Le nouveau rôle des Maisons d’Edition Cartoneras

Nous savons tous que la phase de fabrication du livre concentre l’essentiel des problématiques environnementales. Face à cette réalité, des maisons d’éditions ont choisi une nouvelle méthode de fabrication pour continuer d’éditer leurs livres de manière plus responsable : l’utilisation de carton récupéré dans les commerces et dans les rues.

Cette initiative voit le jour en Argentine dans les années 2000. A cette époque de nombreux pays sont en pleine récession et le marché du papier connait une pénurie. En réponse à cette problématique, Santiago Vega décide d’ouvrir en 2003 la première maison d’édition cartoneras à Buenos Aires : Eloísa Cartonera. Aujourd’hui son catalogue compte plus de 200 titres.

Le carton étant une matière première économique que l’on peut trouver facilement, c’est une bonne façon de fabriquer des livres de manière plus écologique mais aussi économique. Les maisons d’éditions cartoneras collectent elles-mêmes leurs cartons ou les achètent aux récupérateurs de rues.

Ces maisons d’éditions cartoneras allient une dimension sociale, culturelle et écologique dans leur démarche éditoriale. L’objectif étant de revaloriser le carton au vue du prix très élevé du papier et de l’existence d’une matière première déjà existante. Ainsi, les maisons d’édition récupèrent du carton en bon état pour l’utiliser en tant que support pour la création d’ouvrages.

Cette initiative a aussi une facette culturelle et sociale puisque les maisons d’éditions qui s’inscrivent dans cette lignée veulent mettre en valeur des auteurs peu connus et sensibiliser les écoles et les centres culturels à la pratique culturelle. Leur intérêt premier n’était pas de créer un projet à but lucratif.

Elles sont aujourd’hui présentes dans de nombreux pays même s’il n’est pas possible d’en connaitre le nombre exact puisqu’elles ne sont pas inscrites dans un registre officiel. Entre 2003 et 2018, D. Canosa en a dénombré 280 principalement en Amérique latine mais également en France et en Espagne. Ce projet a donc connu un rayonnement international.

On peut prendre l’exemple de la maison d’édition alternative Cosette Cartonera, fondée en 2016 par Alicia Cuerva à Clermont-Ferrand. Dans cette maison d’édition chaque livre est fabriqué grâce à des cartons de récupération et les couvertures sont peintes à la main.

Cette méthode de fabrication du livre à base de carton revalorisé propose une alternative à la pensée productiviste et industrielle qui marque encore la chaine du livre. Elle a un impact positif sur la production du livre, cependant, elle reste minoritaire et peu présente en réalité sur le marché du livre.

Manon MERCIER – M1 MDLE

SOURCES :

Collectif . (2021). Les alternatives: écologie, économie sociale et solidaire : l’avenir du livre ?

Kudaibergen, J. (2020, 1 janvier). Las editoriales cartoneras mexicanas y la democratización de la cultura : retos y propuestas de la edición alternativa.

Le papier de pierre, une révolution verte de l’industrie papetière ?

Nous savons tous que le bois est la principale matière première utilisée pour la fabrication du papier. Cependant notre consommation de papier actuelle engendre de graves conséquences en termes de déforestation. On estime qu’au niveau mondial, environ 13 millions d’hectares de bois bruts disparaissent chaque année. Des chiffres inquiétants qui ne tendent pas à diminuer. A cela s’ajoute les quantités considérables d’eau utilisées pour la production du papier.

Pour contrer cette problématique, des ingénieurs taïwanais de la Taïwan Lung Meng Tecnology Corporation ont mis au point une vraie nouveauté dans le monde du papier : le papier de pierre.

Ce papier est fabriqué à partir de roche calcaire et de polyéthylène non toxique. Le processus de fabrication ne requiert aucun acide, blanchiment (le carbonate de calcium qui la compose la rend blanche naturellement), ni alcali (solution aux propriétés basiques) et ne rejette aucun déchet dans la nature. Il préserve la qualité des eaux et des sols en contournant l’emploi d’agents blanchissants polluants (souvent à base de chlore ou d’eau de Javel).

