La maison d’édition Wildproject : l’engagement pour une nouvelle chaîne du livre ?

Baptiste Lanaspeze crée en 2009 la maison d’édition indépendante Wildproject. Cette dernière souhaite aller à contre-courant d’une production éditoriale industrielle et aliénante pour la planète. Son but ? Importer et acclimater en langue française les pensées de l’écologie.

Depuis une décennie, la maison s’applique à ne publier que des ouvrages philosophiques traitant d’écologie. Elle a commencé par Printemps silencieux de Rachel Carson et Vers l’écologie profonde d’Arne Næss. Ils font partie des premiers livres qui ont lancé le mouvement écologiste dans les années 1960 et 1970 ! C’est donc un projet qui rassemble les livres fondateurs de la pensée écologiste. Depuis, la maison continue sur sa lancée. On peut le voir à travers ses collections dont l’engagement écologique est débordant : « Domaine sauvage », « Le Monde qui vient », « Tête nue » ou encore « Petite bibliothèque d’écologie populaire » pour les livres de poche.

Finalement, cette volonté écologique avant-gardiste pour l’époque, est fondamentale du projet éditorial. Pourtant, depuis quelques années, l’écologie n’est plus un sujet de niche, ni un sujet de spécialistes : elle est au cœur de notre quotidien et de nos sociétés. Aujourd’hui, la maison propose un catalogue d’une centaine de titres et a comme but l’émergence d’une édition plus durable.

En effet, la maison ne se contente pas de publier des ouvrages traitant d’écologie ; elle se donne comme objectif de créer des objets plus durables et écologiques. L’impression est au cœur de cet engagement. Les ouvrages sont d’abord imprimés sur les presses de Sepec, imprimerie située dans l’Ain qui imprime et relie tous ses ouvrages en France. Sur cette même lignée, l’imprimerie est certifiée FSC et labellisée Imprim’Vert, le papier quant à lui est certifié PEFC. Finalement une impression faite dans une gestion écologique des forêts et s’appliquant à traiter de manière responsable ses déchets. L’accumulation de ces labels signifie véritablement l’engagement de Wildproject : ils garantissent l’absence de lien à la déforestation, la réduction voire l’absence de pesticides ainsi que l’absence d’OGM. Ces efforts sont un pas énorme pour la planète.

Mais la maison ne s’arrête pas là ! En effet, le site web a entièrement été pensé et optimisé pour limiter au maximum les ressources nécessaires à son fonctionnement et à son affichage. Eh oui, aujourd’hui la communication et la médiation des maisons d’édition sur Internet est indispensable. Ici, Wildproject nous montre qu’il est aussi possible d’être responsable sur ce point ! En effet, le site reste très sobre, sans images (même pas celles de leurs publications !) pour réduire le poids des pages. Une attention est également portée sur la typographie. Chaque mois, des milliers de sessions sont ouvertes sur le site de Wildproject et à cette échelle l’économie d’énergie est fondamentale ! De même, les serveurs du site sont hébergés en France, dans une démarche Informatique durable.

Enfin, la maison d’édition fait partie de groupes engagés pour l’écologie. Par exemple, elle a participé à la création de l’Association pour l’écologie du livre en 2019, dont le but est de construire de nouvelles perspectives écologiques pour la chaîne du livre.

Finalement, Wildproject est un exemple d’une chaîne du livre innovante, plus respectueuse de l’environnement et de la planète. Une maison qui s’efforce depuis sa naissance, de renouveler cet espace de création, et qui ne cesse, année après année, de nous étonner par des engagements de plus en plus forts !

SOURCES :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 9/12/2022] : https://wildproject.org/la-maison

– Interview du fondateur de Wildproject par le CNL [consulté le 9/12/2022] : https://centrenationaldulivre.fr/actualites/baptiste-lanaspeze-directeur-des-editions-wildproject

Plume de carotte, la maison d’édition « nature » ? 

Ayant pris conscience de l’urgence énergétique dans laquelle nous vivons actuellement, de nombreuses maisons d’édition ont été créées ces dernières années pour « décarboner le livre ». L’une d’entre elles est « Plume de carotte »…

Plume de carotte est une maison d’édition créée en 2001 sous l’impulsion de Frédéric Lisak. La maison se définit avant tout comme une maison d’édition « nature », c’est-à-dire que les ouvrages traitent des liens entre les humains et la nature. Elle considère que les maisons d’éditions sont des actrices essentielles de la diffusion de la culture. Leur rôle est donc de sensibiliser leur public (grands et petits) aux problématiques énergétiques. Mais plus que d’aborder l’histoire des Arbres, des Réserves naturelles de France ou encore de l’écosystème marin, la maison s’engage écologiquement sur quatre axes.

