La bibliothèque de Varennes au Québec, le pari réussi d’une consommation énergétique nulle ?

Source : https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

Les concepteurs de la bibliothèque Jacques-Lemoyne-de-Sainte-Marie de Varennes ont fait un pari qui pourrait sembler fou à plus d’un. En effet, pour ce bâtiment d’une superficie de 2230 mètres carrés sur deux étages, ils ont promis une consommation d’énergie nulle. En juin 2016, la bibliothèque obtient d’ailleurs le prix dans sa catégorie pour le volet Culture et développement décerné par le Réseau les Arts et la Ville. La structure ouverte en 2012 a respecté son but d’atteindre une consommation énergétique nulle en 2021. Sa fréquentation aurait même doublé selon le maire de la ville de Varennes.

Pour arriver à ce résultat, les concepteurs ont utilisé des matériaux à même de fournir à la bibliothèque une indépendance énergétique totale. Les gaz à effet de serre ainsi que la consommation d’eau potable ont été réduit de 40 à 50 % grâce aux choix effectués. L’ajout d’un bassin de rétention d’eau de ruissellement en surface a évité d’installer un système d’irrigation pour les espaces extérieurs et les appareils de plomberie ont été réglé à un faible débit (la robinetterie produit un litre d’eau par minute). Pour la production d’électricité, des panneaux solaires ont été installés sur le toit et fournissent une production énergétique de 120 000 Kilowattheure par an. Les 428 panneaux de 1,66 mètres carrés ont une capacité de 260 watts. Le bâtiment génère ainsi 184 Kilowattheure par mètre carré et par an. Les luminaires éclairent selon un mode horaire pensé en fonction de l’occupation et de l’ensoleillement : des détecteurs de présence et des données sur la luminosité informent le système d’éclairage grâce à une station météo sur le toit. Enfin, l’énergie thermique du sol est récupérée puis répartie dans le bâtiment avec neuf puits de 150 mètres de profondeur. Tout le potentiel de la bibliothèque n’a d’ailleurs pas été utilisé puisqu’une petite partie du toit a été recouvert de panneaux solaires. Si la totalité du toit avait été recouverte, les immeubles environnants auraient pu profiter de la chaleur et de l’électricité produites.

En parallèle de ces solutions que l’on peut qualifier d’« actives», des solutions «passives» ont été trouvé. L’érection du bâtiment dans l’axe est-ouest, la disposition des étagères perpendiculaires aux fenêtres et une fenestration adaptée au climat aident à optimiser l’ensoleillement et la ventilation naturels. Dans le même temps, l’inclinaison de la toiture à 37 degrés et exposée au sud est idéal pour l’ensoleillement. Ensuite, la diminution des places de stationnement par rapport à l’ancien site a donné lieu à la plantation de 9 arbres qui une fois mature, pourront prélever chacun jusqu’à 450 litres d’eau du sol puis la rejeter sous forme de vapeur d’eau ce qui réduit de 10 degrés la température ambiante. Les installations (panneaux photovoltaïques et autres) réchauffent également 100 % de l’air neuf grâce à la récupération de leur chaleur en hiver. Même la chaleur de l’air vicié qui est évacuée est réutilisée avec l’aide d’une roue thermique qui récupère 75 % de la chaleur. En outre, tous les revêtements (intérieurs et extérieurs) et murs sont fait en bois ce qui aide à conserver naturellement la chaleur. Enfin, il n’y a jusqu’à la profondeur du bâtiment (18,3 mètres) qui a été réfléchi pour optimiser l’éclairage naturel qui touche plus de 90 % des espaces. Les couleurs des espaces en des tons clairs et les fenêtres ouvrantes motorisées accentuent l’influence de l’éclairage naturel.

Le concept de la bibliothèque a été porté par le Réseau de recherche sur les bâtiments solaires, proposé à l’État par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), et finalement, financé par le gouvernement fédéral. Le projet d’un budget de 9,2 millions d’euros a pu voir le jour grâce aux subventions de 6,8 millions d’euros et aux dons. Il fait partie d’un programme plus général : le Réseau stratégique du CRSNG sur les bâtiments intelligents à consommation énergétique nette nulle (BICENN) qui regroupe 29 chercheuses et chercheurs et des partenaires gouvernementaux et industriels. Parmi ces chercheurs, le professeur Andreas Athienitis qui a dirigé le groupe à l’origine du projet. Un avantage certain de ce type de construction est qu’ils ne sont pas dépendants du réseau électrique de la ville ou des conditions climatiques. Ils sont à même de produire de l’énergie sans aide et alimenter le réseau si ce dernier connaît une panne. Dans les conditions actuelles d’incertitude énergétique liée aux guerres mais également au changement climatique, ces projets visent à se multiplier pour d’autres bâtiments canadiens.

