Spotify bientôt leader du livre audio ?

Ces dernières années, les livres audio sont devenus une industrie de plusieurs milliards de dollars, les services d’abonnement dédiés, qu’il s’agisse de grands conglomérats ou d’entreprises indépendantes, étant à l’origine de la majeure partie de ces revenus. Mais leur ajout à la sélection de streaming de Spotify marque un tournant.

Depuis le 4 octobre, les abonnés Premium de Spotify au Royaume-Uni et en Australie peuvent accéder à 15 heures de livres audio par mois, parmi plus de 150 000 titres, sans frais supplémentaires. La fonctionnalité vient d’être ajoutée aux États-Unis. Les best-sellers et les classiques de la littérature sont désormais disponibles sur la même application que la musique et les podcasts.

La plateforme Spotify compte 213 millions d’abonnés dans le monde, ce qui représente un marché énorme pour les éditeurs. Les premiers signes montrent un potentiel prometteur : lors d’une conférence sur les résultats du troisième trimestre de Spotify, M. Ek a déclaré que les abonnés du Royaume-Uni et d’Australie avaient déjà écouté plus de 28 % de son catalogue de livres audio, en seulement deux semaines. La société espère que les 15 heures gratuites accrocheront les consommateurs au monde du livre audio, ouvrant ainsi des sources de revenus et tentant les abonnés à acheter des heures d’écoute supplémentaires, contrairement au modèle de tarification à la carte privilégié par les plates-formes concurrentes.

L’inclusion par Spotify des livres audio dans son service d’abonnement fait suite à la croissance continue de la popularité et des bénéfices de ce format. Selon l’organisation professionnelle américaine Audio Publishers Association, ses 28 membres, dont les géants de l’édition Penguin Random House, HarperCollins et Simon & Schuster, ont vu les recettes tirées des livres audio augmenter de 10 % pour atteindre 1,8 milliard de dollars en 2022, ce qui marque plus d’une décennie de croissance à deux chiffres.

Michele Cobb, directrice exécutive de l’Audio Publishers Association, basée à New York, estime que l’intégration des livres audio sur Spotify est un coup de maître pour le secteur.

« C’est ce à quoi nous aspirons depuis longtemps. Il y a des centaines de millions d’abonnés à Spotify, dont une bonne partie n’a probablement jamais écouté de livre audio auparavant. C’est donc une excellente chose de leur faire découvrir ce format, en même temps que d’autres options de divertissement audio. »

Spotify a également tout à gagner à proposer des livres audio dans son offre d’abonnement habituelle, ajoute M. Cobb.

« Toutes les plateformes de diffusion en continu veulent que les utilisateurs restent sur leur plateforme et proposent donc le plus de contenu original possible. Tout le monde essaie de garder les yeux et les oreilles au même endroit, proposer des livres audio sur Spotify est donc tout à fait naturel. »

 Un élément essentiel de l’écosystème de l’édition

Les livres audio sont le secteur de l’édition qui connaît la croissance la plus rapide : le nombre total d’heures d’écoute dans le monde sur Audible, la plateforme de livres audio d’Amazon, a augmenté de 25 % d’une année sur l’autre en 2022, d’après les données de la BBC.

Selon Michele Cobb, c’est grâce au smartphone que le livre audio est devenu une activité lucrative. “La technologie a permis l’accessibilité“, explique-t-elle.

« C’est la possibilité d’avoir des centaines de livres dans sa poche à tout moment. »

En plus de modifier les habitudes de lecture, le smartphone a fondamentalement changé le comportement des consommateurs. Aujourd’hui, les consommateurs écoutent chaque année près de quatre milliards d’heures de livres audio sur Audible, selon les données de la société. Plus de 600 000 narrateurs et auteurs ont participé à la sortie d’un titre au cours des cinq dernières années, dont plus de 1 100 titres Audible Original exclusifs à la plateforme en 2021. En raison de cette popularité croissante, les ventes sont de plus en plus réparties entre les versions physiques et les versions audio, qui sortent souvent simultanément.

Un public énorme à toucher

L’augmentation du volume de consommation de livres audio peut également ouvrir la voie à une augmentation des revenus des éditeurs et des auteurs.

Lorsque les livres audio sont achetés directement sur les plateformes numériques, les détenteurs des droits (généralement les éditeurs) perçoivent un pourcentage fixe sur chaque titre vendu. Il est toutefois difficile de savoir comment le modèle de streaming de Spotify fonctionne avec le modèle de redevance, puisque les utilisateurs disposent d’un nombre déterminé d’heures gratuites.

Cependant cette explosion de l’accessibilité des livres audio est controversée. À la suite de l’ajout par Spotify de livres audio dans l’application, le syndicat britannique Society of Authors s’est déclaré “profondément préoccupé” par le fait que de grands éditeurs aient conclu des accords de streaming sans que les auteurs aient été consultés sur les conditions de licence ou de paiement, citant l’impact parfois négatif que le streaming musical a eu sur les revenus des artistes.

