DEUX-PONTS Manufacture d’Histoires : Une Imprimerie qui Passe à l’Action

Comme toute activité industrielle, l’impression est polluante. Deux-Ponts Manufacture d’Histoires est l’une des imprimeries françaises résolument investies dans une activité responsable sur le plan écologique.

Deux-Ponts Manufacture d’Histoires est une entreprise familiale créée en 1935. Elle se situe à Bresson, en Isère, une région historiquement impliquée dans la fabrication du papier. Spécialisée en fabrication créative, elle réunit 34 métiers des arts graphiques au sein de ses ateliers. Depuis des années, cet établissement, de taille moyenne, met en place des actions concrètes et durables pour limiter l’impact de ses services sur l’environnement et obtient, par conséquent, une multitude de certifications et labels verts.

En 2004, l’imprimerie a été certifiée ISO 14001 et a obtenu, en 2016, la mise à niveau 2015 de la même certification. Cette dernière définit les références d’un système de gestion environnementale pouvant être utilisé par un organisme afin d’améliorer ses pratiques durables. L’entreprise s’est également vu attribuer en 2011 le label Imprim’Vert qui a pour but de favoriser la mise en place, par les entreprises spécialisées en impression, d’actions concrètes conduisant à une diminution des impacts environnementaux.

En effet, au niveau de l’énergie, l’imprimerie réduit sa consommation en utilisant la chaleur que les machines dégagent pour chauffer ses locaux en hiver. Elle prend en charge le produit de la création jusqu’à la logistique, ce qui permet de diminuer la pollution des transports. De plus, elle récupère les eaux de pluie et travaille avec un prestataire pour recycler l’eau usée dans ses activités professionnelles. Elle tri tous ses déchets papier qu’elle envoie également au recyclage.

En plus de la gestion des déchets papiers, l’entreprise est labelisée PEFC (Program for the Endorsement of Forest Certification) et FSC (Forest Stewardship Council) depuis 2010. Ces certifications internationales sont synonymes de préservation des forêts et de leur biodiversité. Elles ont pour objectif la gestion durable des ressources en bois. Par conséquent, Deux-Ponts, qui depuis un certain temps se focalise sur le papier après avoir vendu sa filiale digitale, utilise que du papier provenant des forêts gérées durablement.

En outre, en 2020, au début de la crise sanitaire du covid-19, l’imprimerie a mobilisé son équipe pour utiliser un vernis antibactérien. Cette démarche répond à la norme ISO 22196 qui consiste à mesurer l’action antibactérienne sur les surfaces non poreuses. Ainsi, l’entreprise garantit l’impression des documents de long terme qui ne transmettent pas des virus et bactéries.

De plus, l’imprimerie s’engage sur sa responsabilité sociale et installe des pratiques innovantes. En 2020, elle obtient, à ce titre, le label Print’Ethic, une certification RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour les industries graphiques. Ainsi, l’entreprise recrute des salariés de toutes nationalités et les forment à plus de trente savoirs faire différents. Elle met également à leur disposition des vélos électriques afin de faciliter leur déplacement au travail tout en les incitant à s’impliquer dans un quotidien sain et écologique.

Pour conclure, Deux-Ponts Manufacture, par ces différentes préoccupations et actions concrètes, se montre investie dans la cause environnementale et tend vers une culture innovante. Ces engagements ont été prouvés par la multitude des labels qu’elle a obtenue et que ses responsables continuent à préserver depuis la création de l’entreprise.

Tinhinane DJEBRA, M1 MDLE

Les Bibliothèques et la Haute Qualité Environnementale

Les bibliothèques ont aussi une empreinte écologique. Comme toute organisation, elles consomment de l’énergie pour remplir leurs missions. L’énergie, à côté des déchets et des achats de documents, représente le facteur le plus émissif dans le bilan carbone d’une bibliothèque. Par conséquent, plusieurs projets ont été pensés de façon à réduire la consommation énergétique en bibliothèque, parmi lesquels, la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE).

Ce modèle (HQE) a pour objectif à la fois de maîtriser les impacts d’un bâtiment sur l’environnement extérieur mais aussi créer un espace intérieur confortable et saint. Cette démarche (HQE) apparait donc comme une solution structurée et complète pour maîtriser l’impact environnemental des bâtiments des bibliothèques. De ce fait, un projet bibliothèque HQE a été lancé dans les années 1990 en France et depuis, plusieurs bibliothèques sont inspirées de ce modèle qui vise, entre autres, l’écoconception du bâtiment ainsi que la gestion de l’énergie.

Arrivé aux années 2000, le modèle HQE est déjà largement appliqué dans les bibliothèques et ne cesse de s’étendre en France. Parmi les premières bibliothèques qui ont doublé leurs préoccupations environnementales, la médiathèque de Mouans-Sartoux, la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire et les bibliothèques universitaires de Caen, du Havre et de Reims. Cette dernière, la bibliothèque universitaire Reims Champagne Ardenne, présente un profil environnemental ambitieux et illustre le cas d’un projet HQE satisfaisant.

D’abords, le bâtiment de cette bibliothèque a été construit avec des produits et matériaux choisis sur une base de notices détaillées prouvant leurs aptitudes à l’emploi. Par exemple, ses façades en bois bakélisé, en plus d’être faciles à entretenir, elles sont durables en offrant une bonne résistance aux intempéries et aux variations climatiques.

Du point de vue de consommation d’énergie, le fonctionnement du bâtiment a également été pensée de manière écologique. L’énergie de climatisation et de chauffage est le facteur le plus émissif en bibliothèque. En effet, ce bâtiment possède de nombreuses protections solaires intérieures et extérieures. Cela permet une bonne isolation qui crée un confort l’hiver.  Pour l’été, ce système est aussi complété par un dispositif de ventilation naturelle pour éviter le recours à la climatisation.

Pour réduire la consommation d’énergie de l’éclairage, un système de complémentarité entre lumière naturelle et lumière artificielle a été effectué dans les espaces intérieurs. Les lumières artificielles sont donc mises en place en fonction des zones et des besoins. Ce mode d’adaptation à l’utilisation effective des locaux permet de générer d’importantes économies d’énergie.

Pour conclure, il est aujourd’hui évident qu’aucun organisme n’est exclus du développement durable. Les bibliothèques, bien qu’elles ne soient pas les établissements les plus émissifs, elles adoptent, de plus en plus, des actions en lien avec l’environnement. La démarche HQE porte des leviers importants notamment sur la construction du bâtiment et la gestion d’énergie. Cependant, d’autres actions et pratiques existent, selon la taille et le type de la bibliothèque, dans la perspective du respect de la nature.

Tinhinane DJEBRA, M1 MDLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search