Le chercheur Andreas Athienitis, a d’ailleurs expérimenté personnellement ce pari de consommation énergétique nulle puisque sa propre maison a été construite pour atteindre cet objectif. Qu’attendons-nous donc pour élargir ces projets d’avenir à nos bâtiments de proximité puis à nos propres habitations, cette fois ci en France ?

Sources (sites internet):

https://projetsverts.voirvert.ca/projets/bibliotheque-de-varennes

https://www.concordia.ca/fr/nouvelle-generation/villes/recherche/consommation-energetique-nette-nulle-pour-la-bibliotheque-de-varennes.html

https://rematek-energie.com/portfolio/installation-dun-systeme-photovoltaique-bibliotheque-netzero-de-varennes/

Gibert Joseph, bref historique d’une librairie engagée dans la vente d’occasion

Source: https://horaires.lefigaro.fr/38000/Grenoble/Gibert-Joseph-Grenoble-4-rue-Beranger,187842.html#
La devanture de la librairie Gibert Joseph dans l’hyper centre de Grenoble, près de la place Victor Hugo. On peut y voir un des slogans du magasin : « vous cherchez des livres ? Nous aussi !!! ». Cela traduit la volonté de la boutique de faire naître un besoin commun entre le futur acheteur de livre et le vendeur : celui de trouver des livres. Les livres d’occasion ont ainsi une place d’honneur dans les rayonnages même s’ils coexistent avec des livre neufs. Les ventes d’occasion représentent 30% du chiffre d’affaires de la librairie en 2016.

L’origine de la librairie Gibert Joseph remonte à la fin du XIX siècle. C’est en 1886 que Joseph Gibert, alors professeur de lettres classiques au Collège Saint-Michel à Saint Etienne, prend la décision d’aller à Paris pour y fonder quatre boîtes de bouquiniste. Ces quatre commerces fondateurs sont alors situés en face de Notre Dame sur le parapet du quai Saint-Michel en plein centre de Paris. En 1888, il crée sa première « véritable » librairie, toujours sur le quai Saint Michel et se spécialise dans le commerce du livre scolaire d’occasion. Le choix de l’ouvrage d’occasion fait ainsi partie de l’idée originelle du professeur Joseph Gibert. Ce choix du livre scolaire est aussi pertinent au vu du contexte car les lois de Jules Ferry rendant l’école primaire gratuite et obligatoire datent de seulement cinq ans, en 1882-1883. Le public scolaire s’est ainsi massifié à la fin du XIX ème siècle ce qui constitue des acheteurs potentiels pour la librairie. Les lois Ferry ont surtout permis de permettre aux femmes et à certaines régions telles que la Bretagne de rattraper leur retard dans l’alphabétisation (en 1911, 96 % des 20-24 ans étaient alphabétisés contre 70 % hommes et 66 % de femmes en 1875). C’est d’ailleurs grâce à cette clientèle scolaire que le nom Gibert devient un acteur connu dans le monde du livre. C’est en 1929 que la société va connaître sa première évolution : elle est scindée entre les deux fils du fondateur. Le premier donne son nom à sa boutique : « Gibert Joseph », tandis que le deuxième garde le premier site de la librairie et lui donne le nom de « Gibert Jeune ».

Les deux enseignes vont se développer en parallèle en diversifiant leurs domaines de ventes. Ils investissent, en plus des domaines scolaires et universitaires, tout les genres classiques que l’on peut retrouver dans d’autres librairies, du roman à la bande dessinée. L’objectif de ces points de vente va aussi dans le même sens : proposer des livres neufs et d’occasion à des prix accessibles à tous. Pour pouvoir réaliser ces objectifs, des agrandissements sont nécessaires : la librairie s’agrandit le long du boulevard Saint Michel avant de se tourner vers d’autres villes telles que Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont- Ferrand, Poitiers, Dijon, Toulouse, Montpellier, Marseille, et la région parisienne. En 2001, l’offre de la Gibert Joseph se diversifie encore en ajoutant un large choix de papeterie tournée vers les loisirs créatifs et les cadeaux.
A l’orée du XXI ème siècle, il est intéressant de noter que le secteur scolaire qui constituait l’essentiel des ventes un siècle plus tôt, ne représente plus que 10 % des ventes. Aujourd’hui, la librairie est présente dans 18 villes françaises et possède 30 magasins. L’indépendance de l’enseigne reste à l’ordre du jour puisqu’elle dispose de sa propre plateforme logistique à Vitry sur Seine pour desservir l’ensemble de son réseau. Finalement, en plus de son offre papier, le magasin a une marge gamme audiovisuelle allant des CD aux DVD d’occasion.