Mathilde Aigoin

Étudiante en M1 MDLE à Grenoble

Sitographie

Stacy.Goldrick@groupsjr.com. (2023, October 4). Spotify Premium Will Include Instant Access to 150,000+ Audiobooks — Spotify. Spotify. https://newsroom.spotify.com/2023-10 03/audiobooks-included-in-spotify-premium/

Knight, L. (2023, October 11). Spotify’s new audiobook streaming could have ‘devastating effect’, says Society of Authors. The Guardian. https://www.theguardian.com/books/2023/oct/11/spotify-audiobook-streaming-devastating-effect-authors

Christian, A. (2023, December 8). Why Spotify is betting big on the booming audiobooks industry. BBC Worklife.

https://www.bbc.com/worklife/article/20231103-why-spotify-is-betting-big-on-the-booming-audiobooks-industry

Alter, A., & Mickle, T. (2023, October 4). Spotify gave subscribers music and podcasts. next: audiobooks. The New York Times. https://www.nytimes.com/2023/10/03/technology/spotify-audiobooks.html

Murray, C. (2023, October 11). Spotify’s audiobook rollout sparks fears of unfair payment for Authors—But some welcome competition to audible. Forbes. https://www.forbes.com/sites/conormurray/2023/10/11/spotifys-audiobook-rollout-sparks-fears-of-unfair-payment-for-authors-but-some-welcome-competition-to-audible/?sh=5738e7e15093

Agents concerned about “lack of detail” on Spotify streaming deals. (n.d.). The Bookseller. https://www.thebookseller.com/news/agents-concerned-about-lack-of-detail-on-spotify-streaming-deals

Les labels « verts » de l’industrie du livre : véritable prise de conscience écologique ou greenwashing opportuniste?

Vous est-il déjà arrivé de remettre en question l’authenticité et la fiabilité des petits logos et étiquettes qui se trouvent inscrits dans les pages des livres que vous consommez ? Il est probable que non. Cependant, il est important de ne pas se laisser désinformer par une industrie dont les acteurs ne font pas forcément toujours preuve, comme nous allons le voir plus tard, de sincérité envers leurs consommateurs. Sans bien sûr oublier de se réjouir des progrès effectués, il faut continuer à se préoccuper des déficiences écologiques présentes dans l’écosystème du livre sans se reposer sur les actions qui ont déjà cours.

Des labels écologiques trompeurs brandis comme des fanions

Il est important de bien définir ce que l’on entend par greenwashing. Selon le dictionnaire Larousse, le terme renvoie à celui d’écoblanchiment, ce mot se définit de la façon suivante : « Utilisation fallacieuse d’arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques dans des opérations de marketing ou de communication. » mais peut aussi se traduire par « blanchiment vert ». Grâce à l’utilisation de labels, les maisons d’édition et les imprimeurs mettent en valeur une démarche positive de leur part. Ce processus a pour conséquence de tendre à minimiser les impacts négatifs, encore nombreux, qui sont présents dans l’industrie du livre, en mettant l’accent uniquement sur les actions en faveur de l’environnement qui sont menées.

Certains sigles peuvent nous faire croire, par leur forme ou par leur couleur (le vert est beaucoup utilisé), qu’il s’agit de labels qui sous-entendent une pratique écologiquement responsable. La majorité des acheteurs n’ayant pas une connaissance aboutie en matière de labels, la confusion peut vite arriver. L’utilisation de ces symboles est tout à fait légale puisqu’ils sont reconnus en tant que sigles, mais il n’en reste pas moins qu’ils induisent parfois en erreur. Par exemple, un sigle qui indique que le papier qui a été utilisé pour le livre est recyclable ne signifie pas pour autant que le livre à été fait à partir de papier recyclé…

Duplicité des intentions

Il existe différents labels utilisés dans l’industrie du livre, chacun ciblant des pratiques variées. Quelques labels reconnus sont les suivants : les labels FSC et PEFC, Imprim’Vert, L’étiquetage Carbone, la charte des éditeurs écolo-compatibles… Ces labels sont officiels et garantissent certaines pratiques écologiques responsables par les maisons d’édition et imprimeurs qui les utilisent. Cependant, il est tout de même intéressant de se questionner sur les raisons qui poussent ces acteurs à agir pour obtenir ces derniers. En effet, même si ces labels sont officiels, il n’en reste pas moins qu’un aspect marketing fort en découle. Les livres qui les portent donnent instantanément une bonne image éthique et commerciale à ceux qui les ont produits, ce dont ces derniers ont conscience. Le bénéfice écologique est présent et la création de ces labels reste un progrès considérable, il demeure cependant nécessaire que l’aspect commercial et la recherche du profit ne restent pas les premières préoccupations de l’industrie.

Les faux semblant du monde du livre

Comme nous l’avons déjà exprimé plus en amont dans cet article, grâce aux labels notamment, les maisons d’édition et imprimeurs valorisent les actions qu’ils font en faveur de l’environnement… en oubliant de communiquer les chiffres concernant leur impact sur l’environnement. Il est vrai qu’il existe cependant une exception, le groupe Hachette communique directement son bilan carbone de manière détaillée. Les autres maisons d’édition ne faisant pas preuve de cette même honnêteté, cela nous conduit inévitablement à remettre en question leur bonne foi. En effet, la plupart des labels concernent la gestion des forêts dont est issu le papier. Cependant, comme on le voit dans le bilan carbone d’Hachette, la préservation du milieu naturel forestier n’est pas le seul problème qui se pose lorsque l’on produit le papier. 66% des émissions de CO2 du groupe Hachette sont dues à la fabrication du papier. L’exploitation forestière en elle-même concerne environ 38% des émissions de CO2. Cet exemple montre bien que le problème s’est déplacé et perdure ailleurs, la gestion durable des forêts est un enjeu important mais il faut désormais regarder vers la prochaine étape : décarboner la production de livres. Ainsi, ces labels ne devraient plus être mis en avant comme un engagement écoresponsable car ils invisibilisent de plus gros problèmes et, surtout, la gestion durable des forêts devrait être perçue comme relevant du bon sens et non plus comme une innovation écologique majeure.

