une maison d’édition qui s’est tournée de manière précoce vers la production d’un livre plus durable et écologique. De par le sujet de ses publications, et de ses engagements énergétiques, elle cumule de nombreuses initiatives novatrices. Pourtant, elle est encore loin d’avoir créé une structure entièrement décarbonée et d’autres maisons d’édition, plus récentes, peuvent lui servir d’exemples.

Sources :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 11/11/2022] : https://www.plumedecarotte.com/

– Article sur des maisons d’édition écologiques [consulté le 11/11/2022] : https://mastereditionstrasbourg.wordpress.com/2020/01/22/les-editions-ecolo-compatibles/

– Charte environnementale du Syndicat national de l’édition [consulté le 11/11/2022] : file:///C:/Users/rocol/Downloads/001-CHARTE-ENVIRONNEMENTALE-SNE-NUMERIQUEEXT.pdf

L’IA au service de la lecture sociale, quid de l’environnement ?

L’accès à la lecture pour les personnes âgées, aveugles et malvoyantes est un défi. En 1976, la création de l’American Association of the Blind le relève en partie par la production de livres audios. Toutefois, toutes les solutions n’ont pas encore été trouvées.

En 2022, le laboratoire européen de la lecture numérique crée une application, Lis mon Livre, qui intègre une IA d’assistants vocaux. Elle offre une médiathèque de 50 000 livres audios accessible uniquement à l’aide de commandes vocales, à toutes personnes âgées, malvoyantes ou aveugles. Tout est possible : sélectionner un ouvrage parmi une collection personnelle, effectuer une recherche libre dans le catalogue, écouter l’ouvrage et même naviguer par sa table des matières ! Pour l’instant, l’application est compatible avec les assistants vocaux de Google ou Amazon, mais des groupes de design conversationnel travaillent sur de nouvelles technologies d’assistance vocale. En France, elle est déjà utilisée par l’association Valentin Haüy.

Mais quid de l’impact environnemental ? Bien que le papier ne soit plus en jeu dans ce cas de figure, l’usage de Lis mon Livre induit la création d’une énième base de données, jusqu’à 27 fois plus polluante que des CD. Sans compter l’acquisition pour ses utilisateurs d’une enceinte connectée. Cette dernière, comme la majorité des objets de ce type, a un impact environnemental considérable. Enfin la consommation énergétique du numérique a augmenté de 50% entre 2013 et 2017 et représente 2,7% de la consommation d’énergie globale en 2017. Le coût environnemental de ces objets électroniques ne faisant qu’augmenter proportionnellement à la quantité produite, est-ce judicieux de promouvoir un projet qui en nécessite l’acquisition ? Cela pose la question de la convergence des bienfaits sociaux et environnementaux.

SOURCES :

– Une vidéo YouTube d’explication du projet [consulté le 10/10/2022] :   https://www.youtube.com/watch?v=7BqOumXrKGM 

– La synthèse du projet [consulté le 10/10/2022] : https://www-cairn-info.sidnomade-2.grenet.fr/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2022-1-page-64.htm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search