À titre de comparaison, la production d’une tonne de pâte à papier classique nécessite l’utilisation de 2 à 3 tonnes de bois et l’usage de plus 60 000 à 100 000L d’eau (cf. image ci-dessous). Le procédé total dégage environ une tonne d’émissions de CO². En plus de résoudre les problèmes de déforestation, le papier de pierre résout également la problématique de l’eau puisqu’aucune goutte n’est utilisée dans son processus de fabrication. C’est un progrès écologique conséquent.

Ce processus de fabrication permet au pays n’ayant plus suffisamment de bois ni d’eau de continuer de produire du papier. Cette alternative permet par la même occasion de préserver une partie de nos forêts et de notre eau.

Le papier de pierre étant un papier fait de roche et de résine, il est étanche et résiste au temps. Il peut être utilisé de différentes manières telles que pour la fabrication de livres, d’affiches, de carton et peut même remplacer certains emballages plastiques. Il peut être aussi intéressant d’utiliser ce papier comme support pour les œuvres, ce qui permettrait d’éviter leur dégradation dû à l’humidité.  L’un des autres avantages du papier de pierre est qu’il est peu absorbant, il consomme jusqu’à 20 à 30 % d’encre en moins qu’un papier classique.

Le but n’est pas de remplacer complètement le papier « classique » par du papier minéral. En effet le papier « classique » n’a pas qu’une empreinte négative sur l’environnement puisqu’il peut être fabriqué à partir de forêts gérées durablement et peut être facilement recyclé à condition d’ajouter de nouvelles fibres de bois vierges, dont l’extraction consomme des milliers de litres d’eau. Ce n’est pas le cas du papier minéral qui, faute d’utilisation suffisante en France, n’a pas d’entreprise spécialisées pour son recyclage et doit donc être transporté jusqu’en Asie pour connaître une seconde utilisation.

On remarque donc que chaque progrès écologique a ses limites et qu’il est préférable de les combiner pour permettre une décarbonation du monde du livre.

Manon MERCIER

SOURCES:

Papier Ecologique en remplacement des supports 100 % plastiques-Mineral Paper. (s. d.).

Le papier de pierre : révolutionnaire et écologique. (2018, 21 septembre). Kaizen. 

Pionnier et leader : le perpétuel combat d’Hachette Livre contre la décarbonation

En prime d’être le leader des maisons d’édition française, Hachette Livre s’instaure, depuis 2009, également comme pionnier de la gestion environnementale durable. En effet, cela fait 12 ans qu’Hachette Livre a mené ses premières actions en faveur de l’environnement, ils ont su identifier et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’environ 20%. Ce qui les place en tête des maisons d’édition engagées dans la décarbonation de la chaîne du livre. 

Pour mener à bien cette volonté d’engagement dans l’écologie, le groupe n’a pas hésité à collaborer avec Carbone 4, un cabinet de conseil de référence sur les enjeux environnementaux. 

Depuis 2009, Hachette Livre a mené de nombreuses actions pour limiter leur taux de carbone tels que s’entourer de collaborateurs soucieux de l’environnement, investir dans un papier certifié, mais encore sensibiliser les acteurs du groupe à ce projet, etc. Cependant, face à l’amplification de la crise énergétique, Hachette Livre a décidé d’intensifier sa politique et le nombre d’actions mises en place afin de restreindre au mieux sa consommation d’énergie et son empreinte carbone et environnementale. 

Ainsi, d’après le communiqué de presse qu’ils ont publié le 21 décembre 2022, le groupe a instauré la « stratégie 30/30 ». 

« Stratégie 30/30 » qu’est-ce que ça signifie ? 

À travers cette stratégie, Hachette Livre cherche à s’engager davantage dans une volonté de réduction de 30% de ses émissions globales d’ici 2030 ce qui lui permettra d’accroître ses actions de décarbonation. Ce plan d’action est en corrélation avec celui mis en place par le groupe Lagardère qui repose sur une approche SBTi (Science-based targets initiative). 

