Comment produire un « livre vert » ?

L’industrie du livre a un impact environnemental majeur. En effet, produire du papier nécessite une quantité d’eau phénoménale. On estime qu’il faut 60 litres d’eau et 2 à 3 kilos de bois pour fabriquer 1kg de papier. Certains matériaux de production du livre, mais aussi des substances chimiques pour le traitement du papier, sont extrêmement polluants. Enfin, un autre gaspillage de masse, le pilon, utilisé pour détruire les livres pour toutes sortes de raisons.

Mais alors quelles solutions apportées à cette pollution ? Et comment produire un livre plus « vert » ?

De nombreuses solutions ont été mises en place pour tenter de rendre la production de livre plus responsable. Tout d’abord, au niveau du papier, on peut le voir avec de nombreux labels. Comme par exemple, le label PEFC qui garantit un papier issu de forêts durables, selon un système sûr et transparent permettant de suivre le flux de bois depuis la forêt jusqu’au consommateur. Le label FSC garantit que le bois utilisé pour fabriquer le papier est issu de forêts gérées selon des critères environnementaux et sociaux ou par recyclage.

Au niveau de l’impression, les livres peuvent bénéficier du label Imprim’vert accordé si il y a un engagement de l’imprimeur au niveau de la bonne gestion des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non utilisation de produits toxiques, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle et le suivi des consommations énergétiques. Ainsi, de nombreuses normes régissent le domaine et peuvent prouver une volonté de faire plus « vert » et être dans une démarche responsable moins polluante.

De plus, le livre « vert » peut se caractériser par le livre de seconde main. En plus de démocratiser la lecture, ce système permet de sauver les livres du pilon et de leur donner une nouvelle vie mais aussi de trouver des livres qui ne sont plus réimprimés. De nombreuses plateformes de seconde main se sont développées permettant ainsi de développer les ventes de seconde main même si l’achat de neuf est toujours majoritairement présent. Mais ce système pose bien d’autres questions et notamment économiques.

Enfin, un livre « vert » pourrait être un livre issu d’une chaîne de production plus respectueuse de l’environnement dans son ensemble. Effectivement, de nombreuses maisons d’édition ont pris conscience de cette urgence notamment Hachette qui a d’ailleurs partagé son bilan carbone. Un livre « vert » serait issu de ces volontés de changement et d’amélioration dans la production, engendrées par les efforts des maisons d’édition et leur volonté de faire mieux en toute transparence.

On peut se demander si ces solutions sont efficaces et suffisantes pour nous permettre de réduire la pollution engendrée par l’industrie du livre ?

TURC Eléa

Sitographie :

– Chabault, V. (2020). Du livre-déchet au livre vendu: L’écologisation du marché du livre d’occasion. Écologie & politique, 60, 91-104. https://doi.org/10.3917/ecopo1.060.0091

– Comprendre les logos et labels environnementaux pour les papiers. (2020, août 26). CITEO. https://www.citeo.com/le-mag/comprendre-les-logos-et-labels-environnementaux-pour-les-papiers

Le papier » Eisenia. (s. d.) http://www.eisenia.coop/documentation/dechet/le-papier/

Bibliothèques : architectures innovantes

En France, de nombreuses bibliothèques ont décidé de prendre en main la question écologique. Faisant preuve d’inventivité elles essaient de réduire leur empreinte environnementale et d’inscrire leurs actions dans un projet de développement durable.

Par nature, la mission de prêt des bibliothèques participe déjà d’une démarche de livre durable. Mais certaines vont plus loin en intégrant la durabilité dans leur programme, notamment par leur architecture et la recherche de haute qualité environnementale (HQE).

Voyons quelques éléments notables de ces démarches éco-responsables et innovantes.

  • Construite dans le nouvel éco-quartier de la ville en 2015, l’architecture des façades de la médiathèque Montaigne à Frontignan a été pensée afin que le soleil ne rentre pas directement par les fenêtres. Cela permet des économies d’énergie de chauffage et de climatisation tout au long de l’année. Cette médiathèque se veut exemplaire et dispose de nombreuses certifications : HQE, Bâtiment Basse Consommation et Bâtiments Durables Méditerranéens. Mais ses objectifs vont plus loin en intégrant des actions de sensibilisation au développement durable et à la protection de l’environnement (jardinage, herbier, grainothèque, rencontres, etc.).
  • Autosuffisante sur le plan énergétique, la bibliothèque Mériadeck à Bordeaux, s’inscrit dans une démarche éco-responsable grâce à des panneaux solaires produisant de l’électricité pour la bibliothèque et l’école attenante, et ce depuis début 2022. Un système d’éclairage moins énergivore a également été déployé et un système de pompe à chaleur permet de contrôler au mieux les températures intérieures tout au long de l’année.
  • Un toit végétalisé filtre l’eau de pluie pour la médiathèque René Goscinny à Sainte-Luce-sur-loire.
  • A l’étranger enfin, les initiatives ne manquent pas : exemple avec la bibliothèque de Varennes Jacques-Lemoyne-de-Sainte-Marie (Québec). Ayant fait l’objet d’une reconstruction, 75 % des déchets liés à la destruction de son précédent bâtiment ont été réutilisés. En outre, différentes technologies utilisées dans sa construction permettent de réduire ses émissions de gaz à effet de serres, mais également de réduire sa consommation d’eau potable de 40 à 50 %. L’architecture stratégique du bâtiment et l’utilisation de panneaux photovoltaïques permettent une consommation nette zéro (elle produit autant d’énergie qu’elle en consomme), le surplus alimentant le réseau d’Hydro-Québec . C’est le premier bâtiment à obtenir la certification nette zéro dès 2016 au Québec.

TURC Éléa, M1 MDLE IDB

Sources :

– “Bibliothèques vertes : de l’écologie au développement durable”. (2022, 27 avril). Bibliothèque publique d’information – Centre Pompidou. https://pro.bpi.fr/bibliotheques-vertes-de-lecologie-au-developpement-durable

– Conférence Shift Project de Fanny Valembois

-Texier, B. (2020, 26 juin). “Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert”. Archimag. https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2020/06/26/ecologie-bibliotheques-vert

– “Bibliothèque de Varennes”. (2021, 10 mai). Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_de_Varennes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search