Vinted, une autre forme de librairie d’occasion 100% en ligne ?

Vinted est un marché en ligne fondé en 2008 à Vilnius et implanté en France en 2013. Initialement prévue pour la vente de vêtements pour femme, l’application va élargir ses horizons. En effet, peu après, la vente de vêtements va s’étendre également aux hommes puis aux enfants. Aujourd’hui, nous pouvons acheter sur Vinted des mobiliers, des jeux, mais aussi des livres. En France en 2021, Vinted compte plus de 16 millions de membres  et fait partie des dix applications les plus visitées selon la Fevad!

Bien qu’il soit nécessaire d’avoir un compte pour utiliser Vinted, l’inscription est gratuite. Le concept de la plateforme est relativement simple. Les “Vinties” peuvent être aussi bien des acheteurs que des vendeurs. Une fois l’article mis en ligne et le prix fixé, le vendeur n’a plus qu’à attendre. Lorsqu’un utilisateur est intéressé par un article, il peut directement l’acheter en cliquant sur l’article, ou bien, il peut dialoguer avec le vendeur pour avoir plus d’informations. L’argent de l’achat est reversé dans un porte-monnaie virtuel qui pourra être utilisé par le vendeur pour faire lui-même des achats ou pour faire un virement sur son compte bancaire.

Le livre est devenu un produit de la plateforme: des milliers de livres d’occasions sont mis en vente. Le but étant essentiellement de vider ses étagères, les prix ne sont pas élevés. Il est possible de trouver des séries de livres pour seulement une dizaine d’euros. Il est donc facile de trouver de bonnes affaires quand on sait qu’un seul livre neuf broché coûte en moyenne 18€. Par exemple, pour une trilogie très connue comme “Hunger Games” écrit par Suzanne Collins, l’acheteur pourra payer 16 euros sur Vinted alors que dans une librairie basique, il en aura pour 54, 45 euros. 

Au vu des millions de livres neufs jetés chaque année (142 millions de livres sont jetés chaque année) , il est important de changer nos habitudes. Cette application repose entièrement sur le principe de la seconde main. Et, cette pratique permet à la fois de faire des économies mais aussi de réaliser une bonne action pour l’environnement. Peu importe que le livre soit neuf ou d’occasion, que l’ouvrage soit recouvert d’un film plastique ou que les pages soient légèrement cornées, l’histoire, elle, restera intacte. C’est pourquoi, il est important de donner une autre vie à ces livres pour leur éviter de finir à la poubelle alors qu’ils ont encore tant à raconter et à apporter. 

Les livres d’occasions sont de plus en plus mis en avant. Que ce soit par des librairies d’occasions comme Gibert Joseph ou bien par des événements comme les salons du livre d’occasion organisés à Prayssac ou à Molsheim. Vinted participe à cette mise en exergue du livre d’occasion. Ce dernier, malgré le fait qu’il ait déjà servi, conserve sa valeur de produit culturel.

SIGB décarbonés, ou comment réduire la consommation des serveurs

L’utilité des serveurs n’est plus à prouver. De nombreuses institutions s’en servent car ces outils sont très utiles. Par l’usage des serveurs, les structures de la chaîne du livre participent à l’empreinte carbone du livre. Cependant, l’impact carbone des serveurs n’est, lui aussi, plus à prouver. Comment réduire l’impact environnemental sur cet aspect-là, et plus particulièrement sur l’empreinte carbone des données stockées par les bibliothèques ?

Tout est une question de sauvegarde : certaines bibliothèques ont des missions patrimoniales, à vocation de conservation. C’est le cas de la BNF par exemple. Aujourd’hui, la plupart des bibliothèques n’ont plus cette mission. Un des premiers leviers de réduction de l’empreinte carbone est le désherbage, déjà bien connu dans les structures documentaires. Il permet de libérer de l’espace de stockage sur le serveur, et ainsi les livres délaissés par les usagers cessent de consommer. Mais cela n’est pas suffisant : la quantité documentaire est si importante qu’il faudrait trier beaucoup plus strictement les documents. Or, dans une logique sociale de liberté d’expression et d’accès pour tous en bibliothèque, il ne s’agit pas d’une solution viable.