La fabrication des ouvrages

Plume de carotte choisit d’utiliser systématiquement du papier issu de forêts gérées durablement et des encres à base d’huile végétale. Dans l’idée de réduire au maximum ses déchets, la maison n’utilise plus de pelliculage et décide de le remplacer par des vernis acryliques. Choix par ailleurs encouragé par la Charte environnementale de l’édition de livres. De même, la structure s’engage à publier un nombre restreint d’ouvrages chaque année avec un tirage moyen de 3 000 exemplaires. Finalement, une production qui sait rester à l’abri des fast food littéraires !

Le travail avec les fournisseurs

D’abord, Plume de carotte ne s’associe qu’avec des imprimeurs situés à maximum 800km de son siège éditorial. Mais plus encore, elle sélectionne avant tout des imprimeurs travaillant dans le respect de l’environnement, donc suivant notamment les normes Iso 14001 ou le label Imprim’Vert. Concernant le transport, la maison fait l’effort de ne s’engager qu’avec des transporteurs travaillant en groupage de livraison et dans le respect de l’environnement. Enfin, la maison travaille ardemment sur la maîtrise des taux de retour d’invendus, qu’elle souhaite faible.

Le travail interne au quotidien

Mais Plume de carotte s’engage également sur le plan individuel. Eh oui, le travail au sein de la maison d’édition se passe le plus possible d’outils polluants et énergivores. C’est ainsi qu’elle choisit des fournitures de bureau respectant l’environnement, et maîtrise sciemment la consommation du matériel électrique et informatique. De cette manière, elle sensibilise son personnel à un mode de vie plus durable, et a même créé un lieu de biodiversité au cœur de son siège administratif.

La sensibilisation au public

Cette sensibilisation passe d’abord par le sujet des ouvrages publiés qui traitent uniquement des liens entre humains et nature. Mais Plume de carotte met un point d’honneur à être transparente, tant avec ses lecteurs qu’avec ses associés. Le maître mot est finalement de réaliser un produit alternatif et respectueux de l’environnement !

Plume de carotte est une maison d’édition qui s’est tournée de manière précoce vers la production d’un livre plus durable et écologique. De par le sujet de ses publications, et de ses engagements énergétiques, elle cumule de nombreuses initiatives novatrices. Pourtant, elle est encore loin d’avoir créé une structure entièrement décarbonée et d’autres maisons d’édition, plus récentes, peuvent lui servir d’exemples.

Sources :

– Site web de la maison d’édition [consulté le 11/11/2022] : https://www.plumedecarotte.com/

– Article sur des maisons d’édition écologiques [consulté le 11/11/2022] : https://mastereditionstrasbourg.wordpress.com/2020/01/22/les-editions-ecolo-compatibles/

– Charte environnementale du Syndicat national de l’édition [consulté le 11/11/2022] : file:///C:/Users/rocol/Downloads/001-CHARTE-ENVIRONNEMENTALE-SNE-NUMERIQUEEXT.pdf

L’IA au service de la lecture sociale, quid de l’environnement ?

L’accès à la lecture pour les personnes âgées, aveugles et malvoyantes est un défi. En 1976, la création de l’American Association of the Blind le relève en partie par la production de livres audios. Toutefois, toutes les solutions n’ont pas encore été trouvées.

En 2022, le laboratoire européen de la lecture numérique crée une application, Lis mon Livre, qui intègre une IA d’assistants vocaux. Elle offre une médiathèque de 50 000 livres audios accessible uniquement à l’aide de commandes vocales, à toutes personnes âgées, malvoyantes ou aveugles. Tout est possible : sélectionner un ouvrage parmi une collection personnelle, effectuer une recherche libre dans le catalogue, écouter l’ouvrage et même naviguer par sa table des matières ! Pour l’instant, l’application est compatible avec les assistants vocaux de Google ou Amazon, mais des groupes de design conversationnel travaillent sur de nouvelles technologies d’assistance vocale. En France, elle est déjà utilisée par l’association Valentin Haüy.

