Le manga d’occasion, ce livre de luxe

Autrefois secteur de niche, le manga est aujourd’hui un acteur majeur du marché du livre en France. Une croissance soudaine ayant des répercussions sur le stock en circulation des exemplaires d’occasion, qui, lié à la popularisation des plateformes de vente en ligne, fait s’enflammer les prix lorsque la quantité est limitée.

Photographie de l'intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted
Intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted

Qui ne connaît pas les mangas de nos jours ? Depuis le confinement, son marché a doublé de valeur, une BD vendue sur deux est un manga et les éditeurs s’engagent aujourd’hui vers des plateformes légales de lecture en ligne. Une situation particulière en France qui est le deuxième marché dans le monde derrière le Japon. Malgré son importance, son impact écologique est encore assez peu évalué. On peut estimer que la bande dessinée est moins efficace que le livre traditionnel : moins d’information par page, des processus d’impression plus lourds, et une préférence pour le format série. Cependant, le manga traditionnellement en noir et blanc est ainsi peu gourmand en encre et autres processus complexes. De plus, le manga tend à être imprimé localement comme en France ou en Italie.


Cette croissance coïncide avec une multiplication des plateformes de vente d’objets d’occasion : Le Bon Coin, mais aussi Vinted, Amazon Marketplace, ou Rakuten. C’est ainsi que les particuliers peuvent s’insérer dans le marché du livre d’occasion. Un commerce a priori vertueux : le livre obtient une seconde vie et l’objet culturel s’échange à bas prix. Un manga valant 6.50€ en magasin peut se revendre 2.50€ sur Vinted. Car en effet, bien qu’initialement pensé pour le secteur du prêt-à-porter, ce site devient un plateforme majeure du manga d’occasion. Particulièrement prisé, celui-ci se promeut facilement et se vend plus vite qu’un vêtement. Une charge en moins pour les vendeurs, mais ce n’est pas tout.


Un manga d’occasion peut également être vendu à un prix plus élevé qu’à son achat initial. C’est le cas de certains ouvrages ayant plus de 5 ans, sortis du cycle d’impression mais dont l’œuvre est devenue populaire avec le temps. Un exemple parlant : les tomes du Garçon d’à côté, sorti en 2009 et adapté en animé en 2012, se vendent aujourd’hui jusqu’à 190€ l’unité chez Manga-Shop, vendeur “pro” chez Vinted. Ce n’est pas un secret pour les acheteurs (souvent amateurs) que l’œuvre est aisément trouvable dématérialisée (en streaming ou en téléchargement, sous forme de scan ou de vidéo de son adaptation animée, légale ou non). Les ventes de ces mangas surévalués sont donc provoquées par d’autres facteurs que le contenu : l’objet pour les collectionneurs et l’espérance d’une marge pour les revendeurs.


Cette inflation n’est pas réservée aux mangas “anciens”, mais également aux ouvrages dit “collectors” : des mangas spéciaux, au format de qualité, avec un contenu et des objets exclusifs, et non destinés à être réimprimés. Une mine d’or pour les vendeurs dont les pratiques s’apparentent alors à du dropshipping : achat en gros d’ouvrages neufs dans le but de générer une plus-value. Une pratique pouvant provoquer des ruptures de stock en quelques heures, permettant de revendre ces éditions spéciales au prix fort. Deux positions opposées se forment donc chez les acteurs traditionnels. Les libraires tendent à rejeter le dropshipping, perçu comme immoral car inégal et frustrant pour leurs clients non vendeurs, et les reléguant à un rôle de sous-distributeur. Pour les éditeurs, les collectors permettent de créer un engouement pour une série, et donc de pousser à l’achat : un ouvrage dont le support est plus important que le contenu ne peut pas être piraté. Cependant, la pratique est problématique : la production des goodies, impossible en France, est délocalisée en Chine ; les plateformes de l’occasion, initialement vertueuses, sont détournés en zone d’achat-revente pour spéculateurs et passionnés ; et les collectors, initialement destinés aux fans, deviennent des marchandises surconsommé par spéculation.

Les maisons d’édition écologiques : une utopie ?

Nombreuses sont les nouvelles maisons d’édition tentant de proposer une alternative, aussi bien en termes de publication que de production. Parmi elles, La Mer Salée, une maison indépendante nantaise fondée par Sandrine Roudaut, ancienne publicitaire, et Yannick Roudaut, ancien journaliste financier. Mais encore faut-il voir les limites entre les actions réalisées et les engagements annoncés.