Alors il faut revenir sur la source du problème : les serveurs. Pourquoi consomment-ils ? Tout simplement parce qu’un serveur chauffe, et qu’il faut le refroidir. Des hébergeurs ont réfléchi à la question et ont trouvé diverses idées pour avoir des serveurs moins polluants. La plus courante est le recyclage de la chaleur émise par les serveurs. Certains hébergeurs ont pensé à installer les data center dans des bâtiments. Qarnot computing et Stimergy par exemple ont réfléchi à des « radiateurs ordinateurs », ou des « chaudières numériques », qui redirigent de façon intelligente la chaleur des serveurs pour chauffer, et ainsi consommer moins d’énergie d’une façon générale. D’autres initiatives intéressantes sont à noter, comme l’apport en électricité venant d’énergie renouvelable[1], ou l’utilisation d’un air humide au lieu d’une climatisation[2]. Cependant il faut se méfier des idées qui semblent écologiquement viable mais qui favorisent plutôt l’argument économique. Tous les hébergeurs n’ont pas été conçus avec une perspective écologique.

Il y a 7500 bibliothèques de lecture publique en France en 2013 d’après l’ENSSIB. Légitimement, on peut supposer que si toutes se font héberger sur des serveurs plus « verts », l’empreinte carbone va diminuer. De même, certaines structures ont leurs propres serveurs. Il vaudrait mieux passer sur des hébergeurs pour délocaliser les données. En revanche, cela présente un risque : si le serveur sur lequel la bibliothèque stocke les données est détruit, la perte de données est importante. L’incendie des serveurs de OVHcloud à Strasbourg est un bon exemple : bon nombre de bibliothèques ont été paralysé. Cette pratique comporte des risques, mais présente un grand intérêt environnemental.

Certes l’impact environnemental des serveurs dans la chaîne du livre n’est pas aussi élevé que la production du papier. Néanmoins il n’est pas à négliger. Le réel enjeu sur cette question est de convaincre les politiques de faire héberger les données des bibliothèques sur des serveurs moins polluants. Ce qui, pour des raisons budgétaires, n’est pas toujours évident…

Clément BOUCHARD, M1 MDLE


[1] HIARD, Florent. Les datacenters, ces chaudières géantes [en ligne]. « D’autres leviers pour verdir nos données » 2021. Disponible sur : https://www.heidi.news/explorations/green-it-ou-les-paris-suisses-de-l-informatique-durable/les-datacenters-ces-chaudieres-geantes (Consulté le 22/12/2022)

[2] JULIAN, Sébastien. Refroidir nos data centers, un vrai casse-tête [en ligne]. 2018. Disponible sur : https://www.lexpress.fr/informations/refroidir-nos-datacenters-un-vrai-casse-tete_2028689.html (Consulté le 22/12/2022)

Publications en séries : rassembler pour moins consommer ?

L’édition de revues et périodiques représente un marché important : en 2019, il est à hauteur de 3679,5 millions d’euros[1]. Le nombre de publications en série est ainsi très élevé. Dans le secteur du livre, la production de papier et le transport sont les deux principales activités à empreinte carbone forte. Qu’en serait-il si l’on réduisait la fréquence de publication des périodiques par deux ?

L’objectif principal de cette mesure est de réduire les émissions liées au transport. L’idée n’est pas de diminuer le volume de papier, mais de rassembler 2 tomes en 1 par exemple. Le seul volume de papier qui diminue sera celui des jaquettes, couvertures et reliures. Ainsi, la distribution sera grandement réduite : un seul trajet sera effectué pour le même volume de papier.

Pour certains types de support, cette mesure est inadéquate, notamment pour la presse. Si l’on diminue par deux la fréquence de publication, le niveau des détails et des thématiques abordées ne restera probablement pas inchangé. En revanche, cette mesure semble appropriée par exemple pour les bandes-dessinées.