Mais quid de l’impact environnemental ? Bien que le papier ne soit plus en jeu dans ce cas de figure, l’usage de Lis mon Livre induit la création d’une énième base de données, jusqu’à 27 fois plus polluante que des CD. Sans compter l’acquisition pour ses utilisateurs d’une enceinte connectée. Cette dernière, comme la majorité des objets de ce type, a un impact environnemental considérable. Enfin la consommation énergétique du numérique a augmenté de 50% entre 2013 et 2017 et représente 2,7% de la consommation d’énergie globale en 2017. Le coût environnemental de ces objets électroniques ne faisant qu’augmenter proportionnellement à la quantité produite, est-ce judicieux de promouvoir un projet qui en nécessite l’acquisition ? Cela pose la question de la convergence des bienfaits sociaux et environnementaux.

SOURCES :

– Une vidéo YouTube d’explication du projet [consulté le 10/10/2022] :   https://www.youtube.com/watch?v=7BqOumXrKGM 

– La synthèse du projet [consulté le 10/10/2022] : https://www-cairn-info.sidnomade-2.grenet.fr/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2022-1-page-64.htm

Hachette fait son bilan carbone

Hachette, premier groupe d’édition français, publie en 2021 pour la première fois son bilan carbone dans son rapport RSE. Le résultat tombe : au niveau mondial, le bilan carbone de Hachette s’élève a 530 000 tonnes de CO2. Pour se rendre compte, selon l’Agence de l’environnement de la maîtrise d’énergie, une tonne de CO2 correspondrait à 5000 km en voiture.

Mais c’est en 2021 que le bilan carbone de l’entreprise est publié pour la première fois, en France. Hachette déclare que cela « servira de base pour fixer une trajectoire ambitieuse à [l’]horizon 2030, qui sera définie en 2022 en suivant l’initiative SBT [Science Based Targets, qui fixe des objectifs de réduction des émissions carbone] ». En effet ce rapport met en lumière les différentes démarches réalisées par la maison Hachette ainsi que leurs objectifs futurs.

Cela fait un certain nombre d’années maintenant que le groupe Hachette réalise des démarches que l’on pourrait qualifier d’écologique. En 2012, le groupe a mis en place un système d’étiquetage carbone, servant à informer les lecteurs sur l’empreinte écologique des livres. Sur cette étiquette on retrouve l’équivalent en CO2 de l’empreinte carbone de l’ouvrage. On peut alors se rendre sur le site www.hachette-durable.fr afin de se rendre compte de ce que ce nombre signifie ; en minutes de télévision, ou encore en mètre parcourus en voiture par exemple.

C’est sur ce site que Hachette explique sa démarche. Entre autre, que le groupe décide de se concentrer sur le problème du réchauffement climatique car c’est une menace immédiate. Il déclare aussi concentrer ses efforts sur le calcul d’une empreinte carbone pour les livres, sur l’utilisation de papiers certifiés et enfin sur la communication au public sur ces démarches. En effet, dans ce rapport RSE, l’entreprise met en avant que 98 % du papier qu’elle utilise est certifié (labels FSC ou PEFC) ou recyclé, ou alors que ses émissions CO2 ont baissé de 20 % depuis 2009.

Les efforts de Hachette Livre en France sont à saluer. Étant le leader sur son marché, son engagement et ses démarches peuvent encourager d’autres à les suivre. Néanmoins, le contexte économique actuel reste difficile, avec la crise du papier et l’inflation, on peut se questionner sur les futures démarches du groupe. Cela sera à suivre dans le prochain rapport RSE de Hachette Livre.

Le rapport RSE de 2021 de Hachette Livre est consultable ici.

Sources : https://www.hachette-durable.fr/empreinte-carbone

https://www.hachette.com/fr/rse/

https://actualitte.com/article/106746/edition/530-000-tonnes-d-equivalent-co2-pour-hachette-au-niveau-mondial

La charte des éditeurs écolo-compatibles

Le projet de charte environnementale des éditeurs a vu le jour en 2010 à Paris, pendant la 30ème édition du salon du livre. Il consiste en un collectif de huit maisons d’édition. Leur mission, proposer des actions pour réduire l’empreinte environnementale et sociale de l’édition papier.