Une des dernières évolutions de Gibert Joseph va dans le sens des changements globaux du monde du livre. L’utilisation du numérique a été optimisé et c’est pourquoi, la librairie a créé récemment un site « gibert.com » où les personnes peuvent proposer directement leurs anciens livres.

Sources :

-https://www.gibert.com/livres-4.html

-http://tpe-inegalites-ecole.e-monsite.com/pages/1-l-impact-des-lois-ferry-sur-la-massification-scolaire.html

-https://actualitte.com/article/23001/interviews/gibert-joseph-le-marche-de-l-occasion-n-est-pas-necessairement-une-manne

Comment produire un « livre vert » ?

L’industrie du livre a un impact environnemental majeur. En effet, produire du papier nécessite une quantité d’eau phénoménale. On estime qu’il faut 60 litres d’eau et 2 à 3 kilos de bois pour fabriquer 1kg de papier. Certains matériaux de production du livre, mais aussi des substances chimiques pour le traitement du papier, sont extrêmement polluants. Enfin, un autre gaspillage de masse, le pilon, utilisé pour détruire les livres pour toutes sortes de raisons.

Mais alors quelles solutions apportées à cette pollution ? Et comment produire un livre plus « vert » ?

De nombreuses solutions ont été mises en place pour tenter de rendre la production de livre plus responsable. Tout d’abord, au niveau du papier, on peut le voir avec de nombreux labels. Comme par exemple, le label PEFC qui garantit un papier issu de forêts durables, selon un système sûr et transparent permettant de suivre le flux de bois depuis la forêt jusqu’au consommateur. Le label FSC garantit que le bois utilisé pour fabriquer le papier est issu de forêts gérées selon des critères environnementaux et sociaux ou par recyclage.

Au niveau de l’impression, les livres peuvent bénéficier du label Imprim’vert accordé si il y a un engagement de l’imprimeur au niveau de la bonne gestion des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non utilisation de produits toxiques, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle et le suivi des consommations énergétiques. Ainsi, de nombreuses normes régissent le domaine et peuvent prouver une volonté de faire plus « vert » et être dans une démarche responsable moins polluante.

De plus, le livre « vert » peut se caractériser par le livre de seconde main. En plus de démocratiser la lecture, ce système permet de sauver les livres du pilon et de leur donner une nouvelle vie mais aussi de trouver des livres qui ne sont plus réimprimés. De nombreuses plateformes de seconde main se sont développées permettant ainsi de développer les ventes de seconde main même si l’achat de neuf est toujours majoritairement présent. Mais ce système pose bien d’autres questions et notamment économiques.

Enfin, un livre « vert » pourrait être un livre issu d’une chaîne de production plus respectueuse de l’environnement dans son ensemble. Effectivement, de nombreuses maisons d’édition ont pris conscience de cette urgence notamment Hachette qui a d’ailleurs partagé son bilan carbone. Un livre « vert » serait issu de ces volontés de changement et d’amélioration dans la production, engendrées par les efforts des maisons d’édition et leur volonté de faire mieux en toute transparence.

On peut se demander si ces solutions sont efficaces et suffisantes pour nous permettre de réduire la pollution engendrée par l’industrie du livre ?

TURC Eléa

Sitographie :

– Chabault, V. (2020). Du livre-déchet au livre vendu: L’écologisation du marché du livre d’occasion. Écologie & politique, 60, 91-104. https://doi.org/10.3917/ecopo1.060.0091

– Comprendre les logos et labels environnementaux pour les papiers. (2020, août 26). CITEO. https://www.citeo.com/le-mag/comprendre-les-logos-et-labels-environnementaux-pour-les-papiers

Le papier » Eisenia. (s. d.) http://www.eisenia.coop/documentation/dechet/le-papier/

Greenwashing : vers des éditions plus vertes ou simple technique commerciale ?

image : stocklib

Le GIEC, le groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, est formel : la concentration de CO² dans l’air augmente, provoquant un dérèglement climatique. On observe donc une prise de conscience collective, qui passe par des initiatives écologiques, et le secteur du livre ne fait pas exception à la règle. Cependant, est-ce que toutes les entreprises jouent le jeu ?

Le greenwashing, qu’est-ce que c’est ?

L’écoblanchiment, terme français du greenwashing, est, selon le dictionnaire Le Robert, un « fait, pour une entreprise ou un organisme, de se donner une image responsable à l’égard de l’environnement ». Dans d’autres mots, le greenwashing sert à tromper le consommateur soucieux de l’environnement en lui faisant croire une implication écologique de la part de l’entreprise, alors que cette dernière n’a qu’un très léger impact carbone positif (voire parfois même un impact carbone négatif).