Le problème principal serait l’augmentation du prix du livre, ou de la revue. Si l’on reste dans la logique, il serait multiplié par deux. D’un point de vue commercial, ces livres seront beaucoup moins attractifs en vitrine. Leur taille risque également de moins intéresser les clients. La vente de périodiques, de littérature en série et de revues risque de diminuer fortement. Il vaut mieux trouver un équilibre pour ne pas trop augmenter le volume du livre. La déviance de ce système est la perte de détails ou d’informations. De la même manière que pour la presse, si l’on publie moins régulièrement, est-ce que l’on aura toujours un niveau de détails suffisant dans les publications ? ou est-ce que le nombre de sujets va diminuer ? De ce point de vue, il ne s’agit pas d’une mesure viable.

Il s’agit ici de spéculations. De vraies analyses ou de vrais pronostics seraient les bienvenus, pour se rendre compte plus largement des possibles impacts environnementaux,  économiques et sociaux. En revanche, écologiquement cela n’est pas à exclure. Si l’on regarde à l’étranger, au Japon par exemple, le périodique Shônen Jump publie chaque semaine les chapitres des mangas édités du moment. Ensuite, le manga est publié dans son intégralité et contient environ dix chapitres. Il existe donc un périodique, dans lequel les publications vont être de nouveau publiées par la suite. Il faudrait rompre avec ce type de pratique pour diminuer l’empreinte carbone des périodiques. Diviser par deux l’ensemble des publications en série n’est probablement pas une solution viable, mais les maisons d’édition ont probablement des leviers d’actions pour agir sur la question. C’est une idée qu’ils doivent avoir en tête : est-ce viable écologiquement de ne pas rassembler les publications ?


[1] https://www.insee.fr/fr/statistiques/6041734?sommaire=6042002#consulter-sommaire

L’édition scientifique : bannir le papier ?

Avec la montée de l’Open Access, et des publications scientifiques en ligne, le savoir est plus facilement accessible à l’ensemble des personnes. Si un chercheur ou une bibliothèque ne possède pas le document physique, le recours au document numérique est une solution bien plus rapide et efficace. Le sujet de bannir le papier de l’édition fait débat et revient souvent. Un des enjeux soulevés est celui du climat. Qu’en est-il de l’édition scientifique ?

Dans la pratique, avant d’imprimer un document, il existe déjà dans une version numérique[1]. Les chercheurs vont à la bibliothèques ou utilisent des outils de recherche pour trouver des articles ou documents utiles pour leurs travaux. Ils sont parfois amenés à faire appel au prêt entre bibliothèques pour accéder aux ressources. Le téléchargement est parfois possible via des plateformes d’Open Access. Enfin, ils peuvent demander une version de la ressource à l’auteur de celle-ci.

Mais la lecture numérique pose des difficultés : moins confortable à lire, problèmes de mémorisation, etc. Généralement, le format papier est préféré au format numérique[2]. Imprimer localement les articles ou les documents concernés semble être intéressant. Ainsi, il n’y a que le tirage nécessaire pour un public restreint, et cela évite des transports sur de longues distances. Le travail du documentaliste aura ici toute son importance. Au-delà du tri de l’information et de la veille, son rôle de médiateur lui permettra de donner accès à diverses ressources. Il pourra par exemple numériser les documents demandés par des chercheurs de laboratoires différents, pour pouvoir les transférer numériquement à une autre bibliothèque. La limite de cette procédure est que le chercheur ne quitte pas la thématique de recherche. Il a parfois besoin de découvrir d’autres sujets, qui feront naître d’autres projets de recherche.

Les enjeux sont économiques, écologiques et changeraient les pratiques scientifiques. Finalement, serait-ce plus facile à mettre en place que pour l’édition littéraire ? Cela dépend des éditeurs scientifiques. Si dans le futur, les impressions papier ne sont plus consommées, l’activité d’impression des articles scientifiques par les éditeurs cessera. Mais face à l’empire économique des maisons d’éditions scientifiques et à l’emprise qu’elles ont sur les chercheurs, cela relève presque de l’utopie.