Le collectif profite du salon du livre de Paris pour se réunir tous les ans. Les huit maisons d’éditions qui le composent sont Yves Michel, La Plage, Plumes de Carotte, Pour Penser, Souffle d’Or, Rue de L’Échiquier, La Salamandre, Éditions Terran. Ces maisons éditent des livres proposant une réflexion écologique, mais aussi des guides pratiques pour adopter une attitude plus écologique au quotidien. Elles s’engagent aussi à travailler avec des auteurs engagés pour la cause environnementale. Le salon du livre est l’occasion pour eux de pousser les lecteurs vers une réflexion plus collective en favorisant les échanges entre eux et avec eux.

Mais ces éditeurs s’engagent eux aussi à mettre en place des actions selon la charte établie. Parmi ces actions, nous pouvons en citer quatre :

  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur du papier recyclé ou labellisé,
  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 500 km de leur lieu de stockage,
  • donner à des associations où à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie,
  • contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Frédéric Lisak, gérant de la maison d’édition Plumes de carotte a expliqué :« Nous envisageons deux sortes d’engagements. Des choix de fabrication, nécessitant une veille technologique, sur les papiers, les encres, la distance à laquelle se trouve des imprimeurs ; des choix ”sociaux”, afin de travailler avec des sociétés ayant un minimum de respect vis-à-vis des auteurs, en leur versant un droit d’auteur systématique et non en les payant au forfait, ce qui les désavantage en cas de succès d’un livre ».

D’après le Shift Project, association qui œuvre en faveur de la réduction de la contrainte carbone, un livre en librairie aurait une empreinte carbone d’environ 2kg. Le bilan carbone d’un livre peut se décomposer en de nombreux critères. Parmi eux, la production est le critère le plus important, représentant 40 % du total du bilan. Dans le contexte écologique actuel, la démarche des éditeurs écolo-compatibles ne peut qu’être saluée.

Sources : http://www.presseedition.fr/les_editeurs_ecolocompatibles_lancent_une_etude_sur_l_ecoconcepti_P_AA_R_0_A_5842_.html

Les éditions écolo compatibles

La charte environnementale des éditeurs

Les Maisons d’éditions indépendantes : la solution au problème écologique ? L’exemple de La Mer Salée. 

Dans les dernières années, la conscience écologique des acteurs du monde du livres prend de plus en plus de place. Face au silence des grands groupes dominant le marché (seul Hachette a rendu son bilan carbone public) de plus en plus de maisons d’édition indépendantes apparaissent et proposent des modèles de production alternatifs à ceux des grandes maisons d’éditions.

La Mer Salée (Éditions La Mer Salée,) est une maison d’édition indépendante engagée écologiquement comme socialement. Fondée en 2013 par Sandrine et Yannick Roudaut, cette maison d’édition propose un modèle de chaîne de fabrication limité à peu d’ouvrage et à un rayon de cent kilomètres. Basée à Nantes, La Mer Salée publie exclusivement des livres tournés qui transmettent des messages écologiques ou sociétaux et proposent des modèles d’utopie positives.

De la sélection de l’encre à la distribution : réduire l’impact écologique des ouvrages.

La Mer Salée se base sur un modèle économique peu courant dans le monde du livre actuel : celui de se limiter à un rayon d’action très proche. La prépresse des ouvrages est assurée par une agence de Rezé : PCA CMB (PCA CMB (pca-cmb.com) , entreprise à neuf kilomètres de Nantes. Imprimé et façonné à Offset 5, une entreprise basée à La Moche Achards, les ouvrages de la Mer Salée ont un ancrage limité et n’ont pas de pelliculage. Le papier utilisé est un papier FSC issu de forêt européenne gérée durablement. L’encre est a base végétale, c’est à dire qu’elle n’est pas issue de minéraux mais d’huile végétale. D’origine allemande cette huile permet de limiter grandement les déchets volatiles et n’as pas recours à la pétrochimie.

La distribution et la diffusion de La Mer Salée sont prises en charge par Harmonia Mundi. Accompagnant plus de 110 éditeurs francophones, cette entreprise française fondée en 1959 promeut des valeurs d’indépendance et favorise la diversité dans les ouvrages.

Dire non à la surproduction.

