Hachette fait son bilan carbone

Hachette, premier groupe d’édition français, publie en 2021 pour la première fois son bilan carbone dans son rapport RSE. Le résultat tombe : au niveau mondial, le bilan carbone de Hachette s’élève a 530 000 tonnes de CO2. Pour se rendre compte, selon l’Agence de l’environnement de la maîtrise d’énergie, une tonne de CO2 correspondrait à 5000 km en voiture.

Mais c’est en 2021 que le bilan carbone de l’entreprise est publié pour la première fois, en France. Hachette déclare que cela « servira de base pour fixer une trajectoire ambitieuse à [l’]horizon 2030, qui sera définie en 2022 en suivant l’initiative SBT [Science Based Targets, qui fixe des objectifs de réduction des émissions carbone] ». En effet ce rapport met en lumière les différentes démarches réalisées par la maison Hachette ainsi que leurs objectifs futurs.

Cela fait un certain nombre d’années maintenant que le groupe Hachette réalise des démarches que l’on pourrait qualifier d’écologique. En 2012, le groupe a mis en place un système d’étiquetage carbone, servant à informer les lecteurs sur l’empreinte écologique des livres. Sur cette étiquette on retrouve l’équivalent en CO2 de l’empreinte carbone de l’ouvrage. On peut alors se rendre sur le site www.hachette-durable.fr afin de se rendre compte de ce que ce nombre signifie ; en minutes de télévision, ou encore en mètre parcourus en voiture par exemple.

C’est sur ce site que Hachette explique sa démarche. Entre autre, que le groupe décide de se concentrer sur le problème du réchauffement climatique car c’est une menace immédiate. Il déclare aussi concentrer ses efforts sur le calcul d’une empreinte carbone pour les livres, sur l’utilisation de papiers certifiés et enfin sur la communication au public sur ces démarches. En effet, dans ce rapport RSE, l’entreprise met en avant que 98 % du papier qu’elle utilise est certifié (labels FSC ou PEFC) ou recyclé, ou alors que ses émissions CO2 ont baissé de 20 % depuis 2009.

Les efforts de Hachette Livre en France sont à saluer. Étant le leader sur son marché, son engagement et ses démarches peuvent encourager d’autres à les suivre. Néanmoins, le contexte économique actuel reste difficile, avec la crise du papier et l’inflation, on peut se questionner sur les futures démarches du groupe. Cela sera à suivre dans le prochain rapport RSE de Hachette Livre.

Le rapport RSE de 2021 de Hachette Livre est consultable ici.

Sources : https://www.hachette-durable.fr/empreinte-carbone

https://www.hachette.com/fr/rse/

https://actualitte.com/article/106746/edition/530-000-tonnes-d-equivalent-co2-pour-hachette-au-niveau-mondial

La charte des éditeurs écolo-compatibles

Le projet de charte environnementale des éditeurs a vu le jour en 2010 à Paris, pendant la 30ème édition du salon du livre. Il consiste en un collectif de huit maisons d’édition. Leur mission, proposer des actions pour réduire l’empreinte environnementale et sociale de l’édition papier.

Le collectif profite du salon du livre de Paris pour se réunir tous les ans. Les huit maisons d’éditions qui le composent sont Yves Michel, La Plage, Plumes de Carotte, Pour Penser, Souffle d’Or, Rue de L’Échiquier, La Salamandre, Éditions Terran. Ces maisons éditent des livres proposant une réflexion écologique, mais aussi des guides pratiques pour adopter une attitude plus écologique au quotidien. Elles s’engagent aussi à travailler avec des auteurs engagés pour la cause environnementale. Le salon du livre est l’occasion pour eux de pousser les lecteurs vers une réflexion plus collective en favorisant les échanges entre eux et avec eux.

Mais ces éditeurs s’engagent eux aussi à mettre en place des actions selon la charte établie. Parmi ces actions, nous pouvons en citer quatre :

  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur du papier recyclé ou labellisé,
  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 500 km de leur lieu de stockage,
  • donner à des associations où à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie,
  • contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Frédéric Lisak, gérant de la maison d’édition Plumes de carotte a expliqué :« Nous envisageons deux sortes d’engagements. Des choix de fabrication, nécessitant une veille technologique, sur les papiers, les encres, la distance à laquelle se trouve des imprimeurs ; des choix ”sociaux”, afin de travailler avec des sociétés ayant un minimum de respect vis-à-vis des auteurs, en leur versant un droit d’auteur systématique et non en les payant au forfait, ce qui les désavantage en cas de succès d’un livre ».

D’après le Shift Project, association qui œuvre en faveur de la réduction de la contrainte carbone, un livre en librairie aurait une empreinte carbone d’environ 2kg. Le bilan carbone d’un livre peut se décomposer en de nombreux critères. Parmi eux, la production est le critère le plus important, représentant 40 % du total du bilan. Dans le contexte écologique actuel, la démarche des éditeurs écolo-compatibles ne peut qu’être saluée.

Sources : http://www.presseedition.fr/les_editeurs_ecolocompatibles_lancent_une_etude_sur_l_ecoconcepti_P_AA_R_0_A_5842_.html

Les éditions écolo compatibles

La charte environnementale des éditeurs

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search