[1] HENNY, Jean-Michel. L’édition scientifique institutionnelle en France [en ligne]. « Politique numérique (questions 33-42) », p.85. 2015. Disponible sur : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65757-l-edition-scientifique-institutionnelle-en-france.pdf (Consulté le 22/12/2022)

[2] CHENEVEZ, Sandrine. De l’intérêt du livre numérique dans le contexte de l’édition scientifique ? [en ligne]. « Définition et représentations du livre scientifique », p.34. 2021. Disponible sur : https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjGgMf6hKv8AhXPXaQEHSCEDR8QFnoECA0QAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.enssib.fr%2Fbibliotheque-numerique%2Fdocuments%2F70353-de-l-interet-du-livre-numerique-dans-le-contexte-de-l-edition-scientifique.pdf%3Ftelecharger%3D1&usg=AOvVaw1gpmhdPu-i1pT0oVl7T62q (Consulté le 22/12/2022)

Qu’en pensez vous ?

Le 22 février de 12h à 14h se tiendra la quatrième conférence du cycle « Décarboner le livre ! » sous la forme d’une table ronde organisée par un groupe de cinq étudiants en licence professionnelle de littérature de jeunesse à l’IUT 2 de Grenoble. 

Nous sommes allés interroger les étudiants du BUT Info-Com Métiers du livre et du patrimoine et les LP Littérature de jeunesse sur le sujet ! [video1][video2]

Livre jeunesse durable…

En 2019, l’organisation WWF France fait un rapport qui s’intéresse aux impacts de la production du livre jeunesse, plus particulièrement sur les forêts. Ce secteur est très concerné par la délocalisation de l’impression en Asie. La réalisation de “livres complexes”, les imagiers, les livres animés, et les livres pop-up qui nécessitent beaucoup de papier et de main d’œuvre sont tirés dans quatre pays d’Asie dont la Chine. Winnie l’ourson, T’choupi et la Reine des neiges, par exemple, sont significativement imprimés en Asie. Ces pays manquent de transparence concernant leurs sources d’approvisionnement en pâte à papier et en bois, et le transport de cette production est également problématique.

Le secteur du livre jeunesse est en constante extension, il représente aujourd’hui environ 19% du marché du livre en France. En 2022, c’est plus de 65 millions de livres jeunesse qui se sont vendus. Des solutions sont-elles en train de se développer pour une production plus responsable?

Nous avons choisi d’inviter Mme Léry dont la maison d’édition indépendante La Cabane Bleue ne produit que des livres jeunesse afin d’aborder avec elle cette thématique, ainsi que M. d’Ocagne dont l’entreprise de logistique, la Société Genilloise d’Entrepôt, travaille avec l’Ecole des loisirs.

Mme Léry est la fondatrice, avec Mme Hamon, de La Cabane Bleue, une maison d’édition jeunesse indépendante, créée en 2019, qui a pour but de sensibiliser les enfants à la protection de la planète.

  • Fabriquer ses livres en France : leur imprimeur est labellisé Imprim’Vert et travaille à la réduction de son impact écologique. Le papier est certifié PEFC ou FSC.
  • Éco-concevoir ses livres : leurs livres sont imprimés par lots et en petite quantité pour éviter un stockage trop important et la destruction d’invendus.
  • Développer l’éthique de son entreprise : La Cabane Bleue fonctionne de manière collaborative. Elle promeut le commerce de proximité et les librairies indépendantes.

La maison d’édition La Cabane Bleue publie des livres documentaires et des albums illustrés pour sensibiliser les enfants aux enjeux écologiques. Elle met en avant des artistes engagés aux univers atypiques.

La Cabane Bleue collabore avec deux imprimeries: SEPEC et Allais imprimerie, en raison de leur proximité et de leur engagement écologique. Elle collabore avec d’autres partenaires vertueux comme Eduki, une plateforme en ligne qui propose des ressources pédagogiques inclusives pour les enseignants, Les Ecossilies qui favorisent l’économie solidaire et sociale, Carton Lune, un éco-designer qui fabrique du mobilier et à qui elle fait appel pour ses stands et encore d’autres. Elle est également membre des associations Pour l’écologie du livre et Le comptoir du livre écologique.