Selon un rapport du SNE fait en 2012, 42 200 tonnes de livres publiés sont retournées au distributeurs chaque année. Hachette, la plus grande maison d’édition Française produit près de 18 000 nouveautés par an. Cette surproduction de masse est un enjeu de taille pour l’environnement et la mise en place d’un monde du livre durable.

Pour répondre à cette problématique, La Mer Salée a choisi de ne publier que cinq ouvrages par an maximum. Pourtant créée il y a huit ans, la maison d’édition ne compte que dix-sept ouvrages sur son catalogue. Cette limitation volontaire de leur champ d’action est une preuve de l’importance portée à la pertinence des œuvres.
De plus La Mer Salée s’engage à ne pas pratiquer le pilon mais recycler leur livres en les offrant à des associations et à des publics sensibles.

La Mer Salée est un exemple local d’une maison d’édition qui a réussi grâce à un modèle économique particulier à se démarquer. Cette maison d’édition appartient à plusieurs collectifs comme le collectifs d’éditeurs COLL-LiBris (Le collectif Coll.LIBRIS,), créé en 2012 et qui a pour but de promouvoir les éditeurs du Pays de la Loire par le bais de Salon et de manifestations littéraires.

Cependant leur marché limité ne fait sûrement pas de La Mer Salée un concurrent direct aux grands groupes de l’édition mais propose plutôt une méthode alternative dont ces grands groupes pourraient s’inspirer. 

POULET Laureline M1 MDLE

Sources :
Le collectif Coll.LIBRIS, des éditeurs en Pays de la Loire (coll-libris-paysdelaloire.fr)
L’association | Mobilis (mobilis-paysdelaloire.fr)
Le processus de production Prépresse – PCA CMB (pca-cmb.com)
Éditions La Mer Salée, maison d’édition locale et écologique à Nantes (lamersalee.com)
– http://harmoniamundilivre.com/
Hachette-Livre-France-Rapport_RSE_2021-2022.pdf

PAPREC : un expert de la valorisation des déchets

Est-ce que vous aussi vous triez vos déchets pour les recycler ? C’est bien vous contribuez à faire de la France une des nations hautement concernées par le recyclage !

Intéressons nosu à un acteur spécialisé dans le recyclage de déchets en France : PAPREC.

Logo de l’entreprise Paprec

Reprise en 1994 par Jean-Luc PETITHUGUENIN, l’entreprise PAPREC était à l’origine spécialisée dans le recyclage du papier et des cartons. Depuis elle ne cesse de s’agrandir et d’innover en recyclant de nouveaux matériaux : plastique, bois, papiers confidentiels… Aujourd’hui l’entreprise est portée par des valeurs humaines qui se trouvent au coeur de leurs actions comme le respect mutuel, la laïcité ou encore la diversité. Tout cela dans le but d’accélérer la transition écologique en mettant le recyclage comme enjeu stratégique de l’économie circulaire. Mais quelles sont vraiment les matériaux récupérés et recyclés par PAPREC ?

En tout, l’entreprise récupère 7 types de matériaux différents pour les recycler : le papier et le carton, les piles, le plastique, les véhicules hors d’usages, le verre, le métal et le bois. Chaque matériau peut prendre plusieurs formes possibles, mais pour tous il faut quand même qu’il soit dans un état correct pour pouvoir être recyclé. Faisons un focus sur le carton et le papier pour mieux comprendre comment ils sont recyclés.

En France, c’est à peu près 9 millions de tonnes de papiers et de cartons qui sont consommées chaque année, et parmi ces papiers/cartons certains ne peuvent pas être recyclés comme par exemple les papiers d’hygiène, le papier aluminium, les sachets de thé et filtres de café, et les emballages de papier et carton souillés par le gras ou par l’humidité. Tous les autre types de papier que nous trouvons sont donc recyclables.

PAPREC permet d’assurer le cycle de vie du papier via 7 étapes. Première étape, la collecte des papiers et des cartons, avec des petites poubelles dans des petites entreprises, ou carrément des bennes ou des presses à balles (machine qui écrase les papiers et cartons pour les compresser et en faire une sorte de balle) pour les usines de plus grande taille.