Pour conclure, bien qu’il semble que le terme de greenwashing paraisse un peu fort, nous pouvons bel et bien dire que les labels donnent à voir une image des acteurs de la chaîne du livre comme plus concernés par le sort de l’environnement que ce qu’ils ne le sont en réalité. Sous couvert des progrès effectués au sein de l’écosystème du livre, certaines problématiques écologiques tendent à être minorées voire ignorées. Enfin, ces labels trompent les acheteurs qui s’imaginent participer à une industrie plus verte, sans pour autant que ce soit le cas.

BORY André – THURY-BOUVET Marine, M1 MDLE

Sources :

Vers un développement des grandes chaînes et enseignes dans la vente de livres d’occasion

Ce n’est pas un secret, les ventes de livres sont plus que jamais dominées, au détriment des librairies indépendantes, par les grandes chaînes et enseignes comme Cultura, Fnac, Amazon, Decitre ou encore Momox. Leur point commun ? Toutes proposent de la vente de livres d’occasion en ligne ou en points de vente. Néanmoins, étant donné que ces grandes enseignes désormais maîtresses du marché du livre ont été conçues en premier lieux dans un but purement profitable, nous pouvons alors nous demander pour quelles raisons ont-elles décidé de se tourner vers le marché de l’occasion ?

L’importance du livre malgré son prix en hausse

Le livre, base de sources à la culture, est le symbole d’un bien commun. De ce fait, malgré l’ascension du numérique et de la hausse de son prix due aux coûts du papier, de l’énergie et du transport, le livre reste un besoin social, bien que soumis à des changements sociétaux. L’industrialisation de la culture avec sa surproduction et sa consommation de masse mise en place par les grandes chaînes de production et de vente a contraint les lecteurs à revoir leur pratiques d’achat et de consommation du livre. Ainsi, de plus en plus de lecteurs se tournent vers le livre d’occasion. En effet celui-ci, bien que implanté depuis des décennies comme chez Gibert « le leader de l’occasion depuis 1886 », tend à se développer, notamment en ligne, afin de pouvoir satisfaire une demande grandissante.

La responsabilité écologique de tout-un chacun

Cependant, bien que l’intérêt du marché de l’occasion soit associé à l’économie, il correspond également à un réel engagement écologique de la part des lecteurs et des grandes enseignes. En effet, les lecteurs prennent conscience de l’impact de l’industrie du livre sur le plan environnemental, notamment par les problèmes du pilon et de la surproduction. Consommer différemment n’est alors pas seulement une décision économique, mais écologique, dont la dimension est à la fois individuelle et collective. La chaîne du livre doit devenir durable pour perdurer au vue du réchauffement climatique aussi généré par son industrie polluante. En se tournant alors davantage vers le livre d’occasion, les lecteurs « obligent » les grandes enseignes ayant le plus d’impact à se tourner eux aussi vers ce marché non nouveau mais qu’il devient nécessaire de développer. En effet si l’on prend l’exemple de Cultura, l’enseigne encourage le « recyclage de livres » en proposant aux lecteurs de les déposer dans un kiosque à l’entrée du magasin pour soit s’en débarrasser gratuitement ou bien en échange d’une carte cadeau. C’est une action à la fois écologique et économique. La chaîne de librairies Decitre se tourne aussi peu à peu vers le marché de l’occasion. En effet, avec deux collègues, nous avons effectué un sondage concernant les « pratiques éco-responsables en librairie » et nous avons eu la surprise de constater un réel engagement de leur part. Decitre propose de plus en plus de livres d’occasion à l’entrée de magasins et sur leur site internet. Nous pouvons donc espérer en retrouver davantage directement au sein du magasin dans le futur si la demande des lecteurs continue d’accroître. Ces deux exemples démontrent également que cette stratégie écologique et économique permet d’approcher de nouveaux clients tout en gardant la clientèle déjà fidèle. Aussi, les lecteurs venant se débarrasser de leurs livres en achèteront sans doute d’autres sur place pour les remplacer. Cependant, l’enseigne qui a eu le plus d’impact ces dernières années sur le marché de l’occasion reste la Fnac. En effet, bien que déjà réputée pour miser sur ce marché, son partenariat avec Emmaüs et La Bourse Aux Livres pour que les lecteurs qui souhaitent revendre leurs livres obtiennent rapidement une estimations suivie d’une solution de vente en magasin ou par internet a permis en 2020 la revente de 350 000 ouvrages par des particuliers en France. Lorsque les livres sont vendus, la somme est reversée sous 7 jours avec un cadeau de 3 euros par carton. Ainsi, la Fnac encourage à la revente et engendre par cette politique un réel impact économique, social, solidaire et environnemental. On prouve la possibilité et les avantages d’une consommation plus responsable tout en permettant à chacun l’accès à un service de qualité.

L’occasion, un enjeu capitaliste ?

Ainsi, il semblerait que l’intérêt nouveau porté par les grandes enseignes pour le marché de l’occasion répond d’abord à des besoins sociaux, économiques et écologiques. Le principal objectif de ces acteurs est de satisfaire une demande. Pour se faire, les conditions actuelles du marché et de la société doivent être toutes deux prises en compte. Il semble désormais nécessaire pour toutes grandes enseignes souhaitant accroître leur chiffre d’affaires d’afficher un attrait pour le marché du livre d’occasion, celui-ci représentant 12 % du marché total de l’occasion en France en 2020, soit 888 millions d’euros. Seulement, l’occasion, autrefois perçue comme un mode de consommation secondaire intègre désormais le « capitalisme de plateforme ». Loin de proposer un modèle alternatif désintéressé, ces organisations ont des pratiques de vente qui apparaissent en contradiction avec leurs soi-disant engagements environnementaux, privilégiant en réalité la rentabilité économique.