M. d’Ocagne est le directeur de la Société Genilloise d’Entrepôt, la filiale de l’entreprise Clic-Logistic dédiée aux livres. Clic-Logistic est la première entreprise de logistique en France à avoir pris le statut d’entreprise à mission. La Société Genilloise d’Entrepôt s’occupe plus particulièrement des métiers de la filière du livre, de l’édition et des biens culturels. Elle propose un service unique : le rafraîchissement de 80% des retours librairies (remise à neuf de la couverture, ponçage des tranches…), destinés, sinon, à être détruits. Or, la réimpression et le pilon sont deux prestations très énergivores. En évitant le gaspillage du pilon, et en économisant sur la réimpression éventuelle, l’éditeur prolonge la vie de ses livres.

La Société Genilloise est partenaire de l’Ecole des Loisirs depuis quelques années.

Clic-Logistic privilégie “une activité logistique orientée Zéro impact”. Son engagement écoresponsable de l’univers logistique se traduit par l’attention portée au choix de ces matériaux, elle privilégie des matériaux recyclés. Concernant son matériel de stockage, elle utilise du matériel reconditionné. Elle fait une utilisation raisonnée de la technologie et de son matériel en vérifiant la consommation de ses serveurs et gère de façon responsable son parc informatique. Elle s’engage à recycler ses déchets grâce au tri sélectif mais également en s’orientant vers des déchetteries et le compostage. Les matériaux sont réutilisés autant que possible. Elle n’utilise pas de plastique, optimise le colisage et travaille avec des transporteurs soucieux de leur impact environnemental. Clic-Logistic choisit de ne travailler qu’avec des partenaires écoresponsables.

D’autre points figurent dans sa Responsabilité Sociétale et Environnementale, qui portent le nom de Clic & Green:

  • En s’installant pour son activité dans d’anciennes usines, Clic-Logistic leur  a donné une nouvelle vie. Six chevaux retraités des courses s’occupent d’entretenir les espaces verts autour des entrepôts (en broutant!).
  • Clic-Logistic a le soutien de la Communauté de Communes du Sud Touraine et s’engage quotidiennement au service de son territoire. Elle valorise cet ancrage territorial fort.
  • Clic-Logistic se soucie de l’égalité hommes femmes au sein de son entreprise ainsi que de l’inclusion avec l’emploi de personnes handicapé.

Ces deux entreprises ont en commun d’avoir mis leur engagement au cœur de leur entreprise. Toutes deux valorisent leur responsabilité sociétale et environnementale Leurs initiatives se conçoivent globalement, autour des questions d’inclusivité, d’implication locale et du souci de la planète, et mettent l’accent sur les partenariats vertueux. 

Bibliographie

Clic-Logistic, Clic Logistic [consulté en février 2023]

GFK, Edition Jeunesse: déjà plus de 65 millions de livres achetés en 2022 [consulté en février 2023]

Maison d’édition La Cabane Bleue, La cabane bleue [consulté en janvier 2023]

Syndicat National de l’Édition, L’édition jeunesse, les chiffres de la SNE 2020-2021, PDF, 4 p.

WWF France, LES LIVRES DE LA JUNGLE, L’édition jeunesse française abime-t-elle les forêts?, 2019, PDF, 128 p.

Décarboner le livre jeunesse !

Cette conférence se tiendra le 22 février de 12h à 14h en compagnie de la Société Genilloise d’Entrepôt et de La Cabane Bleue, maison d’édition jeunesse engagée.

Autour d’une table ronde, les deux intervenants Charles-Henry d’Ocagne et Angela Lery discuteront de leur engagement RSE et nous feront part d’un retour d’expérience concernant leurs actions pour décarboner le livre jeunesse.

Charles-Henry d’Ocagne est le dirigeant de Clic-Logistic ainsi que de sa filiale dédiée aux livres : la Société Genilloise d’Entrepôt. Cette filiale a pour but de restaurer les livres défraichis et de les remettre sur le marché.

Angela Lery est la co-fondatrice de La Cabane Bleue, une maison d’édition qui a pour but de sensibiliser son jeune lectorat à la protection de l’environnement. Cette maison d’édition a une démarche 100% écoresponsable.

En présentiel : la conférence se tiendra : à la Maison de la création et de l’innovation (MaCI) – Université Grenoble Alpes (Saint Martin d’Hères – ligne B, arrêt Gabriel Fauré).

En Webinaire : (inscription)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search