La deuxième étape consiste à trier ce qui a été récupérer, deux façons pour cela : le tri à la source qui s’effectue directement à l’usine, chez le particulier c’est le tri sélectif, ou alors dans des centres de tri. Troisième étape, la vente des papiers et des cartons à des usines qui vont les racheter pour les réduire en fibre pour fabriquer de la pâte à papier, qui est la quatrième étape. Cette fabrication consiste à suspendre les fibres c’est-à-dire dans les mélanger avec de l’eau et de les mixer pour former une pâte qui va passer à travers des tamis de plus en plus fin pour récupérer seulement la fibre de papier. En même temps a lieu le désencrage de ce qui reste du papier : l’encre est de base huileuse, donc dans de l’eau elle va flotter et sera facile à récupérer. Aujourd’hui la qualité de cette pâte de papier à base de papier recyclé peut équivaloir celle de bois mais avec des impacts environnementaux beaucoup plus faibles en énergie et en consommation d’eau. Notons que le recyclage du papier n’est pas infini, puisqu’une fibre peut être recyclée et réutilisée en moyenne 5 à 7 fois. L’étape cinq consiste en embobiner le papier, c’est-à-dire, de travailler la pâte à papier après qu’elle a été traité en la séchant (c’est cette étape qui déterminera le grammage du papier) puis en l’enroulant autour d’une bobine, à ce stade là le papier est exploitable, on a donc un produit fini. Faire du papier recyclé consomme 6 fois moins d’eau que produire un papier neuf. L’avant-dernière étape consiste à imprimer, façonner ces bobines de papiers pour en faire des objets utilisables par tout à chacun. Et enfin la dernière étape consiste à distribuer le papier pour qu’il soit utilisé puis de nouveau recyclé. Voilà le cycle de vie d’un papier. Paprec est présent à chaque étape pour accompagner les collaborateurs, mais également pour récupérer les chutes et déchets produits à chaque niveau pour pouvoir les recycler.

              Ainsi, Paprec est un acteur important en France pour la valorisation de nos déchets puisqu’ils les récoltent et les recyclent pour en faire de nouveaux produits. Cela permettant bien évidemment de réduire la production de papier neuf, et donc de réduire l’empreinte carbone de ces industries. Son action pour la transition environnementale se poursuit en soutenant et sponsorisant de nombreuses courses de bateaux comme La Solitaire du Figaro ou la Route du Rhum, dont le vainqueur de cette 12ème était sponsorisé par Paprec.


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE-IDB

La papeterie du Léman, le premier référent écologique dans le monde du papier

              À Publier (74), la Papeterie du Léman s’engage à produire une meilleure qualité de papier tout en étant plus respectueux de l’environnement.

Implantée depuis 1920 en Haute-Savoie, elle est un des principaux producteurs de papier d’impression fine.

Créée en 1920, la Papeterie du Léman (PDL) a été un des premiers producteurs mondial de papier à cigarettes. Rachetée par le groupe Bolloré elle va se diversifier dans l’impression mince pour en devenir le leader européen dans les années 2000. Aujourd’hui l’usine appartient à PVL Holdings et compte environ 250 employés, dont Jean-Pierre, un ouvrier qui a accepté de répondre à quelques une de mes questions. Employé depuis 34 ans à PDL, il a pu voir les différents changements de propriétaire, mais aussi les changements liés aux conditions environnementales. Il occupe actuellement le poste de conducteur-coordinateur de machine à papier. Cette papeterie a pour ambition d’imposer les papiers à faible grammage en alternative aux papiers d’impression conventionnels, tout en confirmant sa position de référent écologique.

              L’usine compte un total de 3 machines à papier, chacune produit des types de papier différent : du papier à cigarette sur la machine de Jean-Pierre, du papier cuisson sur une autre et pour finir de l’impression mince sur la dernière pour tout ce qui est livre religieux, éditions de luxe pour Gallimard, ou encore du papier pour les publicités ou des notices pharmaceutiques. Ce qui diffère sur chaque machine c’est le grammage du papier et la pâte à papier, sinon le procédé reste le même : « au début il y a la préparation, la trituration, après il y a l’épuration, le raffinage, l’égouttage, le pressage et le séchage et l’enroulage ». La préparation et la trituration sont deux étapes de la préparation de la pâte à papier, qui peut être de deux types : à base de bois ou à base de textile : « on les met dans un îlot avec un gros agitateur pour y défaire avec de l’eau, ils défont les balles en gros et ils y laissent pendant une bonne demi-heure ». Ensuite les autres étapes de création se font sur une seule machine :

Schéma de création du papier dans une machine.