Le greenwashing, qui passe souvent par de la publicité mensongère et de faux labels, utilise souvent les mêmes règles : 

  • La couleur verte, symbole de la nature et des produits naturels
  • Les images utilisées sont regroupées autour de cette même couleur : paysage, nature, forêt, plantes, fleurs etc.
  • Le texte est également mûrement réfléchi, avec notamment l’utilisation du champ lexical de l’écologie (en exemple « naturellement vôtre »)

Le greenwashing est présent dans de nombreux secteurs : mode, industries du tabac etc. Mais est-il présent dans le secteur du livre ?

L’impact carbone des métiers de l’édition : l’exemple de Hachette livre

L’impact carbone des métiers de l’édition peut être compliqué à calculer puisque seul Hachette Livre nous transmet son bilan carbone. Premier groupe français (Hachette livre détient des maisons d’édition aussi diverses que variés, comme Hachette Jeunesse, Larousse, Hatier, Rageot, Le livre de Poche, Calmann-Lévy, etc.), Hachette Livre avait un bilan carbone de 240 kilotonnes en 2009 (pour un chiffre d’affaires d’environ 700 millions d’euros). En 2012, trois ans après ce bilan carbone, on voit déjà une baisse de 21,25%, soit un total de 189 kilotonnes. En 2015, les émissions ont également baissé de 10%, soit 169 kilotonnes.

Dans toute cette production de carbone, une grande majorité vient de la production des ouvrages : en 2015, environ 66% du bilan carbone venait de la production (soit 112 kilotonnes). Cependant, aujourd’hui, 20 à 25% des livres envoyés aux libraires sont retournés à l’éditeur. Tous ces livres ne sont pas détruits, mais la majorité de ces invendus sont envoyés au pilon, qui a un véritable coût environnemental (la production du livre, puis sa distribution, donc l’aller-retour du libraire, et finalement son trajet final vers le pilon). Cependant, on note du côté de Hachette une légère amélioration : 167 millions de livres ont été confectionnés en 2012, contre 155 millions en 2015, soit une baisse de 7%

En conclusion, nous pouvons noter une amélioration et des efforts chez Hachette livre. Cependant, la diminution de l’impact écologique sur notre planète reste faible. Il faut également rester vigilants, puisque de nombreux groupes n’ont pas transmis leurs données. 

Camille Tondeur, M1 MDLE

Sources :
Dictionnaire LE ROBERT, « écoblanchiment », URL : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/ecoblanchiment
Hachette, Notre Démarche,  URL : https://www.hachette-durable.fr/notre-demarche
NGUYEN, Marie,  C’est quoi le greenwashing, 22 septembre 2022, URL : https://www.wedressfair.fr/blog/le-greenwashing
Hachette, Bilan Carbone, URL : https://hachette.com/wp-content/uploads/2017/06/bilan-carbone.pdf

Internet et le livre d’occasion, le combo idéal pour décarboner la chaine du livre ? – L’exemple de Momox et de Gibert Joseph

En France, deux livres sur dix sont achetés d’occasion et 42% des Français affirment avoir déjà acheté un livre (ou un CD/DVD) d’occasion. Le livre d’occasion est de plus en plus une aubaine pour les vendeurs : on note une marge d’au moins 50% (contre 35 à 40% pour un livre neuf). Cependant, ni l’auteur, ni la maison d’édition ne sont rémunérés pour cette vente. C’est donc un marché qui depuis plusieurs années se voit grandir, notamment grâce à internet et ses plateformes en ligne (comme Momox, Recyclivre ou la possibilité d’acheté des livres d’occasion sur des plateformes de vente de livres de neuf, comme Amazon ou encore Gibert Joseph). La vente d’occasion semble donc être la solution idéale pour limiter la production de carbone dans la chaine du livre : elle sauve des livres du pilon puisqu’on estime chaque année que 60 millions d’ouvrages sont envoyés à la poubelle et permet de limiter la surproduction de livres.

Mais acheté un livre d’occasion est-il si écologique que cela ?