Au final, une stratégie visionnaire en tout point

Finalement, le soutiens non désintéressé car répondant à la demande des lecteurs, mais tout de même croissant de la part d’acteurs aussi importants que Amazon, Fnac, Cultura, Decitre, ou Momox pour le marché du livre d’occasion malgré une construction initiale tendant vers une politique essentiellement économique, permet de se tourner de plus en plus vers une industrie et consommation du livre durable. Par conséquent, l’association des avantages économiques et écologiques pourrait considérablement diminuer les dangers environnementaux produits par l’industrie du livre. Il s’agit d’une innovation incrémentale qui maintient une certaine continuité avec un mode de vente déjà existant, mais amélioré dans le but d’un futur meilleur. Ainsi, ces stratégies visionnaires auront de grandes chances de s’inscrire dans la durée de l’industrie du livre et de profiter à tous.

PRAINITO Charline, M1 MDLE, parcours édition

Label Emmaüs : un e-shop militant

“Une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes et un bel avenir pour la planète”.

En 2015, Emmaüs France lance une étude de faisabilité sur la vente en ligne pour les groupes Emmaüs. C’est alors qu’en 2016, Emmaüs France créé la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Label Emmaüs et lance la Marketplace label-emmaus.com avec vingt-trois vendeurs. Le but de cette plateforme est de lutter contre les injustices, la pauvreté, les diverses formes d’exclusion, le gaspillage et l’industrie du neuf. Leur démarche engagée passe par le numérique et le web, qui sont des outils nécessaires et essentiels dans notre société. A travers le web, Emmaüs France souhaite œuvrer pour l’insertion, la formation et le réemploi solidaire, en adaptant les modèles essentiels de solidarité.

Sur la plateforme Label Emmaüs, le catalogue compte 2 millions de livres d’occasion dont presque 1 million de références. La majorité de ces livres ont plus de 2 ans donc Emmaüs insiste sur le fait qu’ils ne font pas de la concurrence aux maisons d’édition ou aux librairies. Ces livres proviennent des dons faits par des particuliers dans les différents Emmaüs que l’on trouve en France.  Près de 30 millions de livres sont donnés et vendus dans les 500 points de vente Emmaüs. Si les livres donnés ne sont pas achetés physiquement, ils sont récupérés par des plateformes régionales qui les trient et les mettent en ligne sur Label Emmaüs. Chaque plateforme emploie des opérateur‧rices e-commerce en insertion professionnelle. Ces emplois ne demandent pas de qualification académique particulière. De plus, ils ne sont pas délocalisables et ne sont pas des métiers en tension dans la logistique et le numérique.

Les livres représentent 93% des produits vendus sur la marketplace Label Emmaüs. Parmi ces livres, plus de 100 000 sont à moins de 2€. Plus de 160 tonnes de livres sont collectés et 300 000 livres sont réutilisés chaque année, par l’entrepôt qui se trouve en Île-de-France. Emmaüs France possède deux entrepôts dédiés à l’activité de revalorisation et revente du livre (dans le 93 et le 47). Il faut noter que 100% des bénéfices sont réinvestis dans l’outil de travail, commun à 180 structures de l’Économie Sociale et Solidaire qui vendent sur le site (Croix-Rouge, Emmaüs, ressourceries…). La plateforme met aussi en œuvre des actions afin d’aider les consommateurs. Par exemple, lors de la rentrée scolaire 2023, la plateforme a offert les frais de ports, a fait des réductions sur certains ouvrages et des prix-mini. Ainsi, ce label lutte contre la précarité des étudiants. Cette plateforme propose aussi des cartes cadeaux allant de 20 euros à 100 euros : un bon moyen d’offrir un cadeau éthique.

Dans un entretien, Maude Sarda, co-fondatrice et directrice de Label Emmaüs revient sur le problème du pilon en France : « On les appelle les livres mort-nés : entre 140 et 145 millions de livres, fraîchement édités, sont pilonnés en France par an, soit 1/4 de la production littéraire. Ou encore 700.000 à 1 million d’arbres ». Label Emmaüs s’inscrit donc dans le paysage du e-commerce, comme un véritable contre-modèle aux grandes plateformes de vente en ligne. Cette plateforme s’engage aussi concrètement pour la préservation de l’environnement, en ne proposant que des articles de seconde-main.  

Emmaüs France ne cesse de se développer et compte aujourd’hui cinq activités distinctes représentés par quatre labels : le label Emmaüs, deux label plateforme, le label école et le label transition. Ces labels œuvrent pour la réinsertion, la formation et la lutte contre la fracture numérique. Label Emmaüs crée et développe des activités locales qui sont des sources d’emploi et de revenus pour le territoire français. Grâce au label plateforme, c’est notamment 39 000 livres qui sont donnés à des écoles du département.

Label Emmaüs est aussi une plateforme militante et cela passe par des actions concrètes. C’est notamment ce qu’a fait la plateforme, en 2019, en soutenant le mouvement Green Friday en opposition au Black Friday. Des militants se sont exposés devant des vitrines de mode à Paris avec un portant mobile transformé en fenêtre web du site e-commerce. Le curseur se trouvait sur les articles neufs des vitrines avec un message qui ne laisse pas indifférent : “existe aussi en version recyclée et solidaire”.

