L’e-commerce et la proximité, quel intérêt pour les librairies ?

Source: Pagesjaunes.fr

En Aix en Provence, les librairies Goulard et la Quincaillerie Aixoise, deux librairies bien locales de la région, intègrent au 23 novembre 2022 la plateforme en ligne Voldoizo. Avec un catalogue qu’on estime à environ 50000 ouvrages pour ces deux librairies, les habitants de la région peuvent à présent profiter des commandes des livres de manière plus responsable pour l’environnement.

Voldoizo, une plateforme locale à destination de la région

Cette plateforme, née d’une idée de commerce de proximité, est lancée par la société Crosscall en 2021, peu de temps après la crise sanitaire. Ce jeune groupe affiche alors une ambition d’effectuer de l’e-commerce dans leur région d’origine. Voldoizo est une plateforme de vente en ligne qui se veut local, responsable pour l’environnement et enfin qui propose une livraison rapide en moins de 24 heures. En effet, seul les commerçants de la région sont répertoriés dans le catalogue du site. Le service étant limité dans la ville d’Aix en Provence et de ses alentours, la plateforme a la particularité d’être en relation très proche avec ses clients, renforçant davantage cette relation de proximité. Mais les commerçants collaborant avec cette plateforme ne se limitent pas qu’aux librairies, le site propose en outre un panel varié de produits qui va des jeux-vidéos jusqu’aux produits de beauté, en passant par les marques de vêtements.

Cette initiative se démarque alors des géants de e-commerce comme Amazon et Ebay voire Momox qui se concentrent principalement sur les ventes à l’international, Voldoizo proposant plutôt des services destinés pour la région. Ce type de commerce permettent aussi d’effectuer les trajets plus courtes de livraison. En plus des temps de livraison beaucoup plus rapides, cela permet de diminuer de manière conséquent l’émission des gaz à effet de serre et aussi une réduction de l’emprunte carbone, ce qui peut être une alternative intéressante par rapport au décarbonation du secteur des livres. La livraison des marchandises constitue évidemment un part important dans les empruntes carbones de cette industrie. A travers cette exemple d’Aix en Provence, on peut ainsi dire que l’e-commerce, en combinant le commerce à proximité, constitue un levier intéressant pour la réalisation d’un commerce de livre durable. Comme toutes les initiatives visant à décarboner le secteur de l’édition, l’e-commerce, à elle seule, peut néanmoins avoir quelques inconvénients pour atteindre une commerce totalement durable. En effet, l’utilisation des énergies par les serveurs et la livraison multipliés des colis ne sont que quelques exemples.

L’initiative de Voldoizo s’inscrit dans un contexte faisant suite à la crise sanitaire mais surtout faisant suite à l’accord de Paris. En effet, cet accord international signé en 2019, a pour objectif de réduire l’émission des gaz à effet de serre et de limiter l’augmentation de la température à 1,5 degrés d’ici 2030. Se limiter à ces conditions se trouvent être une tâche ardue pour les commerçants, en raison de la difficulté à trouver un équilibre entre les deux pôles qui sont le commerce et l’écologie. Le gouvernement français, avec l’aide du ministère de la Transition écologique, tente alors de repenser pour le moment à une nouvelle manière de faire du commerce, permettant de réconcilier ces deux parties. L’initiative aixoise montre alors une des possibilités que peuvent prendre les commerçants pour s’introduire dans une démarche plus responsable et plus écologique, qui consiste principalement à se tourner vers une clientèle locale plutôt que vers l’internationale.

Yi-Jun YANG, M1 MDLE

Sources :

Les tablettes rentrent dans les cartables des collégiens : une initiative écologique ?

Soure : Adobe Stock

En Seine Maritime, dans le département de la Normandie, les nouveaux collégiens ainsi que toute l’équipe éducative ont reçu des tablettes Ipad à partir de la rentrée scolaire 2022. Ce type d’équipement représente de nombreux avantages pour les élèves, dont la possibilité de réunir ses cours dans un seul appareil, de visionner des vidéos et des enregistrements du cours, de pouvoir communiquer avec l’enseignant, ainsi que d’autres actions bien pratiques pour poursuivre ses études. Le collégien pourra à terme garder sa tablette pendant une durée de 3 ans, jusqu’en 3e. Prenant trace à partir du lancement en 2016 de l’espace de travail numérique Arsene76 et poussée par la venue de la crise sanitaire en 2020, la transition numérique du Département prend un nouvel ampleur avec cette initiative des manuels scolaires électroniques. Une site dédiée au foire aux questions a été mis à disposition à l’occasion de cette initiative. Ainsi, on peut y voir tous types de questions liées à l’introduction des tablettes dans la vie collégienne, preuve d’une attention particulière de la part du Département à l’égard de ce nouvel outil. Mettant à disposition un nombre total de 18500 unités, cet action permet non seulement de lutter contre l’égalité sociale mais surtout de réduire efficacement la production du papier. Depuis l’abattage des arbres jusqu’au transport des pâtes à papier, ces étapes demandent une quantité considérable d’énergie qui laisse des traces non négligeable d’empreinte carbone. La transition vers une école numérique s’avère donc assez prometteuse tant que sur le plan ludique que sur le plan écologique.

Cette initiative s‘inscrit dans une continuité de l’objectif « zéro papier » lancée par le gouvernement et du plan numérique initié par François Hollande en 2015. Les éditeurs des manuels scolaires font alors face à des changements importantes qui s’illustrent principalement par une transformation de support. De nombreuses réformes qui suivront vont alors encourager la numérisation des manuels scolaires sur le plan national. L’efficacité de cette initiative sur le plan écologique semble néanmoins assez mitigée. La production des manuels physiques a certes diminué, il ne faut cependant pas négliger la production de ces tablettes, qui demandent un fort coût énergétique. Cela requiert la production de ces matériaux, la mise en place de ces infrastructures, la construction de ces appareils pour n’en citer que quelques exemples. Ces derniers ne réduisent pas pour autant l’empreinte carbone du secteur de l’éducation en France. Il est aussi question des coûts énergétiques des services en ligne. Selon un rapport du Digital Power Cloud, la consommation de l’énergie pour le numérique représente 10 % de l’électricité mondiale, sans compter l’installation des data-center, des ondes, des bornes Wi-Fi et d’autres infrastructures permettant le bon fonctionnement du système numérique.

Les initiatives du gouvernement visant à réduire l’impact écologique peuvent alors nous sembler minimes en voyant le résultat des empreintes carbones. Est-ce qu’il est alors possible d’atteindre un objectif visant à baisser l’empreinte carbone ? Oui, il reste tout à fait possible, et plusieurs leviers nous sont à disposition. Par exemple, réduire l’empreinte carbone sur la production des appareils électroniques, ou bien prolonger la vie de ces appareils. Le numérique est avant tout un des principaux leviers de la transition écologique, comme l’indique Véronique Torner, la Présidente d’Alter Way et responsable en charge de Planet Tech’Care.

Yi-Jun YANG, M1 MDLE

Sources

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search