Entre 2014 et 2016, on note que 50% des ventes des livres d’occasion sont effectués sur internet. C’est par exemple le cas du site Momox-Shop (https://www.momox-shop.fr/), qui vend à prix réduit des ouvrages d’occasion. Situé en Allemagne, à Leipzig, le site s’étend sur environ 60 000m², qu’il faut donc chauffer. L’entreprise s’est vu tripler son chiffre d’affaires en cinq ans (200 millions de chiffre d’affaires en 2018), ainsi qu’une montée de ses effectifs (1600 salariés en 2018, 650 en 2013). On voit donc que ce secteur du livre d’occasion a beaucoup plu dans la décennie de 2010. En France, on note un marché de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires (le deuxième plus gros marché du site), avec une augmentation de 30%. Momox-Shop réalise donc une partie de son chiffre d’affaires en France, mais il est également présent en Allemagne, lieu de sa fondation, en Autriche, en Belgique et au Royaume-Uni. Le principe est simple : la personne souhaitant vendre ses objets culturels via le site, puis il envoie ses articles. Les frais de port sont gratuits, puisque Momox les prend en charge. Ils font ensuite le trajet jusqu’en Pologne, où ils subissent un contrôle, afin d’être envoyé à Leipzig, où ils seront stockés. Finalement, quand le livre trouve acheteurs, il est renvoyé par camion en France, jusqu’au salon de son nouveau propriétaire. Le livre (ou autre objet culturel) fait donc un aller-retour en Pologne et en Allemagne que l’on peut juger inutile. De plus, ces grandes surfaces de stockages doivent être chauffées, ce qui utilise de l’électricité.

Gibert Joseph, fondé en 1886, est d’abord une librairie parisienne d’occasion. Cependant, avec l’arrivée et l’expansion d’Internet, on remarque que le groupe fonctionne plus ou moins de la même façon que Momox : on peut acheter et revendre des livres via leur site (www.gibert.com). Cependant, la marque étant française, les trajets en camion sont de plus courte distance, donc consomment moins. De plus, contrairement au site allemand, Gibert Joseph est également présent en physique, dans de nombreuses boutiques partout en France. Cela permet donc de limiter les kilomètres des camions jusqu’au lieu d’habitation mais de livrer en une seule fois à une librairie, en favorisant les commerces de proximité.  

En conclusion, l’empreinte carbone utilisé par les allers-retours en camion et les entrepôts et boutiques à chauffer ne sont pas très écologiques et ne permettent pas vraiment de décarboner la chaine du livre. Cependant, il ne faut pas oublier le bénéfice du livre d’occasion. En effet, Heiner Kroke explique que : « le bilan reste positif car on évite un cycle de fabrication complet. Chaque bouquin acheté d’occasion, c’est un livre qui ne doit pas être imprimé, et de précieuses ressources économisées ».

Tondeur Camille, M1 MDLE

Sources :
Vincent Chabault, Du livre-déchet au livre vendu, l’écologisation du marché du livre d’occasion,
Lisa Macineiras, Les livres d’occasion, bon plan pour l’environnement ? URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/livres-occasion-bon-plan-environnement-1731085.html
Pauline Houédé, L’Allemand Momox surfe sur le marché de l’occasion, 31 octobre 2019. URL : https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/lallemand-momox-surfe-sur-le-marche-de-loccasion-1144412
Gibert Joseph, Notre histoire, URL :https://www.gibert.com/notre-histoire.

Le nouveau livre durable passe par la gestion des transports 

Si on parlait réchauffement climatique ? 

Dans l’imaginaire collectif, les transports ne viendraient peut être pas en premier dans le classement des causes du réchauffement climatique. Pourtant, les transports participent à hauteur de 30% aux émissions totales de CO2 en France, principale cause du réchauffement de la planète par effet de serre.

Nous avons tous et toutes en tête la loi européenne qui a tranché l’arrêt de la production de véhicules thermiques le 28 juin 2022. Les constructeurs automobiles devront passés à l’électricité ou à l’hydrogène dès 2035. Cette mesure nous pousse, nous, consommateurs à prévoir l’avenir et à s’adapter pour enclencher une transition écologique au sein de notre quotidien. 

Tous acteurs et actrices de la transition énergétique

Dans le monde de l’édition, de plus en plus de professionnel.les réalisent que leur activité à un coût environnemental fort. Le Shift Project (un Think Tank) a révélé dans un rapport qu’un tiers des 30% des émissions liées aux transports proviennent des marchandises transitantes sur le territoire national. Si les éditeurs et éditrices ne sont pas encore capables de produire en circuit court (récolte du bois, fabrication du papier et impression à moins de 2 000km), ils et elles peuvent prendre à bras-le-corps le problème des transports français et inter-régionaux. L’objectif est de concentrer les efforts sur un élément que l’on peut changer facilement et directement. 

En partant du constat que les poids-lourds ne sont pas remplaçables immédiatement (véhicules lourds et électriques pas abouties), le Shift Project proposent des mesures alternatives pour baisser les émissions de CO2 liées au transport. 