Couverture du livre de Sandrine Roudaut L'utopie, mode d'emploi, La Mer Salée, 2014
Couverture du livre de Sandrine Roudaut L’utopie, mode d’emploi, La Mer Salée, 2014

« La pureté, ça n’existe pas » indique avec justesse Yannick Roudaut, cofondateur avec Sandrine Roudaut de La Mer Salée. Créée en 2013, cette maison d’édition accueille en son sein une douzaine d’auteurs, tous engagés écologiquement. À ce jour, cette édition a publié une quinzaine d’essais et fictions portant sur l’écologie, le féminisme, les utopies. Ce que nos filles ont à nous dire par exemple, leur dernière publication écrite par Florence Pagneux, expose dans une enquête les questions touchant les filles de 13 à 20 ans, comme le harcèlement de rue ou encore leurs revendications politiques. 

Mais en plus d’écrits engagés, la maison cherche à produire autrement. Souhaitant être locale et soutenable écologiquement, La Mer Salée s’engage à respecter « un écosystème à moins de cent kilomètres depuis le départ ». Pour cela, plutôt que de faire imprimer en Asie, la maison d’édition fait appel aux entreprises PCA-CMB situé à Rezé pour le façonnage et Offset 5 dont les ateliers d’impression se trouvent à la Mothe Achard. Cela fait d’ailleurs partie de la communication de la maison : avec la requête « maison d’édition écologique » la Mer Salée arrive en deuxième position sur Google, une stratégie SEO réussie. On trouve sur leur site des rappels de leur engagement : le fait qu’ils utilisent pour leurs livres du papier « FSC™ (issu de forêts européennes gérées durablement) », emploient des encres « à base d’huiles végétales venant d’Allemagne » et suppriment « tout pelliculage ».

« [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. »

Yannick Roudaut

Cependant, il est intéressant d’apporter une nuance à ce discours. Certes les encres à base d’huiles végétales sont plus bénéfiques écologiquement que les encres à huiles minérales, puisqu’elles sont biodégradables, renouvelables et réduisent le gaspillage de papier lors de l’impression. Mais c’est justement pour leur efficacité que ces encres sont employées par la plupart des imprimeurs, hors journaux et magazines ; leur emploi n’a donc rien d’exceptionnel. De plus, ces encres sont composées à 70 % d’huile végétale, souvent de palme et dont la provenance est difficilement traçable. Similairement, le papier FSC™ – qui est la part la plus importante d’émission de CO2 de la chaîne du livre d’après le bilan carbone d’Hachette – est souvent produit en Europe de l’est et malheureusement acheminé par camion. D’autres problèmes peuvent être relevés du côté de l’imprimeur Offset 5, certifié Imprim’vert, dont la filiale Color 26 se développe en Côte d’Ivoire sous la direction de Jean-Philippe Girou. De la papeterie de luxe est donc transportée de la France à la Côte d’Ivoire par un « ex-officier des armées [ayant] séjourné plus de vingt années sur le continent africain » dont les « engagements opérationnels tout comme ses postes à responsabilités au sein des ambassades françaises et des organisations internationales ont fait acquérir de solides connaissances de tous ces milieux et territoires. » Des compétences guerrières que l’on attendrait pas nécessairement mise ainsi au premier plan pour un vendeur de papier sauf dans un contexte néocolonial.  On peut s’interroger également sur le choix du distributeur Harmonia Mundi dont les entrepôts d’Arles font voyager les livres depuis la Mothe Achard jusqu’à la mer Méditerranée sur 880 kilomètres avant d’être redistribué à travers la France. Un problème relevé par Yannick Roudaut, qui regrette l’organisation de la distribution de livres en France : « [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. » Enfin, la Maison d’Édition s’engage à reverser leurs invendus à Recyclivre et à des ressourceries en cas de retour de livre au lieu d’être pilonné et normalement recyclé. Bémol : d’après Vincent Chabault dans son article “Du livre-déchet au livre vendu”, le premier client des ressourceries est le géant allemand Momox. Les livres sont donc expédiés en Allemagne avant d’être éventuellement renvoyés en France, ce qui est source de nouvelles émissions. 

Malgré toutes ces faiblesses, il convient de nuancer la critique, La Mer Salée pourrait faire imprimer en Asie, comme le font bien des éditeurs ayant pourtant une puissance financière nettement plus importante. Au final, la maison reste contrainte par les conditions matérielles dans laquelle elle se trouve : un contexte de délocalisation de l’industrie du livre et un système économique poussant les éditeurs à se créer une identité parmi la masse afin d’être rentable, quitte à paraître plus écologique qu’ils ne le sont.