              Depuis les années 90, PDL s’engage petit à petit à réduire son empreinte carbone : cela à commencé avec l’impression mince qui nécessite moins de matières premières, moins d’énergie et de stockage donc qui a un impact environnemental faible, puis avec l’acquisition d’abord du label FSC et ensuite PEFC en 2010. La même année il y a également eu la création d’une cellule d’éco-conception et d’un satellite PCC (Carbonate de Calcium Précipité) qui permet de remplacer le dioxyde de titane dans le blanchiment et l’opacité du papier. Deux ans après une chaudière biomasse a été créée qui permet la production de 50% des besoins en vapeur du site, ce qui évite l’émission de 11 500 tonnes de CO2 par an. Une station d’épuration permet de recycler l’eau et les vapeurs utilisées pour les réutiliser : les rejets de matières et de produits chimiques sont inférieurs de 70% aux normes locales. En étant certifié FSC et PEFC, PDL s’engage à favoriser les forêts durablement gérées, en achetant de la pâte à papier de bois faite à base de sous-produits de la forêt (déchets) tandis que les parties nobles du bois sont utilisées en menuiserie, charpenterie. La papeterie est également certifiée par des normes ISO : la 9001 pour la qualité du papier et la 14001 pour le management environnemental. Leur engagement écologique peut aussi se traduire par le tri de tous les types de déchets, qui vont ensuite être récupérés par une entreprise extérieure pour les recycler.

              Les Papeteries du Léman, usine de plus d’un siècle, s’inquiète de son impact environnemental depuis plus de vingt ans et agit pour le réduire, tout en continuant de produire un papier de qualité que l’on peut utiliser tous les jours. D’après Jean-Pierre, « le papier est vivant, ce qui en fait un travail intéressant qui me plaît beaucoup », ce qui explique pourquoi il y est depuis si longtemps…


DUBOULOZ-MONNET Laurie, M1 MDLE-IDB

Les Éditions Tana et leurs engagements pour décarboner le livre

Une maison d’édition qui essaie de protéger la planète en décarbonant le livre au maximum, c’est la mission que se sont fixées les Éditions Tana, un éditeur spécialisé dans l’écologie depuis 2019.

Les Éditions Tana ont été créées en 2003 et sont rachetées par Editis en 2013. Leurs valeurs, elles les transmettent dans la publication de leurs ouvrages dont les thèmes principaux sont l’écologie, la vie pratique, la nature, mais aussi l’écoféminisme par exemple. Cette maison d’édition a aujourd’hui pour but de publier des livres qui ont un impact écologique moindre, tout en éduquant les lecteurs auxquels elle s’adresse sur les différents sujets qui lui tiennent à cœur. Pour atteindre leur quête d’un livre le plus écologique possible, Tana Éditions se concentre sur plusieurs leviers d’actions, qui concernent autant le fond, que la forme finale de l’ouvrage.

Ainsi, tous leurs ouvrages sont fabriqués et imprimés en France à partir de papier labellisé FSC (Forest Stewardship Council). Cette labellisation permet de s’assurer que les matériaux utilisés proviennent d’une forêt gérée durablement et de façon responsable. De plus, les imprimeurs qui travaillent en collaboration avec Tana Éditions sont certifiés imprimvert, c’est-à-dire qu’ils s’engagent à réduire les impacts environnementaux liés aux activités de l’imprimerie. Le circuit court est lui aussi privilégié, tous les ouvrages sont imprimés en France pour éviter les pollutions liées aux transports, qui est un secteur qui pollue énormément dans le monde de l’édition (voir billet consacré à ce sujet). Un autre aspect important sur lequel les éditions s’engagent est celui des encres : les livres sont imprimés avec des encres végétales uniquement. Et pour finir, les couvertures n’ont aucun plastique dans leur pelliculage.

Toutes ces mesures ont permis à la maison de créer un label éco responsable en 2019, mais cela leur a aussi ouvert d’autres portes : certains ouvrages ont été récompensés pour leur engagement écologique. Ainsi en 2021, deux de leurs ouvrages ont reçu un prix : Comment rester écolo sans finir dépressif remporte le Prix du livre engagé pour la planète dans la catégorie essai de Mouans Sartoux, et le livre Devenir gardien de la nature obtient le Prix du livre d’écologie de l’institut européen d’Écologie.

