Vers une librairie plus écoresponsable !

Les thématiques écologiques deviennent de plus en plus centrales dans la filière du livre. De nombreuses associations et commissions autour de ce sujet voient le jour, comme l’Association pour l’écologie du livre fondée en 2019, qui œuvre à la diffusion d’idées au sujet de l’écologie auprès de l’ensemble des acteurs du livre. Les librairies notamment, tentent d’agir à leur échelle afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité et au-delà, celle de l’industrie du livre. Elles sont accompagnées dans leurs démarches par le SLF (le syndicat de la librairie française), qui propose, au travers de sa Commission écologie, plusieurs actions durables à mettre en place au sein des librairies. Ces pistes de travail adressées aux libraires concernent trois grands piliers de l’écologie : environnement, économie, social. Les champs d’action et de réflexion sont divers : écogestes, formation et management, information aux clients, transport, PLV, politiques d’achats et de retours, circuits courts, enjeux sociaux, RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Les librairies peuvent agir et participer à cette évolution souhaitée par l’écosystème du livre, mais que peuvent-elles mettre en place concrètement ?

L’écologie en librairie : quelles actions ?

Une meilleure gestion de la librairie et des choix écoresponsables.

Les achats de livres et de toutes les autres fournitures ainsi que leur transport représentent le poste de coûts le plus important pour une librairie et sont également l’un des postes les plus polluants. Afin d’agir pour l’écologie, les librairies peuvent tenter d’optimiser au maximum leurs achats et les transports qui y sont liés. Cette première action passe par un bon choix de fournisseur : provenance, transport, fabrication, tout rentre en compte dans la prise de décision. L’information sur ces fournisseurs et leur fonctionnement doit être plus transparente et exigeante afin d’aider les libraires dans ce choix. Il peut être intéressant par exemple, de privilégier des fournisseurs proches, proposant un transport en véhicule moins polluant, comme un véhicule électrique ou même un vélo lorsque cela est réalisable. Cette optimisation des achats peut aussi passer par des achats plus groupés et en nombre réduit afin de réduire les livraisons et donc les transports ou encore par des commandes et livraisons groupées entre libraires d’un même secteur géographique. A terme, cette optimisation des achats peut permettre également de réduire le nombre de retours et de pilons qui ajoutent encore à l’empreinte carbone d’une librairie. Une action peut également être mise en place concernant le choix des produits et fournitures pour les librairies en favorisant l’achat et la vente de sacs en tissu/recyclés/kraft, du papier-cadeau écologique ou encore en choisissant des produits d’entretien certifiés écoresponsables. La réduction des tickets de caisse est une autre action, facile à mettre en place, lorsque ces derniers ne sont pas nécessaires au client (en effet, les tickets de caisse ne sont obligatoires qu’à partir de 25€). Tous ces petits gestes permettent déjà de créer une grande différence et représentent des premiers pas vers une librairie plus écoresponsable, des pas qui sont plus ou moins accessibles selon les librairies et leur marge d’action.

Un aménagement et un travail d’équipe adaptés.

L’évolution vers une librairie plus écologique passe également par un aménagement intérieur adapté. Certaines actions sont facilement réalisables, tant d’un côté pratique que d’un côté économique, comme par exemple l’installation d’ampoules basses consommation ou LED afin de réduire les consommations d’électricité. Le choix du lieu et notamment du local pour une librairie qui ne serait pas encore implantée a également son importance. En effet, un lieu bien isolé consommera naturellement moins. Si cette action n’est pas accessible à tous, il est possible cependant d’utiliser de façon adaptée les appareils de chauffage/climatisation ainsi que les appareils numériques de la librairie afin de réduire encore une fois la consommation autant que possible. Il existe des gestes simples et efficaces, connus depuis longtemps, comme par exemple éteindre les appareils la nuit et les jours de fermeture, quand ils n’ont pas d’utilité, ou encore réparer et réutiliser les appareils déjà disponibles. La réduction de l’empreinte d’une librairie peut également passer par le choix de matériaux durables et écoresponsables pour le mobilier accueillant les livres. Et bien sûr le tri des déchets, le recyclage et l’élimination des déchets plastiques à usage unique reste un incontournable qui ne demande pas trop d’engagement. Une autre piste de réflexion intéressante est celle du don lorsque cela est possible, notamment pour les cartons, les livres non retournables, les matériaux de calage, afin de réduire au minimum les déchets et d’offrir une seconde vie aux objets. De plus en plus de livres de seconde main sont également proposés à la vente dans les librairies, c’est un nouveau marché qui possède déjà une clientèle importante et qui prend de plus en plus d’ampleur. La mobilisation du libraire est importante mais doit bien sûr être accompagnée de la participation de toute l’équipe de la librairie, qui peut être sensibilisée à la cause lors de réunions autour du sujet ou bien au travers de formations à l’écologie et au développement durable. Tout comme pour les transports et livraisons, l’usage de mobilités douces est à privilégier par l’ensemble de l’équipe lorsque cela est possible (vélo, transport en commun, co-voiturage, etc). Enfin, il est important d’encourager les initiatives de tout à chacun afin de favoriser un effort collectif et durable.