La première proposition de l’organisme est de limiter la vitesse des poids-lourds et de former les conducteurs et conductrices à l’éco-conduite. La seconde mesure toucherait l’organisation même des flux en massifiant les commandes et en remplissant les cartons. Finalement, pour limiter les émissions de CO2 dans les centre-villes, Le Shift Project proposent de développer la livraison en vélo-utilitaire.

Ces trois propositions participeraient à réduire de 10 à 15% les émissions de CO2

Nous appelons donc tous les éditeurs et toutes les éditrices à prendre contact avec leurs distributeurs pour les impliquer dans les réflexions écologiques. Pour qu’il y est du changement, tous.tes les professionnel.les doivent faire partie du projet. Le Think Tank propose des synthèses de leurs réflexions sur le monde de l’édition pour sensibiliser le plus grand nombre de professionnels et professionnelles.

Pour en savoir plus sur les recommandations du Shift Project pour le monde de l’édition, voici le rapport publié en novembre 2021 dans le cadre du plan de transformation de l’économie française : https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/11/211130-TSP-PTEF-Rapport-final-Culture-v2.pdf

Cléo Villebrod

Salon du livre de Montreuil : les éditeurs nous parlent d’écologie

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, les journalistes de Livres Hebdo sont allés enquêter auprès des éditeurs présents. Quelles mesures en faveur de l’environnement ont-ils pris cette année ou envisagent de prendre l’année prochaine ? 

Faire face à de multiples crises 

Depuis le Covid-19, le secteur éditorial reste fragilisé par de nombreuses hausses des prix des matières premières et de l’énergie. La crise du papier (je vous enjoins à lire l’article de LivresHebdo sur la rentrée littéraire) oblige les éditeurs à penser différemment leur production et leur approvisionnement. Ce qui fait du bien à la planète !

Contourner la crise financière tout en luttant contre la pollution

Publier moins, mais augmenter le tirage 

Dans l’optique de limiter les délais de réimpression liés à la difficulté de se procurer du papier et les délais de transports, de grandes maisons d’édition agissent en adaptant leur stratégie éditoriale. Michèle Moreau prévoit pour 2023 d’augmenter le nombre d’exemplaires tirés en première impression en passant pour un livre tiré initialement à 4000 à 6000 environ. Ce pari est audacieux. 

Pour d’autres comme Hachette Romans et Flammarion Jeunesse, la stratégie est plutôt à la réduction du nombre de nouveautés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, car en 2014 Hachette Romans publiant 126 livres comparé à 2022 où ils en cataloguent seulement 70. Pour Flammarion Jeunesse, la décroissance ne fait que de commencer en baissant de 10 titres leur production comparé à l’année dernière. 

On désengorge ainsi le marché saturé de la jeunesse.

Imprimer en Europe

La seconde stratégie éditoriale mise en place permet de réduire les délais de transports et l’empreinte carbone des éditeurs jeunesse. Milan Jeunesse a fait baisser son nombre de titres imprimés en Asie de 7% depuis la crise du Covid et Auzou a augmenté de 30% la production de ses livres en Europe. Ils encouragent de plus en plus le circuit court qui est l’une des nombreuses recommandations de Shift Project pour la transition carbone. 

Cependant, il est impossible dans les conditions actuelles de relocaliser toute la production jeunesse et surtout les livres qui contiennent de l’électronique

Croissance sur le long terme 

Continuer à publier et à innover

Malgré ce contexte tendu autant économique qu’environnemental, les éditeurs jeunesse ne sont pas dans l’optique de réduire drastiquement leur production. De nouvelles collections sont en projet notamment une nommée « Ronces » chez Albin Michel qui aura la volonté d’illustrer la cohabitation de l’Homme et de la nature ou encore un album dont le titre Planète verte ? d’Eduarda Lima aux éditions À la joie de Lire que l’on sait engagées. La littérature jeunesse s’empare de ses sujets et sensibilise ses lecteurs ! 

Les éditeurs jeunesse combinent alors économie de temps, d’argent et d’empreinte carbone. 

Cléo Villebrod

La maison d’édition Wildproject : l’engagement pour une nouvelle chaîne du livre ?

Baptiste Lanaspeze crée en 2009 la maison d’édition indépendante Wildproject. Cette dernière souhaite aller à contre-courant d’une production éditoriale industrielle et aliénante pour la planète. Son but ? Importer et acclimater en langue française les pensées de l’écologie.