            Conceptualiser en coopération avec le cabinet Carbone 4, ils ont su identifier les différentes sources d’émissions de gaz à effet de serre et par conséquent, concevoir des actions concrètes, mesurables et traçables sur plusieurs domaines de travail tels que le papier, la surfabrication, la fabrication et le travail, d’un point de vue français ou international. 

« Engagement inédit dans le monde de l’édition, de par son envergure internationale et de par sa modélisation intégrant les 3 scopes, avec un objectif de réduction de 30% des émissions liées à ses activités d’ici 2030, soit une réduction de 2,5% par an » – Communiqué de presse d’Hachette Livre. 

Avec cette stratégie, le groupe est le premier dans le monde de l’édition à proposer un plan de décarbonation audacieux basé sur des efforts de réduction de ses émissions. 

Très bien, mais qu’est-ce que les 3 scopes ? 

  • Scope 1 et 2 : émissions directes, c’est-à-dire les véhicules et bâtiments (consommation de combustibles fossiles, électricité, fuite de gaz réfrigérants, etc.). L’ensemble de ces deux scopes correspond à 3% des émissions de l’ensemble du groupe. 
  • Scope 3 : concerne la production de papier, l’impression-façonnage, le transport amont-aval et la fin de vie des produits. Celui-ci, quant à lui, renvoie à 97% des émissions du groupe. 

Hachette Livre va donc introduire de nouvelles actions dans l’objectif de réduire ses taux, notamment le taux du Scope 3 sur lequel il va se centrer. 

Cependant, en quoi cela consiste concrètement ? 

Concernant les scopes 1 et 2, Hachette Livre vise à instaurer une nouvelle politique de flotte de véhicules, un passage du fioul ou du gaz à l’électricité ou à la biomasse, à l’installation de panneaux solaires, à la formation des salariés à l’éco-conduite, à la mise en place d’un système de pilotage de l’énergie et vise à tendre vers une consommation d’énergie 100% renouvelables dès 2026. 

À propos du scope 3, Hachette Livre a décidé de s’orienter sur 4 grands axes de travail :

  • – 30% du taux de livres pilonnés (Pillon des retours ou du sur stock) ;
    • Développement des outils pour l’optimisation de la visibilité sur les stocks de l’ensemble de la chaîne ;
    • Utilisation de la data pour permettre aux éditeurs et aux équipes commerciales d’optimiser aux mieux les tirages et réduire les retours ;
  • -26% d’intensité carbone liée à la production de papier ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux dans le choix des fournisseurs de papier ;
    • Favoriser de manière systématique des papetiers les moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;
  • -18% d’intensité carbone des activités d’impression-façonnage ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux pour la sélection des imprimeurs et relieurs dans les appels d’offre ;
    • Favoriser des imprimeurs et des relieurs moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;

Sur une dimension annuelle, le groupe vise à réduire de 1% le fret amont et de 1,5% le fret aval. 

  • Essayer de remplacer le fret aérien par du fret maritime ou routier 
    • Challenger les fournisseurs pour optimiser leurs livraisons 
    • Réduire les volumes de produits 
    • Identifier les produits qui pourraient être fabriqués localement 
    • Inclure les performances environnementales dans les appels à projets 
    • Grouper les livraisons à l’international 

Avec cette « stratégie 30/30 », le groupe Hachette Livre s’impose indéniablement comme le leader environnemental des maisons d’éditions avec des actions diverses et variées de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Dans une vision plus globale du projet, le groupe cherche également à associer ses collaborateurs à cette initiative, à travers la mise en place de green week, d’éco conception, ou encore d’éco-challenge. De plus, la sensibilisation prend une grande place dans leur projet de décarbonation, pour cela, chaque nouvel acteur de l’entreprise suivra une formation de sensibilisation aux enjeux environnementaux. Par conséquent, Hachette Livre consacre une grande partie de leur réflexion autour des questions environnementales. Ils sont continuellement à la recherche de nouvelles innovations afin de décarboner au mieux leurs ouvrages et leur groupe. 

Camille Gibaudan, MDLE 

Source :

RSE
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search