De même, en 2019, Emmaüs Label a mis en place l’action « Seconde main sous le sapin ».  A cette occasion, un calendrier de l’avent a été mis en place à travers la plateforme Instagram. En participant au concours, il était possible de gagner un objet de seconde-main chez l’un des vendeurs ou offert par une influenceuse partenaire.

Ainsi, ce label pousse les consommateurs à agir de manière plus raisonnée : acheter moins mais mieux. En agissant lors de période de grande consommation, comme la période de Noël, Emmaüs label veut montrer qu’il est possible de trouver des alternatives à l’achat neuf et à la fast fashion.

En 2017, le nombre de personnes formait au e-commerce représentait 85. En 2022, c’est 1 800 personnes qui sont formées au e-commerce.

On peut dire que ce e-commerce réussit son pari puisque depuis 2017, le nombre de produits réemployés sur la plateforme a considérablement augmenté. Comme l’indique le schéma, les produits réemployés sont passés de 11 000 en 2017 à 1,1 millions en 2022 : un bel essor !

Léotine Pralong – Laureen Lantheaume – M1 MDLE

Source:

ActuaLitté.com. « Chez Label Emmaüs, des livres à petits prix et de la solidarité ». https://actualitte.com/dossier/408/chez-label-emmaus-des-livres-a-petits-prix-et-de-la-solidarite

Label Emmaüs. https://www.label-emmaus.co/fr/univers/livres-et-papeterie/

Calypso et Focus, les nouvelles vedettes de la librairie indépendante ? 

Dans les années 2000, avec l’arrivée des premières liseuses, le marché du livre numérique se développe aux Etats-Unis. Plusieurs entreprises sortent leurs liseuses, comme Bookeen, PocketBook, Kindle, Kobo ou encore Vivlio. Ainsi, cet outil numérique est largement répandu aujourd’hui et assez bien intégré dans la routine des lecteurs, pour tous les avantages qu’on lui attribue généralement. Il semblerait que nous n’ayons plus rien à attendre de la liseuse en matière d’innovation… et pourtant. 

Depuis le 11 décembre dernier, de nouvelles liseuses sont apparues sur le marché du numérique. Ces dernières sont nées d’un accord entre la plateforme “ePagine” qui regroupe un réseau privilégié de près de 1500 librairies indépendantes et qui est à la fois distributeur français et le leader européen sur le marché des livres numériques et de la plus grande société fabricante de liseuses : InkBook. InkBook Calypso Plus et InkBook Focus font désormais partie du marché de la liseuse. Les liseuses InkBook ne sont pas n’importe quelles tablettes numériques. En effet, les créateurs ont décidé de vendre leurs nouveaux produits exclusivement aux librairies indépendantes et aux particuliers. Ceci est un exemple de réel engagement pour les petits commerçants comme les librairies indépendantes. Cela place cette nouvelle liseuse dans la conscience d’une meilleure consommation, qui anime de plus en plus notre société. De plus, cela incite les acheteurs à préserver les structures fragilisées par l’arrivée des grands groupes, les mettant en lumière pour leur redonner une place importante dans la vie des consommateurs. La génération Z revendique vouloir consommer mieux, c’est le besoin auquel répondent Calypso et Focus et en cela elles font partie des innovations qui pourraient changer notre société. 

Commandées par les librairies indépendantes telle que la librairie « Le Divan » depuis le 5 décembre dernier, ces liseuses sont, depuis peu de temps, dévoilées auprès des acheteurs. Elles sont pratiques d’utilisation car il est possible de transférer rapidement des titres achetés depuis un téléphone. Cela est possible grâce à un QRCode, que l’on récupère directement sur le téléphone. A l’aide d’un compte, les utilisateurs peuvent avoir leurs titres achetés précédemment partout et directement classés dans une bibliothèque. Ceci est très pratique si les utilisateurs changent de version de liseuse, ils ne perdent en aucun cas leur investissement. 

De plus, l’entreprise s’engage à présenter un système de documentation sur les livres numériques ainsi qu’à porter assistance à tous ses utilisateurs six jours sur sept en cas de bug ou problème quelconque. C’est un point fort, l’entreprise fait du client sa priorité, en étant si proche de ses lecteurs, elle pourrait s’attirer la sympathie d’un grand nombre. Cela renvoie l’image d’une société dynamique et prête à changer les choses. 

Ces technologies sont bien pensées puisqu’elles sont capables d’accueillir des applications de livres audios ainsi que des mangas car elles utilisent le système d’exploitation d’Android.  Elles sont aussi équipées du Bluetooth, les utilisateurs peuvent donc surfer sur Internet mais aussi écouter leurs livres audios. Ces appareils peuvent lire les éléments fermés par une DRM ou une DRM LCP₁. Ce qui signifie que chacun peut profiter du catalogue numérique disponible et ce, sans limite. Ceci porte à croire qu’elles seront potentiellement les liseuses numériques les plus avancées de l’année. 