Le partage, c’est du vol ?

L’ebook et sa diffusion ont longtemps été réprimés par les éditeurs, qualifiant l’acte de partage de “piratage”. Pourtant, aujourd’hui, ces pratiques pourraient bien être essentielles afin de répondre aux nouvelles crises sociales et écologiques.

Peinture par Pyle nommée An Attack on a Galleon, 1905
Pyle, An Attack on a Galleon, 1905

“Le piratage, c’est du vol” affirmait en 2000 le clip de prévention contre le piratage créé par la Motion Picture Association of America. Neuf ans plus tard, l’État fondait l’Hadopi dont la mission était de prévenir et contrôler le téléchargement illégal, du moins en peer-to-peer. Limitée par ce dernier point et souvent moquée pour la faiblesse de ses sanctions (des lettres d’avertissements), l’Hadopi aura coûté 82 millions d’euros en dix ans pour un résultat mitigé et restera un symbole de l’impuissance des pouvoirs publics face aux pratiques numériques. 

Mais le piratage est-il du vol ? En vingt-deux ans, de nouveaux acteurs associatifs remettant en question cette affirmation ont émergé. La Quadrature du Net, par exemple, rappelle que la diffusion d’un fichier numérique ne peut être comparée au vol d’une voiture, étant donné que le fichier d’origine est intact et volontairement partagé par son utilisateur. C’est le principe d’un bien non-rival. De plus, le terme “piratage” en soi est critiquable : popularisé dans les années 80 par des lobbies d’éditeurs comme la FAST ou la MPAA afin de porter l’infamie sur le partage d’œuvre, celui-ci n’a aucune base légale contrairement à “contrefaçon” ou bien “atteinte au droit d’auteur”. Il a néanmoins contribué à créer une identité politique revendiquée, comme celle du parti Pirate fondé en réaction à la loi relative au droit d’auteur de 2006. 

Ces différents acteurs et pirates ont pour point commun le rejet de la propriété intellectuelle patrimoniale, comme la Quadrature du Net, qui milite pour la mise en place d’une caisse finançant un document non-marchand. Cette position se base sur une défiance face aux groupes éditoriaux qui empêchent l’accès libre à la connaissance dans un but lucratif. Cette dénonciation est particulièrement forte dans les milieux de la recherche, où l’on reproche à ces groupes de profiter injustement de recherches dont le financement est parfois public, et de rendre la publication et l’accès à ces études particulièrement cher, nuisant alors à la science. D’où l’émergence de bibliothèques pirates comme Library Genesis ou Sci-hub, proposant des articles et livres académiques, et dont le fonctionnement repose sur des donations. 

Du fait de la réticence des éditeurs à développer l’ebook, le domaine du livre a longtemps été peu touché par le piratage. La numérisation de livres protégé par le droit d’auteur a donc été initiée par des équipe de pirates, comme la Team AlexandriZ, un groupe s’occupant alors de la numérisation et diffusion de livres, et qui fut dissoute en 2013 suite à une action en justice du SNE et de grands groupes d’éditeurs. Afin d’empêcher la diffusion illégale d’œuvre, les éditeurs ont également conçu des systèmes de verrouillage d’ebook, appelées DRM, permettant de limiter l’exemplaire à un lecteur. Cependant, ceux-ci sont critiqués même par les acheteurs, car ils risquent de rendre inutilisable un exemplaire trop ancien et empêchent le prêt.

C’est pourtant multiplier le nombre de lecteurs par livre qui devrait être la priorité, d’un point de vue culturel mais également écologique. D’après le rapport du Shift Project, la transition écologique du monde du livre ne peut se faire seulement par une optimisation de la production, mais également par une baisse même de la production de livres physiques. En effet, environ 13% des livres sont envoyés au pilon, et leur production est délocalisée dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère. Pourtant, les lecteurs sont toujours plus soucieux de l’image écologique et sociale des entreprises, et n’ont pas d’intérêt à soutenir une entreprise productiviste, polluante et proposant des conditions de travail précaire, tout comme ils sont prêts à récompenser une maison d’édition vertueuse. La diffusion illégale d’œuvre devient alors pour les lecteurs un moyen de réappropriation des questions écologiques et sociales.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search