Depuis une décennie, la maison s’applique à ne publier que des ouvrages philosophiques traitant d’écologie. Elle a commencé par Printemps silencieux de Rachel Carson et Vers l’écologie profonde d’Arne Næss. Ils font partie des premiers livres qui ont lancé le mouvement écologiste dans les années 1960 et 1970 ! C’est donc un projet qui rassemble les livres fondateurs de la pensée écologiste. Depuis, la maison continue sur sa lancée. On peut le voir à travers ses collections dont l’engagement écologique est débordant : « Domaine sauvage », « Le Monde qui vient », « Tête nue » ou encore « Petite bibliothèque d’écologie populaire » pour les livres de poche.

Finalement, cette volonté écologique avant-gardiste pour l’époque, est fondamentale du projet éditorial. Pourtant, depuis quelques années, l’écologie n’est plus un sujet de niche, ni un sujet de spécialistes : elle est au cœur de notre quotidien et de nos sociétés. Aujourd’hui, la maison propose un catalogue d’une centaine de titres et a comme but l’émergence d’une édition plus durable.

En effet, la maison ne se contente pas de publier des ouvrages traitant d’écologie ; elle se donne comme objectif de créer des objets plus durables et écologiques. L’impression est au cœur de cet engagement. Les ouvrages sont d’abord imprimés sur les presses de Sepec, imprimerie située dans l’Ain qui imprime et relie tous ses ouvrages en France. Sur cette même lignée, l’imprimerie est certifiée FSC et labellisée Imprim’Vert, le papier quant à lui est certifié PEFC. Finalement une impression faite dans une gestion écologique des forêts et s’appliquant à traiter de manière responsable ses déchets. L’accumulation de ces labels signifie véritablement l’engagement de Wildproject : ils garantissent l’absence de lien à la déforestation, la réduction voire l’absence de pesticides ainsi que l’absence d’OGM. Ces efforts sont un pas énorme pour la planète.

Mais la maison ne s’arrête pas là ! En effet, le site web a entièrement été pensé et optimisé pour limiter au maximum les ressources nécessaires à son fonctionnement et à son affichage. Eh oui, aujourd’hui la communication et la médiation des maisons d’édition sur Internet est indispensable. Ici, Wildproject nous montre qu’il est aussi possible d’être responsable sur ce point ! En effet, le site reste très sobre, sans images (même pas celles de leurs publications !) pour réduire le poids des pages. Une attention est également portée sur la typographie. Chaque mois, des milliers de sessions sont ouvertes sur le site de Wildproject et à cette échelle l’économie d’énergie est fondamentale ! De même, les serveurs du site sont hébergés en France, dans une démarche Informatique durable.

Enfin, la maison d’édition fait partie de groupes engagés pour l’écologie. Par exemple, elle a participé à la création de l’Association pour l’écologie du livre en 2019, dont le but est de construire de nouvelles perspectives écologiques pour la chaîne du livre.

Finalement, Wildproject est un exemple d’une chaîne du livre innovante, plus respectueuse de l’environnement et de la planète. Une maison qui s’efforce depuis sa naissance, de renouveler cet espace de création, et qui ne cesse, année après année, de nous étonner par des engagements de plus en plus forts !

SOURCES :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 9/12/2022] : https://wildproject.org/la-maison

– Interview du fondateur de Wildproject par le CNL [consulté le 9/12/2022] : https://centrenationaldulivre.fr/actualites/baptiste-lanaspeze-directeur-des-editions-wildproject

Plume de carotte, la maison d’édition « nature » ? 

Ayant pris conscience de l’urgence énergétique dans laquelle nous vivons actuellement, de nombreuses maisons d’édition ont été créées ces dernières années pour « décarboner le livre ». L’une d’entre elles est « Plume de carotte »…

Plume de carotte est une maison d’édition créée en 2001 sous l’impulsion de Frédéric Lisak. La maison se définit avant tout comme une maison d’édition « nature », c’est-à-dire que les ouvrages traitent des liens entre les humains et la nature. Elle considère que les maisons d’éditions sont des actrices essentielles de la diffusion de la culture. Leur rôle est donc de sensibiliser leur public (grands et petits) aux problématiques énergétiques. Mais plus que d’aborder l’histoire des Arbres, des Réserves naturelles de France ou encore de l’écosystème marin, la maison s’engage écologiquement sur quatre axes.

La fabrication des ouvrages

Plume de carotte choisit d’utiliser systématiquement du papier issu de forêts gérées durablement et des encres à base d’huile végétale. Dans l’idée de réduire au maximum ses déchets, la maison n’utilise plus de pelliculage et décide de le remplacer par des vernis acryliques. Choix par ailleurs encouragé par la Charte environnementale de l’édition de livres. De même, la structure s’engage à publier un nombre restreint d’ouvrages chaque année avec un tirage moyen de 3 000 exemplaires. Finalement, une production qui sait rester à l’abri des fast food littéraires !