D’un point de vue économique, cette liseuse est à un prix raisonnable sachant toutes les caractéristiques qu’elle possède. La liseuse Calypso Plus est à 129€ ; elle dispose d’un écran de 6 pouces, avec une fonction d’éclairage intégrée. Dotée de 16GO de stockage et d’un lecteur de carte MicroSD, elle permet de télécharger des milliers de livres numériques. L’Inkbook Focus quant à elle est au prix de 229€, car elle est un plus grande et plus évoluée. L’écran est de 7.8 pouces, elle aussi dispose de 16GO de stockage ajouté à un lecteur de carte MicroSD. L’éclairage est aussi intégré, elle a une fonction de lecture avancée, c’est un modèle haut de gamme qui plaira aux lecteurs plus réguliers. Ces deux modèles correspondent à un large panel de lecteurs ; du petit lecteur, au lecteur plus avancé. Cette technologie arrive juste avant les fêtes, de quoi se faire une place sous le sapin ! 

Même si nous n’avons pas encore assez de recul sur cette nouvelle liseuse, on peut facilement imaginer qu’étant donné leurs prix compétitifs et leurs atouts indéniables, Calypso et Focus seront peut-être à la hauteur des fameuses Kindle.  

_________________

₁ : La DRM (Digital Rights Management ou Gestion des droits numériques en français) est une protection technique des livres numériques contre les reproductions ou les rééditions.  

Laureen Lantheaume – Léotine Pralong – M1 MDLE

Bibliographie : 

ActuaLitté.com. « Des liseuses vendues dans les librairies indépendantes de France ». https://actualitte.com/article/114628/technologie/des-liseuses-vendues-dans-les-librairis-independantes-de-france

ePagine. « Liseuses ePagine inkBOOK ». https://www.epagine.fr/liseuses/ssh-10271 

Vers une nouvelle vie : les boîtes à livres

Apparues en France au début des années 2000, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années dans nos villes, grandes et petites, mais aussi dans nos villages, colonisant différentes variétés d’espaces désaffectés, cabines téléphoniques, pigeonniers, voire armoires électriques, ou encore logeant leurs étagères dans de pimpantes cabanes construites à dessein. On y vient déposer des livres à l’intention d’autres lecteurs, en emprunter un qu’on ramènera après lecture pour en prendre peut-être un autre : « prenez, lisez, emportez, déposez des livres quand vous voulez, comme vous voulez », voilà le mode d’emploi parfois affiché dans ces micro-bibliothèques, comme une invitation au partage et à l’échange, gratuitement, sans contraintes ni intermédiaire, de lecteur à lecteur.

Kiosque T. Renaudot Villeneuvette Hérault

On y trouve sans ordre de classement, un peu de tout, cela dépend de l’arrivage. Peu de neuf cela va de soi et des livres parfois en bon état qui ont vécu, de la collection complète d’ « Angélique, Marquise des Anges » dans l’édition de France loisir, à des essais de journalistes qui ont quitté l’écran ou de politiques qui ont quitté la scène, mais encore des romans policiers et des classiques de la littérature française ou même étrangère. Cela sent un peu le désherbage privé, mais l’étagère garnie dans son petit écrin dit aussi qu’un livre ne se jette pas, qu’il doit poursuivre sa vie de livre dans les mains d’autres lecteurs, plutôt que d’achever son existence dans un container à papier. Les boîtes à livres connaissent des appellations différentes selon leur forme et leur lieu d’implantation, mais le passant qui s’arrête peut y reconnaître bien des vertus civiques en plus d’un livre à emporter ou à déposer :  partage de la lecture, culture du don et de l’échange, éco-geste et embellissement du lieu.

Cette pratique, désormais bien répandue en France – plus de 9140 boîtes recensées sur le site boite-a-lire.com en décembre 2023, dont 59 dans l’agglomération grenobloise- trouve son origine en 1991 à Graz en Autriche avec l’installation dans les rues d’un quartier de la ville de 3 petites « bibliothèques ouvertes », « sans bibliothécaire ni surveillance », mais avec l’instruction trilingue (allemand, anglais, turc) suivante : « « Vous pouvez prendre des livres pour un temps limité. Dons de livres appréciés. ».

www.boite-a-lire.com

Il s’agissait à l’origine d’une démarche expérimentale de deux artistes en résidence, Michaël Clegg et Martin Guttman, curieux de savoir si la culture pouvait se désinstitutionnaliser en circulant du musée à la rue et de la rue au musée. Le résultat fut mitigé pour ce qui concerne la désacralisation du musée, mais les boîtes à livres connurent le succès et se répandirent ensuite. Le phénomène des boîtes à livres entretient une parenté étroite avec le Bookcrossing apparu en 2001 en Australie tout d’abord. Pure coïncidence ? Sans doute pas, car il consiste à abandonner dans un lieu de passage, un banc dans un parc, un siège dans un train etc, un livre que l’on a aimé pour laisser à d’autres la possibilité de le découvrir à leur tour.  Un système d’enregistrement numérique des livres permettait même de suivre leur périple de lecteur en lecteur et de partager en ligne ses impressions de lecture. « Libérer les livres », les faire voyager (« livre voyageur ») tel était le mot d’ordre de ses adeptes. Ces deux initiatives expriment peut-être le désir de cultiver une sociabilité à rebours de l’anonymat ambiant, par la médiation de la lecture, dont l’expérience touche à l’intime et ouvre au partage.