Enfin, leur engagement écologique se fait ressentir dès leur logo. Effectivement, le scarabée, animal sacré de l’Egypte Ancienne, est indispensable à la fertilisation des sols mais est aussi menacé d’extinction. C’est un animal à protéger, et c’est ce que les Éditions Tana essaient de faire en produisant des livres plus verts afin de préserver au mieux l’environnement.

Alexiane Blache M1 MDLE

Sources :

Les éditions Tana récompensées pour leur engagement écologique | Lisez!

Tana (editis.com)

Éditions Tana — Wikipédia (wikipedia.org)

Livre ReSisters, écrit par Jeanne Burgart-Goutal et Aurore Chapon, publié aux Editions Tana en 2021.

Des prix littéraires pour l’environnement

De nombreux livres publiés aujourd’hui ont comme sujet principal l’environnement et sa protection. Dans une volonté de les mettre en avant en les récompensant, la métropole de Lyon s’est lancée comme défi de décerner des prix pour saluer les meilleurs d’entre eux.  

Une prise de position en faveur de l’environnement

Certaines villes françaises s’engagent pour l’environnement et notamment au niveau des secteurs du livre. C’est ainsi que la Métropole de Lyon s’est associée à la Maison de l’environnement pour mettre en place différents projets, en ayant comme principal objectif de diffuser la culture environnementale et favoriser l’écocitoyenneté sur le territoire. Des actions culturelles sont encouragées pour initier dès le plus jeune âge à la transition écologique.

Pour aborder plus en détails ce qu’est la Maison de l’Environnement de Lyon, c’est une structure qui a été créée en 1994 et qui regroupe une cinquantaine d’associations et de membres qui ont comme but commun : œuvrer pour la transition écologique sur le territoire. Cette maison est un lieu central de diffusion de l’information et de rencontres pour tout ce qui concerne les enjeux environnementaux, et qui œuvre pour soutenir la transition écologique des différents acteurs qui composent le territoire : les citoyens, les entreprises…

Ainsi, de nombreux projets autour du livre et de l’écologie voient le jour grâce à la collaboration de ces deux acteurs. 

Graines d’écolectures

Le projet Graines d’écolectures, anciennement appelé le Prix collégien du Livre Environnement, est né grâce au soutien de la Maison de l’environnement et de la Métropole de Lyon . Ce projet est composé de différentes étapes :

  • Tout d’abord, une sélection de livres (romans, BD, documentaires…) est présentée à des élèves de 4ème et 3ème.
  • Ils doivent les lire.
  • Puis se questionner sur les enjeux écologiques que ces livres présentent : des débats sont organisés, des activités autour des livres sont mises en place telles que des rencontres avec les auteurs, des travaux…
  • Quand tout cela a été fait et pour clôturer ce concours qui élit le coup de cœur des élèves, chaque classe participante doit présenter une réalisation : un film, une pièce de théâtre par exemple, aux autres classes de l’école.

Ainsi, cela permet aux élèves de travailler sur des problématiques environnementales, tout en découvrant de nouveaux livres, pour finalement élire leur livre préféré parmi la sélection qui leur a été proposée.

Prix lire pour agir

Le prix Lire pour agir est un prix qui voit le jour en 2022. Celui-ci est un prix de la transition écologique et récompense un livre en se basant sur trois critères principaux :

  • Sa qualité littéraire ;
  • Son engagement ;
  • Et la variété des enjeux écologiques abordés.

Pour cela, une sélection de six ouvrages parus en 2021 est effectuée, et l’élection du livre gagnant se fait grâce aux votes des internautes pour leur livre préféré. Les bibliothécaires peuvent eux-aussi participer en élisant l’ouvrage lauréat, qui aura lui aussi un prix.

Ces deux initiatives de la Maison de l’Environnement et de la Métropole de Lyon permettent de mettre en avant des livres qui font passer des messages pour l’environnement et sa protection. Tout en impliquant les citoyens, des collégiens aux adultes, et en permettant la diffusion des idées liées à la transition énergétique et à l’écocitoyenneté.

Alexiane Blache M1 MDLE

Sources : Lire pour agir : 1ère édition ! – Maison de L’Environnement (maison-environnement.fr)

Graines d’écolectures – Prix collégien du livre environnement (laclasse.com)

Projets autour du livre – Maison de L’Environnement (maison-environnement.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search