Le travail avec les fournisseurs

D’abord, Plume de carotte ne s’associe qu’avec des imprimeurs situés à maximum 800km de son siège éditorial. Mais plus encore, elle sélectionne avant tout des imprimeurs travaillant dans le respect de l’environnement, donc suivant notamment les normes Iso 14001 ou le label Imprim’Vert. Concernant le transport, la maison fait l’effort de ne s’engager qu’avec des transporteurs travaillant en groupage de livraison et dans le respect de l’environnement. Enfin, la maison travaille ardemment sur la maîtrise des taux de retour d’invendus, qu’elle souhaite faible.

Le travail interne au quotidien

Mais Plume de carotte s’engage également sur le plan individuel. Eh oui, le travail au sein de la maison d’édition se passe le plus possible d’outils polluants et énergivores. C’est ainsi qu’elle choisit des fournitures de bureau respectant l’environnement, et maîtrise sciemment la consommation du matériel électrique et informatique. De cette manière, elle sensibilise son personnel à un mode de vie plus durable, et a même créé un lieu de biodiversité au cœur de son siège administratif.

La sensibilisation au public

Cette sensibilisation passe d’abord par le sujet des ouvrages publiés qui traitent uniquement des liens entre humains et nature. Mais Plume de carotte met un point d’honneur à être transparente, tant avec ses lecteurs qu’avec ses associés. Le maître mot est finalement de réaliser un produit alternatif et respectueux de l’environnement !

Plume de carotte est une maison d’édition qui s’est tournée de manière précoce vers la production d’un livre plus durable et écologique. De par le sujet de ses publications, et de ses engagements énergétiques, elle cumule de nombreuses initiatives novatrices. Pourtant, elle est encore loin d’avoir créé une structure entièrement décarbonée et d’autres maisons d’édition, plus récentes, peuvent lui servir d’exemples.

Sources :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 11/11/2022] : https://www.plumedecarotte.com/

– Article sur des maisons d’édition écologiques [consulté le 11/11/2022] : https://mastereditionstrasbourg.wordpress.com/2020/01/22/les-editions-ecolo-compatibles/

– Charte environnementale du Syndicat national de l’édition [consulté le 11/11/2022] : file:///C:/Users/rocol/Downloads/001-CHARTE-ENVIRONNEMENTALE-SNE-NUMERIQUEEXT.pdf

L’IA au service de la lecture sociale, quid de l’environnement ?

L’accès à la lecture pour les personnes âgées, aveugles et malvoyantes est un défi. En 1976, la création de l’American Association of the Blind le relève en partie par la production de livres audios. Toutefois, toutes les solutions n’ont pas encore été trouvées.

En 2022, le laboratoire européen de la lecture numérique crée une application, Lis mon Livre, qui intègre une IA d’assistants vocaux. Elle offre une médiathèque de 50 000 livres audios accessible uniquement à l’aide de commandes vocales, à toutes personnes âgées, malvoyantes ou aveugles. Tout est possible : sélectionner un ouvrage parmi une collection personnelle, effectuer une recherche libre dans le catalogue, écouter l’ouvrage et même naviguer par sa table des matières ! Pour l’instant, l’application est compatible avec les assistants vocaux de Google ou Amazon, mais des groupes de design conversationnel travaillent sur de nouvelles technologies d’assistance vocale. En France, elle est déjà utilisée par l’association Valentin Haüy.

Mais quid de l’impact environnemental ? Bien que le papier ne soit plus en jeu dans ce cas de figure, l’usage de Lis mon Livre induit la création d’une énième base de données, jusqu’à 27 fois plus polluante que des CD. Sans compter l’acquisition pour ses utilisateurs d’une enceinte connectée. Cette dernière, comme la majorité des objets de ce type, a un impact environnemental considérable. Enfin la consommation énergétique du numérique a augmenté de 50% entre 2013 et 2017 et représente 2,7% de la consommation d’énergie globale en 2017. Le coût environnemental de ces objets électroniques ne faisant qu’augmenter proportionnellement à la quantité produite, est-ce judicieux de promouvoir un projet qui en nécessite l’acquisition ? Cela pose la question de la convergence des bienfaits sociaux et environnementaux.

SOURCES :

– Une vidéo YouTube d’explication du projet [consulté le 10/10/2022] :   https://www.youtube.com/watch?v=7BqOumXrKGM 

– La synthèse du projet [consulté le 10/10/2022] : https://www-cairn-info.sidnomade-2.grenet.fr/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2022-1-page-64.htm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search