Le développement des boîtes à livres a en tout cas mobilisé bien des acteurs, en premier lieu des associations locales, souvent à l’initiative. Des partenaires économiques, des collectivités territoriales ont voulu accompagner et épauler un mouvement qui avait recueilli les faveurs du public, en sympathie avec les principes de l’économie circulaire, de la solidarité et d’un accès ouvert et informel à la culture.  Citons le groupe Recyclivre.com, qui revendique d’être le « premier vendeur français engagéde livres d’occasionen ligne ». Sa filiale, Boite à Lire, propose ainsi à la vente depuis en 2016 du mobilier de boîte à livres auprès des entreprises ou des collectivités. Le succès venant, la démarche s’est davantage institutionnalisée, la région Île de France en association avec la SNCF a ainsi installé une centaine de micro-bibliothèques aux abords des gares du francilien, tandis que l’association des Lions Club de France   chiffrait en 2019 à 1300 le nombre de boîtes posées pour aider à lutter contre l’illettrisme. Sont-elles moins achalandées que les autres ? Nul ne le sait, sauf à enquêter sur un phénomène devenu tendance par les valeurs qu’il porte et sans lesquelles il ne pourra survivre, car les boîtes ne peuvent vivre sans anges-gardiens qui veillent sur elles et les achalandent.

Leur succès témoigne en tout cas d’une belle vitalité de la lecture privée en mode partage, qui ne semble pas s’opposer aux institutions en charge de la lecture publique, bibliothèques et médiathèques, qui répondent de façon plus construite aux besoins de lecture, d’accès au savoir et à la culture.

Clara PASIAN – UGA M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Bibliographie:

https://actualitte.com/

https://www.boite-a-lire.com/

Des livres dans les boîtes, les boîtes dans les rues, Pages de Bretagne, n°44, https://www.calameo.com/books/0049094466a4b9eaf6b8b [consulté le 4 décembre 2023]

POISSENOT Claude , Le citoyen, la boîte à livres et les bibliothèques, Livreshebdo, 29/11/2017, https://www.livreshebdo.fr/  [consulté le 1 décembre 2023]

Document et archivage : pratiques formelles et informelles dans les organisations CIDE2023

Le 17 et 18 octobre prochain se déroulera la 23ème édition du Colloque International sur le Document Electronique (CIDE2023) à la Maison de la Création et de l’Innovation (MaCI) de l’Université Grenoble-Alpes.
Ce colloque est organisé par les laboratoires Paragraphe (Paris8) et
GRESEC (UGA).

Salon du livre de Montreuil : les éditeurs nous parlent d’écologie

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, les journalistes de Livres Hebdo sont allés enquêter auprès des éditeurs présents. Quelles mesures en faveur de l’environnement ont-ils pris cette année ou envisagent de prendre l’année prochaine ? 

Faire face à de multiples crises 

Depuis le Covid-19, le secteur éditorial reste fragilisé par de nombreuses hausses des prix des matières premières et de l’énergie. La crise du papier (je vous enjoins à lire l’article de LivresHebdo sur la rentrée littéraire) oblige les éditeurs à penser différemment leur production et leur approvisionnement. Ce qui fait du bien à la planète !

Contourner la crise financière tout en luttant contre la pollution

Publier moins, mais augmenter le tirage 

Dans l’optique de limiter les délais de réimpression liés à la difficulté de se procurer du papier et les délais de transports, de grandes maisons d’édition agissent en adaptant leur stratégie éditoriale. Michèle Moreau prévoit pour 2023 d’augmenter le nombre d’exemplaires tirés en première impression en passant pour un livre tiré initialement à 4000 à 6000 environ. Ce pari est audacieux. 

Pour d’autres comme Hachette Romans et Flammarion Jeunesse, la stratégie est plutôt à la réduction du nombre de nouveautés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, car en 2014 Hachette Romans publiant 126 livres comparé à 2022 où ils en cataloguent seulement 70. Pour Flammarion Jeunesse, la décroissance ne fait que de commencer en baissant de 10 titres leur production comparé à l’année dernière. 

On désengorge ainsi le marché saturé de la jeunesse.

Imprimer en Europe

La seconde stratégie éditoriale mise en place permet de réduire les délais de transports et l’empreinte carbone des éditeurs jeunesse. Milan Jeunesse a fait baisser son nombre de titres imprimés en Asie de 7% depuis la crise du Covid et Auzou a augmenté de 30% la production de ses livres en Europe. Ils encouragent de plus en plus le circuit court qui est l’une des nombreuses recommandations de Shift Project pour la transition carbone. 

Cependant, il est impossible dans les conditions actuelles de relocaliser toute la production jeunesse et surtout les livres qui contiennent de l’électronique

Croissance sur le long terme 

Continuer à publier et à innover

Malgré ce contexte tendu autant économique qu’environnemental, les éditeurs jeunesse ne sont pas dans l’optique de réduire drastiquement leur production. De nouvelles collections sont en projet notamment une nommée « Ronces » chez Albin Michel qui aura la volonté d’illustrer la cohabitation de l’Homme et de la nature ou encore un album dont le titre Planète verte ? d’Eduarda Lima aux éditions À la joie de Lire que l’on sait engagées. La littérature jeunesse s’empare de ses sujets et sensibilise ses lecteurs ! 

Les éditeurs jeunesse combinent alors économie de temps, d’argent et d’empreinte carbone. 

Cléo Villebrod

Les Eco-CDI ou comment éduquer au développement durable?

L’Organisation des Nations Unis a défini 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). Ils nous donnent la possibilité d’entrevoir un avenir meilleur pour tous. Ces objectifs répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés. Ils abordent notamment la pauvreté, les inégalités, le climat, la dégradation de l’environnement, la prospérité, la paix et la justice. Pour que personne ne soit laissé pour compte, il est important que chacun d’entre eux soit réalisé d’ici 2030. Les éco CDI concrétisent un des objectifs de l’ONU: « faire en sorte que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par l’éducation en faveur du développement et de modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté mondiale et de l’appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable » (ODD 4.7).