Une sensibilisation et une action à grande échelle.

Cet effort collectif peut aussi concerner, dans une certaine mesure, les clients de la librairie. En effet, leur façon de consommer a également un impact sur les librairies, le monde du livre et leur transition écologique. La sensibilisation du public au sujet de l’écologie du livre est l’une des responsabilités du libraire, en développant par exemple un rayon à ce sujet dans la librairie ou bien en communiquant autour des actions de la librairie pour l’écologie. Il est également possible d’organiser des événements afin de sensibiliser les clients sur ce thème ou bien de s’engager sur le sujet, au travers d’actions locales ou régionales, au sein de librairies, de bibliothèques, d’associations diverses ou encore avec d’autres commerçants du quartier et/ou de la ville. L’idée étant de développer des actions ayant un impact positif sur la société dans son ensemble, dépassant le cadre de la librairie et permettant la création de liens plus forts entre les commerçants dans une démarche d’entraide écologique. La librairie, en tant que commerce implanté dans un environnement, a un rôle à jouer dans la valorisation de l’attractivité écoresponsable de la ville auprès des clients et dans la mise en place d’un dialogue efficace avec les pouvoirs publics afin de mettre en place des initiatives encourageant un comportement plus écologique et responsable.

Une librairie grenobloise qui montre l’exemple : la librairie Luna.

La librairie Luna, située à Grenoble, rue Alsace-Loraine, propose un concept de librairie-café féministe et inclusive. Son engagement écologique est clairement affiché : plusieurs rayons dédiés aux livres abordant les questions d’écologie et de développement durable sont mis en avant ; il y a une majorité de livres imprimés en France ou labellisés, marquant un engagement écologique (Forest Stewardship Concil, KERO, PEFC) ; des fournitures écoresponsables sont mises en vente ; un autocollant informe au sujet de l’utilisation de produits écoresponsables. La librairie Luna fait preuve d’un engagement écologique fort, au travers de plusieurs actions visibles et mises en avant auprès des clients.

Nous l’avons compris, afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité, les libraires peuvent agir sur différents axes : une meilleure gestion des commandes, des fournitures et de leurs livraisons, un local et des comportements adaptés pour une plus grande sobriété énergétique, une meilleure gestion des déchets, un travail d’équipe et de sensibilisation auprès des publics, une participation à un effort collectif qui va au-delà du cadre de la librairie et même de l’écosystème de livre. Les pistes d’amélioration sont nombreuses et certaines sont très accessibles et faciles à mettre en place du fait de leur simplicité. D’autres peuvent prendre plus de temps, demander plus d’efforts, ne pas être réalisables pour tous d’un point de vue technique ou encore économique, mais tout le monde peut participer à sa façon, dans la mesure du possible, à la création d’un écosystème du livre plus écologique et responsable. Il tient à chacun d’ajouter sa pierre à l’édifice.

Pellu Vanina, étudiante en M1 Métiers du livre et de l’édition, parcours édition.

Bibliographie

– Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d’amélioration. (2022, 16 juillet). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/106807/tribunes/une-librairie-ecoresponsable-bonnes-pratiques-et-demarches-d-amelioration

– L’Association pour l’écologie du livre veut penser l’avenir de la lecture. (2020, 28 février). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/8833/distribution/l-association-pour-l-ecologie-du-livre-veut-penser-l-avenir-de-la-lecture

Bonnes pratiques en librairie. (2022, 20 septembre). Syndicat de la librairie française. https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie

S’engager en faveur de l’écologie. (2023, 1 février). Syndicat de la librairie française. https://www.syndicat-librairie.fr/nos-actions/sengager-en-faveur-de-lecologie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search