Dans la circulaire n° 2019-121 du 27 août 2019, l’Education Nationale s’exprime à propos des mesures prises par le Conseil National de la Vie Lycéenne (CNVL). Ces mesures concernent essentiellement l’Éducation au Développement Durable (EDD). 

Certains établissements scolaires peuvent être labellisés E3D (Etablissement en Démarche de Développement Durable). « La démarche E3D intègre les enseignements, ainsi que la diversité de projets possibles permettant de vivre l’établissement comme un lieu d’apprentissage global du développement durable. » (Eduscol). Les établissements scolaires doivent conforter leur engagement environnemental. Pour ce faire, ils doivent étayer les connaissances des élèves. En effet, plus les enfants seront éduqués au développement durable, plus ils adopteront des comportements éco-responsables. 

Afin de mettre en pratique cet engagement, les ÉCO-CDI peuvent être un bon commencement dans les établissements labellisés. En effet, avec l’accord de l’administration, les documentalistes peuvent réaliser des projets concrets avec les élèves.. Cela peut aller de la récupération des bouchons en plastique à la mise en place d’un potager collaboratif. En outre, l’engagement peut se faire dès la politique d’acquisition dans l’éco-cdi. Il est indispensable de développer un fonds documentaire lié au développement durable. 

L’émergence des réseaux sociaux rend l’éducation aux médias et à l’information étroitement liée à l’éducation au développement durable. Durant ce cours, les documentalistes peuvent former les élèves à adopter un esprit critique concernant les discours des médias et la désinformation sur l’impact climatique. C’est pourquoi, en plus d’être un lieu d’expérimentation et d’engagement environnemental, le CDI peut devenir un lieu de débats et de discussions. Par exemple, le CDI du collège Fontenelle propose une semaine européenne du développement durable.

L’EDD fait partie de toutes les disciplines. Il implique un travail collaboratif au sein des équipes pédagogiques. Le professeur documentaliste peut s’engager dans des projets et des séances pédagogiques interdisciplinaires. Les SVT (sciences de la vie et de la terre) transmettent des savoirs sur les enjeux écologiques du développement durable. L’EDD trouve aussi sa place dans l’éducation artistique et dans l’éducation à la santé et dans l’EMC (éducation morale et civique) elle s’efforce de faire évoluer les comportements des citoyens

En bref, avec le projet « Agenda 2030 », les CDI devraient entrer progressivement dans une démarche durable visant à éduquer au développement durable.

Vinted, une autre forme de librairie d’occasion 100% en ligne ?

Vinted est un marché en ligne fondé en 2008 à Vilnius et implanté en France en 2013. Initialement prévue pour la vente de vêtements pour femme, l’application va élargir ses horizons. En effet, peu après, la vente de vêtements va s’étendre également aux hommes puis aux enfants. Aujourd’hui, nous pouvons acheter sur Vinted des mobiliers, des jeux, mais aussi des livres. En France en 2021, Vinted compte plus de 16 millions de membres  et fait partie des dix applications les plus visitées selon la Fevad!

Bien qu’il soit nécessaire d’avoir un compte pour utiliser Vinted, l’inscription est gratuite. Le concept de la plateforme est relativement simple. Les “Vinties” peuvent être aussi bien des acheteurs que des vendeurs. Une fois l’article mis en ligne et le prix fixé, le vendeur n’a plus qu’à attendre. Lorsqu’un utilisateur est intéressé par un article, il peut directement l’acheter en cliquant sur l’article, ou bien, il peut dialoguer avec le vendeur pour avoir plus d’informations. L’argent de l’achat est reversé dans un porte-monnaie virtuel qui pourra être utilisé par le vendeur pour faire lui-même des achats ou pour faire un virement sur son compte bancaire.

Le livre est devenu un produit de la plateforme: des milliers de livres d’occasions sont mis en vente. Le but étant essentiellement de vider ses étagères, les prix ne sont pas élevés. Il est possible de trouver des séries de livres pour seulement une dizaine d’euros. Il est donc facile de trouver de bonnes affaires quand on sait qu’un seul livre neuf broché coûte en moyenne 18€. Par exemple, pour une trilogie très connue comme “Hunger Games” écrit par Suzanne Collins, l’acheteur pourra payer 16 euros sur Vinted alors que dans une librairie basique, il en aura pour 54, 45 euros. 

Au vu des millions de livres neufs jetés chaque année (142 millions de livres sont jetés chaque année) , il est important de changer nos habitudes. Cette application repose entièrement sur le principe de la seconde main. Et, cette pratique permet à la fois de faire des économies mais aussi de réaliser une bonne action pour l’environnement. Peu importe que le livre soit neuf ou d’occasion, que l’ouvrage soit recouvert d’un film plastique ou que les pages soient légèrement cornées, l’histoire, elle, restera intacte. C’est pourquoi, il est important de donner une autre vie à ces livres pour leur éviter de finir à la poubelle alors qu’ils ont encore tant à raconter et à apporter. 

Les livres d’occasions sont de plus en plus mis en avant. Que ce soit par des librairies d’occasions comme Gibert Joseph ou bien par des événements comme les salons du livre d’occasion organisés à Prayssac ou à Molsheim. Vinted participe à cette mise en exergue du livre d’occasion. Ce dernier, malgré le fait qu’il ait déjà servi, conserve sa valeur de produit culturel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search